Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / Non classé / Ren? Monory, le bon sens de la « France d?en bas » au sommet de l??tat (1)

Ren? Monory, le bon sens de la « France d?en bas » au sommet de l??tat (1)

La d?centralisation, le Futuroscope, le d?partement de la Vienne et le S?nat?: tels furent les dadas d?un homme politique fran?ais tr?s atypique qui a m?lang? tradition r?publicaine mod?r?e et modernisme technologique entrepreneurial. Premi?re partie.?

?

yartiMonory77Il y a un an, dans la nuit du 10 au 11 avril 2009, celle du vendredi saint, le centriste Ren? Monory s??teignait ? 85 ans et demi. Voici un hommage que le week-end pascal de l?an dernier m?avait emp?ch? de rendre.

Tr?s malade depuis son hospitalisation du 3 ao?t 2008 (? tel point que certaines rumeurs le disaient sur le point de d?c?der), Ren? Monory avait tenu une place tr?s particuli?re dans le paysage politique fran?ais. Comme Pierre B?r?govoy, il ne faisait pas partie de l??lite intellectuelle du pays. Il n?a fait aucune des grandes ?coles du m?rite r?publicain (ENA, X, Normale Sup, Science Po, HEC etc.) mais n?a jamais perdu son bon sens paysan. Il s?en vantait m?me.

Pour ceux qui ont eu la chance de l?approcher, Ren? Monory ?tait une personne plut?t avare de ses mots, surtout ? l??coute. Son ?locution lente et cahoteuse (qui pouvait faire penser ? celle de Gaston Defferre), ses sourcils s?v?res, son visage de Michel Galabru et sa corpulence faite d?un seul roc ne devaient cependant pas faire perdre ? l?esprit qu?il a ?t? parmi les rares hommes politiques ? avoir entrepris avec succ?s et ? s??tre d?barrass? des « moules de la pens?e unique ». Une ind?pendance d?esprit qui pourrait faire penser ? Philippe S?guin, aujourd?hui disparu.

Autodidacte entre ouvrier et chef d?entreprise

N? le 6 juin 1923, Ren? Monory a souvent ?t? repr?sent? comme « le garagiste de Loudun ». Ce qui est un peu vrai et un peu faux. Il a h?rit? du garage paternel qui est devenu, gr?ce ? lui, une prosp?re concession d?automobiles et de machines agricoles.

Apprenti ? 15 ans, Ren? Monory devenait propri?taire de son garage ? 25 ans?: ??Pour les bourgeois, j??tais encore un ouvrier. Pour les ouvriers, j??tais devenu un bourgeois.??.

Notable local et ?lu national

Besoin de reconnaissance?? C?est comme notable qu?il est ?lu conseiller municipal en mars 1953 puis maire de Loudun ? 35 ans en mars 1959, et conseiller g?n?ral en mars 1961. Il accumula les mandats locaux. Il cr?a et pr?sida pendant presque trente ans la communaut? de communes de Loudun et initia le premier jumelage nord-sud en associant Loudun ? Ouagadougou. Il devint pr?sident du Conseil g?n?ral de la Vienne en 1977 (jusqu?en 2004) et fut m?me furtivement pr?sident du Conseil r?gional de Poitou-Charentes (de 1985 ? 1986), poste qui fut ensuite occup? par Jean-Pierre Raffarin puis S?gol?ne Royal.

Dans la continuit? de sa « carri?re » d??lu local, il fut le suppl?ant du d?put?-maire centriste de Ch?tellerault Pierre Abelin (en 1962 puis 1967) et fut ?lu s?nateur le 22 septembre 1968 en battant un s?nateur sortant. Quelques jours apr?s, Alain Poher devenait Pr?sident du S?nat. Dans sa profession de foi s?natoriale, Ren? Monory insistait d?j? sur l?adaptation du pays aux mutations ?conomiques, la n?cessaire d?centralisation et la promotion du S?nat comme institution l?gislative au contact avec les collectivit?s locales (De Gaulle ayant pr?par? un projet r?formant compl?tement le S?nat et faisant l?objet du r?f?rendum de 1969).

Si son engagement partisan ?tait tr?s feutr?, il faisait toutefois partie de grands barons du Centre des d?mocrates sociaux et de l?UDF, sans doute par tradition et fid?lit? ? son parrain politique, Pierre Abelin, ancien ministre, homme politique important de la Vienne ? la mort duquel il avait succ?d? ? la t?te du d?partement (et p?re de l?actuel d?put?-maire centriste de Ch?tellerault Jean-Pierre Abelin). Il ?tait centriste aussi pour son attachement ? l?Europe, ? la d?centralisation et ? l?am?nagement du territoire.

