Accueil / T Y P E S / Billets / Une libert? d?esclaves ?

Une libert? d?esclaves ?

Take a step
Photo: Flickr Robyn Gallagher

Nous sommes fiers d’appartenir ? des soci?t?s d?mocratiques o? la libert? est affich?e au fronton de nos mairies.

Nous nous battons, ? juste titre, contre les atteintes de plus en plus nombreuses ? cette libert? politique. Mediapart fait partie de ce combat.

Mais nous en oublions la principale (parce que la premi?re) remise en cause. La libert? que le « progr?s » nous avait permis de gagner. La libert? par rapport ? la n?cessit? vitale qui faisait esp?rer une soci?t? du « temps libre » (? ne pas confondre avec le loisir qui n’est que la consommation, autre face du travail).

Quelle est la libert? des employ?s ou inemploy?s que nous sommes devenus, citoyens des pays d?velopp?s et ?mergents ?

Une libert? d’esclaves qui ne se rendent m?me plus compte qu’ils ont aux chevilles des fers certes beaucoup plus doux mais beaucoup plus solides : ceux du tout travail et du tout consommation !

Cette situation de servitude, reconnue et d?nonc?e d?s la fin des ann?es 1960, est devenue depuis si admise, parfois m?me si volontaire, que le principal tabou est la remise en cause du tout travail et la principale revendication, si on en juge par les m?dias et les politiques, celle du pouvoir d?ACHAT?!

Pour ceux qui, humanistes, cherchent d?autres sentiers ? explorer, loin des impasses de la pens?e z?ro, l??mancipation intellectuelle par rapport ? la prison du tout ??travail/consommation?? est redevenue indispensable.

Ce billet cl?t ma s?rie ??D?battre du travail, est-ce possible?? ?. La r?ponse ? cette question est, je le crains, ??Plus maintenant et pas encore??.

A propos de

avatar

Check Also

Quand il est mort le bûcheron…

  Ça me peine: je ne verrai plus le bûcheron qui aimait les arbres , ...