Accueil / A C T U A L I T É / USA : en Arizona, la démocratie entre les mains d’illuminés

USA : en Arizona, la démocratie entre les mains d’illuminés

Le fantôme de Trump est durable : on le trouve encore partout en effet aux USA.  Celui de la secte Qanon perdure également, hélas. L’une des dernières manifestations est à leur image : c’est une gigantesque farce qui se tient en ce moment dans une salle de sport en Arizona, à Phoenix, où l’on a décidé de recompter les votes, un comptage pourtant déjà effectué et validé par des observateurs bi-partis. Deux millions de bulletins à recompter, au seul prétexte des délires des Qanonistes qui ont crû y déceler une fraude. Et, au milieu, un représentant républicain récemment battu aux élections qui a été aperçu au milieu des émeutiers du Capitole le 6 janvier dernier.  Bref une farce totale, un grand cirque trumpien qui serait risible s’il ne représentait pas une terrible atteinte à l’expression démocratique, pour ouvrir la voie à la seule partisane. Celle qui a déjà repris ailleurs, avec de nouvelles restrictions de vote pour certaines catégories de populations, une vieille technique républicaine comme on le sait… pitoyable spectacle !

La photo est saisissante : 6 mois plus tard, on a l’impression que tout recommence en effet. Des centaines de bacs en plastique contenant des bulletins de vote en papier viennent d’être installés dans la salle de sport inutilisée de l’Arizona Veterans Memorial Coliseum de Phoenix, les documents sortis de cartons qui avaient jusqu’ici été scellés depuis novembre dernier. Les bulletins de vote du comté de Maricopa en Arizona sont de nouveau de sortie ! Sur Fox news, à défaut d’avoir quelque chose d’intelligent à dire, on a suivi le 21 avril dernier au petit matin en hélicoptère les camions de déménagement de chez Ryder les amenant à leur (second) lieu de dépouillement (ici à droite). Les bulletins, mais aussi leurs machines de triage et leurs scanners de lecture (400 machines au total) : tout recommence en effet ! 2,1 millions de vote à recompter, alors que Joe Biden a officiellement compté 45 109 voix d’avance dans ce seul comté (et 10,457 dans l’Etat). Pour faire croire à un process irréprochable, on a mis des caméras qui vous montrent en « live » l’activité des lieux, ce qui donne des scènes assez surréalistes avec le décalage horaire comme cette salle de « early ballot processing » complètement vide, le 10 mai à 23h 46 là-bas (ici à droite et à gauche).

Qui a décidé ça et comment ça s’organise est quelque chose qui défie l’entendement. A l’origine , il y a en fait… la secte Qanon, à savoir le fils du repreneur de 4 Chan (exilé aux Philippines), on le sait maintenant. A savoir « Ron » Watkins, alias CodeMonkeyZ sur les réseaux qui a fini par dénoncer son père comme responsable de Qanon. Et son assertion de fraude, appuyée aussitôt par l’ancien Arizona Secretary of State Ken Bennett qui a évoqué d’emblée « 250 000 votes frauduleux« , un chiffre sorti de sa botte et étayé par rien de concret.  Comme par hasard, c’est lui justement que l’on photographie (à gauche sur le cliché) en train de déballer les cartons ce 22 avril dernier, lors de leur arrivée… En 2012, il a été l’un des premiers à affirmer que Barack Obama n’était pas né aux USA… une thèse qui a eu un certain succès auprès d’un certain Donald…

Une sénatrice complotiste comme chef des républicains

C’est le Sénat de l’Arizona à majorité républicaine (sa présidente est Karen Fann, ici à droite, elle l’est devenue en 2019 seulement) qui a pris cette décision de recompter, ce qui a provoqué l’ire du conseil de surveillance du comté qui s’est opposé avec véhémence à l’action et a souligné les multiples audits des bulletins de vote et des machines que l’Arizona avait déjà effectués et qui n’avaient trouvé aucun problème jusqu’ici. Karen Fann n’hésite pas à être conspiratrice à ses heures.  Elle a par exemple retweeté une image de cartons de bulletins de vote délaissés au bord d’une route, postée le 27 septembre 2020 par un certain Edward Woods, reprise par la républicaine Suzanne Sharer (elle aussi bien barrée dans le genre.  Elle se répand sur Right Side Broadcasting, la chaîne de l’extrême droite US) en commentant que c’était bien la preuve des manipulations des votes de 2020, alors que la photo datait du 30 septembre 2018 et avait été prise dans le New-Jersey, à Pennsauken : c’était l’œuvre d’un employé indélicat d’UPS ! Voilà qui commence plutôt mal, côté intégrité, pour ce recomptage ! L’actuelle secrétaire de l’Etat, Katie Hobbs, ayant critiqué avec véhémence ce recomptage inutile et coûteux.  Depuis, elle a été l’objet, elle et sa famille, de menaces de mort et a dû demander la protection de la police.

