Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / COMPLOTS / 9/11 / The Guardian : Quelle cr?dibilit? pour le r?cit d?un Navy Seal sur la mort de ben Laden ?

The Guardian : Quelle cr?dibilit? pour le r?cit d?un Navy Seal sur la mort de ben Laden ?

Juste avant les ?lections pr?sidentielles am?ricaines fix?es au mardi 6 novembre prochain, voil? qu?un? »lanceur d?alerte »,?appel? aux USA « Whistleblower » ou?« Deep Throat » (gorge profonde), publie un t?moignage exceptionnel « sans que le Pentagone?ne soit au courant« . Le quotidien?Le Monde?donne m?me le Pentagone comme « surpris« . Ce membre de commando de la?Navy?(US Navy Seals Team 6) aurait particip? l?an dernier au raid mortel contre le chef historique d?al-Qa?da. Ce serait m?me?le 3?me homme?? avoir p?n?tr? dans la chambre du terroriste le plus recherch? du monde (mais jamais officiellement recherch? pour le 11-Septembre, rappelons-le).

En France, nous avons eu droit notamment?au livre concis?qui se veut irr?prochable quant aux faits, du?blogueur?consultant sp?cialis? dans les questions de d?fense, Jean-Dominique Merchet, sur lequel nous reviendrons. Mais lui non plus n?aborde pas, ou seulement de fa?on tr?s superficielle, les questions soulev?es ici par?Glenn Greenwald. Le secret est d?cid?ment une maladie extr?me et incurable, que la classe politique et m?diatique atlantiste ne veut surtout pas tenter de soigner d?s que l?on s?int?resse de plus pr?s ? l?affaire du 11-Septembre.

Et donc, ce que nous enseigne cette omerta internationale soigneusement cach?e derri?re des pseudo-confidences canalis?es en art du trompe-l?oeil, c?est que cette maitrise consomm?e duStorytelling?s?inscrit dans la continuit??au-del? des partis???d?une?op?ration de?propagandem?diatique de masse qui a commenc? un certain 11 septembre 2001.

 

?Le complexe r?sidentiel de ben Laden ? Abbottabad
(NdT : enti?rement ras? jusqu?au sol depuis, comme le WTC?)
?

Le raid contre ben Laden met en ?vidence le go?t du secret s?lectif de l?administration Obama

par?Glenn Greenwald,?The Guardian, le 23 ao?t 2012

Traduit de l?anglais par?Corto?et?GV?pour?ReOpenNews

La Maison Blanche punit les lanceurs d?alerte m?me lorsque leurs r?v?lations sont plut?t flatteuses pour elle. Mais qu?en sera-t-il pour le livre d?un?Navy Sealqui va bient?t sortir ? [NdT : Les?Navy Seals?sont les soldats d’une unit? d’?lite de commandos de l’US?Navy]

En d?but d?ann?e, l?administration Obama a r?pondu lors d?une proc?dure qui exigeait que les vid?os et les photographies du raid contre Oussama ben Laden soient rendues publiques, en invoquant (comme d?habitude) que c??tait trop secret pour ?tre d?classifi?. Une cour f?d?rale a (comme d?habitude) valid? ces d?clarations et rejet? la demande de proc?dure, ayant d?termin? que ??la publication des images et/ou vid?os pouvait raisonnablement causer des torts exceptionnellement graves ? la s?curit? nationale??. L?administration a invoqu? les m?mes droits au secret et ? la pr?servation de la s?curit? nationale pour refuser les demandes de multiples agences de presse visant ? obtenir des documents sur le raid contre ben Laden.

Ces documents auraient pu faire la lumi?re sur certaines questions s?rieuses qui persistent depuis, au sujet de ce raid. Des questions issues des nombreuses invraisemblances et fausses d?clarations de l?administration, y compris celle de savoir s?il s?agissait d?s le d?part d?une mission ??pour tuer et non pour capturer??, et si oui ou non, ben Laden avait oppos? une quelconque forme de r?sistance. Malgr? le d?cret du S?nateur John Kerry qui, en d?mocrate toujours dominateur, demandait que quiconque souhaite obtenir des r?ponses ??la ferme, et passe son chemin??, de vrais journalistes continuent de poser les bonnes questions. Peu de temps apr?s le raid, Adam Weinstein, de?Mother Jones, v?t?ran de la guerre d?Irak, observait :

??Maintenant qu?Oussama ben Laden repose dans de saum?tres profondeurs, les reporters et les citoyens posent de bonnes questions sur l?op?ration qui l?a exp?di? au fond.??

