Accueil / T Y P E S / Articles / Roman feuilleton ? la Commission Charbonneau

Roman feuilleton ? la Commission Charbonneau


CAROLLE ANNE DESSUREAULT ? Un coffre-fort qui ne ferme plus ?

Un deuxi?me coffre-fort achet? ?

Une r?ceptionniste qui aide ? compter l?argent ? magot de 850 000 $ ?

Une machine ? compter l?argent ?

Un budget ?officiel?, un budget ?officieux??

Un maire Innocent qui dit ?Moi, je n?ai pas ? savoir ?a??

Un Monsieur 3 % ? rencontres br?ves dans un bureau aux stores ferm?s ?

Un Monsieur Trottoir ? interm?diaire/m?diateur entre la mafia et les gens de la construction ?

Un Monsieur Extras ? qui re?oit des sommes fabuleuses pour de faux extras en corrompant des inspecteurs de la Ville de Montr?al

Une fausse facturation ?dans les bonnes ann?es? atteignait entre 3 ? 5 millions de dollars ?

Un ?pizzo? de 5% ? la mafia? des entrepreneurs qui paient une commission de 5 % ? la mafia pour esp?rer obtenir des contrats de construction ?

Un Zampino, ancien pr?sident du comit? ex?cutif, ancien bras droit du maire Tremblay, toujours sur la sellette pour fraude, complot et abus de confiance pour? une somme de 500 000 $ ? et + ?

Un clan mafieux?: Catania et Rizzuto ?

Un 15e t?moin ? la Commission, ex-propri?taire de p?tisseries, ex-coll?gue de Catania, tous les deux ? la t?te d?une soci?t? de pr?ts usuriers, soci?t? ill?gale qui a ?t? ferm?e il y a quelques ann?es ?

Des entrepreneurs en construction qui vont aux toilettes avec des enveloppes ?

Des fonctionnaires qui reviennent des toilettes avec un veston qui ferme mal parce que trop rempli d?argent ?

Des petits-d?jeuners ? 10 000 $ le couvert pour le financement du parti du maire ?

Des fonctionnaires invit?s aux somptueuses r?ceptions de Catania ?

?. et bien d?autres encore ?

IL Y A L? TOUS LES INGR?DIENTS R?UNIS POUR ?CRIRE UN ROMAN SAVON COMICO-DRAMATIQUE AVEC EN PRIME UNE TOUCHE DE R?ALISME.

Cette semaine, les t?moignages de Martin Dumont, ancien organisateur politique pour Union Montr?al, et celui de Elio Pagliarulo, ex-ami de Paolo Catania, ex-propri?taire d?une p?tisserie, et ex-pr?sident avec Catania d?une soci?t? de pr?ts usuraires, ill?gale et ferm?e depuis, l?vent le rideau sur une sc?ne complexe de pots-de-vin et de corruption, une deuxi?me ville en quelque sorte ? l?int?rieur de la ville officielle montr?alaise. Il s?en passe des activit?s derri?re le rideau ?l?gant de la fa?ade somptueuse de l?H?tel de Ville, la fa?ade du para?tre.

T?moignage de M. Martin Dumont

Le coffre-fort de Monsieur 3 % ? M. Bernard Tr?panier, l?homme des lev?es de fonds d?Union Montr?al ? cach? dans son bureau contenait tant d?argent (uniquement des coupures aux couleurs rouge, rose et brun) que la porte ne fermait plus. Appel? ? l?aide pour le conseiller, M Dumont lui sugg?ra d?acheter un deuxi?me coffre-fort! Ce que fit le jour m?me M. Tr?panier, cette fois un coffre-fort plus grand de 4 pi par 4 pi. Par la suite, il acheta m?me une machine pour compter l?argent, suite ? des plaintes d?employ?s qui ne voulaient plus compter l?argent avec lui dans son bureau. Ainsi, un certain ordre s?installa, et le personnel ? la permanence pouvait entendre plusieurs fois par semaine le bruit distinctif de la machine ? compter l?argent en marche dans le bureau du directeur du financement, souvent en son absence.

