Accueil / T Y P E S / Articles / Transformers : une autre nostalgie ? gros budget (2007)

Transformers : une autre nostalgie ? gros budget (2007)

Un ?tudiant de l’?cole secondaire, Sam Witwicky (Shia Labeouf), ach?te sa premi?re automobile, mais il se rend compte que sa voiture est un « Autobot » nomm? « Bumblebee ». Les Autobots constituent une race de machines extra-terrestres qui combattent une autre race de machines extra-terrestres : les Decepticons. Les deux races ennemies sont ? la recherche d’un puissant artefact qui a atterri sur la Terre et Sam sera au centre de ce conflit mettant aux prises les Autobots (et leur leader Optimus Prime), les Decepticons (men?s par Megatron), mais aussi l’arm?e am?ricaine et d’autres organisations servant de chairs ? canon.

Il est difficile de prendre Transformers au s?rieux. La recette cr?ve les yeux : prenez n’importe lequel des conflits manich?ens issus de la culture populaire datant de l’enfance de votre public cible (jeux vid?o, dessins anim?s, bandes dessin?es, peu importe…), ajoutez-y les ingr?dients essentiels ? un blockbuster, comme de l’action, de jolies filles, des effets sp?ciaux inutiles et une histoire d’amour aussi pr?visible qu’improbable ; m?langez le tout dans un sc?nario plus ou moins cr?dible. Voil? ! Ce n’?tait pas plus compliqu? que cela.

Par cons?quent, ce film repose sur des bases plut?t pr?caires. Le combat entre ces deux races ennemies est plus ou moins cr?dible. M?me les races en tant que telles portent ? confusion. Je n’?tais pas un fan des Transformers dans mon enfance, si bien que je n’ai aucune id?e de leur moyen d’autoconservation ou de reproduction. Peut-?tre est-ce expliqu? dans les dessins anim?s, mais dans le film, on passe trente secondes pour pr?ciser le conflit entre ces deux races cr??es ex nihilo et puis vlan ! : de l’action et encore de l’action.

Pour ce qui est du sc?nario, vous aurez compris que ce n’est pas le plus original. L’histoire d’amour entre Sam et la premi?re belle fille de service (Megan Fox) rel?ve de la d?finition m?me du mot « qu?taine ». Je vous lance quelques mots ? la vol?e : jeune homme timide, d?sir de prouver sa valeur dans l’achat d’une voiture, belle fille inaccessible et amoureuse de joueurs de football… Vous comprenez ? Mais ce n’est pas tout. Le r?alisateur disposait d’une deuxi?me belle fille de service (Rachael Taylor), dot?e d’un accent australien en plus. On lui octroya le r?le le moins cr?dible pour une fille de cette beaut? : une sp?cialiste de l’informatique. J’ai beaucoup de respect pour les geeks, mais j’ai ?norm?ment de doutes concernant la pr?sence, dans le monde entier, d’une ing?nieure en informatique pouvant figurer dans le top 100 de FHM des plus belles femmes au monde. J’aimerais me tromper.

D’ailleurs, si vous ?tes attentif, vous remarquerez que m?me les figurantes, qui hurlent en courant lorsqu’il y a des attaques de machines, sont ?g?es de 18 ? 26 ans et portent du C en montant. On voit ici le souci de r?alisme chez le r?alisateur. Et je n’ai pas abord? le jeu des acteurs, les personnages influents pourvus de QI ? deux chiffres, le sc?nario pr?visible… Toutefois, si l’on met son cerveau ? OFF pendant le visionnement, ce film peut s’av?rer un bon divertissement na?f et inoffensif.

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (16)

Le Parti républicain, papillon prenant Donald Trump pour lumière s’est grillé en route depuis, rattrapé ...