Accueil / A C T U A L I T É / Sidération en abusrdistan

Sidération en abusrdistan

Ce matin, mon père a décidé de me coller le seum :

— Ah quand même, demain tu as un demi-siècle, ça doit te faire quelque chose.

— Bah, probablement moins qu’à toi qui viens de te rendre compte que ton gosse est vieux, à présent…

Pourtant, depuis le temps, il devrait savoir qu’il ne risque pas de gagner au jeu des vannes plaquées au sol.

De mon côté, je m’apprête précisément à avoir un gosse qui est majeur, à quelques jours près. Oui, le Minilecte va avoir 18 ans. Je dis ça surtout pour tous ceux qui trainent par ici depuis le début et pour qui la naine ressemble à jamais à ça :

Photo du Minilecte qui a servi à illustrer le bando de la toute première version du blog du Monolecte.

Je sais que ça fait toujours un petit choc aux habitués de se rendre compte que cet endroit existe depuis assez longtemps pour qu’un bébé ait eu le temps de se transformer en adulte.

Bizarrement, autant je me suis toujours préparée à l’implacable écoulement du temps sur nos corps et à la lente érosion de mon existence, jamais je n’avais envisagé que je puisse à mon tour assister au vieillissement de ma progéniture.

Je vais totalement disparaitre de la face du monde productiviste en cessant d’être la très courtisée ménagère de moins de 50 ans tout en devenant probablement la cible privilégiée des rappels de campagnes de prévention d’Ameli et des dealers de convention obsèques. Et pendant ce temps, le fruit de mes entrailles va conquérir le monde… enfin, dès qu’on aura réglé quelques petits détails fâcheux comme la foutue pandémie qui moissonne comme jamais et nous a révélé la profonde vacuité criminelle de l’ensemble de la classe dirigeante occidentale.

Autoritäres Absurdistan

L’autre jour, Saxo se demandait pourquoi je n’écrivais plus (ici). Le fait est que je ne pensais pas que nous puissions collectivement nous entêter de la sorte dans la mauvaise direction. Le gros de ce qui était nécessaire de savoir sur le covid-19 pour se sentir du merdier était connu depuis au moins le mois de juillet dernier… et nous n’avons rien fait d’autre que de compter les victimes (1).

Quand j’ai écrit fin septembre mon papier sur l’aérosolisation du virus, je pensais encore que c’était une question de temps avant que les gens très bien payés pour être aux manettes ne comprennent les enjeux et réagissent enfin correctement.

Et il ne s’est rien passé.

Aussi inconcevable que cela puisse paraitre, les gus n’en ont eu rigoureusement rien à battre des preuves scientifiques qui annonçaient le second épisode du désastre et n’ont rien changé à leur doctrine stupide même quand les cadavres se sont remis à s’empiler. Ils ont juste continué à mentir comme des arracheurs de dents, à mouliner dans le vide, à gérer une crise sanitaire majeure avec toujours plus de de flics, de mépris… et de mesures totalement idiotes, comme l’ont remarqué nos voisins allemands.

Le grand hebdomadaire allemand Die Zeit, qui tire à 500 000 exemplaires par numéro, dresse un portrait de la France aussi réaliste que cauchemardesque. Derrière le titre « Absurdistan autoritaire », le journal allemand décrit de façon détaillée un Régime de privation de liberté incohérent, stupide et inquiétant. Attestations et amendes, mesures contre-productives, décisions « monarchiques », extrême droite, tout y passe. Quelques extraits (2) :

« Attestations pour quitter la maison ou courir devant chez soi, vigiles pour surveiller les jouets : le verrouillage de la France est tellement répressif que même les règles sensées sont déconsidérées.

Autoritäres Absurdistan, Die Zeit (3), 12 novembre 2020

Parfois, on arrive à un tel niveau de bêtise qu’il en devient insurmontable, inconcevable, indépassable… voire indicible. C’est comme avoir la charge mentale du monde entier… conjuguée avec une force de poussin. Une absolue impuissance dont l’incrédulité est nourrie jour après jour dans un état écrasant de sidération. Qui bloque toute réflexion. Qui paralyse toute parole.

Je pense qu’à présent, nous savons très exactement ce que ressentent depuis des décennies les scientifiques lanceurs d’alerte sur l’effondrement écologique et climatique

 

Monolecte

Notes

  1. … en dehors des efforts désespérés de bien des gens, chez les soignants comme chez les premiers de corvées, pour maintenir plus ou moins toute la société à flot.
  2. Intro de Nantes révoltée.
  3. Article référencé dans Seenthis pour faciliter l’accès à l’outil de traduction

A propos de Monolecte

avatar

Check Also

La haine, mal incurable

Effets secondaires irréversibles. De cette crise qui risque fort de s’éterniser tant tous les ingrédients ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *