Accueil / A C T U A L I T É / Une d?mocratie pour rire
Louis Pr?fontaine nous a parl? r?cemment de la m?tamorphose du Parti Qu?b?cois. Je me suis d’abord demand? pourquoi cette ?pop?e se terminait de cette fa?on, sans m?me de v?ritables protestations… Puis je me suis souvenu qu’on s’?tait bien amus? ? Shawinigan… ? l’?t? 2004, j?ai ?t? candidat du Nouveau Parti D?mocratique dans St-Maurice-Champlain. J’avais [...]

Une d?mocratie pour rire

Louis Pr?fontaine nous a parl? r?cemment de la m?tamorphose du Parti Qu?b?cois. Je me suis d?abord demand? pourquoi cette ?pop?e se terminait de cette fa?on, sans m?me de v?ritables protestations? Puis je me suis souvenu qu?on s??tait bien amus? ? Shawinigan?

? l??t? 2004, j?ai ?t? candidat du Nouveau Parti D?mocratique dans St-Maurice-Champlain. J?avais pr?vu en juin un p?lerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, mais ma conscience citoyenne a pris le dessus sur le salut de mon ?me et j?ai bifurqu? vers une campagne ?lectorale.

Pour faire acte de pr?sence, car le NPD faisait 2 ? 3% des intentions de vote dans le vieux comt? de Jean Chr?tien? mais j?ai eu la coquetterie d?y faire plus et je suis all? y marcher 500 000 pas, faisant de cette marche le th?me de ma campagne et en tirant le m?me exercice vivifiant que m?aurait procur? le p?lerinage. Un sain divertissement?

Avec le recul du temps, je me demande si cette campagne- divertissement que j?ai faite alors dans St-Maurice n??tait pas embl?matique de la politique que vit le Qu?b?cois. Une politique qui n?est ni plus b?te ni plus m?chante que celles qu?on trouve ailleurs, mais qui est peut-?tre un peu plus folichonne et qui, entre deux r?f?rendums? ne suscite pas de grandes passions.

On se marre bien durant nos campagne ?lectorales au Qu?bec; elles m?nent ? changer sans heurts des gouvernements interchangeables. Mais ce n?est pas la R?volution d?Octobre?Les Qu?b?cois- ne veulent pas vraiment la guerre.

Or, la grande aventure de la qu?te pour l?ind?pendance s?est tout de m?me d?velopp?e dans le contexte de la politique qu?b?coise. Ce qui explique peut-?tre ? quoi jouent l?ADQ, le PQ et tous nos politiciens. Ils jouent ? ne pas faire la guerre?

Naturellement, l?id?al de l?ind?pendance a eu ses purs et ses engag?s, des felquistes qui y ont donn? des ann?es de leur vie?. Mais le lambda Qu?b?cois qui a finalement dit non deux fois, lui, est-ce qu?il y a vu autre chose qu?un divertissement ? Quand le p?quiste moyen, aujourd?hui, perd si facilement la foi, est-ce que ce ne serait pas qu?au fond il n?y a jamais vraiment cru ?

Mon billet d?aujourd?hui peut servir d?introduction ? mon ? Journal de bord ? durant cette campagne de 2004 dont j?ai fait hier une section de mon site et dont je vous invite ? lire ensuite quelques textes? Embl?matique, car il n?y a pas eu de ??guerre?? dans Saint-Maurice en 2004? Juste un peu de th?atre.

Voyons d?abord le dramatis personae.

Pour les lib?raux, du tohu-bohu qui avait suivi le d?part de Chr?tien, avait finalement ?merg? comme candidate une adorable jeune femme que j?aurais volont? adopt?e comme s?ur ? ma fille. Intelligente, r?partie facile, elle faisait bonne figure. Mais personne ? et surtout pas les Lib?raux ? ne pensait qu?elle pouvait gagner cette ?lection. Cette ?lection ?tait d?j? conc?d?e au candidat bloquiste.