Ministre de Raymond Barre

C?est en tant que rapporteur g?n?ral du budget au S?nat (souvent s?v?re dans ses analyses) qu?il fut remarqu? par yartiMonory14le Premier Ministre?Raymond Barre qui le nomma Ministre de l?Industrie, du Commerce et de l?Artisanat dans son deuxi?me gouvernement le 29 mars 1977 puis Ministre de l??conomie et des Finances dans son troisi?me gouvernement le 31 mars 1978, jusqu?au 13 mai 1981, apr?s l??chec pr?sidentiel de Val?ry Giscard d?Estaing. L?ancien Pr?sident de la R?publique expliqua son choix?: ??C??tait un homme tr?s ind?pendant, un esprit tr?s concret, mod?r?, raisonnable. Je me suis dit pour succ?der ? Michel d?Ornano au Minist?re de l?Industrie, voil? un homme qui a g?r? une entreprise, qui a du bon sens, de l??quilibre et qui conna?t le terrain.??.

Parmi les « actions » m?morables de Ren? Monory rue de Rivoli, on peut citer la cr?ation des sicav Monory qui fut les premiers produits financiers d??pargne de ce type accessibles au grand public et un levier pour le financement des entreprises.

L?autre d?cision clef de Ren? Monory au Minist?re de l??conomie fut la lib?ralisation des prix, qu?il parvint ? imposer avec p?rennit?.

Il a par ailleurs n?goci? avec brio avec des employ?s d?EDF en gr?ve (? l??poque, les gr?ves engendraient de longues coupures d??lectricit? chez les particuliers).

Un des leaders politiques qui comptent

R??lu s?nateur en juillet 1981 et si?geant d?sormais dans l?opposition au gouvernement socialo-communiste, Ren? Monory combattit sans rel?che les nationalisations et la politique budg?taire d?ficitaire de Pierre Mauroy. Il se comporta comme l?un des leaders de centre droit les plus ?cout?s de l?opposition et refusa cat?goriquement toute alliance avec le Front national.

Avant mars 1986, alors que les socialistes n?envisageaient que leur d?faite aux l?gislatives et que la cohabitation pointait son nez, Ren? Monory faisait partie des premiers ministrables au m?me titre que Val?ry Giscard d?Estaing (dans le cas o? l?UDF aurait plus de d?put?s que le RPR), Alain Peyrefitte, Jacques Chaban-Delmas et bien s?r Jacques Chirac (dans le cas contraire).

Ministre de Jacques Chirac

Finalement, le 20 mars 1986, Ren? Monory fut nomm? Ministre de l??ducation nationale dans le gouvernement de cohabitation de Jacques Chirac (jusqu?au 10 mai 1988). Lors des manifestations ?tudiantes contre la loi Devaquet (du nom de son Ministre d?l?gu? aux Universit?s Alain Devaquet), il ?tait partisan avec ?douard Balladur (Finances) de la position « dure », celle de ne pas c?der ? la rue, au contraire de Charles Pasqua (Int?rieur), de Fran?ois L?otard (Culture) et d?Alain Devaquet lui-m?me qui estimaient que la r?forme devait ?tre politiquement abandonn?e. La mort tragique de Malik Oussekine le 6 d?cembre 1986 donna un point final ? la premi?re tentative de r?forme des universit?s.

Futuroscope, un projet au pr?sent

L??ducation nationale fut sa derni?re mission gouvernementale. Il se consacra alors personnellement, en tant que yartiMonory23pr?sident du Conseil g?n?ral de la Vienne, ? la cr?ation du Futuroscope de Poitiers (? partir du 24 octobre 1983) autour duquel un p?le d?excellence en communication et technologies innovantes s?est d?velopp?. Son objectif, c??tait de faire du Poitou-Charentes, coinc? entre Paris, Tours et Bordeaux, un p?le attractif pour les touristes, les ?tudiants et les industriels, et la mission a, semble-t-il, ?tait remplie, b?n?ficiant rapidement d?une ligne TGV. Le projet Vulcania de Val?ry Giscard d?Estaing n?a pas connu le m?me succ?s pour d?velopper l?Auvergne dont il a ?t? pr?sident du Conseil r?gional.

