Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / Taux d?int?r?ts Europ?ens: ? la crois?e des chemins

Taux d?int?r?ts Europ?ens: ? la crois?e des chemins

La conjoncture ?conomique allemande n?cessiterait de raffermir la politique mon?taire tandis que les pays d?Europe p?riph?rique ? qui comme on le sait luttent pour leur survie financi?re -b?n?ficieraient, en th?orie, d?une politique encore et toujours expansionniste, c?est-?-dire de taux d?int?r?ts tr?s r?duits. N?anmoins, ce sc?nario de taux bas en vigueur dans des pays lourdement endett?s est peu cr?dible car, mises au ban de l?Union, ces nations ne sauraient trouver des acheteurs pour leurs Bons du Tr?sor (qui seraient alors libell?s dans leur monnaie nationale) en conservant des taux bas, c?est-?-dire en r?mun?rant faiblement les investisseurs prenant le risque d?y placer leurs avoirs?

Pour autant, le langage ferme r?cemment employ? par Trichet qui menace?de remonter les taux europ?ens?ne semble pas vraiment opportun car l?Allemagne n?en profiterait pas vraiment car ce raffermissement exercerait une pression ascendante sur l?Euro et?aurait ainsi des effets n?gatifs sur ses propres exportations, ?videmment tr?s sensibles ? toute fluctuation adverse de la monnaie unique. Cette orthodoxie de la BCE et de Trichet n?aurait donc pas les cons?quences optimales pr?vues car l?expansion allemande est particuli?rement redevable ? un secteur des exportations qui scrute quasi quotidiennement le march? des Changes.?Autrement dit, et en d?pit des exhortations des autorit?s politiques?allemandes qui maintiennent une pression assez intense sur la BCE pour remonter progressivement les taux europ?ens, la lutte contre les menaces inflationnistes en Allemagne (du fait de sa forte activit? ?conomique) serait partiellement neutralis?e par un tassement de ses exportations. Par ailleurs, un petite dose d?inflation en Europe serait bien opportune pour les nations europ?ennes p?riph?riques qui seraient quelque peu soulag?es du poids de leurs dettes, inflation qui, tant qu?elle resterait bien contenue, ne nuirait pas aux ?tablissements financiers allemands (et fran?ais) d?tenteurs de quantit?s respectables d?obligations de ces pays?

On l?aura compris: c?est en fait sous la pression des financiers de Francfort que les responsables politiques allemands plaident pour un raffermissement de la politique mon?taire europ?enne, ces banquiers ayant ?videmment tout int?r?t ? ce que leurs avoirs en Bons du Tr?sor des PIIGS conservent une valorisation respectable? La mainmise de la BCE sur la strat?gie financi?re europ?enne?se mesure ? l?aune de l?ignorance macro?conomique des politiciens?europ?ens ayant abdiqu? tout pouvoir financier ? une BCE qui semble uniquement pr?occup?e?par les menaces inflationnistes.?Il est vrai que la BCE n?est pas dot?e, comme la R?serve F?d?rale US, d?un double mandat consistant tout ? la fois dans la promotion de la croissance et dans la lutte contre l?inflation.

A propos de

avatar

Check Also

Le LR en surchauffe ? c’est l’effet Peltier (5) !

Malgré tous ses efforts, Guillaume Peltier n’était toujours pas un élu de l’Assemblée Nationale, le tremplin obligatoire pour de ...