Accueil / T Y P E S / Articles / Torture : Obama enfreint la loi internationale et la Constitution am?ricaine
?La torture est l’imposition volontaire de s?vices d’ordre physique ou psychologique qui visent ? faire souffrir un individu.? La Maison Blanche a rendu public des documents de l’administration Bush concernant la torture. Nous y apprenons plus d?tails quant aux diff?rentes m?thodes d’interrogation brutales?qui furent autoris?es par la Maison Blanche dans le but de donner plus d’outils [...]

Torture : Obama enfreint la loi internationale et la Constitution am?ricaine

nopesticker

?La torture est l?imposition volontaire de s?vices d?ordre physique ou psychologique qui visent ? faire souffrir un individu.?

La Maison Blanche a rendu public des documents de l?administration Bush concernant la torture. Nous y apprenons plus d?tails quant aux diff?rentes m?thodes d?interrogation brutales?qui furent autoris?es par la Maison Blanche dans le but de donner plus d?outils aux agents am?ricains de la CIA pour extraire plus d?informations lors des interrogatoires de ?suspects? ou ?d?ennemis combattants? nomm? comme tel par Washington. Faut-il le rappeler, certains contrats d?interrogation ?coercitif? (lire – torture) furent octroy?s ? des firmes priv?es engag?es pour faire le sale boulot.

Les quatre documents (PDF) expliquent quelles techniques ?d?interrogatoire coercitif ? ont ?t? autoris?es et la fa?on dont elles devaient ?tre employ?es: la torture par l?eau (waterboarding), lancer des d?tenus la t?te la premi?re dans un mur (prouv? pour causer des dommages neurologiques permanents), privation de sommeil pendant des jours, les forcer ? demeurer dans des positions douloureuses et d?bilitantes, ?tranglement, etc.

De plus, on y retrouve un aper?u de la torture qui fut autoris?e et employ?e sur les enfants de Khalid Sheikh Mohammed, le ?pr?tendu? cerveau des attaques du 9/11 qui aurait subi le waterboarding 183 fois en un mois. Des techniques telles que les emprisonner dans une petite boite avec des insectes ou de les terroriser avec des chiens enrag?s. Une vingtaine de crimes de guerre du genre ont ?t? commis contre des milliers d?enfants sous l?administration Bush. Voil? l?image des ?tats-Unis en plein 21e si?cle.

Maintenant, le pr?sident Barack Obama s?est empress? de pointer du doigt et condamner ces actes, mais de l?autre main il a promis aux diff?rents agents ayant pratiqu? la torture qu?ils ne seront pas poursuivi en justice par son administration. L?attorney g?n?ral d?Obama, Eric Holder, a d?clar? que des fonds publics seraient utilis?s pour venir en aide aux bourreaux et les d?fendre contre les victimes de torture qui pourraient avoir la mauvaise et surprenante id?e de vouloir les poursuivre en justice.

On se rappelle que Dick Cheney avait admis avoir autoris? la torture:

?Dick Cheney a admis pour la seconde fois, et ce, en pleine t?l?vision nationale aux ?tats-Unis, qu?il avait autoris? l?usage de la torture dans les prisons am?ricaines r?parties un peu partout ? travers le monde parmi lesquelles on retrouve les tristement c?l?bres en Afghanistan, en Irak et ? Guantanamo, pour ne nommer que celles-l?. Un rapport du S?nat am?ricain a aussi confirm? la responsabilit? de la torture de plusieurs hauts ?chelons du gouvernement Bush, incluant George W. Bush et Dick Cheney, sans oublier l?ancien Secr?taire ? la d?fense, Donald Rumsfeld.

Le FBI a point? du doigt le Pr?sident Bush pour avoir autoris? la torture ? Abu Ghraib, ? Bagdad. La Croix Rouge a remis un rapport accusant la CIA de torture. Amnesty International accuse les ?tats-Unis d??tre devenu le premier pays en liste ? ?viter leur responsabilit? en mati?re de violation des droits humains dans le monde, au nom de la sacro-sainte guerre au terrorisme.

Plus de 100 000 pages de documents du gouvernement am?ricain existent pour prouver que la torture n?est pas l?oeuvre de quelques mauvaises pommes, mais fut bien autoris?e au plus haut niveau du r?gime Bush, de la CIA et de l?arm?e.?