Le Futuroscope (inaugur? le 31 mai 1987 par Jacques Chirac) ?tait son v?ritable « b?b? » dont il ?tait tr?s fier avec ses presque quarante millions de visiteurs jusqu?en 2009. Il en a profit? ?galement pour promouvoir dans son d?partement Internet et l?informatique en g?n?ral, voulant donner aux enfants du primaire les moyens mat?riels de l?apprentissage de ces nouvelles technologies. Il fr?quenta de nombreux p?les de haute technologie ? l??tranger, en Californie (la Silicon Valley), en Chine, au Japon, en Cor?e du Sud, et s?afficha m?me avec Bill Gates le 5 f?vrier 1997?:???Ren? Monory?? c?est la IIIe R?publique plus les logiciels???! D?autres maires l?imiteront dans cette passion de l?informatique et des t?l?communications, notamment Jean-Marie Rausch ? Metz et Andr? Santini ? Issy-les-Moulineaux.

S?nateur avant tout

R??lu s?nateur en septembre 1988, Ren? Monory fut un opposant intransigeant aux gouvernements socialistes de Michel Rocard puis d??dith Cresson ?lue maire de Ch?tellerault (de 1983 ? 1997).

En fin septembre 1989, alors qu?Alain Poher ?tait vieillissant, ses amis centristes lui cherch?rent un successeur au plateau. Jean Arthuis osa d?fier au premier tour le Pr?sident sortant du S?nat, et Ren? Monory au second tour, mais Alain Poher fut r??lu au troisi?me tour gr?ce au soutien int?ress? de Charles Pasqua et de son groupe RPR dans l?optique de la prochaine ?lection.

L??lection suivante, justement, le 1er octobre 1992, dix jours apr?s le r?f?rendum sur le Trait? de Maatricht, le poste de Pr?sident du S?nat ?tait d?sormais ouvertement ? pourvoir. Bien que s?par?s en trois groupes, les s?nateurs de l?UDF organis?rent en leur sein une primaire entre Ren? Monory (CDS/Union centriste), Pierre-Christian Taittinger (PR/R?publicain ind?pendant) et Daniel Hoeffel (CDS/UC). Ren? Monory l?emporta au second tour sur Pierre-Christian Taittinger. Puis l?emporta au moment fatidique de l??lection sur Charles Pasqua dont les troupes RPR ?taient encore trop peu nombreuses.

Le 2 octobre 1992, Ren? Monory fut donc ?lu Pr?sident du S?nat ? l??ge de 69 ans. Il rempla?a un homme de 83 yartiMonory70ans qui resta vingt-quatre ans dans cette fonction. Il donna une meilleure place m?diatique en acceptant de participer ? des ?missions politiques au contraire de son pr?d?cesseur. Son but ?tait de m?diatiser le S?nat, de montrer aux citoyens son r?le r?gulateur et d?imposer certains th?mes qui lui ?taient chers?: la d?centralisation et la d?concentration, la formation professionnelle, la construction europ?enne et la monnaie unique. Il a eu ? r?agir aux attaques de Lionel Jospin, Premier Ministre de cohabitation, sur une suppos?e ??anomalie parmi les d?mocraties?? en avril 1998.

Modernisateur, il l?a ?t? sans aucun doute en ouvrant le site Internet du S?nat en octobre 1995 qui donne un acc?s imm?diat aux citoyens ? tous les documents parlementaires. Ren? Monory fut aussi ? l?origine de l?ouverture du S?nat sur le « monde r?el » (?conomie, recherche, social, jeunesse etc.) avec de nombreuses manifestations, ouverture poursuivie par son successeur Christian Poncelet. C?est aussi lui qui imagina avec Philippe S?guin, Pr?sident de l?Assembl?e Nationale, une cha?ne de t?l?vision parlementaire.

L?automne 1994 fut pour les Fran?ais, et plus particuli?rement pour Ren? Monory, celui de toutes les rumeurs?: la sant? du Pr?sident Fran?ois Mitterrand ?tait de plus en plus fragile et le Premier Ministre ?douard Balladur se pr?parait d?j? ? une ?lection pr?sidentielle anticip?e tandis que Ren? Monory s?imaginait devoir assurer l?int?rim de la Pr?sidence de la R?publique.

? cette occasion, le bon sens de Ren? Monory a pu ?tre test?.

?

Dans le?deuxi?me article consacr? ? Ren? Monory, crime et ch?timent dans les couloirs feutr?s… avant?le troisi?me et dernier article, requiem.?

?

Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (9 avril 2010)

Pour aller plus loin?:

D?p?ches sur la disparition de Ren? Monory.
?lection du Pr?sident du S?nat (s?ance du 1er octobre 1998).
Alain Poher (1968-1992).
Christian Poncelet (1998-2008).
G?rard Larcher (depuis 2008).
L??lection des Pr?sidents du S?nat.
Plus d?informations sur le S?nat.

A propos de

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCX) : réseau, logistique et des tas d’avions

Nous décortiquons toujours dans cet épisode le gros dossier du clan Rocha. C’est toute une ...