Etait-ce une mission pour tuer ? Qu?est-il arriv? aux autres personnes dans la r?sidence ? Et qu?est-ce que peut bien signifier cette inhumation en mer, de toute fa?on ?

??Fondamentalement, chacune de ces questions implique de s?interroger sur la mani?re dont les Am?ricains devraient se comporter au combat, et de ce point de vue, elles m?ritent de bonnes r?ponses ? qui n?ont pas ?t? correctement explicit?es par la Maison Blanche, ou par l?arm?e.??

En ao?t dernier, dans le m?me magazine, Mark Follman r?digea un article de fond qui explorait la plupart de ces questions, et qui commen?ait par cette phrase :

??Vous n?avez pas besoin d??tre un th?oricien du complot pour vous gratter la t?te concernant la fin d?Oussama ben Laden.?? [NdT : en gras par nos soins]

Observant qu? ??il y a eu de multiples t?moignages divergents sur la mission des Navy Seals ? Abbottabad au Pakistan,?? le r?cit semblant ?tre sous l?influence des politiques, du sensationnalisme, et de la fantaisie pure et simple, il passa en revue les multiples ??incoh?rences flagrantes?? dans les histoires vari?es qui filtr?rent, ce qui, selon ses mots justes, entra?ne de ?lourdes implications.??

Pour un ?v?nement de cette importance, il faut de la transparence et aussi que les informations soient divulgu?es, mais l?administration Obama, dans une posture typique de recours au secret, a emp?ch? que cela ne se produise. Cependant, ce qui rend la chose encore plus grave, c?est qu?exactement au m?me moment o? elle d?clarait devant une cour de justice que la mission ?tait trop secr?te pour autoriser de telles divulgations, la Maison Blanche lan?ait une campagne coordonn?e de r?v?lations dans certains m?dias s?lectionn?s, dont l?unique but ?tait de glorifier le pr?sident pour qu?il marque des points en politique.

C?est ainsi que la m?me administration qui s?est oppos?e ? ceux qui demandaient la d?classification judiciaire de ces documents conform?ment aux lois sur la transparence, a dans le m?me temps laiss? filtrer certains d?tails et anecdotes sur la mission (toujours favorables au pr?sident), ? ses m?dias et porteurs de nouvelles pr?f?r?s ; elle a aussi rencontr? en secret, et transmis des informations ? des gros bonnets d?Hollywood qui pr?parent la sortie, juste avant les ?lections [pr?sidentielles am?ricaines] d?un film sur le raid de ben Laden, sortie d?sormais repouss?e ? d?cembre, dans le sillage de la controverse qui a suivi, et ce, bien que la bande-annonce d?j? diffus?e ? voir ci-dessous ??soit sur le point d?envahir les ?crans dans tout le pays [NdT : projet ??Zero Dark Thirty?? film? par Kathryn Bigelow] ; enfin, cette m?me administration s?est assise ? la table de l?un des animateurs de show t?l?vis? parmi les plus obs?quieux et fervents admirateurs de notre arm?e, pour un show sp?cial en?prime-time?d?une heure pour parler du raid avec une admiration pr?visible, mais qui ne souleva aucuns des points d?interrogation difficiles sur ces questions r?currentes.

Cela n?est qu?un aper?u du mode op?ratoire de l?administration [Obama] lorsqu?il s?agit d?informations classifi?es. Cette m?me administration, qui a lanc? une campagne sans pr?c?dent de pers?cution contre les?Whistleblowers?(lanceurs d?alertes) ? ceux qui diffusent des informations internes sur ses tromperies et ses m?faits ? laisse r?guli?rement filtrer des informations classifi?es en vue d?en tirer un gain politique. Mais seules les ??mauvaises?? fuites (celles mettant en avant les m?faits ou les d?lits de l?administration) sont punies, alors que les ??bonnes fuites?? (qui font apparaitre Obama sous un jour flatteur) passent tranquillement, quand elles ne sont pas ratifi?es officiellement. De la m?me fa?on, comme l?a rapport? l?ACLU (American Civil Liberties Union) dans un article du?Guardian?en juin dernier, cette m?me administration qui bloque syst?matiquement les proc?dures judiciaires en invoquant le ??secret?? laisse compulsivement filtrer des informations classifi?es aux m?dias ? propos de ces m?mes op?rations de fa?on ? faire apparaitre Obama comme un pr?sident ??? la dure?? et impliqu? dans la protection de son pays.