Pas besoin d?en dire plus, les preuves pour ouvrir des poursuites judiciaires sont abondantes et solides. C?est la honte. Obama a d?clar? qu?il condamnait la torture, mais il juge qu?il ne vaut pas la peine de s?attarder au pass? et de juger les responsables. Voil? pour le changement. La torture est monnaie courante dans les prisons am?ricaines en Irak et celle de Bagram en Afghanistan qui, d?ailleurs, sera probablement agrandie sous Obama, ce qui lui vaudra le surnom de la prison ?Guantanamo d?Obama?. Voil? un autre indice clair que droite ou gauche, R?publicain ou D?mocrate, c?est tout du pareil au m?me. Ils sont tous complices et accessoires ? ces crimes. C?est la raison pour laquelle personne n?a int?r?t ? partir la roue de la justice.

La d?cision de Barack Obama de ne pas poursuivre en justice les responsables de crimes de guerre a soulev? l?indignation. Les Nations Unis ont rappel? aux ?tats-Unis qu?ils ?taient toujours signataires et donc li?s ? la loi internationale. Ils sont dans l?obligation de poursuivre les responsables de ces crimes si les ?vidences sont suffisamment solides. Si Obama refuse de le faire, il enfreint la loi internationale ainsi que le 8i?me Amendement de la Constitution des ?tats-Unis tout en devenant un accessoire ? un crime de guerre.

On ne devrait pas baser le futur que sur de l?espoir. Le respect des lois est n?cessaire dans des cas pareils. Obama ne semble pas ?tre de cet avis.

Voici plus d?informations provenant de Wikip?dia ? propos de la torture et des diff?rents trait?s, conventions et droit international l?interdisant:

?La torture est aussi un moyen employ? pour obtenir des aveux ou terroriser des populations ou des organisations, en ciblant des membres d?un groupe de personnes particulier, afin que les autres restent passifs de peur d??tre victimes ? leur tour. Les actes de torture produisent le plus souvent des s?quelles physiques (ex?: mutilations) et psychologiques (ex?: traumatismes). Du point de vue du tortionnaire (ou bourreau), qui tient sa victime ? sa merci, torturer peut r?pondre ? des pulsions sadiques ou simplement s?inscrire dans la soumission ? l?autorit? (Exp?rience de Milgram).

La D?claration universelle des droits de l?homme, adopt?e le 10 d?cembre 1948 par l?ONU, est le premier texte international ? d?clarer ill?gale la torture, dans son article 5?: ??Nul ne sera soumis ? la torture, ni ? des peines ou traitements cruels, inhumains ou d?gradants??. Les quatre Conventions de Gen?ve adopt?es en 1949 et leurs Protocoles additionnels (1977) prohibent la torture. D?autres textes internationaux ou r?gionaux ont, dans les ann?es suivantes, interdit la torture. Le premier est la Convention europ?enne des droits de l?homme, adopt?e en 1950 par le Conseil de l?Europe, qui est le premier trait? interdisant la torture (article 3).

Miguel Benasayag ?crivait en 1987 : ??la torture constitue un v?ritable d?rapage dans nos soci?t?s. Car elle est la violation d?un interdit fondamental, celui qui fait l?objet du consensus social fondant la l?gitimit? de l??tat de droit?: le consensus selon lequel l??tat (et ses repr?sentants) ne doit jamais toucher le corps des individus, car l??tat occupe pr?cis?ment la place d?un tiers dont la reconnaissance par les individus-citoyens permet d??viter la barbarie d?une soci?t? fond?e sur le rapport duel, celui qui n?est r?gi que par la loi du plus fort[1].??

La torture est proscrite par le droit international depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Outre la Convention europ?enne des droits de l?homme, les conventions et trait?s suivant concernent la torture?:

  • le Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP, 1966, dans son article 7)?;
  • les Conventions de Gen?ve de 1949 et leurs Protocoles additionnels de 1977?;
  • la Convention relative aux droits de l?enfant (1989)?;
  • la Convention am?ricaine relative aux droits de l?homme (1969)?;
  • la Charte africaine des droits de l?homme et des peuples (1981)?;
  • la Charte arabe des droits de l?homme (1994), qui n?est pas encore entr?e en vigueur.

La Convention contre la torture autres peines et traitements cruels ou d?gradants, adopt?e par l?Assembl?e g?n?rale des Nations unies le 10 d?cembre 1984 et entr?e en vigueur le 26 juin 1987, pr?sente l?int?r?t de la d?finir pour la premi?re fois et de l?interdire avec pr?cision: voir paragraphe ci-dessous.

En mati?re de droit international coutumier, des ?l?ments cl?s de la d?finition de la torture ont fait l?objet de r?f?rences officielles?: en r?sum?, elle implique ??une douleur ou souffrance aigu?s, physique ou mentale??, inflig?es ??intentionnellement?? par des agents de l??tat. La convention interam?ricaine pour la pr?vention et la r?pression de la torture en ?tend la d?finition aux cas d???applications de m?thodes visant ? annuler la personnalit? de la victime ou ? diminuer sa capacit? physique ou mentale, m?me si ces m?thodes et proc?d?s ne causent aucune douleur physique ou angoisse psychique??[2].?

En conclusion, voici une s?rie d?articles qui donnent ? r?fl?chir par rapport aux vraies motivations de Barack Obama ainsi que de la signification de ce qu?il nomme le ?changement?:

? Obama preserves renditions as counter-terrorism tool

? Obama preserves rendition two days after taking office

? The Torture Ban that Doesn?t Ban Torture

Sous les ordres ex?cutifs r?cemment cr??s par Obama, la CIA a toujours l?autorit? d?op?rer ce qui est connu sous le nom des ?redditions extraordinaires?, c?est-?-dire des enl?vements secrets et transferts de prisonniers vers des pays qui coop?rent avec les ?tats-Unis.

? ?No rights? for Bagram inmates

Le D?partement de la justice de Barack Obama a d?cid? de se placer du c?t? de l?ancienne administration Bush en d?clarant que les prisonniers des ?tats-Unis d?tenus en Afghanistan n?ont aucun droit constitutionnel pour se d?fendre.

? Hope Abandoned: Obama Protects and Promotes CIA Torture Mavens

? Panetta: No prosecution for CIA interrogators

L?administration Obama ne va pas poursuivre les officiers de la CIA qui ont particip? dans les interrogatoires brutaux.

? Americans Want Torture Inquiry, Obama Doesn?t

Un sondage Gallup publi? le 12 f?vrier 2009 r?v?lait que 62 pourcent des Am?ricains voulaient des enqu?tes ou poursuites judiciaires contre les officiels de l?administration Bush qui ont autoris? la torture au courant de la guerre contre la terreur.

? Air America Poll: 90% Want Bush Crimes Investigation

Selon un sondage men? par Air America qui demandait aux participants la question suivante: ?Est-ce que Obama devrait pardonner George W. Bush, Donald Rumsfeld et Dick Cheney?? R?ponse: 90% des r?pondants ont dit non.

? Guantanamo abuse has worsened since Obama

Les conditions des prisonniers ? Guantanamo Bay se sont d?t?rior?es depuis que le? pr?sident Barack Obama est mont? au pouvoir.

? Is Obama Leaving a Loophole for a ?Jack Bauer Exception? to His Torture Ban?

? Obama Order to Close Secret CIA Prisons Overseas Has a Big Loophole In It

Obama a sign? un ordre ex?cutif interdisant l?utilisation de la torture, mais comme le rapporte le Wall Street Journal, il s?est r?serv? certaines portes ouvertes pour utiliser les ?techniques coercitives? en cas d?urgence.

? Is Obama is going to cover up Bush?s crimes?

Un extrait de m?dia t?l?vis? aux ?tats-Unis ? propos de la torture et d?Obama

? Gitmo: The Facility Will (Eventually) Close, But the Detentions Will Continue

? Obama?s orders leave framework of torture, indefinite detention intact

Guantanamo va fermer (dans un an, pourquoi pas maintenant?) mais les d?tentions (ind?finies) vont continuer. Les prisonniers seront simplement transf?r?s ailleurs.

Fran?ois Marginean

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCLXII) : de Carlos Ghosn à 1,3 tonne de coke (c)

L’avion posé cet été au Brésil avec ses 1300 kilos de coke a mis le ...