Drôle de Ninjas du complot électoral !

Ça démarrait mal en effet et c’est très vite devenu pire quand on a appris quel organisme avait été sélectionné pour effectuer ce recomptage. En Arizona, on n’a visiblement pas peur du ridicule en effet, car la firme qui a été retenue s’appelle… Cyber Ninjas qui apporte, selon elle, son expertise sur le net de « Cybersecurity for small business ». La société n’ayant aucune expérience électorale à ce jour ! Son fondateur s’appelle Doug Logan et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il manque sérieusement de crédibilité, ayant lui-même dénoncé très vite une fraude inexistante à partir des machines Dominion notamment. En somme celui choisi pour faire un énième audit est d’emblée un partisan du complot électoral !

En fait son choix s’est fait par défaut par Karen Fann, qui avait des vues sur d’autres personnages hauts en couleurs déjà croisés ici : « Logan a également été répertorié comme témoin expert par un homme qui a intenté une action en justice pour fraude électorale dans le comté d’Antrim, au Michigan, qui était au centre des premières théories du complot en raison d’une erreur logicielle causée par l’homme qui a brièvement échangé le total des votes entre Trump et Joe. Biden dans le comté fortement républicain. Parmi les autres témoins experts figuraient Russell Ramsland et Phil Waldron du Allied Security Operations Group, basé au Texas, que Fann a tenté d’embaucher pour mener l’audit, malgré une longue expérience en matière d’allégations sans fondement ou manifestement fausses au sujet de la fraude électorale ». Les deux lascars promus par l’ineffable Giuliani, qui n’ont rien démontré du tout et se sont montrés ridicules lors de leurs auditions, rappelez-vous : le premier notamment en confondant carrément deux états, ou en inventant un célèbre serveur de Francfort en Allemagne resté dans toutes les mémoires… Fann montrant par ses choix qu’elle est avant tout une conspirationniste, façon Sydney Powell, complètement discréditée comme on pu le voir aussi. Il n’y pas, elle sait les choisir, la fameuse Karen !

Le journal l’Arizona Mirror (des ex journalistes de l’Arizona Capitol Times et de l’Arizona Republic subventionnés par The Hopewell Fund, d’obédience démocrate, avec l’excellente Laura Gomez, Pulitzer pour son reportage sur le Border Wall de Trump) a fait un excellent travail à son sujet et a découvert que ce fameux Logan (ici à droite avec Ken Bennett au Coliseum) avait en fait été très actif dans l’organisation de Stop the Steal, qui au final, on l’a vu, a abouti au désastre démocratique du 6 janvier dernier. Chez lui, plusieurs preuves demeurent de sa complicité manifeste avec Qanon et son leader;  « Logan a supprimé son compte Twitter, @securityvoid, en janvier. Mais les archives en ligne montrent une vaste activité en faveur du mouvement Stop the Steal qui a répété des affirmations fausses et non fondées selon lesquelles Biden avait remporté le 2020 par la fraude électorale. Biden a battu Trump par 10 457 voix en Arizona, faisant de lui le premier démocrate à remporter les votes électoraux de l’État depuis 1996, et seulement le deuxième depuis 1948. Fin décembre, Logan a tweeté: «Les parallèles entre l’analyse statistique du Venezuela et les élections de cette année sont étonnants. J’ai honte du peu de républicains qui en parlent.  » Le tweet incluait un hashtag #stopthesteal. Plus tôt ce mois-là, Logan a retweeté un mème montrant un tableau du jeu télévisé Wheel of Fortune, avec la lecture du puzzle, « Joe Biden a commis une fraude électorale. » Toujours en décembre, Logan a retweeté Ron Watkins – un théoricien du complot et ancien administrateur de 8chan qui a promu QAnon et dont certains pensent qu’il a géré le compte Q – qui a affirmé qu’un audit de l’élection pourrait montrer que «Trump a obtenu 200 000 votes de plus que signalé précédemment en Arizona » (le chiffre inventé provient bien de Qanon !!) « Watkins (ici à droite) avait retweeté un tweet de la présidente du Parti républicain de l’Arizona, Kelli Ward, qui faisait une affirmation similaire et remettait en question le rôle de Dominion Voting Systems, le fournisseur qui fournit les machines de compilation des bulletins de vote du comté de Maricopa et un foyer fréquent d’accusations et de théories du complot par les partisans de Trump ». Watkins, on le précise, habite au Japon où la théorie Qanon fonctionne à pleins tubes aujourd’hui !!! Et Kelli Ward, réélue à la tête de l’antenne du GOP de l’Arizona grâce au soutien affiché de Donald Trump, embarrasse désormais son propre parti avec un autre soutien un peu trop voyant : celui de Steve Bannon (cf la photo ici à gauche)!! Le parti a perdu 24 000 membres depuis janvier : cela représente encore peu, mais ce n’est pas signe de bonne santé non plus !

Sans oublier « Francfort » bien sûr: « et deux semaines après les élections, Logan a tweeté que «les serveurs du Dominion en allemand ONT ÉTÉ saisis par les« gentiles » (surnom des militaires dans le langage conspi) en Allemagne », promouvant une fausse théorie du complot que certains partisans de Trump ont répandue après les élections.  Logan a retweeté un commentaire de l’avocat Sidney Powell, une partisane de Trump qui a intenté des poursuites infructueuses contestant les résultats des élections en Arizona et dans d’autres swing states où Biden a vaincu Trump. Et il a retweeté un tweet de Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump qui a préconisé l’utilisation de la loi martiale pour renverser les résultats des élections, demandant: «De combien de relations à l’étranger parlons-nous impliquées dans notre élection du 3 NOV? Y a-t-il des pays étrangers qui n’interfèrent PAS dans nos élections? Chine, Serbie, Italie, Allemagne, Iran. WTH! « . L’un des grands disséminateurs de la théorie « allemande » étant le député Paul Gosar, relayé par Louis Gohmert. Le coup des serveurs allemands s’était répandu comme une traînée de poudre à partir de Facebook en fait. Trump la veille ayant clamé sur Twitter que Dominion avait « effacé 2,7 millions de votes en sa faveur » pour en réattribuer « des centaines de milliers » à son rival démocrate Joe Biden, sans la moindre preuve bien sûr ! Il n’avait fait que reprendre ce qu’avait clamé la chaîne conservatrice One America News Network (OANN) en réalité, par la voix de sa vedette médiatique… Chanel Rion. A noter que depuis que Dominion a menacé de faire un procès, OANN a fait largement machine arrière..  en retirant discrètement tous ses articles ayant incriminé Dominion !!

« Les commentaires de Logan au sujet de Dominion et de ses machines à voter sont particulièrement intéressants » explique le journal, « étant donné que l’audit examinera les machines de compilation des bulletins de vote du comté de Maricopa. Selon un communiqué de presse publié par Fann, l’audit «validera chaque domaine du processus de vote pour garantir l’intégrité du vote» et comprendra également la numérisation et le comptage manuel des 2,1 millions de bulletins de vote émis dans le comté de Maricopa. comme vérifications des inscriptions électorales, du décompte des votes et du «système de vote électronique».  Dominion Voting Systems a déclaré dans un communiqué envoyé aux journalistes que Cyber ​​Ninjas était « dirigé par des théoriciens du complot et des partisans de QAnon qui ont contribué à répandre le grand mensonge ». La société a soutenu des audits menés par des entreprises accréditées par les laboratoires de test du système de vote, « mais ce n’est pas ça. » Bon nombre des théories du complot entourant Dominion proviennent de Powell et de ses prétendues poursuites judiciaires «kraken», qui affirmaient, entre autres, que la fraude impliquant les machines pouvait être liée à la fraude électorale perpétrée au Venezuela par le dictateur décédé Hugo Chavez. Dominion poursuit Powell et de nombreux autres pour diffamation, et Powell a depuis défendu ses déclarations en affirmant que « Aucune personne raisonnable ne conclurait que les déclarations étaient vraiment des déclarations de fait. » Fann n’a pas immédiatement répondu aux questions de l’Arizona Mirror sur les raisons pour lesquelles elle avait choisi Cyber ​​Ninjas ou si elle avait des inquiétudes quant à l’embauche d’une entreprise dont le propriétaire a déclaré à plusieurs reprises que l’élection avait été truquée. Logan et Cyber ​​Ninjas n’ont pas pu être contactés pour commenter ».

Et comme ça ne semblait pas encore assez comme panel de demeurés pour venir recompter, il y en a un qui s’est invité à la fête : « et Bobby Piton, un mathématicien et directeur des investissements qui a affirmé que l’élection de 2020 était frauduleuse, a posté sur Gab qu’il «sera impliqué de manière formelle ou informelle avec le recomptage AZ de 2,1 millions de bulletins de vote». En novembre dernier, Piton a déclaré lors d’une audience non officielle organisée par un législateur républicain que 300 000 bulletins de vote en Arizona avaient été déposés par de «fausses personnes» et que Trump avait facilement gagné l’État. Il n’y a aucune preuve à l’appui de cette affirmation ». Celui-là aussi nous avait déjà laissé un sacré souvenir ici-même, rappelez-vous aussi. Outre ses propos et ses absences totales de preuve, c’est surtout une photo que l’on avait retenue de lui : celle où il figurait, hilare, en compagnie d’un certain… Roger Stone ! Pas sûr que ce soit un gage de sérieux ou à nouveau d’impartialité !!!

L’homme du 6 janvier sur place comme assesseur !

L’impartialité n’est en effet pas vraiment de mise dans ce nouveau comptage qui coûtera 150 000 dollars aux contribuables (c’est le tarif annoncé à Cyber Ninjas). Et on en a un autre exemple encore avec la présence au nouveau dépouillement d’un autre personnage controversé. Au milieu des nouveaux examinateurs, on a en effet repéré une figure connue, déjà décrite aussi ici.  Anthony Kern (ici à gauche), ancien député de l’assemblée de l’Arizona House of Representatives, battu le le soir de l’élection du 3 novembre et membre actif et participant le 5 janvier au soir de la manifestation Stop The Steal.  Il a été aperçu à plusieurs reprises le lendemain, sur les marches du Capitole comme du côté de l’échafaudage du côté ouest (ici à gauche). Un ami à lui viendra même le saluer sur place au milieu des cartons : il s’agît de Paul Gosar, fervent partisan de la théorie de la fraude électorale… et chaud partisan de Stop The Steal également, comme on le sait (photo droite) !!   Je vous avais déjà décrit ici le personnage : « Quelques semaines après avoir prêté serment (en 2016; il était passé tout juste avec 50,6 % des voix), il a décidé d’aller à un rassemblement Trump à Phoenix pour prendre la parole, et où il a sorti le «LOCK HER UP!» la rhétorique contre Hillary Clinton, quatre mois après l’élection non seulement comme un chant marqué, mais quelque chose qu’il a en fait suggéré et qui devait être revisité en tant que politique réelle. »


Le plus intéressant était que ce rassemblement comprenait plusieurs membres de la milice anti-gouvernementale, les Oath keepers, et des gens aboyant d’autres grandes opinions, comme le début du «génocide libéral» et la déportation de tous les musulmans ou de tous les juifs d’Amérique (on y verra quelqu’un affirmer que le regretté McCain aurait été un agent communiste déguisé !!!) note ici l’auteur fort sarcastique de l’excellent blog The Crazy/Stupid Republican of the Day, qui a répertorié les nombreuses âneries commises par Anthony Kern durant son mandat ou avant même. Tel le fait d’avoir été viré de la police en 2014 pour avoir menti à son supérieur… ou ses jugements péremptoires tel que celui sur la protection des enfants dans les écoles : selon lui seul Dieu arrêtera les tirs dans les établissements et pas une loi...  ou que les démocrates feraient selon lui la promotion du sexe dans les crèches à partir de vidéos extraites de Pornhub.com !!! Mais ce qu’on note chez lui aujourd’hui c’est plutôt ceci : « L’ancien représentant Kern était également présent aux événements du 6 janvier, l’appelant le jour «Jour J» du rassemblement du matin. Comme les autres, Kern a répandu des théories sans fondement sur la fraude électorale dans les semaines précédant l’insurrection. À 15 h 02 le 6 janvier, Kern a tweeté une photo des marches occupées du Capitole à proximité (ici à droite), en remarquant: «À Washington, le soutien de @realDonaldTrump et @CNN @FoxNews @MSNB crache à nouveau des mensonges. #vérité. »Vous ne connaissez, rien qui ressemblerait du tout au genre de chose que les néo-nazis hurleraient à haute voix »… Un des émeutiers du 6 janvier, et donc opposé au résultat des urnes, dépouillant aujourd’hui les voix de l’élection !!! On peut légitimement douter de son impartialité, à lui aussi,
 il me semble !!!

