Accueil / A C T U A L I T É / Voilà à quoi mènent QAnon et un président fou (6)

Voilà à quoi mènent QAnon et un président fou (6)

Nous y voici donc et une étude approfondie des nombreuses vidéos filmées ce jour, à part des tas de gens et des émeutiers eux-mêmes surtout, nous permettent de comprendre ce qui s’est passé parmi ce gigantesque chaos télévisé en direct. 
On découvre en cherchant bien que les casseurs ont laissé des traces de préparatifs préalables et d’une organisation quasi militaire de la casse effectuée. Tout a été sciemment préparé avant, ce qui a dû prendre des semaines.
Et derrière sont très nettement impliqués les fameux Proud Boys, dont le leader a été arrêté l’avant-veille, le 4 janvier, par précaution par la police, sous un prétexte, alors qu’il avait été reçu à la Maison Blanche le 12 décembre précédent au beau milieu de la manifestation précédente et au même endroit…
L’agitation entretenue
A toute manifestation extrémiste organisée il faut une diversion médiatique :
Elle permet d’éloigner la police un certain temps des lieux où on va agir plus tard ou de détourner l’attention des médias vers un autre endroit qui va devenir l’objet de tous les regards pendant plusieurs heures.
Le 5 janvier, on évacue ainsi tout le Queens Place, un énorme bâtiment circulaire qui est un des plus grands shopping center d’Elmhurst, dans le quartier du Queens à New York. Quelqu’un a laissé dans le parking une Tesla avec, bien visible sur la lunette arrière, une bombe aérosol reliée à des câbles, et un appel téléphonique à la police a décrit la chose comme un dispositif pour déclencher une bombe…  Alerte générale dans tour le quartier !
Toutes les TVs ouvrent avec cette annonce et celle de l’arrestation rapide de son auteur qui s’est aussitôt rendu, tout sourire aux policiers. Dans la voiture, il y a aussi un chien Husky abandonné. Le jeune homme s’appelle Louis Shenker.  Il habite Longmeadow, il est juif, et son discours est pour le moins confus : « c’était une voiture Tesla en cours de chargement », a-t-il aboyé aux journalistes lorsqu’on lui a demandé s’il avait planté l’appareil. «Vous êtes des fucking idiots. C’était vraiment une voiture en cours de chargement parce que la batterie était morte. Vous êtes des crétins ». 
Dans le véhicule il y a aussi une bannière BLM car Shenker voulait ainsi rejeter la faute sur eux. Vicieux. La bombe s’avèrera être un canular et Shenker de poursuivre « »les médias regorgent de fausses nouvelles et je vais vous poursuivre en justice pour avoir menti», a-t-il ajouté. « Il a également parlé de la venue du «Machia’h», le mot hébreu pour «Messie», qui, selon lui, serait «cette année» – et a déclaré que le maire Bill de Blasio «ne gagnera pas».  La presse notant que « Shenker a poussé les théories du complot sur le coronavirus et les élections de novembre sur son propre podcast, «The Minuteman», sur les réseaux sociaux et sur un webcast d’InfoWars, selon des rapports. » C’est en fait un petit suprémaciste de plus, de 22 ans, croisé dans toutes les manifestations récentes, mégaphone à la main, comme son mentor Alex Jones. Provocateur, il a réussi à se faire photographier avec plein d’hommes politiques aussi bien des républicains que des démocrates. Il a posté des trucs comme « est-il raciste de dire que l’Amérique devrait principalement être maintenue en tant que nation pour les patriotes morts  qui étaient ici avant le 1965 « .  Le 28 mai 2020, il a été expulsé du campus d’Amherst « pour avoir de fausses croyances sur la religion et la politique » selon l’avis d’expulsion.  En fait ça fait des mois qu’il sévissait.  Selon NBC, « il a imploré « au moins 100 000 personnes à venir à New York » pour protester contre une litanie de causes devant la résidence du maire Bill de Blasio, y compris la fausse théorie du complot selon laquelle « Donald John Trump est le vainqueur légitime de cette élection ». Il a également faussement poussé des rumeurs sur Internet sur les vaccins contre les coronavirus, y compris un complot élaboré mettant en vedette le gouvernement chinois, Bill Gates, George Soros, les Clinton et le Dr Anthony Fauci ». Sur les réseaux, il a suivi les discussions signées “#MAGA” et “#StopTheSteal,”
Un bloggeur résume parfaitement le problème : « Pourquoi n’a-t-il pas été arrêté il y a longtemps ? Il s’est manifestement intensifié. Il a incendié la veillée BLM (il a brûlé un panneau sur une barrière du Police Department de New-York). Il a menacé le maire suffisamment sérieusement pour justifier une visite du FBI. Il harcèle des militants progressistes. Pourquoi a-t-il fallu attendre jusqu’à maintenant ? » Pour l’administration Trump, ce genre d’agitation d’extrême droite n’était pas considérée comme repréhensible, il semble bien… du genre de l’avis de Ken Cucinelli sur la question, pour qui il n’y a qu’une seule agitation… celle des « antifas » !!!
Et pourtant : « Shenker est un fervent partisan du président Donald Trump qui, comme le président, estime que l’élection de novembre a été volée au nom de Joe Biden. Il a publié une série de théories du complot sur Facebook affirmant à tort que le président sortant l’avait emporté et appelant les partisans de Trump à agir. Il a écrit que les agents du FBI sont des «briseurs de serment» qui «tentent de détruire notre grande république». Le 14 novembre, Shenker a écrit: «C’est littéralement la vie ou la mort pour nous tous ! Et il est temps que le peuple américain fasse face à ce fait et agisse en conséquence ! Shenker semble également avoir cultivé des liens avec la droite extrémiste. Il est apparu sur InfoWars, l’émission de théoricien du complot de droite d’Alex Jones, et a montré de l’admiration pour Nick Fuentes, un idéologue suprémaciste blanc qui a cherché à rendre les événements conservateurs plus ouverts aux politiques nationalistes blanches. Dans une vidéo publiée l’année dernière, Shenker, vêtu d’une kippa, louait Israël en tant qu ‘«ethno-État» et dit que l’Amérique devrait adopter ses politiques d’immigration restrictives. « Pourquoi l’Amérique ne peut-elle pas restreindre son immigration? » Il a demandé. «Pourquoi n’a-t-il pas droit au droit de retour pour quiconque est descendant de troisième ou quatrième génération de quelqu’un qui était en Amérique pendant les 200 ans de [population] européenne chrétienne principalement blanche ?» Il a ajouté: « C’est principalement ce en quoi croient réellement les premiers patriotes américains comme Nick Fuentes. » Ah tiens : une solidarité affichée entre jeunes crétins ?

Le plus de pubs sur Fox News, orateur pro-Trump et… conspirationniste du 6 janvier

Accuser les antifas, comme à leur habitude

La palme revient au final à Matt Gaetz, ce crétin complet : à la reprise des discussions au Sénat, après l’invasion, donc, il a osé tenir ce propos obscène : « selon les informations d’une compagnie de reconnaissance (faciale ?) les gens qui ont dévasté le Capitole n’étaient pas des supporters de Trump mais des antifas déguisés en supporters de Trump ». La société, XRVision, avait dû rapidement publier une déclaration disant qu’elle n’avait pas trouvé de membres antifa au Congrès – et qu’au lieu de cela, elle avait correctement identifié deux néo-nazis et un partisan de QAnon : Gaetz, doté d’une bêtise moult fois entendue sur Fox-News, était encore une fois tombé dans le panneau de la manipulation la plus grossière !!!  L’info avait aussi été largement diffusée par Paul Sperry, un commentateur. d’extrême-droite connu et répertorié. Pour faire davantage croire à son info, il l’avait dite provenir « d’un ancien agent du FBI« , ce sinistre désinformateur ! Tout est mensonge entretenu, amplifié : ce sont des manipulateurs !!!

L’équipement complet

En fait il venait surtout de reprendre l’idée du complotiste trumpien Ben Shapiro (lire ici) , celui qui parle comme une mitraillette et qui l’a vite faite circuler pour disculper ses propres troupes !!!  Un post teinté de l’antisémitisme habituel chez lui (qui est juif pourtant) : « ce sont des antifas soutenus par (George) Soros et d’autres ! Les meetings de Trump ont toujours été pacifiques, contrairement à ceux des démocrates qui n’étaient que chaos et violence ! »… Comme certainement avec ce gugusse, ci-dessus à gauche, bien équipé de lunettes anti-gaz lacrymogène ou anti-débris, plus une radio, et celui ici d’un âge certain déjà, ici à droite, qui arborait un t-shirt sur lequel était imprimé « Guerre Civile, 6 janvier 2021″… bien équipé, lui aussi (en communications lui aussi) et qui n’avait donc « rien préparé du tout à l’avance »… comme ses deux collègues à ses côtés, puisque trois au moins ont été ainsi photographiés !!!

Avec ce genre de « men in black » promis par Enrique Tarrio comme tente de le laisser entendre l’entourage de Donald Trump. On aura remarqué que l’intitulé complet de l’imprimé est surmonté du mot MAGA sur fond rouge ; en somme c’est la signature de Trump sur un projet de guerre civile, tout simplement !!  Inimaginable !!  C’est marqué dessus le but de cette journée apocalyptique pour la démocratie US !!!

Un Trump qui ne veut pas entendre parler non plus de laxisme côté sécurité du Capitole ni dans la gestion de la crise !  On pouvait tout craindre : quand les gens de Black Live Matters s’en étaient approchés, la Garde Nationale était déjà là et rapidement, en masse, cette fois-là… pourtant ! Et on l’a vu, ça n’est pas Donald qui les a appelés !!! Franchement, des gars qui déboulent portant un t-shirt estampillé « Guerre Civile, 6 janvier 2021″ !!…

Il n’y a pas que des t-shirts que l’on a pris le temps d’imprimer à l’avance.  L’homme aperçu à une entrée enfoncée du bâtiment est un des nombreux observés à des endroits clés portant un équipement particulier. Sac à dos, gilet pare-balles et surtout un équipement… chinois (ah ah !), l’un des meilleurs dans sa catégorie à un prix imbattable (une vingtaine d’euros, micro haut-parleur séparé compris, fixé ici à l’épaule). C’est un modèle Baofeng, qui est fait à la fois une talkie-walkie (réputé 10 fois plus puissant qu’un talkie walkie classique, soit jusqu’à 10 km de portée et 5 km en ville !) mais aussi un scanner d’écoute des fréquences radio de la police. Fort répandu dans cette manifestation (ici à gauche aussi).

Un policier américain nous avait expliqué en 2016 que c’était plutôt ce genre d’engin que devrait utiliser le forces de l’ordre US !!! Un équipement qui fait partie d’une organisation rodée et d’une préparation à l’avance, et non d’un envahissement qui aurait été déclaré sur l’instant, lors d’un simple mouvement de foule incontrôlé… ou d’une manifestation qui aurait dégénéré ! Et un équipement retrouvé partout sur des gens sui sont bien tous.., d’extrême droite ! Beaucoup de « casqués » à gilets pare-balles communiquent entre eux grâce à cet équipement répandu. Beaucoup sont dotés de gants de combat : ce n’est pas pour mieux serrer la main, je pense :

