Accueil / T Y P E S / Articles / Quoi penser de l’âge « impossible » des patriarches bibliques

Quoi penser de l’âge « impossible » des patriarches bibliques

Au cours de mes travaux sur mon calendrier de l’histoire humaine, que je suis en train d’élaborer, je me suis heurté à ces fichus âges incroyables des patriarches bibliques qui précèdent Moise. Il n’était certainement pas question que j’introduise de telles inanités sur mon calendrier. J’ai donc dû solutionner le problème pour trouver des dates acceptables.

La Bible nous raconte que Noé est âgé de 500 ans lorsqu’il engendre Sem, Cham et Japhet, et 600 ans lorsqu’il s’embarque dans l’arche. L’âge impossible des patriarches est un argument important pour ceux qui dénigrent le récit biblique; ce que je refuse de faire. De toute façon, personnellement, lorsqu’une chose est incroyable, cela ne me cause aucun problème parce que je n’y crois tout simplement pas.

Mais cela ne signifie pas que je pense qu’on a tenté de me mentir; je me dis qu’il est possible que je n’aie pas compris ce que l’on m’a affirmé. Et comme je travaillais sur un « calendrier » et que les âges des patriarches représentaient des périodes d’un calendrier, J’ai cru bon de vérifier l’histoire du calendrier hébreux. J’avais trouvé le bon filon.

Il m’était évident qu’à l’époque des patriarches d’avant le déluge, on utilisait un calendrier « lunaire » et que les nombres donnés pour l’âge des Patriarches pouvait, fort probablement, s’agir du nombre de « lunes » qu’a vécu le personnage dont il était question. Un peu comme nos Amérindiens définissaient la durée du temps en « lunes ». De sorte que les 600 « lunes » de Noé équivalaient à 50 ans. Cela me paru acceptable et je vérifiai chez les autres patriarches qui ont suivi.

La liste des âges des patriarches biblique est absolument inacceptable à cause de la durée de vie qui leur est donnée, et nous sommes parfaitement d’accord là-dessus. Mais comme on utilisait, à l’époque, un calendrier lunaire, on se doit de diviser le nombre de mois lunaires qui est inscrit, par 12, pour obtenir le nombre d’années vécues par l’individu. Ce qui nous donne des durées de vie beaucoup plus logiques.

Le déluge s’étant produit en -5600 av J.C, Noé serait donc né en -5650 av J.C. et décédé 29 ans après le déluge en -5571 av J.C. Il a ainsi vécu 79 ans.

Selon cette base de calcul, les patriarches d’Adam jusqu’à Noé naissent et décèdent aux dates suivantes :

Note : Ces patriarches d’avant le déluge vivaient nécessairement sur le plateau continental de la mer Noire qui a subi ce fameux déluge.

Lamek, père de Noé, naît en -5665 av J.C. et décède l’année du déluge en -5600 av J.C. Il vécut en tout 64 ans. Il engendre Noé à l’âge de 15 ans.

Mathushela, son père, nait en -5680 av J.C. et décède durant le déluge en -5600 av J.C. Il vécut en tout 80 ans. Il engendre Lamek à l’âge de 15 ans.

Henok, son père, nait en -5685 av J.C. et décède en -5655 av J.C. Il vécut, en tout 30 ans et fut enlevé par le Seigneur. Il engendre Mathushela à l’âge de 5 ans (ce qui n’est pas possible. Mais solutionnons un seul problème à la fois et continuons).

Yered, son père, nait en -5698 av J.C. et décède en -5619 av J.C. Il vécut en tout 80 ans. Il engendre Henok à l’âge de 13 ans.

Mahalalel, son père, nait en -5703 av J.C. et décède en -5629 av J.C. Il vécut en tout 74 ans. Il engendra Yered à l’âge de 5 ans (impossible).

Quenan, son père, nait en -5708 av J.C. et décède en -5555 av J.C. Il vécut en tout 75 ans. Il engendre Mahalalel à l’âge de 5 ans (impossible).

Enosh, son père, nait en -5715 av J.C. et décède en -5569 av J.C. Il vécut en tout 75 ans. Il engendra Quenan ä l’âge de 7 ans (impossible).

Seth nait en -5723 av J.C. et décède en -5570 av J.C. Il vécut en tout 76 ans. Il engendre Enosh à l’âge de 8 ans (impossible).

Adam est « fabriqué » en -5733 av J.C. et décède en -5656 av J.C. Il vécut en tout 77 ans. Il engendre Seth à l’âge de 10 ans et avait déjà engendré Cain et Abel encore plus tôt. (Impossible).

Donc un autre problème émerge avec l’utilisation du calendrier lunaire ; et je peux comprendre que celui qui a mis par écrit, à l’époque de Moise, les données jusqu’alors verbales de sa tradition, n’aie pas voulu changer les nombres de l’âge de ses patriarches ancestraux parce que les « paternels » aurait démontré une précocité « copulative » non seulement « impossible » mais, probablement, tout autant « immorale » à ses yeux. Ses patriarches auraient été des dévergondés dans leur prime jeunesse et auraient copulé à un âge inadmissible avant leur puberté.

Le problème m’a semblé insoluble assez longtemps à moi aussi; jusqu’à ce que je lui applique un autre écrit, qui est deux millénaires antérieurs à la Bible, et qui semble tout autant « impossible ».

Les écrits sumériens jugés « impossibles », lorsqu’ajoutés aux données bibliques « impossibles », fournissent une explication qui devient étonnamment « plausible ».

Les sumériens racontent que le dieu ENKI parvint à « fabriquer » un humain assez intelligent pour servir de main-d’œuvre aux dieux (qu’ils appellent, en réalité, les « Puissants »). En fait, les Sumériens ne considéraient pas ces « Puissants » comme des « dieux » ; ils les considéraient comme des « maîtres », supérieurs à eux-mêmes, auxquels les « hommes » étaient naturellement assujettis puisqu’ils avaient été « créés » pour les « servir ».

Il faut admettre que d’être « supérieurs aux hommes » de l’époque ne devait pas être très difficile pour des individus qui avaient bénéficié de 4,000 années d’évolution supplémentaire sans subir la montée des niveaux océanique qui s’était terminée vers -9,600 av J.C.

Selon le récit, pour réussir sa « création », Enki s’était servi du « sang » d’un « Puissants », condamné à mort, coupable de trahison.

Mais ses premières tentatives furent des échecs. Ses expériences produisaient des « monstres » semble-t-il. Ceux qui croient à la « puissance divine infinie » devraient se demander comment Enki, le plus intelligent et le plus savant des « dieux », ait pu rater plusieurs expériences avant de réussir.

La première « réussite » fut celle d’Adam. On apprend que, par la suite, ENKI parvint à « fabriquer » plusieurs autres « animaux-humains ». Il est toutefois clair que le « sang » du « Puissant » traitre n’était plus disponible depuis la fabrication d’Adam et qu’ENKI dû se servir du « sang » d’Adam pour ses créations suivantes.

Et ce fait est bien ce qui est confirmé par la Bible qui nous raconte que le « Seigneur » emploie une des « côtes » d’Adam pour lui « fabriquer » une compagne femelle.

Il est donc également clair qu’ENKI voulait que ses « créaturent » puissent « s’auto-reproduire ».

Notons que les récits sumériens parlent de l’amélioration d’un animal déjà existant, pour le rendre « serviable », plutôt que d’une « création » à partir de rien ou même d’un ti-paquet de « bouette ».

Donc Ève fut une amélioration d’un animal femelle déjà existant, tout comme Adam. De sorte que la femme est égale à l’homme qu’on le veuille ou non. Conséquemment, la traduction du mot hébreu original par celui de « côte » est assurément une erreur.

Le seul sang disponible à ENKI était celui de « l’animal-humain » qu’il avait réussi à fabriquer, et les récits sumériens indiquent qu’ENKI était pressé de réussir son projet. On avait un besoin urgent de main-d’œuvre. Il n’avait donc pas le temps d’attendre la puberté de ses « cobayes » pour fabriquer d’autres « animaux-humains ».

C’est la seule explication plausible qui justifie l’âge précoce de la « paternité » de chacun des patriarches jusqu’à Hénok. Et, assez curieusement, ce dernier sera « enlevé » par le Seigneur à l’âge de 30 ans. On ne connait pas la raison de cet « enlèvement ». Peut-être fut-il le dernier « homme-animal » certifié non-fertile et qu’ENKI voulu reprendre ce dernier échec avec lui? Mais il semble bien que les patriarches de cette époque n’aient pas été « engendrés » mais bien « fabriqués » tout comme Adam et Ève.

Mathushela, issu du « sang » d’Henok, mourra sur le plateau continental de la mer Noire, lors du déluge.

Toutefois son fils Lamek, décédé quelques mois avant la catastrophe, avait subi un « traumatisme psychologique » atroce à la naissance son fils Noé. L’enfant ressemblait à sý méprendre à un « Puissant ». Imaginez, un peu, le bouleversement des sentiments qui s’opéra dans l’esprit du « père ». En revanche, cela peut expliquer pourquoi ENKI décida de sauver du déluge, la famille de Noé.