M. Dumont a rapport? ? la Commission que les rapports ? la Ville ?taient compliqu?s dans le domaine des infrastructures. Il a dit que les fonctionnaires n?offraient pas leur collaboration, l?information ?tait difficile ? obtenir. M. Dumont aurait ?t? critiqu? parce qu?il posait trop de questions.

M. Dumont est cat?gorique dans son t?moignage. Le maire Tremblay ?tait au courant que des sommes d?argent ?taient donn?es soit par des entrepreneurs ou d?autres personnes, de grosses sommes. Nomm? organisateur en chef en 2004, M. Dumont a vite not? des irritants, par exemple, ?les d?penses qui s?accumulaient, des choses qui lui ?chappaient. C?est ? ce moment qu?il y eut une rencontre avec le maire et l?agent officiel d?Union Montr?al. Martin Dumont aurait explos?, voulant savoir ce qui se passait avec le budget de financement. Il aurait alors re?u par l?agent officiel un document DIVIS? en deux sections, chacune pr?sentant un budget distinct, l?un officiel et l?autre officieux. Le maire Tremblay lui aurait dit qu?il n?avait pas, en tant que maire, ? savoir tout cela.

M. Dumont a affirm? que les rencontres entre les repr?sentants de firmes de g?nie-conseil et d?entrepreneurs et Monsieur 3 % (M. Tr?panier) se faisaient au bureau de ce dernier, ? portes form?es, stores abaiss?s, rapidement, le tout g?n?ralement exp?di? en 15 minutes.

M. Dumont a d?mission de son poste d?organisateur apr?s les ?lections de 2005.

Par la suite, il devint chef de cabinet du maire Cosmo Maciocia de l?arrondissement de Rivi?re-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. Il s?interrogea en 2007 sur un contrat obtenu par Mivela Construction qui contenait des incongruit?s (un ?cart de 100 000 $), et s?en informa aupr?s d?un ing?nieur de l?arrondissement, puis ? l?ing?nieur de Saint-Laurent pour comprendre le pourquoi de l??cart.

Mal lui en prit. Ce fut M. Trottoir en personne qui lui rendit visite, M. Milioto, qui fut on ne peut plus clair dans ses propos?: ?Faudrait pas que tu te retrouves dans mes fondations de trottoir?.

Ceci se passait en juillet 2007. En octobre, M. Dumont remettait sa d?mission.

T?moignage de M. Elio Pagliarulo

Un t?moignage que l?homme s?efforce de rendre objectif et coh?rent, mais on y sent des ficelles complexes qui le lient ? Monsieur Extras, Paolo Catania, son ex-ami et partenaire dans leur soci?t? de pr?ts usuriers, qui n?existe plus ? ce jour. M?me s?il pr?tend ne pas avoir tremp? dans les affaires douteuses du clan Catania, on peut s?interroger sur toutes les informations privil?gi?es dont il b?n?ficie.

M. Pagliarulo a fait des r?v?lations concernant les centaines de milliers de dollars que l?entrepreneur Paolo Catania aurait vers?s ? l?ancien bras droit du maire G?rald Tremblay, Frank Zampino. Des pots-de-vin que M. Zampino ? qui a ?t? jusqu?en 2008 pr?sident du comit? ex?cutif de la ville de Montr?al ? aurait accept?s, soit 300 000 $ en argent comptant en ?change de son influence, et par la suite, la cuisine de sa r?sidence principale remise ? neuf par Catania pour des co?ts de travaux de 250 000 $. Zampino et Catania ?taient familiers au point qu?il est arriv? que M. Zampino et sa famille sont rest?s ? coucher chez Catania apr?s une r?ception ? sa maison de campagne.