Un candidat bloquiste bien sympathique, bien repr?sentatif de la mouvance nationaliste largement majoritaire dans la r?gion et que nul brutal d?fi ne poussait donc ? se faire pousser des griffes. Il aurait pu ?tre ?lu in absentia? Les conservateurs avaient leur candidat, produit du terroir, aussi fermement limit? ? la petite fraction du vote de tradition conservatrice que je pouvait l??tre ? celle encore plus infime d?volue au NPD.

Au demeurant, le candidat conservateur ?tait un perdant tout aussi aimable, dans sa d?faite annonc?e, que le gagnant bloquiste l??tait dans sa victoire? qui l??tait tout autant. Il y avait un Vert, aussi, dans la course, issu des marches ?loign?es du ? comt? ?? Vert typique, fait sur mesure, tout aussi gentil que les autres, mais avec en plus une cause sympathique.

Un candidat Marijuana aussi. Ai-je dit que le Vert ?tait typique ? Ce candidat l??tait ?galement. On pouvait croire sans peine que, au contraire d?Attila, l?herbe pousserait toujours partout o? passerait sa monture? Et enfin, bien s?r, il y avait moi, qu?on aurait pu dire typique des candidats atypiques que peuvent produire des partis id?alistes, comme le NPD.

Voyez ci-haut la photo de notre petite famille de candidats. L?ami vert, est arriv? trop tard des grands bois pour y ?tre, mais que je le vous pr?sente ici en d?bat anim? avec le Conservateur. Une petite famille, je vous dis. On n?allait tout de m?me pas se faire la guerre? !

Alors la ? bataille ? pour Saint-Maurice a ?t? un ballet, une chor?graphie plut?t qu?une bataille. Deux (2) d?bats bien polis, des contradictions sans surprises, par m?dias interpos?s. On a v?cu une messe pour la d?mocratie, comme ces enterrements o? l?on arrive tard ? dessein, pour rester sur le parvis, puisque le corps est d?j? froid et que l?important est de saluer les parents et les potes.

Ce ?lections ?taient un folklore amusant, mais qui ne suscitait tout de m?me pas l?int?r?t du Festival Western de St-Tite Nous tous, les candidats, aurions pu ?tre m?l?s, tir?s d?un ?norme chapeau et distribu?s au hasard entre les partis, sans que les r?sultats du vote ne changent d?un iota.

Pays superbe, population accueillante? J?ai bien aim? l?exp?rience. Mais ?tait-ce s?rieux ? Le constat ? faire, dans le mod?le ?lectoral que nous avons, est que ces campagnes sont inutiles. Les candidats sont inutiles ? car on ne vote que pour les partis ? et les d?put?s eux-m?mes sont inutiles, puisque, lorsqu?ils sont ?lus, ils n?ont d?autres fonctions que de suivre les directives de leurs partis respectifs.

Une ?lection pour rire. Toute notre pseudo d?mocratie est ? repenser et l?un des ?l?ments majeurs ? revoir est le r?le du d?put? comme repr?sentant des citoyens. Je parle ailleurs des changements ? faire ? notre d?mocratie. Dans les textes de la section ? laquelle celui-ci sert de pr?ambule, vous trouverez quelques id?es, mais j?ai surtout voulu montrer le caract?re bon enfant d?une ?lection en province, au Qu?bec.

Est-ce que dans cette d?mocratie pouvait na?tre et se d?velopper une conscience r?volutionnaire ? Et la plus grande astuce du syst?me n?a-t-elle pas ?t? le pi?ge de cette d?mocratie pour rire, dans lequel le PQ est tomb? pour finalement y mourir ? Mes 500 000 pas en Mauricie, avec le recul du temps, m?apparaissent comme le symbole de ce syst?me?. qui nous a fait bien marcher.

Voir: Une guerre en Mauricie

Pierre JC Allard

A propos de

avatar

Check Also

Quand les politicards se foutent sur la tronche

Comme dirait l’un de mes potes qui jaspine argomuche première langue, les bourrins sont lancés ! ...