Accueil / A C T U A L I T É / T’as pas mille balles ?

T’as pas mille balles ?

Avant l’euro, c’était : « t’as pas cent balles« …et puis tout change.

Voici venu le temps du revenu de base.

Un concept étonnant, qui ne devrait pas l’être, et que défendent autant des humains de gauche ou de droite.

Ce ne serait donc pas un sujet permettant des clivages politiques.

rev_de_base

 

Pour faire court, il s’agit de donner 1000 € (ou plus/ou moins), à tous les adultes du pays, dès leur majorité, sans contrepartie, et qu’ils travaillent ou pas.

La 1ère réaction est de dire : « nous allons encourager la paresse, la fainéantise », et le stade de réflexion qui suit est : « qui va payer » ?

À la première question, il est facile de répondre, en affirmant que « ne rien faire c’est déjà faire »…et si on veut aller plus loin, on peut se pencher sur le concept du travail.

Il faut d’abord se souvenir qu’étymologiquement, le mot « travail » vient du latin « tripalium », lequel était un instrument de torture, travail effectué donc « de force » à l’instar de l’activité des esclaves. lien

Se rappeler ensuite que dans les textes anciens, bible, et compagnie, l’humain ayant désobéi en mangeant « le fruit défendu » avait gagné comme PUNITION le travail : «  tu mangeras le pain à la sueur de ton visage… ». (la Bible, chapitre 3, verset 19) lien

L’affaire est donc entendue.

Le travail est une punition, et il suffit de constater l’énergie que nous déployons à fabriquer des robots pour leur permettre de faire ce travail à notre place pour en réaliser la réalité.

Aujourd’hui, un ordinateur remplace un certain nombre d’employés…un robot mécanique fait de même dans la fabrication d’objets de consommation, avec une évidente réussite.

Et demain, logiquement, il est probable que plus personne n’aura besoin de « mettre la main à la pâte », puisqu’il sera remplacé par des robots.

Nous n’aurions plus besoin de travailler… et d’ailleurs, grâce aux prouesses de nos technologies, nous sommes devenus chômeurs, ce qui est déjà le cas pour beaucoup d’entre nous.

Il s’agit donc de verser à tous les citoyens une somme égale, aux alentours des 1000 €, sans la moindre contrepartie.

Alors qui va payer ?

La réponse est simple.

Nous allons tous payer.

Il ne s’agit pas seulement d’aider les plus pauvres, il s’agit simplement de réaliser une meilleure répartition de la richesse.

Aujourd’hui existe un « salaire minimum »… et il suffit d’instaurer un « salaire maximum ».

Et puis quand l’on voit les milliards que l’Etat jette par les fenêtres, ou le peu d’entrain qu’il déploie pour récupérer celui de l’exil fiscal, on devine que le financement de ce RDB n’est pas si illusoire. lien

La controverse du salaire maximum perdure et certains affirment qu’il existe dans notre pays des humains qui gagnent 400 fois le salaire minimum. lien

Si la moitié du patrimoine des 500 plus grosses fortunes françaises était distribuée aux enfants pauvres du pays, chacun de ceux-ci recevrait 61 000 €.

Ce serpent de mer du « salaire maximum » n’en finit pas de louvoyer…Ford, créateur des voitures du même nom, admettait qu’il soit sur une échelle de 1 à 10Claude Beland, président du MEDAC(Mouvement d’Education et de Défense des Actionnaires) le situait entre 20 fois et 30 fois le salaire moyen…et Pierre Moscovici avait jeté le trouble en 2010 en proposant un écart maximum de 1 à 5 entre le plus haut et le plus bas salaire.

Aujourd’hui, ministre de l’économie, il semble avoir mis de l’eau dans son vin, puisque, après avoir annoncé en juin 2012 un plafonnement du salaire des patrons des entreprises publique, limitant à20 fois celui-ci par rapport au salaire le plus bas (lien), il est devenu bien moins ambitieux quelques mois après, renonçant à un plafonnement du salaire des patrons. lien

Si demain une loi décidait de fixer un salaire maximum, par exemple à la hauteur de 10 fois le salaire minimum, il serait possible de verser à chacun un « revenu de base » de 1000 euros, sans pour autant affecter les finances de l’état.

Bien sur, cette décision égalitaire et sociale, ne fait pas l’unanimité.

Mais à bien y réfléchir, elle aurait des conséquences dont nous ne sommes pas capables aujourd’hui de comprendre l’étendue.

Ces femmes et ces hommes, à qui on donnerait sans contrepartie cette somme, auront vraisemblablement l’envie de ne plus rien faire, fréquentant hamacs et chaises longues…

C’est probable…

Mais au bout d’un certain temps, n’auront-ils pas l’envie de « faire quelque chose de leur vie  », d’occuper leur temps à ce qui les intéresse vraiement ?

