Accueil / A C T U A L I T É / Toulouse: Touche pas ? ma yourte !

Toulouse: Touche pas ? ma yourte !

Par Nolwenn Weiler, Xavier Renou (23 f?vrier 2011)

Install? pendant trois semaines ? deux pas du centre-ville de Toulouse, le premier camp anti-Loppsi 2 a pli? bagage. Les militants, qui ont choisi un habitat l?ger ou mobile, d?non?aient les aspects liberticides de cette loi. L?occasion aussi de rencontrer les riverains pour battre en br?che les id?es re?ues sur ce mode de vie alternatif. Plusieurs camps se sont install?s ailleurs en France. Avec d?autres id?es, mais une m?me volont? de r?sistance.

Photo?: ? Antiloppsi2

Ils ont fait leurs valises mi-f?vrier le c?ur l?ger, avec le sentiment d?avoir fait le maximum pour que les Toulousains en sachent un peu plus sur la loi Loppsi 2. ??Nous avons d? distribuer environ 150.000 tracts ?, sourit Cl?ment, l?un des organisateurs du camp qui s?est invit? pendant trois semaines sur les berges de la Garonne, apr?s avoir squatt? 24 heures en face de la mairie. Les partisans de l?habitat choisi, menac?s par la loi Loppsi 2, et notamment par l?expulsion stipul?e dans l?article 32 ter sont ? l?origine de cette id?e de campement. Ils l?ont g?r? pendant pr?s d?un mois ont multipli? les moyens de lutte, et de vulgarisation. ??Nous voulions avertir et mobiliser les gens autour de la loi Loppsi 2. Essayer de faire convergence avec d?autres mouvements sociaux, politiques, syndicaux ?, poursuit Cl?ment.

Soupes populaires et manifs festives

Des habitants du camp ont ainsi ?t? faire de la p?dagogie aupr?s des ??biffins?? (vendeurs ? la sauvette), menac?s par la loi. D?autres installaient une soupe populaire au monument toulousain des morts de la R?sistance, pr?s du jardin des Plantes, pour comm?morer aux c?t?s des militants du Conseil National de la R?sistance, version ann?e 2000, la proclamation du droit au logement universel. Plusieurs fois par semaine, des habitants du village de la r?sistance se rendaient par petits groupes dans les lieux militants de la ville (cin?ma Utopia, bars militants, permanences de partis et syndicats progressistes…) pour tenter d??largir leur base politique.

Une journ?e de d?ambulations contre la vid?osurveillance, avec ?chasses, musique, clowns activistes et d?guisements en formes de cam?ra, a ?t? organis?e dans les rues commer?antes de la ville, ainsi que des r?unions avec les Tunisiens en pleine r?volution, et finalement des actions de soutien aux squats menac?s d?expulsion imm?diate. Le 5 f?vrier, plus de 300 personnes ont manifest? contre ??les loppsichopathes du gouvernement ?.

Autogestion et r?gles de bonne conduite

? la n?cessit? de se mobiliser pour lutter contre le contenu liberticide de la loi LOPPSI 2, s?est impos?e, pour les personnes vivant en habitat ?ph?m?re, une autre mission?: celle de changer l?image n?gative dont souffrent les partisans de l?habitat choisi, auxquels on associe celle des squats de la mis?re, avec leur cort?ge de drogu?s et de d?linquance. D?o? le soin tout particulier accord? ? la tenue de ce camp o? l?on croisait tipis, tentes, caravanes et camions am?nag?s. L?alcool et la drogue ?taient interdits.

Et d?s les premiers jours, les militants ont fait du porte ? porte aupr?s des riverains pour expliquer leur initiative et entendre les ?ventuelles craintes. Ils ont aussi cherch? des ??amis??, c?est-?-dire des gens volontaires pour d?fendre leur cause aupr?s des services de la mairie en cas de plaintes d?autres voisins. Des plannings quotidiens affich?s sous la tente centrale listaient ce que chacun devait faire. Les d?chets ?taient tri?s, en lien avec une association toulousaine sp?cialiste de la question.

Des camps ailleurs en France

??Le dernier repas de quartier qu?on a fait ?tait tr?s tr?s chouette ? r?sume Cl?ment. ??Nous avons initi? des rencontres entre des gens pas habitu?s ? se c?toyer.?? Il y avait l? des familles de squatteurs, avec leurs enfants, des sans domicile fixe, avec leurs probl?matiques plus lourdes, des artistes, de jeunes ??teufeurs?? amateurs de ??free parties??, des ??travellers??, partisans d?une vie de nomadisme en roulotte, camionnette ou yourte, des ??freegans?? qui organisent la r?cup?ration de la nourriture dans les poubelles d?bordantes des supermarch?s… Les squatteurs sont aussi tr?s contents d?avoir montr? aux personnes plus s?dentaires qu?il existe chez certains marginaux la volont? et la capacit? de s?organiser. Pour d?fendre le droit et la possibilit? de vivre autrement, ??avec moins de biens et plus de liens??. La France des propri?taires d?fendue par l?actuel gouvernement ne fait pas r?ver tout le monde. Et le montage de camps ?ph?m?res o? l?on apprivoise une vie collective et autog?r?e est une bonne fa?on de le prouver.

L?exp?rience toulousaine a fait des ?mules. ? Limoges notamment. Et dans le sud, la mobilisation se poursuit. Divers r?seaux de r?sistance ? la loi Loppsi 2 sont en train de se constituer. Et les squatteurs de Toulouse, repli?s dans d?autres endroits de la ville et ? la campagne, viennent de replanter leurs tentes au c?ur de la Fac du Mirail.

Xavier Renou et Nolwenn Weiler

Photos?: ? Antiloppsi2

Source: http://www.bastamag.net/article1421.html

A propos de

avatar

Check Also

Philip Morris : tabac, cigarettes, et… morts de soldats au Sahel (4)

L’étude de la contrebande organisée de cigarettes révèle bien des surprises, comme le fait que ...