Vieillir

 

J?ai choisi de vous pr?senter un texte assez touchant sur le vieillissement, un extrait tir? de son tr?s beau livre?Les mots de ma vie, ?crit par M. Bernard Pivot.

M. Pivot est journaliste et animateur de t?l?vision (?missions culturelles).

? Vieillir, c?est chiant. J?aurais pu dire : vieillir, c?est d?solant, c?est insupportable, c?est douloureux, c?est horrible, c?est d?primant, c?est mortel.? Mais j?ai pr?f?r? ? chiant ? parce que c?est un adjectif vigoureux qui ne fait pas triste.? Vieillir, c?est chiant parce qu?on ne sait pas quand ?a a commenc? et l?on sait encore moins quand ?a finira. ?Non, ce n?est pas vrai qu?on vieillit d?s notre naissance.? On a ?t? longtemps si frais, si jeune, si app?tissant.?On ?tait bien dans sa peau.? On se sentait conqu?rant. Invuln?rable. La vie devant soi. M?me ? cinquante ans, c??tait encore tr?s bien. M?me ? soixante. Si, si, je vous assure, j??tais encore plein de muscles, de projets, de d?sirs, de flamme.? Je le suis toujours, mais voil?, entre-temps, j?ai vu le regard des jeunes, des hommes et des femmes dans la force de l??ge qu?ils ne me consid?raient plus comme un des leurs, m?me apparent?, m?me ? la marge. J?ai lu dans leurs yeux qu?ils n?auraient plus jamais d?indulgence ? mon ?gard. Qu?ils seraient polis, d?f?rents, louangeurs, mais impitoyables.???Sans m?en rendre compte, j??tais entr? dans l?apartheid de l??ge. Le plus terrible est venu des d?dicaces des ?crivains, surtout des d?butants. ?Avec respect?, ?En hommage respectueux?, ?Avec mes sentiments tr?s respectueux?. Les salauds!? Ils croyaient probablement me faire plaisir en d?capuchonnant leur stylo plein de respect? Les cons!? Et du ? cher Monsieur Pivot ? long et solennel comme une citation ? l?ordre des Arts et Lettres qui vous fiche dix ans de plus !

Un jour, dans le m?tro, c??tait la premi?re fois, une jeune fille s?est lev?e pour me donner sa place. J?ai failli la gifler. Puis la priant de se rasseoir, je lui ai demand? si je faisais vraiment vieux, si je lui ?tais apparu fatigu?.?? ?Non, non, pas du tout, a-t-elle r?pondu, embarrass?e. J?ai pens? que???? Moi aussit?t : ?Vous pensiez que?? ?? ?Je pensais, je ne sais pas, je ne sais plus, que ?a vous ferait plaisir de vous asseoir?. ?? ?Parce que j?ai les cheveux blancs?? ?? ?Non, c?est pas ?a, je vous ai vu debout et comme vous ?tes plus ?g? que moi, ?a ?t? un r?flexe, je me suis lev?e????? ?Je parais beaucoup beaucoup plus ?g? que vous???????Non, oui, enfin un peu, mais ce n?est pas une question d??ge????? ?Une question de quoi, alors????? ?Je ne sais pas, une question de politesse, enfin je crois???

J?ai arr?t? de la taquiner, je l?ai remerci?e de son geste g?n?reux et l?ai accompagn?e ? la station o? elle descendait pour lui offrir un verre.???Lutter contre le vieillissement c?est, dans la mesure du possible, ne renoncer ? rien. Ni au travail, ni aux voyages, ni aux spectacles, ni aux livres, ni ? la gourmandise, ni ? l?amour, ni au r?ve.? R?ver, c?est se souvenir tant qu?? faire, des heures exquises. C?est penser aux jolis rendez-vous qui nous attendent.? C?est laisser son esprit vagabonder entre le d?sir et l?utopie.? La musique est un puissant excitant du r?ve. La musique est une drogue douce. J?aimerais mourir, r?veur, dans un fauteuil en ?coutant soit l?adagio du Concerto no 23 en la majeur de Mozart, soit, du m?me, l?andante de son Concerto no 21 en ut majeur, musiques au bout desquelles se r?v?leront ? mes yeux pas m?me ?tonn?s les paysages sublimes de l?au-del?.? Mais Mozart et moi ne sommes pas press?s.? Nous allons prendre notre temps. Avec l??ge, le temps passe, soit trop vite, soit trop lentement. Nous ignorons ? combien se monte encore notre capital. En ann?es? En mois? En jours? Non, il ne faut pas consid?rer le temps qui nous reste comme un capital. Mais comme un usufruit dont, tant que nous en sommes capables, il faut jouir sans mod?ration. Apr?s nous, le d?luge? Non, Mozart.?? Voil?, ceci est bien ?crit, mais cela est le lot de tous, nous vieillissons !??Bien ou mal, mais le poids des ans donne de son joug au quotidien.?? Vieillir, la plus grande injustice parce que l?on en n?est pas responsable et, en m?me temps, la plus grande justice car aucune femme et aucun homme n?y ?chappent !? ??

CAROLLE ANNE DESSUREAULT

 

A propos de

avatar

Check Also

L’économie: science inexacte

Le relèvement du plafond de la dette américaine a de nouveau défrayé la chronique ces ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Beau texte!
    Merci!
    J’ai pas la force d’en écrire plus long… 🙂

  2. avatar

    Bonjour, Carolle Anne.

    Merci de nous faire partager ces réflexions, ô combien justes, de Bernard Pivot sur le vieillissement.

    Comme lui, je me sens en pleine forme, et sans doute le suis-je effectivement si j’en juge par mes longues randonnées en montagne sur des pentes parfois redoutables ou par ma capacité à jouer des heures durant avec mes petits-enfants ou à me transformer en cheval pour les faire galoper sur mes épaules.

    Cela ne m’empêche pas de subir, moi aussi, les indignes propositions de personnes plus jeunes, m’offrant leur place dans le métro à la vue de mes cheveux blancs. Propositions auxquelles je réponds invariablement « Merci, mais tant que je suis jeune, je préfère rester debout ! » Ce qui a le don de déconcerter les autres voyageurs. On a les petites vengeances que l’on peut contre la fuite du temps.

    Au très bel adagio du concerto n°23, je préfèrerais quant à moi l’andante du n°21, le sublime opus sous-titré « Elvira Madigan », du nom de cette funambule danoise au destin tragique qui en était follement amoureuse.

    Cordiales salutations.