Le terrain est vaste.

Écouter le chant des oiseaux, lire ou écrire, voyager, découvrir, créer sans pour autant penser à monnayer le fruit de leur travail ?

Aujourd’hui, ils sont déjà des millions à faire ce qu’il est convenu d’appeler « le bénévolat », qui consiste à produire du bien social sans la moindre contrepartie financière.

Avec le RDB (revenu de base), ils seront manifestement encore plus nombreux, et quels seront les fruits de toutes ces activités bénévoles ?

Ils sont aujourd’hui quelques millions à perdre leur temps à « gagner leur vie », (il faut bien rembourser les emprunts divers et variés), et si demain, cette contrainte disparait, ils auraient tous la possibilité de s’interroger sur le sens de leur vie…qu’ont-ils l’envie d’en faire ?

Cette production sociale a venir pourraient en étonner plus d’un.

On peut l’imaginer, mais personne ne peut en comprendre aujourd’hui l’ampleur.

Une première conséquence est évidente : ils pourront redevenir consommateurs…et relancer fatalement la croissance du pays, permettant une diminution du chômage, et un enrichissement des entreprises, ce qui n’est pas anodin, même si l’on peut penser qu’elle n’est pas une bénédiction, puisque notre planète n’est pas extensible.

Sur le terrain, une expérimentation du RDB vient d’être décidé en Finlande, puisque près de 80%de la population y était favorable et il faudra attendre quelques temps pour en tirer les conclusions. lien

Les finlandais ont fixé à 560 € le montant du revenu de base, versement associé à la disparition de toutes les aides sociales, mais aussi à l’élimination des déductions fiscales.

Il faut rappeler ici que, suivant les partis politiques, des divergences existaient sur le montant : l’alliance de gauche défendant les 620 €, les écologistes, 440 €, et les libéraux hésitant entre 850 et 1000 € mensuels, alors qu’un hebdomadaire finlandais (Helsinki Times) estime qu’elle devrait être de 1166 € pour lutter efficacement contre la pauvreté. lien

Les retraités recevront 743 € par mois, ce qui remplacera la pension actuelle garantie, et pour les étudiants, le RDB se substituera aux bourses d’études, modifiant entre autre le calcul de l’allocation logement, puisque le revenu de ce groupe social verra son revenu moyen augmenter sensiblement. lien

En Finlande, on ne peut que constater, depuis la mise en place du RDB, le changement du positionnement de certains partis, dont le SDP (parti social démocrate), lequel était hostile auparavant à cette mesure, et qui par la voix de son président, Antti Rinne, ex ministre des finances, vient de déclarer : « si le revenu de base signifie que chacun est assuré d’une vie décente, le SDP doit s’impliquer dans ce débat. »

Antti Palola, dirigeant syndical considéré comme l’une des plus grandes figures finlandaises, lui a emboité le pas, changeant délibérément d’attitude face à ce dispositif, déclarant : « j’ai personnellement réfléchi et j’en arrive à la conclusion que dans le mouvement syndical, nous devons nous repositionné sur cette question. Après tout, nous avons toujours été très favorables à une forme de sécurité sociale basée sur le revenu. Nous avons constaté que c’était une bonne chose ».

Ce changement d’attitude est d’autant plus surprenant que lors des récentes élections finlandaises, 80% des candidats étaient opposés à cette mesure sociale. lien

Le président du Bien-Finlande, Otto Lehto évoque un « moment historique », rappelant l’infructueuse initiative citoyenne, qui finalement, grâce à une forte médiatisation, a fait basculer l’opinion. lien

C’est donc le premier pays européen qui lance cette mesure sociale…lien

En Hollande, la ville d’Utrecht va tenter l’expérience du RDB en la limitant aux chômeurs, et selon le site français du RDB, une trentaine de municipalités hollandaises seraient tentées aussi par l’expérience.

En France, l’Aquitaine s’engage timidement, en prévoyant de financer une étude de faisabilité d’unRSA inconditionnel pour 3 départements de la région : la Gironde, la Dordogne, et le Lot-et-Garonne. lien

À qui le tour ?

L’avenir nous le dira, car comme dit mon vieil ami africain : « la plupart des humains vivent plus avec de vieux problèmes qu’avec de nouvelles solutions ».

L’image illustrant l’article vient de lqj.ch

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

A propos de Olivier Cabanel

avatar

Check Also

Le centenaire d’Yves Montand l’engagé

« Tout ce qu’on peut dire et tout ce qu’on peut faire, en définitive : ...