La souris de Pulitzer au secours de Rudy et Donald ?

On aura décidément tout vu avec les adeptes de Donald. Tout leur est bon en effet pour laisser douter du résultat des élections. Certains en quête de notoriété se sont engouffrés dans le process.  Et évidemment ils ont été accueillis à bras ouverts par des gens comme Rudy Giuliani.  Celui-là s’appelle Jeffry Jovan Philyaw, mais il se fait appeler Jovan Hutton Pulitzer, ce qui fait plus sérieux on s’en doute. Et lui aussi a proposé sa solution pour le recomptage… malgré son lourd passé d’inventeur raté… (et les 185 millions de dollars qu’il avait réussi à lever et faire disparaître en 2000 !!).« Dans une tentative désespérée de renverser ou de jeter les soupçons sur une élection américaine, un casting ridicule de personnages a entendu l’appel du président sortant Donald Trump à l’aventure – y compris, maintenant, l’inventeur de l’un des pires gadgets de tous les temps. Son nom est Jovan Hutton Pulitzer, et hier, il a donné une piètre imitation d’un discours TED devant le Sénat de l’État de Géorgie, affirmant qu’il avait la capacité de prouver si les bulletins de vote de l’élection de 2020 étaient réels ou faux (ici à droite, un grand moment de folie !). Il s’est présenté à un sous-comité de sénateurs d’État en tant qu’«inventeur et expert en reconnaissance de formes», juste avant d’impliquer qu’il est un titan encore plus grand qu’Apple et Google réunis. «Je suis sur environ 12 milliards d’appareils dans le monde», a-t-il déclaré. Nous admettrons certainement que Pulitzer possède certaines références dans le monde de la technologie. Il est responsable du CueCat: un lecteur de codes-barres en forme de chat qui est largement considéré comme l’un des pires gadgets jamais conçus. Dans une revue du Wall Street Journal en 2000, le célèbre journaliste technologique Walt Mossberg a écrit que le CueCat était «contre nature et ridicule». Rob Beschizza de BoingBoing l’appelle «l’un des gadgets classiques de merde». Et TIME l’a nommée l’une des «50 pires inventions»Parlez d’une référence !! Ici on peut l’entendre répandre une autre rumeur désastreuse, celle des « dots » faits au stylo-feutre, ce que l’on a appelé le « sharpiegate »…  née en Arizona également !!! En 2003, on l’avait retrouvé en train d’essayer de vendre des « cristaux divins »… comme reconversion à ses errements informatiques !

Son scanner ne servait en fait plus à rien à l’avènement du web : « l’idée du CueCat était la suivante: des millions d’objets seraient expédiés dans tout le pays, puis les gens les utilisaient pour scanner les codes-barres des publicités dans les magazines … ouvrant ainsi des liens profonds vers le contenu de leur ordinateur. Nous n’avons probablement pas à expliquer pourquoi un lecteur de codes-barres géant connecté au port clavier PS / 2 d’un ordinateur simplement dans le but d’ouvrir des sites Web a échoué, mais comme son inventeur se mêle maintenant de l’intégrité électorale américaine, nous ne pouvons rien prendre pour acquis. (C’était une mauvaise idée de fabriquer des millions de scanners de codes-barres en forme de chat pour rivaliser avec la fonctionnalité de saisie d’une URL dans un navigateur et d’appuyer sur «retour».). Un des critiques avait tué le bidule en une seule sentence : « Joe Salkowski du Chicago Tribune a écrit: «Il faut s’interroger sur un plan d’affaires basé sur l’idée que les gens veulent interagir avec une canette de soda»… Et le site de se moquer encore : « alors comme ça, l’élection de 2020 sera-t-elle annulée par le gars qui a fait le CueCat?  Cela semble peu probable. Avant de se lancer dans la politique, Pulitzer serait devenu un «chasseur de trésor à part entière» dans une quête apparente de gloire sur The History Channel. Mais incapable de localiser l’Arche biblique de l’Alliance, Pulitzer est de retour à la recherche de quelque chose d’aussi improbable: une fraude électorale généralisée ». Guliani, ou l’art de s’acoquiner avec des nazes ! Ce gars-là est tout simplement fou à lier (il suffit de l’écouter pour s’en convaincre)…