Des Proud Boys très organisés et une médecin au chômage 

On va en avoir la preuve peu de temps après. Parmi les briseurs de vitres, un homme qui en casse une avec un bouclier de policier (ici à gauche). Cela lui permet de rentrer dans le couloir sans passer par la porte principale Est, que les assaillants mettent du temps à détruire ne perçant que ses carreaux. Une fois la vitre cassée, il se retourne et on découvre son visage. (ici à droite). On le retrouve donc facilement dans le hall, aux côté d’un de ceux rentrés avec lui, celui en tenue milliaire complète et devant lui notre Qanoniste poursuiveur de policier. Sa stature et son allure sont reconnaissables, il se paiera même le luxe de sortir un petit cigare en selfie devant son propre téléphone pour l’envoyer à ses potes, sûr de lui, apparemment (cf ici à droite). Avec autant de visibilité laissée derrière lui, son compte est bon : le vendredi 8 il est arrêté à Rochester où il habite. Il a 44 ans et s’appelle Dominic Pezzola, alias « Spaz » ou « Spazzo ».  La police a déjà retrouvé sa trace le 12 décembre lors du meeting de Washington ou quatre personnes avaient été battues et une église noire vandalisée. C’est un ancien Marines, réputé bagarreur et macho mais sans casier judiciaire. Mais c’est surtout un membre des Proud Boys dont il portait le T-Shirt bien voyant le 12 décembre (ce sont eux qui avaient battus des opposants !) mais qui ce jour-là était venu venu en t-shirt sans inscription et veste sombre, pour respecter les ordres d’Enrique Tarrio, de se faire passer pour un « antifa« . La photo de lui de lui du 12 décembre étant plus impressionnante :

C’est avec un gars comme lui que l’on comprend qu’un bon nombre de Produits Boys ont pu passer sous les radars ce jour-là, comme le plan prévu à l’avance l’avait écrit !! « Dans une vidéo d’avant le rallye, Joe Biggs, un ancien membre du personnel d’InfoWars qui a dirigé les Proud Boys en l’absence de Tarrio, avait réitéré le plan pour que le groupe ne porte pas ses couleurs traditionnelles » rappelle-t-on en parlant de lui. Le FBI a aussi facilement retrouvé son compte Telegram, resté accessible au public avec le nom d’utilisateur @KINGbehavior, et un profil indiquant « Marine vétérinaire / boxeur / patriote / Proud boy 2nd« .

Et comme ils sont vantards et bêtes, ils n’ont pu s’empêcher de se photographier et indirectement de se dénoncer… bêtement. Ainsi avec le leader des Proud Boys californiens de Central Valley, Eddie Block, qui avait été enregistré à Sacramento en train de dire « « je ne sais pas si j’ai blessé le gars ou pas parce que je suis estropié, mais je lui ai fichu mes coups de poing. » En réalité il est handicapé et circule en voiturette électrique comme on peut voir. Sur le cliché diffusé (ici à gauche) on peut voir derrière lui passer… Alex Jones !

« Basé sur des vidéos YouTube publiées par le streamer de Proud Boy Eddie Block, Biggs, vêtu d’une chemise à carreaux bleue, dirigeait l’assaut  le 6 janvier, aux côtés de «Rufio Panman», alias Ethan Michael Nordean. Le président de Philadelphia Proud Boys, Zach Rehl, est également à l’avant-plan. » Les voici en train de débouler…  On remarque qu’il ont un signe discret de reconnaissance: un bandeau orange fluo :

Le signe de démarcation, preuve encore une organisation, préalable précise, sera perçu ailleurs comme ici au bas de la tour destinée à recevoir les caméras de l’inauguration prévue de Biden (ici à droite, bien visible)… Un autre Proud Boy encore a été arrêté en même temps, c’est Daniel Goodwyn, un Proud Boy autoproclamé (ci-dessus à gauche) venu de San Francisco.  Lui a posté sur son compte une vidéo, juché tout en haut de l’aile, près de la tour en poutrelles où on a accroché un drapeau des Sons of Liberty. Goodwyn, sur son compte Tweeter avait pris l’image du compte présidentiel, tweetant l’intrigante phrase « Présentez-vous à votre State Capitol à midi aujourd’hui, heure locale. Attendez les ordres de notre commandant en chef. » Laissant entendre que la manifestation devait être multiple, ce qu’elles a été mais sans franc succès ailleurs qu’ à Washington et que la décision d’attaquer reviendrait.. au Président !! Et ce au moment de son discours : en somme, ils attendaient une phrase-clé qui est donc venue.  C’est un des documents les plus embarrassants à ce stade, faisant preuve d’une collusion évidente être Trump en personne et le groupe violent. Et d’une mise en place commune d’un forfait, surtout.

Il avait réussi auparavant à se photographier aux côtés de Simone Gold (ici à gauche), cette médecin urgentiste controversée favorable à la prescription tous azimuts de l’hydroxychloroquine, au sein de son association, “America’s Frontline Doctors”. Elle venait de prononcer un discours sur Freedom Plaza, et reprendra plus tard le mégaphone en pleine émeute (cf ici à gauche), une image diffusée par le FBI qui cherchait à savoir qui elle était … semblant avoir oublié ses fiches ou ses dossiers…  Si elle était là aussi disponible, c’est qu’elle aussi était depuis quelque temps au chômage, renvoyée pour son insubordination et sa position, irresponsable vis à vis du Covid-19: « Les retombées à partir de là ont été rapides et furieuses », a déclaré Gold. «L’autre hôpital où je travaillais m’a licencié, parce que je travaillais aux deux, cela a complètement changé ma vie. Je fais maintenant le tour du pays pour parler de ces problèmes. Gold était sous contrat avec Adventist Health au centre-ville de Bakersfield depuis plus de 3 ans » . En France, ces propos sont repris par Corinne Reverbel, « Comédienne et docteur en sciences »,  invitée ici d’André Bercoff, versé facho depuis des années désormais. Si la vieillesse est un naufrage, Bercoff a sombré peu depuis des années. Ça ne la gêne pas, elle non plus, de relayer les délires de l’alsacien « Silvano » (Trotta, complotiste très suivi en France, hélas).

Le plan intégral dévoilé et avoué !

Finalement c’est Vice qui nous révèle le pot-aux-roses parfait le 13 janvier, à partir de la capture du fameux « Spaz ». « La vidéo de Block montre que les dirigeants de Proud Boys se trouvaient dans la région près du Capitole au moins 40 minutes avant que Trump n’ait même commencé à parler lors de l’événement principal près du Washington Monument. Dans ces vidéos, Biggs et Nordean, tous deux accessoirisés avec des talkies-walkies, mènent une bande d’environ 60 Proud Boys ou plus autour du Capitole. Ils ont scandé « Fuck antifa! » et «À qui les rues ? Nos rues. » Nota ; ce sont ceux aperçus par la réalisatrice Sandi Bachom ; voir notre épisode précédent. (Par ailleurs, VICE News a observé au moins deux petits groupes de Proud Boys positionnés près du Washington Monument pendant le discours de Trump). Certains des Proud Boys portaient des chapeaux orange fluorescents – qui visaient apparemment à les aider à s’identifier dans leur équipement de navigation privée . D’autres avaient des bandes orange vif attachées sur leurs bras (on vient de les voir plus haut et ci dessous »).

« Sur la vidéo de Block, un jeune homme en tenue tactique avec une bande de ruban orange sur son casque est vu marchant à une courte distance derrière Biggs » (ici à gauche). Quelques heures plus tard, il a été filmé en train d’encourager Spazzo alors qu’il cassait la fenêtre du Capitole et était parmi les premiers à pénétrer dans le bâtiment ».  Son casque porte à l’arrière le mot MAGA et sur les côtés un patch noir aux lettres blanches indiquées « Golf Foxtrot Yankee » – GFY-  en argot cela signifie Go Fuck Yourself – va te faire foutre- en fait : ils fonctionnent vraiment comme une organisation militaire !!). « On entend Biggs donner des ordres de style militaire à sa troupe de Proud Boys en civil, leur disant de «se resserrer», de «tenir» ou de se retourner. Dans le passé, il s’est vanté que les événements des Proud Boys étaient un appareil très organisé ». «Quand on entreprend de faire un événement, on y va, OK, quel est notre objectif principal ? C’est la première chose dont nous discutons. Nous prenons trois mois pour planifier un événement », a déclaré Biggs sur un podcast le mois dernier. «C’est comme si vous prévoyez littéralement d’entrer dans une zone de combat. Ce n’est pas simplement comme: «Hé mec, nous allons à Washington, nous allons à Portland. C’est comme: «Très bien, nous allons à Portland. J’ai besoin d’images satellite. J’ai besoin de parler aux gens sur le terrain. J’ai besoin d’eux pour explorer ces ruelles… quand nous avons une issue de secours, nous avons quatre ou cinq entrées et sorties, au cas où la police fermerait les choses ou autre »…. Comme arme apportée notre responsable Proud Boy « siglé » à l’orange emmène avec lui une bonne vieille batte de base-ball… A noter qu’il n’est pas le seul à s’être muni d’un tel engin idéal pour casser ou se battre : un autre a été filmé en tain de sortir tranquillement par une porte du Capitole, lui aussi en veste camouflage et pantalon beige. La sienne de batte étant bleue… comme signe distinctif, un masque aux couleurs des USA, l’autre consigne de ralliement donnée aux… Proud Boys.

Notre homme en tenue camouflée, à la batte de base-ball est fort reconnaissable. Tellement qu’on la retrouvé facilement sous une autre déguisement : le voici portant le célèbre polo Fred Perry su prisé par… les Proud Boys ! Si là ce n’est pas flagrant, avouez !!!

Comme autres recrues on a nos milices, celles décrites hier ici-même avec notre fameuse barmaid (Jessica Watkins) qui nous a expliqué le rôle vital des communication lors de l’assaut avec l’application Zello. On l’a découverte au sortir de l’aile Est du Capitole, par laquelle elle était entrée, via la porte aux vitres brisées. Elle servait alors d’infirmière à un des blessés. Une de ses attributions prévues aussi à l’avance au sein de sa milice, on peut imaginer :

Une journaliste a retrouvé sa trace dans son petit bungalow et dans sa petite ville. Pas sûr qu’elle regrette déjà ce à quoi elle a assisté ce jour là… elle se juge elle-même en effet toujours innocente, en tout cas. Pour ce qui est de l’ex Marines Donovan Crowl, « sa mère, Teresa Rowe, nous a dit dans un entretien téléphonique qu’elle a été séparée de lui pendant plusieurs années et l’avait expulsé de la maison pour ses opinions de droite ».«Je pense qu’il devrait faire face à une peine de prison», nous a-t-elle dit. »Il a enfreint la loi, ça me fait mal de dire ça mais ce n’est pas la même personne que je connaissais … Je veux dire, ce n’est pas mon gentil garçon d’il y a des années, il a totalement fait un 180 degrés et ça me brise le cœur de dis ça » écrit original 106FM. « 

Dernier point à retenir : à l’annonce de l’arrestation de Tarrio, le 4 janvier on remarque que  « la capitale américaine a mobilisé la garde nationale avant les manifestations prévues. La maire Muriel Bowser a demandé un déploiement limité de la garde nationale pour aider à renforcer le service de police métropolitain et a demandé aux résidents de la région de rester à l’écart du centre-ville de DC. » Visiblement, elle n’a donc pas été entendue… pendant ce temps, on montait les éléments d’une gigantesque scène à l’arrière de la Maison Blanche, à l’endroit où les émeutiers attendront le denier signal pour attaquer. Donné par le président, et précédés des Proud Boys, tous bien équipés, arrivés en premier… comme on vient de le découvrir ! Le show peut commencer !

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Non aux OGM déguisés !

Grâce à une campagne de longue haleine menée par Greenpeace et d’autres organisations il y ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.