M. Pagliarulo a aussi r?v?l? le train de vie royal que menait Catania. Sa fausse facturation qui atteignait dans les bonnes ann?es une valeur de 3 ? 5 millions de dollars! Aux dires du t?moin, cet argent servait ? corrompre des surveillants de chantiers employ?s par la Ville de Montr?al, afin de pouvoir r?clamer de faux extras allant jusqu?? 600 000 $ par projet.

Il a aussi mentionn? qu?en 2009 il avait ?t? tabass? par les hommes de main de Catania au sujet d?une dette de 1,4 millions de dollars qui proviendrait de la compagnie de pr?ts usuraires qu?ils d?tenaient ensemble. Ce que Paolo Catania niait en 2009, affirmant qu?il s?agissait d?un pr?t pour l?extension de l?ancienne p?tisserie que poss?dait Pagliarulo ? allez savoir, cette histoire n?est pas tr?s claire ? de toute fa?on, les deux hommes se disent tous les deux honn?tes!

Pr?cisons aussi que le t?moin Pagliarulo fait pr?sentement l?objet d?accusations de voies de fait et de menaces dans un autre dossier. Il doit revenir en Cour en d?cembre prochain. Depuis 2008, il compte au moins cinq poursuites civiles totalisant 370 000 $.

Quel est le v?ritable nombre d?heures que les fonctionnaires donnent aux citoyens?

Quand on les ?coute en entrevue, ou quand ils prennent la parole, les politiciens et les personnes de pouvoir le disent tous?: ils ne comptent pas leurs heures de travail!

? la lueur de ce que l?on vient de d?couvrir, combien d?heures exactement sont donn?es pour le bien-?tre des citoyens?

Si on prend en compte le temps et la r?flexion n?cessaires pour b?tir de faux budgets, des notes explicatives, les fausses facturations, l?organisation des rencontres avec les firmes d?ing?nierie, les entrepreneurs, les gens de la mafia, la livraison des enveloppes, le comptage d?argent, et combien de r?flexions m?ditatives sur de nouvelles fa?ons d?apporter encore plus d?eau au moulin et d??paissir les enveloppes ? il n?est pas difficile de penser que la moiti? de leur temps est consacr? au maintien de la fa?ade du para?tre et de la corruption.

Ne faites pas ce que je fais, faites ce que je dis

L? plus que partout ailleurs, la c?l?bre maxime? ?Ne faites pas ce que je fais, faites ce que je dis? s?applique.

Ces gens de pouvoir nous gouvernent en nous conseillant d??tre d?honn?tes citoyens, de payer nos taxes et nos imp?ts, de respecter les lois, et souvent, de faire un effort suppl?mentaire pour r?duire nos d?penses en ces temps difficiles ?

Quand on songe ? la pauvret? qui s?vit chez-nous, aux coupures par exemple dans les soins ? domicile pour personnes malades et ?g?es, et dans tellement d?autres secteurs, on ne peut rester que stup?faits, vraiment stup?faits, quand on entend dire que M. Catania poss?de plusieurs r?sidences valant des millions de dollars, une collection d?au moins 20 000 bouteilles de vin, et qu?au cours de la r?ception organis?e pour le 40e anniversaire de son ?pouse, il avait invit? la chanteuse am?ricaine Gloria Gayor.

Sur place, devant les invit?s endimanch?s, elle chantait I will survive!

Les citoyens montr?alais aussi veulent survivre, et m?me plus.

Un mot me reste dans la gorge, je ne sais pas trop, une sorte de naus?e aussi devant tant de petitesses.

Ah, voil? le mot que je cherchais?: la petitesse!

La grandeur vous manque Messieurs les collectionneurs d?enveloppes!

Carolle Anne Dessureault

 

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election présidentielle 2022 : la gauche en perdition…

En pleine crise sanitaire, alors que le Président de la République multiplie les exercices de communication, ...