Un gars dangereux car il était intervenu, comme on l’a dit un peu plus haut déjà, entre les deux tours en Georgie pour miner la confiance des électeurs dans l’élection, ce qui au final avait desservi… les républicains !!! Serait-il en plus idiot ?  C’est ce qu’on constate ici en tout cas : « Hier, lors d’une audience au Sénat de l’État de Géorgie, le chasseur de trésors défaillant, J. Hutton Pulitzer, ou le commandant Pulitzer (aucune expérience militaire), a affirmé qu’il avait «piraté» le système de vote de la Géorgie. Le chasseur de trésor n’a fourni aucune preuve lors de l’audience du Sénat qu’il l’avait fait, affirmant seulement que cela s’était produit. «Les fausses nouvelles sont déjà assez difficiles à combattre lorsque les grands médias les diffusent, mais quand un petit groupe de législateurs géorgiens le font, c’est une toute autre histoire», a déclaré le secrétaire d’État Brad Raffensperger (ici à gauche, celui si détesté par Trump après que la Georgie ait basculée pour Biden, avec un long recomptage à la main !!!) : «Ces législateurs doivent cesser de qualifier leurs propres réélections d’illégitimes et se concentrer sur la suppression du vote pour les élections du 5 janvier. La méfiance qu’ils sèment déprime le taux de participation. Si les sénateurs Loeffler et Perdue perdent le 5 janvier, les législateurs de l’État de Géorgie n’auront qu’à se blâmer. « Dans une autre audience remplie de désinformation électorale, un petit groupe de républicains du Sénat de l’État de Géorgie a présenté les affirmations de l’inventeur défaillant et du chasseur de trésor raté J. Hutton Pulitzer en tant que témoin vedette. Dans sa présentation, Hutton Pulitzer, anciennement J. Jovan Philylaw, a affirmé sans fournir aucune preuve qu’il avait «piraté» un bureau de vote. Il a ensuite poursuivi en affirmant que cela signifiait que tout le système de vote était compromis même si le bureau de vote, comme les carnets de vote qu’ils ont remplacés, ne sont jamais connectés au reste du système de vote. » Pour Trump c’était plus simple encore : si Perdue et Loeffler (lire ici leurs exploits économiques) avaient perdu leur élection respective, c’est qu’ils n’avaient pas été assez loyaux envers lui !! Sublime !

Complètement absurde : la recherche de bambou !!

Et ce n’est pas fini, question délire. Lors de la nouvelle reverche d’erreurs possibles, on a vu de drôles de boîtes noires en carton dressées devant les examinateurs, peintes de noir à l’intérieur et dans lesquelles ces derniers placent les bulletins sous la lumière d’une lampe UV (ici à droite) Pour quoi diantre ce nouveau process ? Ça dépasse l’entendement, en fait, comme réponse, car ils cherchent quoi, au fait, ces imbéciles avec cet appareillage bricolé ? Vous n’allez peut-être pas le croire, mais des traces de bambou disent-ils !! Oui, je sais, c’est absurde, mais c’est ainsi.  Cela provient, on s’en doute, d’un post déjanté, un soir sur l’un des sites de Qanon, et le problème c’est qu’on l’a cru tel quel !! Ça ou des marques « invisibles » (watermarks) déposées sur les bulletins, là aussi une rumeur idiote répandue par Qanon, mais décrite comme telle par Ken Bennett (ici à droite) !!

Voici ce que nous en dit CNN sur cette quête invraisemblable : « Ne soyez pas dupe. Le recomptage de Maricopa, qui est géré par les républicains au Sénat de l’État, est un travestissement d’un audit réel des votes – ce que le comté a déjà fait, et ils n’ont trouvé aucune preuve de fraude électorale généralisée et d’autres problèmes. C’est une conclusion à la recherche de «faits» à l’appui, une chasse aux sorcières de premier ordre. Le dernier exemple ? La recherche du bambou – oui, du bambou – dans certains des bulletins de vote dans le comté de Maricopa Dans une interview avec un journaliste local de CBS TV nommé Dennis Welch, un homme du nom de John Brakey (ici à gauche), fondateur d’un groupe appelé AUDIT USA, qui est impliqué dans le processus de recomptage, a exposé la théorie du bambou. « Il y a des accusations selon lesquelles 40 000 bulletins de vote ont été envoyés par avion et ils ont été fourrés dans la boîte … et cela provenait du sud-est du monde … de l’Asie », a expliqué Brakey, ajoutant plus tard:  » si il y a du bambou dans le papier. « Welch, à juste titre confus, demande des éclaircissements. Ce que Brakey fournit: « parce qu’il y avait du bambou dans leur papier; il y a du bambou dans le processus de papier … des gens en Asie du Sud-Est. » À noter: Brakey veut dire clairement qu’il ne croit pas lui-même à la théorie du bambou. « Je ne crois rien de tout cela. Je dis simplement que cela fait partie du mystère sur lequel nous voulons décourager les gens et c’est une façon de le faire. » Drôle d’attitude en tout cas !!! Brakey est en fait un vieil activiste du doute sur les élections (il affirme être démocrate et voter Bernie Sanders !), qui semble vraiment devenu obsédé par la fraude au point d’avoir suivi à la lettre ces rumeurs Qanonistes absurdes et hautement risibles qui vont d’autant plus ralentir le dépouillement : on parle aujourd’hui d’en finir au mois d’août et pas avant, désormais !!! Complètement débile !!! Remarquez, cette fois les bulletins n’étaient donc pas venus de Chine en petit chariot rouge d’enfant, c’est déjà ça (autre épisode grotesque de rumeur complotiste décrit ici).

Une farce anti-démocratique

Outre le côté déjanté des photos sous UV, il y a à l’évidence un manque de rigueur patent et une désorganisation visible à cette relecture en forme de foire des résultats qui ont déjà subi, on le rappelle, une première vérification qui n’a rien donné. Tout est le signe d’une recherche partisane : les assesseurs sont tous des gens d’un seul bord.  Ils arborent sur leurs voitures des badges pro-trump par exemple (cf ici à droite), ou le drapeau jaune au serpent à sonnettes du Tea Party, abondamment vu lors des émeutes sur place le soir.  On laisse traîner des ordinateurs portables sans aucune surveillance, des tas de gens recrutés ne servent à rien, attendant de pouvoir comptabiliser les bulletins photographiés, laissant des tables vides un peu partout (cf la photo à gauche ici) ce qui prend jusqu’à parfois 30 secondes, pour 6 normalement, les ordres donnés sur ce qu’on recherche varient tout le temps : au bout de deux semaines on a abandonné la théorie de Jovan Hutton Pulitzer sur les marquage par feutres. On a fait erreur sur erreur, comme celle d’avoir utilisé des stylos bleus pour mettre en valeurs les erreurs décelées alors qu’il fallait du rouge ou du vert, insensible au scan, justement. Bref, une incohérence journalière à laquelle vient de s’ajouter d’avoir dû tout déménagé pendant des week-ends où des remises de diplômes avaient été prévues dans la fameuse salle de basket… surveillée par de faux agents de police:  une milice recrutée par… CyberNinjas ! Cela n’avance donc pas.  Au 10 avril on en était à 250 000 bulletins revus, soit un peu plus que le 1/10eme du total à faire. Bref, un chaos aberrant, celui de complotistes accrochés à leur chimère ne sachant pas vraiment comment faire pour arriver à leur résultat décrit d’avance par eux… Un spectacle pitoyable dénoncé déjà par un un élu républicain, le sénateur Paul Boyer, ayant pourtant voté lui-même pour son organisation, venu déclarer à la presse « que l’on a l’air d’idiots, là« , dans une lueur d’intelligence… A peine si les républicains qui ont donné leur accord pour ce grotesque recomptage se sont aperçus qu’il était fait surtout sur la base des fichiers papiers des électeurs ayant voté par anticipation, le système dont ils reprochent la mise en place et qui aujourd’hui les aide pourtant à revérifier !! Une farce complète !!!

Dernier point à préciser dans ce panorama de la folie trumpienne encore en exercice : le surnom du Coliseum de Phoenix, haut lieu du basket US, où a lieu ce recompte complètement dingue en ce moment : c’est « The Mad House on McDowell » (le nom de la rue d’à côté)... bienvenue chez les fous !

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le LR en surchauffe ? c’est l’effet Peltier (3) !

Guillaume Peltier, en qui Nicolas Sarkozy a vu son double plus jeune, a en définitive ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *