Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / Vive le capital !

Vive le capital !

cast_away

Dans le mot ??capitalisme??, il y a le mot ??capital??. Il est important de comprendre ce que signifie ce mot pour bien comprendre le m?canisme par lequel le capitalisme cr?e tant de richesse.

L??le d?serte?:

L?exemple de l??le d?serte est souvent utilis? par les ?conomistes de l??cole autrichienne pour simplifier leurs d?monstrations.

Dans le fim Cast Away, lorsque Chuck Nolan arriva sur son ?le, il n?avait aucun capital. Il a d? trouver de la nourriture du mieux qu?il pouvait, amasser du bois pour faire un feu, etc, ce qui ?tait long et p?nible. On suppose qu?? un certain moment, il a amass? suffisamment de nourriture et de bois en r?serve (?pargne) pour b?n?ficier de quelques heures de temps libre. Il aura alors pu utiliser ce temps libre pour fabriquer des outils (un filet de p?che, un syst?me allume-feu, une hache et une lance par exemple) et se construire un abri.

Ce temps libre ??investi?? dans la fabrication d?outil est en quelque sorte de l??pargne. Cette ?pargne lui aura permis de se cr?er du capital sous la forme d?outils. Cet investissement rapporte puisque ces outils lui permettront d?augmenter sa productivit? ce qui lui permet d?augmenter son niveau de vie (plus de nourriture, temps libre, etc). Il pourra r?investir de plus en plus dans son capital pour ?ventuellement devenir suffisamment ??riche?? pour se construire un radeau qui lui permettra de quitter l??le.

Donc, Chuck s?enrichit ? partir du moment o? il ?pargne pour se b?tir un capital productif. Le m?me principe s?applique ? l??conomie industrielle moderne.

La nouvelle machine du cordonnier?:

Ainsi, dans le syst?me capitaliste, les gens ont deux choix ? l??gard de leurs revenus?: consommer ou ?pargner. La proportion qui sera consomm?e versus ?pargn?e variera en fonction des pr?f?rences temporelles de chacun (voir l?ABCT).

Le but de l??pargne n?est pas de simplement mettre de l?argent de c?t? (dans un coffre ou sous son matelas). L??pargnant cherchera ? obtenir un rendement sur son ?pargne. Pour ce faire, cet argent sera investi et deviendra alors le capital d?entrepreneur. Ce capital sera utilis? pour am?liorer la capacit? productive de son entreprise. Cette am?lioration de la productivit? cr?era de la richesse et am?liorera le niveau de vie des gens.

Par exemple, un cordonnier emprunte pour investir dans une nouvelle machine lui permettant de r?duire ses co?ts de 25%. Il en profitera pour r?duire ses prix de fa?on ? gagner des parts de march? de ses concurrents et ce seront l?ensemble des consommateurs de cordonnerie qui en b?n?ficieront. Ceux-ci pourront utiliser ces ?conomies comme bon leur semble, ce qui r?sultera en une augmentation de l?activit? ?conomique.

Le profit?:

Mais comment s?assurer que le capital soit bien investit et qu?il ne soit pas gaspill?? Ce r?le est jou? par le profit; la r?compense qui indique si le capital est bien utilis?. L?absence de profit montre que l?entrepreneur ne r?pond pas aux exigences de ses consommateurs et que, par cons?quent, il utilise mal son capital. Le capital lui sera alors retir? et sera r?allou? ? d?autres entrepreneurs plus efficaces. De cette fa?on, les march?s des capitaux font en sorte que les ?pargnes soient correctement allou?s pour maximiser la cr?ation de richesse. Pour plus de d?tails sur ce m?canisme, voir mon billet sur le sujet.

La richesse?:

Donc, le capital permet de cr?er de la richesse. Pour ?tre plus riches, il faut ?tre plus productif et pour cela il faut du capital. Le capital permet de d?velopper de nouvelles technologies qui augmentent notre productivit?. Ces innovations nous rendent collectivement plus riches en rendant plus de biens disponibles ? plus bas prix. Cela nous permet d?am?liorer notre niveau de vie (soit en consommant plus, soit en travaillant moins).

On peut donc dire que la cr?ation de richesse d?pend de la qualit? de notre capital productif; et qu’elle ne profite pas seulement aux propri?taires du capital, mais ? tous ceux qui ?changent avec eux.

?videmment, tout ce beau syst?me ne vaut rien lorsqu?il est manipul? par l?interventionnisme ?tatique qui brime les libert?s ?conomiques. En manipulant la monnaie, les banques centrales peuvent faire compl?tement d?railler le m?canisme. En cr?ant de la monnaie, elles font baisser les taux d?int?r?t, ce qui d?courage l??pargne et, par le fait m?me, les investissements viables dans du capital productif cr?ateur de richesse.

D’autre part, en prot?geant et/ou favorisant certaines industries ou entreprises, le gouvernement r?duit (voire ?limine) l’effet de la concurrence, ce qui permet ? ces privil?gi?s de s’enrichir sur notre dos. Cette tricherie permet ? certains de s’appropier du capital indument et contribue aussi ? engendrer la pauvret? et des in?galit?s sociales.

La redistribution de richesse?:

Cependant, certains jettent un regard envieux sur le capital des entrepreneurs (et des ?pargnants) et sur la richesse qu?il cr?e. Certains voudraient utiliser cette richesse au nom de la ??justice sociale?? (les socialistes) alors que d?autres voudraient se l?approprier pour leurs propres int?r?ts (les pilleurs).

Les socialistes utilisent les taxes et imp?ts pour arriver ? leurs fins. L?argument principal des socialistes repose sur le concept de l?utilit? marginale d?croissante de la richesse. Cela implique qu?un dollar suppl?mentaire est moins ??utile?? pour un riche que pour un clochard. Cependant, les socialistes ne r?alisent pas que la valeur de ce dollar n?est pas la m?me dans les poches du riche que dans les poches du clochard. Le clochard va fort probablement d?penser ce dollar tr?s rapidement sous forme de consommation alors que le riche va probablement l??pargner et le convertir en capital productif. Les riches ne mettent pas leur argent sous leur matelas, ils l?investissent. Ce dollar devient donc du capital productif cr?ateur de richesse.

Donc, ce n?est pas qu?un dollar que les socialistes prennent au riche pour le donner au pauvre, c?est aussi toute la richesse que ce capital aurait pu cr?er. D?ailleurs, lorsque subtilis? par l??tat, ce dollar passera entre beaucoup de mains avant d?arriver ? ceux qui en d?pendent (et il en restera bien peu). L??tat ne subit pas les contraintes de l?entrepreneur (concurrence / profit) et la taille de sa bureaucratie n?a pas de limite. Aucun m?canisme ne fait en sorte d?assurer son efficacit?.

Les pilleurs quant ? eux (que je nomme souvent ??corporatistes??) utilisent les subventions, le protectionnisme, la r?glementation, la banque centrale et la corruption pour extorquer le capital. Dans certains cas, l?extorsion est si profonde qu?il ne reste presque plus de capital, laissant la population dans une situation de pauvret? extr?me (comme au Bangladesh ou en Ha?ti par exemple). Pour ce faire, ils doivent enfreindre les droits de propri?t? des gens et nier leur libert? ?conomique, ce qui nuit grandement au climat ?conomique et d?courage l?investissement (et la cr?ation de richesse qui l?accompagne).

Qu?elle soit effectu?e par les socialistes ou par les pilleurs, la redistribution de richesse par la force coercitive de l??tat a un effet ind?sirable et in?vitable?: la destruction du capital productif de l??conomie. Cette destruction entra?ne une r?duction du niveau de vie de la population qui d?passe largement la ponction fa?te par l??tat. Ainsi, plus le capital est dilapid?, moins il y a de richesse et plus il y a de pauvres d?pendants de l??tat; s?enclenche alors le cercle vicieux de l??tat-providence.

Conclusion?:

C?est le capital qui permet au travailleur de cr?er de la richesse. Notez qu?ici je parle ?videmment de richesse ???conomique??. La d?finition de richesse est subjective?: certains se consid?rent riches parce qu?ils ont beaucoup de temps libre, de beaux enfants ou un talent artistique quelconque. Ce qui m?int?resse ici, c?est ce qui permet de mettre du pain sur la table et un toit au-dessus de sa t?te?

En ?tudiant la structure ?conomique de plusieurs pays du tiers-monde, j?ai r?alis? que la cause de leur pauvret? est reli?e ? leur incapacit? ? se b?tir un capital productif. L??tat corrompu exproprie toute la richesse, tue l?entreprenariat et annihile la libert? ?conomique, faisant dispara?tre le capital en fum?e. C?est ce que nous verrons dans une s?rie d?articles que je publierai bient?t.

Je vous laisse sur une citation emprunt?e ? Philippe David :

Nous sommes devenus des h?ritiers blas?s le jour ou nous avons d?cid? que la gratification imm?diate de la consommation est plus importante que la richesse future g?n?r?e par l?accumulation de capital. Et c?est pour ?a que notre niveau de vie ne cesse de se d?grader depuis plusieurs d?cennies. Nous gaspillons notre richesse en consommation imm?diate.

Minarchiste

A propos de

avatar

Check Also

Justice fiscale: lettre ouverte à Bruno Le Maire

Lettre ouverte à Bruno Le Maire pour exiger plus de justice fiscale   A moins ...