Nous apprenons aujourd?hui qu?un des?Navy Seals?qui a particip? au raid contre ben Laden publie, sous un pseudonyme, un livre mettant en avant son propre t?moignage de ce qui s?est pass?. Par une chance inou?e pour la campagne de r??lection d?Obama, ce livre ? intitul??No Easy Day: The Firsthand Account of the Mission That Killed Osama ben Laden???sortira le 11 septembre, faisant ainsi coup double en exploitant le c?t? ?motionnel de cette date particuli?re, et en c?l?brant le plus gros coup d??clat d?Obama en mati?re de s?curit? nationale ? moins de deux mois des ?lections. Comme l??crit le?New York Times?:

??Le livre promet d??tre l?une des meilleures ventes de l?ann?e, et a le potentiel d?impacter la campagne pr?sidentielle pendant les toutes derni?res semaines jusqu?aux ?lections du 6 novembre? l??diteur s?attend ? un v?ritable Best-seller, et pr?voit d?ores et d?j? d?en imprimer 300 000 copies.??

La description qu?en donne Penguin, son ?diteur, promet un ??r?cit haletant au plus pr?s de l?assaut, commen?ant par le crash de l?h?licopt?re qui aurait pu mettre fin ? la vie du Navy Seal, et se terminant par l?appel radio confirmant la mort de ben Laden.?? Bien que le Pentagone et la Maison Blanche nient tous deux avoir eu connaissance du contenu du livre, l?auteur ne fait rien pour v?ritablement cacher son identit?. D?apr?s la description du?New York Times, il fournit d?amples informations biographiques qui devraient rendre le processus d?identification relativement ais?, comme son ?enfance en Alaska??, le fait qu?il a ??particip? ? 13 missions depuis?? les attentats du 11-Septembre, et qu?il ??a pris sa retraite l?an dernier.?? Le livre comporte aussi des passages sur ses ??pr?c?dentes missions secr?tes dans les Navy Seals??.

Compte tenu de la quantit? d?informations toujours classifi?e ??top secret?? sur le raid contre ben Laden, cette affaire devrait ?tre un cas typique de diffusion d?informations classifi?es. Et cela devrait aussi ?tre le cas pour les d?tails qu?il diffuse ? propos de ses ??pr?c?dentes missions secr?tes dans les Navy Seals. ? En revanche, si les d?tails de ce raid sont maintenant d?classifi?s, quelles sont les excuses mises en avant pour continuer de ne pas publier les preuves vid?o et photo en possession de la CIA et qui illustrent ce qui s?est r?ellement pass? ?

Tandis que l?administration continue de pers?cuter plusieursWhistleblowers?pour ??espionnage?? (et de harceler les journalistes qui ont publi? leurs fuites), va-t-on assister ? l?inculpation pour crime de ce?Navy Seal, auteur d?un livre ??si favorable ? Obama?? ? (En marge de cela, souvenez-vous lorsque les D?mocrates ? qui se coordonnent aujourd?hui avec les studios d?Hollywood pour sortir, avant les ?lections, le r?cit de la vie du commandant en chef qui a dirig? l?op?ration ? prenaient un air d?pit? pour se plaindre de la fa?on dont le couple r?publicain Bush/Rove???photo ci-contre? ??avait exploit? les questions de s?curit? nationale ? des fins politiques).

Permettre ? un gouvernement d?op?rer derri?re le rideau imp?n?trable du secret est destructeur en soi. Mais cela est encore bien pire lorsqu?il se permet ?galement de jouer ? ce petit jeu avec ses pouvoirs de classification de l?information : laisser filtrer ou r?compenser les fuites politiquement b?n?fiques, tout en punissant s?v?rement celles fournissant au public des informations importantes sur le haut niveau de corruption qui y r?gne. Manipuler ainsi les pouvoirs pr?sidentiels sur le ??secret?? constitue un odieux instrument de?propagande?: cela permet de s?assurer que toutes les informations embarrassantes ou incriminantes sont bloqu?es ou supprim?es, et que les seules choses que le public a le droit de savoir ? et qui sont amplifi?es par la presse affam?e et reconnaissante ? sont les quelques miettes que laisse trainer la Maison Blanche pour tenter de glorifier son leader. C?est exactement cela, la d?finition de ??propagande d??tat.??

Glenn Greenwald

 

Traduit de l?anglais par?Corto?et?GV?pour?ReOpenNews

A propos de

avatar

Check Also

7 pistes de réflexion sur la peine de mort, abolie il y a 40 ans en France

« Notre responsabilité de protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son ...