Accueil / A C T U A L I T É / Solidarit? europ?enne: contribuer plus de milliards ?pour sauver la Gr?ce? ?

Solidarit? europ?enne: contribuer plus de milliards ?pour sauver la Gr?ce? ?

?On raconte aux populations, qu?elles doivent par ? solidarit? europ?enne ? contribuer de plus en plus de milliards ?pour sauver la Gr?ce?. Nous devrions donc ou augmenter les imp?ts ou r?duire les prestations sociales, afin de g?n?rer les moyens n?cessaires pour aider la Gr?ce.

Non seulement les raisons mais aussi les cons?quences sont des jugements fallacieux:

1. Les pr?tendues aides ? la Gr?ce ne vont pas ? la population ou ? l??conomie grecques, mais sont tout de suite d?tourn?es vers les banques vautours internationales, qui exigent de haut taux d?int?r?t pour leurs pr?ts accord?s ? la Gr?ce. En r?alit?, l?on n?aide pas la Gr?ce, mais on alimente les banques internationales, pour qu?elles ne doivent surtout pas faire d?amortissements sur l?argent perdu avec leurs emprunts d?Etat grecs.

2. Lors de la premi?re tranche du premier soi-disant plan de sauvetage, l?Allemagne a pay? 10,8 milliards d?euros ? la Gr?ce. Dans la m?me semaine, les capitalistes grecs ont sorti du pays la m?me somme en capitaux fugitifs. Le paiement n?a donc rien apport?, sauf de frapper les contribuables allemands de mani?re insens?e. Et l??vasion fiscale en Gr?ce continue. Plus nous payons des aides financi?res, plus les capitaux fugitifs augmentent.

3. D?s le d?but, l?UE a ?t? une institution de corruption et de transfert. Elle a depuis longtemps octroy? le plus de subventions ? la Gr?ce ? un tiers de cet argent venait de l?Allemagne. De 2004 ? 2008, 24,4% de tous les transferts de l?UE sont all?s ? la Gr?ce. 20 ann?es de subventions n?ont apparemment pas am?lior? le pouvoir ?conomique de la Gr?ce, mais l?a plut?t habitu?e au goutte-?-goutte durable.

Pourquoi l?Allemagne a-t-elle accept? un tel gaspillage de ses propres ressources? Pourquoi aucun gouvernement n?a protest? contre cette saign?e insens?e? Et pourquoi continue-t-on ? r?injecter de l?argent?

4. Les Etats membres subventionn?s ne se sont pas content?s des subventions annuelles pay?es par les Etats solides ? en particulier par l?Allemagne ?, mais ils se sont par surcroit endett?s encore plus que les Etats donateurs. Pendant qu?en 2010 la zone Euro toute enti?re ?tait endett?e en moyenne avec 85% de leur pouvoir ?conomique (PIB) (l?Allemagne avec 2% de moins), la Gr?ce en est arriv?e ? 143%. En 2010, le niveau de la dette grecque s??levait ? 329 milliards d?euros, entre temps ce sont plus de 360 milliards.

Entre-temps la Gr?ce a sans cesse promis qu?elle allait s?am?liorer et se raffermir ? exactement comme maintenant.

5. La Gr?ce a ?t? introduite dans l?UE par la haute finance am?ricaine (la bande ? Goldman-Sachs) d?une mani?re frauduleuse et n?a pas le droit de se d?sendetter par une faillite d?Etat, parce que sinon les cr?dits de la haute finance seraient perdus. C?est pourquoi, dans la discussion d?assainissement, il n?est jamais question de ?participation priv?e?, mais seulement, que les autres citoyens europ?ens doivent se porter garant et assumer les dettes. Pour solde, la Gr?ce est un passage d?essai pour l?union de dettes et de responsabilit? voulue par la haute finance, c?est-?-dire la responsabilit? totale de tous les pays de la zone Euro ? notamment de l?Allemagne ? pour tous les cr?dits de la haute finance dans les pays europ?ens. Ou exprim? diff?remment: Avec l?aide de la Gr?ce et des autres pays surendett?s, on installe pour toute l?Europe un esclavage de la dette et une obligation de payer tribut au profit de l?imp?rialisme financier am?ricain.

6. La Commission europ?enne, qui aspire depuis longtemps ? davantage de centralisme et de pouvoir et ? moins de droits nationaux, tire ? la m?me ficelle. Le Pacte budg?taire et le MES ?taient une perc?e d?cisive pour l?abolition des Etats nationaux en Europe, d?j? initi?e dans le Trait? de Lisbonne, et d?une l?instauration d?un gouvernement central r?gnant sur des provinces europ?ens ? comme l?a exprim? ouvertement le porte-parole de l?UE Juncker.

Avec la poursuite de distributions d?argent ? la Gr?ce, on am?liore rien, on ne fait que prolonger la situation. On n?aiderait pas la Gr?ce, uniquement les banques cr?anci?res grecques. Si le MES ne peut ?tre stopp?, nous serons, en revanche, face ? la menace de devoir endosser la responsabilit? totale pour les dettes grecques et celles de tous les autres pays europ?ens.

Dans la crise actuelle de l?euro, il ne s?agit pas de l?Europe, mais de savoir qui doit payer pour l?imprudence des dettes: les banques cr?anci?res, les Etats qui se sont endett?s, ou tous ensemble, inclus les pays solides. Le MES exige la troisi?me variante. Mais cela ne repr?sente nullement une solution, uniquement un ralentissement qui ne conduira pas seulement ? la faillite de certains pays, mais ? un effondrement total du syst?me de l?euro ou ? l??vaporation inflationniste des valeurs en euros.

Horizons & D?bats


A propos de

avatar

Check Also

La Science ne comprend pas la matière décrite par la mécanique quantique

1) La science est faite d’expériences réalisée en laboratoire ou en extérieur. Ces expériences sont ...