Accueil / L O C A L I S A T I O N / AMÉRIQUE LATINE / Un vent de lucidit? souffle sur le peuple sud-am?ricain

Un vent de lucidit? souffle sur le peuple sud-am?ricain

 

A l’heure o? la plan?te se lib?ralise de plus en plus, o? des anciens gouvernements socialistes laissent place ? des pr?sidents de droite franche ; ou pour mieux r?sumer, tout en globalisant, ? l’heure o? l’?ternelle alternance droite/gauche, voire franche droite/centre gauche se propage partout de par le monde ; ? l’heure des r?leurs permanents, des r?volutionaires d’isoloirs, il est heureux de constater, qu’ailleurs, des peuples sont satisfaits de leurs gouvernants, pas vraiments mod?r?s, qui se font appeler « socialistes », mais qui sont bien plus ? gauche que notre parti communiste actuel,
Satisfaits, au point de r??lire leurs pr?sidents d?s le premier tour, et avec un r?sultat sup?rieur ? leur primo-?lection…

Actualit? :

Les Equatoriens ont ? nouveau offert un pl?biscite hier au pr?sident Rafael Correa, l’un des leaders de la gauche am?ricaine, triomphalement r??lu ? la t?te de ce pays de 15 millions d’habitants. Dirigeant charismatique et populaire, cet ?conomiste de 49 ans, qui a impuls? un virage socialiste depuis son arriv?e au pouvoir en 2007, a promis de renforcer sa « r?volution » durant le dernier mandat de quatre ans que lui autorise la loi. « Merci pour cette confiance. Nous ne vous d?cevrons jamais, cette victoire est la v?tre », a lanc? M. Correa, depuis le balcon du palais pr?sidentiel de Quito, devant des milliers de partisans en liesse.
« Cette r?volution, personne ne l’arr?te. Nous sommes en train de faire l’histoire », a encore d?clar? le chef de l’Etat, vainqueur d?s le premier tour avec plus de 56 % des voix, apr?s le d?pouillement de pr?s de 40 % des bulletins. M. Correa devance nettement son principal concurrent, le banquier conservateur Guillermo Lasso, cr?dit? de 24 % selon ce d?compte partiel publi? par le Conseil national ?lectoral.

Source 😕http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/02/18/correa-reelu-triomphalement-a-la-tete-de-l-equateur_1833994_3222.html

La r?volution bolivarienne de Chavez:

  • ?V?n?zuela :

30 juillet 2000, Hugo Chavez est ?lu pr?sident au premier tour avec? 59,76 % des voix ;? le 3 d?cembre 2006, il est r??lu, toujours au premier tour, avec? 62,84 % d’?lectorat.
En 2012, malgr? des critiques et attaques diverses des ?tats « bien-pensants », il est ?lu pour la troisi?me fois, d?s le premier tour, avec un taux de 55,07 %.
La R?volution bolivarienne est le mouvement cr?? par Hugo Chavez au Venezuela de transformation de la soci?t? et la cr?ation d’une ?conomie socialiste.
Le nom fait r?f?rence ? Simon Bolivar, et reprend certains de ses id?aux.
Selon Hugo Chavez, la r?volution bolivarienne est un mouvement de masse pour mettre en place une ? d?mocratie populaire participative ?, une ind?pendance ?conomique du Venezuela, une distribution ?quitable des revenus et en finir avec la corruption du pays.
Correa, l’?quatorien, tout en ?tant moins radical que Chavez, est assez proche de sa politique, et s’en revendique assez souvent.

  • Le bolivarisme :

Le Bolivarisme est un courant politique que l’on retrouve en Am?rique du Sud. Selon ses partisans, il se fonde sur les id?es du lib?rateur Sim?n Bol?var, notamment en ce qui concerne la justice sociale, la libert? et l’?galit? des droits. Sim?n Bol?var fut d’ailleurs influenc? par le philosophe genevois Jean-Jacques Rousseau.
Les bolivaristes se revendiquent de certains pr?ceptes formul?s par Sim?n Bol?var dans la Lettre de Jama?que, le Discours d’Angostura, Le Manifeste de Carthag?ne et d’autre ?crits. Plusieurs fois invoqu? en Am?rique du Sud, il l’est ? nouveau depuis la fin du XXe si?cle (dans les milieux radicaux, il serait notamment soutenu par les FARC, par exemple).
C’est surtout Hugo Ch?vez, actuel pr?sident du Venezuela, qui reprend les id?es du « Libertador » et il pr?ne le n?o-bolivarisme. M?me si Ch?vez a ?galement ?t? influenc? par les ?crits de l’historien marxiste Federico Brito Figueroa, on peut retrouver les principaux traits du courant initial dans la politique de Chavez : une volont? d’ind?pendance plus grande vis-?-vis des puissances dominantes (des ?tats-Unis en l’occurrence), mais aussi, comme Bolivar, des tentatives d’unification ou de rapprochement des ex-colonies lorsqu’il tente d’organiser les principales organisations r?gionales sud am?ricaines. C’est sa volont? d’appara?tre comme le rassembleur des peuples domin?s d’Am?rique Latine qui le rapproche d’un « nouveau Bolivar ».

Et ailleurs …

Bolivarisme ou pas, d’autres pays d’am?rique du sud emboitent le pas vers une politique d’?mancipation, et d’?coute du peuple, Et ?a paye ! Car il n’y a pas qu’en Equateur et au V?n?zuela, que des pr?sidents socialistes sortants sont r??lus, avec des majorit?s ?crasantes d?s le premier tour.

  • Bolivie :?Morales, le premier pr?sident Aymara

Le 19 d?cembre 2005, ce leader syndical indig?ne est ?lu pr?sident d?s le premier tour avec 53,74% des voix ; 4 ans plus tard, le 6 d?cembre 2009, toujours au premier tour, son score atteint 64,22 %
Sur le plan international, Morales est proche du pr?sident v?n?zu?lien Hugo Ch?vez avec qui il partage de nombreux ?l?ments de sa vision socialiste de l’Am?rique latine, tout en demeurant tributaire de ses origines plus ou moins indig?nistes.

  • Nicaragua :?Ortega le sandiniste

Daniel Ortega, d?j? dirigeant du pays, malgr? une « guerre » sournoise des USA, de 1985 ? 1990, retrouve son fauteuil pr?sidentiel, le 5 novembre 2006, ?lu au premier tour, avec 37,99% des voix, devant Eduardo Montealegre (28,30%) candidat soutenu par les Etats-Unis. Il est r??lu le 6 novembre 2011, avec 62,65% des voix d?s le premier tour.
Le Frente Sandinista de Liberaci?n Nacional (en fran?ais Front sandiniste de lib?ration nationale) est un parti politique nicaraguayen fond? en 1961 comme organisation politico-militaire social-d?mocrate inspir?e par la lutte du g?n?ral Augusto Sandino.
Le FSLN joua un r?le majeur dans l’histoire du Nicaragua en d?clenchant la Revoluci?n Popular Sandinista (R?volution populaire sandiniste) en 1979. Aujourd’hui, il est membre de l’Internationale socialiste et de la COPPPAL.

Et des plus ?mondialistes?, mais soutiens inconditionnels ?

Nous parlions de socialisme ? Et bien? ?a tombe bien, car dans le genre ?r??lu haut la main?, les deux plus grands pays d?am?rique du sud ne manquent pas ? la r?gle. Et m?me si de par, justement, leur amplitude, et la convoitise qu?ils g?n?rent,? ils semblent vouloir rester dans le socialisme pur et dur, celui qu?en France, Jaur?s ventait, celui qui n?a d?sormais plus rien ? voir, en europe, avec ceux qui affichent son nom. Il est vrai qu?? l?heure actuelle, le mot ?communisme? fait peur ; alors rien de surprenant ? ce qu?on remplace cette id?ologie si ?humaniste?, par un terme plus acidul? ?

  • Br?sil :?De Lula le syndicaliste ? sa succession ?obligatoire? :

?lections pr?sidentielles des 6 et 27 octobre 2002 : Luis Inacio Lula da Silva (Parti des Travailleurs), est ?lu au 2e tour avec 61,6 % des suffrages, contre 38,3 % ? Jos? Serra (Parti de la social-d?mocratie br?silienne). Premier pr?sident br?silien de gauche, quatre ans plus tard, Luiz In?cio Lula da Silva est r??lu ? la pr?sidence de la R?publique br?silienne avec 60,83 % des suffrages exprim?s, contre 39,17 % en faveur de son adversaire.
La constitution br?silienne limitant ? deux mandats successifs la pr?sidence de la r?publique, il c?de sa candidature ? sa chef de cabinet Dilma Rousseff. Cette derni?re, confirmant la r?ussite politique de son pr?d?cesseur, est ?lue avec 56,05 %, soit 55 724 713 millions de votes. Elle est la femme qui a re?u le plus grand nombre de suffrage au monde.

  • Argentine :?le couple Kirchner :

N?stor Carlos Kirchner, consid?r? comme ?tant un p?roniste de gauche, est ?lu pr?sident de la nation Argentine, le 27 avril 2003, avec seulement 22 % de voix.
Quatre ans plus tard, son ?pouse Cristina Elisabet Fern?ndez de Kirchner lui succ?de en obtenant 44,70 % des voix face ? l’ex-d?put?e radicale Elisa Carrio (qui repr?sente la coalition civique, de centre-gauche et qui recueille quelque 23 % des suffrages exprim?s) ; elle est ?lue d?s le premier tour de l’?lection pr?sidentielle.
Elle est r??lue, pour quatre ans, le 23 octobre 2011, d?s le premier tour de la pr?sidentielle, avec 53,96 % des voix. Elle entame son second mandat le 10 d?cembre suivant.

Sans oublier bien sur d?autres espoirs ?

Et d?sespoirs ?

Pour finir, cette carte de l’espace latinoam?ricain en Juin 2011, avec les ?tats ayant des dirigeants (nom indiqu? sous celui du pays) de droite (en bleu), les pays de l’axe Chavez-Castro-Morales-Correa-Ortega (en rouge), les sociaux-d?mocrates (rose), les pays rattach?s ? l’ext?rieur (comme la Guyane Fran?aise) apparaissant en gris, et les petits pays aux gouvernements moins d?finissables ?tant en bleu p?le.

Alors tirons un grand coup de chapeau ? ce demi continent qui a le courage de ses opinions, et qui semble, mieux que nous discerner o? est son avenir, et l?affirmer dans les urnes.

A propos de

avatar

Check Also

La Science ne comprend pas la matière décrite par la mécanique quantique

1) La science est faite d’expériences réalisée en laboratoire ou en extérieur. Ces expériences sont ...

One comment

  1. avatar

    Merci pour cet article fort éclairant sur cette émergence d’un nouveau monde à travers ces peuples et leaders qui ont décidé no seulement de briser les chaines de leur dépendance politique et économique, mais aussi et surtout de tisser entre eux des liens d’intégration qui en font une même et grande famille.