Lamek, accablé par les cornes qu’il croit voir à son front, impute alors sa femme, Bath-Enosh, d’infidélité, l’accusant d’avoir conçu leur fils avec un « Nephilim » (un demi-Puissant). Évidemment, la pauvre mère nie catégoriquement l’accusation. Lamech va donc demander conseil à son père Mathushela et à son grand-père, le « sage » Hénoch.

Il faut ici remarquer qu’Hénoch, qui disparaitra en -5655 av J.C. emporté par le Seigneur, est présent à la naissance de Noé en -5665 av J.C. et qu’il est un « grand-père » âgé de 20 ans.

Hénoch défend l’innocence de Bath-Enosh, femme de Lamek, en lui expliquant que des « anges déchus » (Nephilim) ont, à son époque à lui (hum! 20 ans auparavant), fréquenté des femmes humaines et que c’est l’essence de l’un d’eux qui a traversé les générations (pas tellement nombreuses) jusqu’à son fils Noé. Ce qui expliquait l’apparence hors de l’ordinaire du bébé. Lamek accepta l’explication de son « grand-père » et oublia ses cornes.

Je soupçonne qu’Hénok fut enlevé par le « Seigneur » pour une raison connue seule du « Seigneur » en question ; mais une chose est certaine ; c’est qu’à partir de Noé, il n’est plus question de l’âge de la paternité de ses descendants.

De plus, c’est à ce moment-là, la première fois que la nudité est considérée comme « tabou » dans la Bible. Ce qui donne une importance, jusqu’ici totalement absente, aux parties sexuelles des humains. Il est évident que ce « tabou » se rapporte à la copulation qui permet d’engendrer.

Lors de l’alliance de Noé avec le « Seigneur » s’ajoute la règle défendant l’inceste et l’adultère ; ce qui nous indique que ces deux points n’avaient pas à être défendus auparavant puisque les hommes ne pouvaient pas procréer et que les parties sexuelles n’avaient pas plus d’importance que les doigts de pieds.

J’avais donc trouvé la solution de mon problème sur l’âge impossible des premiers patriarches bibliques. Mais je n’étais pas au bout de mes peines.

Voyons les patriarches suivants :

Noé vit 950 mois lunaire donc 79 ans.

Sem vit 600 mois lunaires = 50 ans. Et, selon la tradition, il est l’ancêtre des peuples sémites, c’est-à-dire des Arabes, des Hébreux, des Babyloniens, des Syriens, des Phéniciens et des Assyriens. Ces derniers étaient installés au sud du mont Ararats’était échoué l’Arche de Noé.

Arpakshad vit 438 m l. = 36 ans

Shélah vit 433 m l. = 36 ans

Eber vit 464 m l. = 38 ans. Eber est celui qui donna son nom aux Hébreux. Il dû être « spécial » d’une façon ou d’une autre. Son nom signifie « celui qui vient de l’autre côté » et comme il venait nécessairement de l’Anatolie, on peut se demander où il était rendu quand on lui donna ce nom. Probablement de l’autre côté de la Méditerranée. Ce fut, traditionnellement, à son époque que la Terre fut divisée entre les Puissants. Époque où ENKI reçu l’Afrique, donc l’Égypte, en partage.

Lorsque les Israélites s’adressent à d’autres peuples, ils se donnent le nom d’Hébreux. Le terme est aussi employé par les étrangers (Égyptiens, Philistins) pour parler des « Israélites ». Il est utilisé dans l’histoire de Joseph (37-50) et au début de l’Exode où il désigne les Israélites réfugiés en Égypte. Il y a aussi deux mentions isolées dans le livre de la Genèse (« Abram l’hébreu » Gn 14,13) et dans le livre de Jonas (« je suis hébreu » Jon 1,9). Le terme Hébreu (עברי ‘Ivri) est employé, pour la première fois, en conjonction avec Abraham. Il faut également souligner que le terme « Hébreux » est associé à la tour de Babel qu’ils auraient construit pour le « Puissant » Marduk fils d’ENKI. Voici la description de la tour de Babel :

« On voit au milieu une tour massive qui a un stade tant en longueur qu’en largeur ; sur cette tour s’en élève une autre, et sur cette seconde encore une autre, et ainsi de suite : de sorte que l’on en compte jusqu’à huit. On a pratiqué en dehors des degrés qui vont en tournant, et par lesquels on monte à chaque tour. Au milieu de cet escalier on trouve une loge et des sièges, où se reposent ceux qui montent. Dans la dernière tour est une grande chapelle ; dans cette chapelle un grand lit bien garni, et près de ce lit une table d’or. On n’y voit point de statues. Personne n’y passe la nuit, à moins que ce ne soit une femme du pays, dont le dieu a fait choix, comme le disent les Chaldéens, qui sont les prêtres de ce dieu. ».

L’historien musulman du XIIIe siècle Abu al-Fida raconte une histoire, notant que le patriarche Eber (arrière-petit-fils de Shem) a refusé d’aider à la construction de la Tour de Babel, donc sa langue n’a pas été confuse lorsqu’elle a été abandonnée. Lui et sa famille seuls ont conservé la langue humaine d’origine (un concept appelé lingua humana en latin), l’hébreu.

Eber est parfois désigné dans les écrits islamiques classiques comme le « père » des « Arabes préhistoriques originels » (les ʿArab al-ʿĀriba), qui vivaient dans la Péninsule arabique après le Déluge (donc de l’autre côté de la Méditerranée).

De toutes façons, l’époque d’Eber marque une charnière quelconque entre l’époque précédente et la suivante. Je remarque que l’on passe d’une durée de vie de 433 ans et plus à celle de 239 ans et moins.

Péleg vit 239 m l. = 19 ans et si on commence à compter le nombre de saisons, au lieu de « lunaisons », comme je crois que l’on devrait, on obtient 59 ans.

Réou vit 239 saisons = 59 ans

Seroug vit 230 sa. = 57 ans

Nahor vit 148 sa. = 37 ans Note : La 7ème génération, celle de Nahor grand père d’Abraham, est également affectée de 50 ans dans le MT. Alors que ce dernier enfante à 79 ans dans la LXX (codex alexandrinus), il le fait à 29 ans dans le MT.

Terah vit 205 sa. = 51 ans

Abraham, vit 175 sa. = 43 ans

Ismaël vit 137 sa. = 34 ans

Isaac vit 180 sa. = 45 ans

Ésaü (non indiqué)

Jacob vit sa = 36 ans

Joseph vit 110 sa. = 27 ans

Éphraïm (non indiqué)

Noun (non indiqué)

Josué vit 110 sa. = 27 ans

Lévi vit 137 sa. = 34 ans

Kehath vit 133 sa. = 33 ans

Amram vit 137 sa. = 34 ans

Moïse vit 120 sa. = 30 ans.

Les Israélites, depuis toujours, avaient été des « nomades » et ne pratiquaient pas l’agriculture. Ils n’avaient donc jamais eu besoin d’un calendrier solaire. Pour eux le calendrier lunaire avait toujours été préférable.

Mais avec Moise, ce peuple allait s’établir dans « la terre promise » et s’y installer à demeure. Ils allaient donc devenir des agriculteurs. Ils furent ainsi obligés de changer de calendrier et adopter un calendrier « solaire ».

Mais l’histoire des Juifs nous démontre que ce peuple de devint jamais un peuple d’agriculteurs ; un grand nombre d’entre eux continuèrent de « voyager » avec leur troupeau en faisant du commerce. L’adoption officielle d’un calendrier strictement solaire ne se fit jamais. On se contenta d’adapter graduellement l’ancien calendrier lunaire pour en faire un calendrier « luni-solaire ».

De sorte que lorsque la Bible, avec Moise, annonce que la vie humaine sera dorénavant de 120 ans, ce n’est pas parce que le « Seigneur » l’avait « raccourcie », mais parce que Moise adoptait un calendrier « solaire » pour remplacer le calendrier « luni-solaire ».

Cette évolution du « calendrier lunaire » originel des Hébreux, se fit en « deux temps » qui sont assez clairement définissables dans la liste des patriarches. Le premier temps fut, à l’époque d’Eber, d’adopter comme unité, les quatre saisons au lieu des 12 « lunaisons » ; et le deuxième temps, à l’époque de Moise, fut d’adopter l’année solaire au lieu de chacune des quatre saisons comme unité. Mais l’âge des personnages fut presque le seul changement « social » apporté au calendrier juif ; le reste des apports de Moise sont plutôt au niveau du calendrier « religieux ». En réalité, aujourd’hui le calendrier juif est toujours un calendrier « luni-solaire ».

Amicalement

André Lefebvre

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

La numérisation du quotidien, une violence inouïe et ordinaire

Quand, selon Reporterre, le système a barre sur nos vies, individuellement et collectivement, grâce au ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Bon! Ça va mal « à matin »! Je viens de me relire et il y a 3 erreurs de dates de décès des patriarches: Quenan décède en -5633, Enosh en -5640 et Seth en -5647 av J.C.
    (Pas fort en maths le bonhomme!)

    Je vous prie de m’excuser.

    André Lefebvre

  2. avatar

    Une question me taraude l’esprit… quel était l’âge d’Enlil et d’Enki….?

    • avatar

      On ne peut savoir; mais ils sont nés avant -5,600 av J.C. puisque la mère de Ninurta, fils d’Enlil, lui raconte sa vie avant l’inondation du plateau continental de la mer Noire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *