Accueil / T Y P E S / Chroniques / Questions laiss?es-pour-compte sur le Qu?bec moderne

Questions laiss?es-pour-compte sur le Qu?bec moderne

J’ai retrouv? ce petit manifeste de Jacques Grand’Maison : Questions interdites sur le Qu?bec contemporain (PDF). Je l’avais lu en 2003, mais la relecture en 2007 de ce livre me questionne beaucoup – compte tenu de l’actualit? qu?b?coise des derni?res ann?es.

Je vous partage les questions laiss?es-pour-compte que Grand’Maison avait formul?es et s’en suit quelques extraits de son argumentation. Vous allez faire le lien assez rapidement avec les d?bats entourant les accommodements raisonnables et la situation politique.

Qu’est-ce qui se passe vraiment chez les Qu?b?cois francophones dits de souche, dans le pays r?el d’aujourd’hui ?

On ne comprend plus ce qui se passe, on se sent impuissant. D’o? vient donc cette confusion mentale et sociale ?

Quelle sorte de citoyens sommes-nous ? D’abord receveurs de services ou d’abord acteurs-constructeurs de la cit? ?

Le sentiment de perdre des acquis est-il dominant chez le plus grand nombre de citoyens ? Et pour qui voteront ceux qui sont en ?tat de survie ?

Est-ce sens? de vouloir passer tout de go du tout public au tout priv? ?


Tour ? tour nous sommes pass?s du tout religieux au tout politique, puis au tout culturel, et r?cemment, au tout ?conomique.

On ne peut faire du neuf durable si on efface les traces des chemins parcourus.

L’ind?cision politique des Qu?b?cois, l’alternance maniaco-d?pressive entre la d?prime sur eux-m?mes et leur exaltation du genre : nous sommes la soci?t? post-moderne la plus avanc?e de la plan?te ne sont que la pointe de l’iceberg de ce traumatisme souterrain.

Un univers m?diatique de plus en plus narcissique et son jeu de miroirs entre les vedettes qui le monopolisent. Et ces sondages ? r?p?tition qui tiennent lieu de politique en s’appuyant sur l’opinion du moment, formul?e en quelques secondes.

On ne peut reconna?tre la profondeur, la complexit? de nos probl?mes et d?fis contemporains puis s’en remettre ? des recettes et ? des sondages d’opinion.

On est en train de faire dire n’importe quoi ? la charte des droits, juges en t?te et parlements « suiveux ».

Une population qui se sent impuissante est beaucoup plus susceptible de se laisser leurrer, de d?crocher de la politique, ou de croire ? des solutions magiques hors du r?el.

Quand on ne sait plus avoir de distance sur soi, ni se situer dans le temps, on renvoie forc?ment la responsabilit? sur les autres, sur le syst?me, sur le gouvernement, sur tout le monde.

Opinion

Enfin, il est grand temps que l’on s’attaque ? tous ces sondages politiques aux saveurs du moment ! Selon moi, la table rase effectu?e depuis les derni?res d?cennies a contribu? ? la perte de l’identit? qu?b?coise (multiples r?formes, par exemple). L’enfouissement, au plus profond de nos ?tres, de nos origines religieuses, politiques et historiques joue ?galement un r?le dans notre qu?te identitaire. Aussi, le lien interg?n?rationnel trop souvent coup? complexifie notre recherche.

Ce n’est pas de revenir en arri?re comme dans « le bon vieux temps » – et jouer les conservateurs religieux. Au contraire, il faut mieux saisir « objectivement » le chemin parcouru comme soci?t? et individu (le pour et le contre) afin de proclamer l’identit? qu?b?coise dans le Qu?bec moderne.

Finalement, ne laissons pas aux politiciens et aux massmedias la chance de nous d?finir…

Et vous, qu’est-ce que vous pensez de ces interrogations ? J’attends vos r?flexions !

A propos de

avatar

Check Also

Pont-Aven : 30 ans de Hangar’t

L’évènement a été peu relayé dans les médias, excepté au niveau régional : créé au début ...

5 Commentaire

  1. avatar

    Pouvez-vous nous indiquer le lien pour télécharger le livre sur le Web ?

    Merci

  2. avatar

    Ah, je l’ai trouvé sur votre blogue et l’ai ajouté à l’article.

  3. avatar

    Folliculaire,

    Vous affirmez, selon moi, une chose capitale ici : « Il vaut mieux saisir le chemin parcouru comme société et individu afin d’affirmer notre identité dans la modernité » Cela est si important. Nous sommes un peuple composé d’individus extraordinaires. Nous somme riche de nos chemins parcourus personnellement. Mais, en même temps, on n’a plus confiance dans le groupe. Moi, si j’étais un « méchant » qui voulait contrôler un peuple, je commencerais par faire en sorte de les désolidariser… et c’est bien ce qui est arrivé au Québec.

    Vous citez la question : « On ne comprend plus ce qui se passe, on se sent impuissant. D’où vient donc cette confusion mentale et sociale ? »

    Peut être bien que cette confusion vient de la différence entre ce qu’on lis dans les journaux… ce que l’on entend à la radio, ce qu’on voit à la télé… et la vérité. La putain de réalité ! Le contrôle des médias est selon moi l’un des plus gros problèmes qui explique notre isolement et notre confusion. D’où l’importance de protéger la crédibilité des initiatives comme Cent papiers.

    En parlant de chemin parcouru… Nous devons, je crois, aussi regarder en arrière pour retrouver les combats que nous avons perdus et surtout POURQUOI nous les avons perdus. Reconnaitre la mauvaise foi et la corruption des pouvoirs au cours de ces « combats » déloyaux. Comment ils nous ont tous pris pour des imbéciles ! Comprendre qu’ils nous endorment actuellement au gaz comme des moutons de prairie, avec leur suprématie médiatique… Comprenons qu’ils ne sont là au pouvoir que parce qu’on nous désinforme.

    Vous citez : « Une population qui se sent impuissante est beaucoup plus susceptible de se laisser leurrer, de décrocher de la politique, ou de croire à des solutions magiques hors du réel. »

    Notre objectif serait alors d’inventer un créneau qui nous rassemblera, qui nous fera nous sentir plus puissant. Un projet pour remettre les pendules à l’heure. Un forum social permanent (une suite du FSQ) où on parlerait des vrais affaires. Ou on débattrait sur les vrais enjeux. Par exemple : On ne veut pas envoyer nos jeunes mourir pour les objectifs des impérialistes américains. On ne veut pas du PSP (partenariat sécurité prospérité) de ces conservateurs. Il y a des questions très importantes simultanément sur la table (il y en a bien d’autres) et on tourne autour du pot. On en parle ici et là pour se défouler, genre ! On se fait infiltrer et désinformer par l’adversaire. On se sent impuissant et on a peur de perdre ce statut quo en dessous de la moyenne Nord-Américaine. Belle affaire !

    Ce serait une bonne place ici, je crois, pour verbaliser nos solutions […] Par où commencer, par quelles questions ? La désinformation ! Les façons d’empêcher de discréditer l’outil Internet ? À vous…

  4. avatar

    Merci Charles de votre commentaire. On dirait presque la continuité de mon texte…

    À titre d’exemple du contrôle des massmédias. J’ai envoyé un communiqué de presse aux médias afin de les informer sur la situation du suicide et aucun à répondu. Les massmedias déterminent de quoi le peuple doit s’informer.

    Essayer d’envoyer un message aux Québécois sans passer par la suprématie médiatique, bonne chance !

  5. avatar

    J’oubliais,

    Pour ce qui est de ton affirmation soulignée… « Est-ce sensé de vouloir passer tout de go du tout public au tout privé ? » Un de leurs plus dangereux piège, selon moi, est ce passage du public au privé. C’est une véritable farce ! C’est comme donner le dossier des soins dentaires aux marchants de bonbons !

    C’est comme donner aux criminels eux-mêmes les clés de nos prisons. Il y a de beaux discours brillants sur la table présentement orchestrés par, notamment, les industries pharmaceutiques bien sûr. Prendre en main la santé des peuples c’est leur grande spécialité, voyons donc ! Ils nous inventeraient des maladies pour passer leurs poudres s’ils n’avaient pas déjà tout le contrôle. Ils manipulent la publicité, c’est bien démontré, font peur aux gens qui ignorent leur vrais intentions… Là on parle de tout l’monde presque.

    Cette industrie dirige actuellement la musique, amalgame nos supposés besoins avec leurs nouvelles technologies $$$. La santé nous coute plus de 50% de tous nos argents pendant que tout est dans la nature, presque, pour nous soigner. Pendant que c’est si simple de vivre en parfaite santé. Je parle en tant que vétérinaire praticien d’expérience et non en tant que inculte de cette notion. Le principal meurtrier de notre histoire étant le stress dû au mode de vie urgent dans lequel on nous cloisonne. Ce qui tue, on le sais bien, c’est la peur, le sentiment d’impuissance, la perte de confiance en l’avenir, la perte de sa propre souveraineté individuelle.

    Éduquer les enfants, les ados, les parents à être plus en santé, simplement en mangeant mieux, en démontrant que ralentir et changer les priorités est la solution. Que être plus simple et moins consommer c’est ça qui est cool. Que les Hummer c’est de la connerie ! Changer les images. Ce serait un moyen de corriger les dommages que leurs publicités ont provoqué dans nos société. Or, ces gens qui veulent maintenant acheter définitivement les services publiques ce n’est pas par soucis de réparer quoique ce soit. Entendons-nous !

    C’est pour s’assurer, selon moi, de garder les pieds dans la porte qu’importe le gouvernement qui viendra en place. C’est s’assurer la pérennité de leurs contrôles actuels. Un billet ouvert pour l’exploitation des peuples sans possibilité de rien changer par la suite. On a de la misère à garder nos gouvernements en santé à cause de ce contrôle et de la corruption généralisée… n’allons pas croire que les entreprises privées vont régler ce problème !

    Ces puissants d’aujourd’hui qui nous proposent la privatisation des services n’ont jamais eu aucun objectif communautaire… ils n’ont pas la crédibilité pour prendre en main nos vies et encore moins notre avenir.

    C’est une autre question à franchement débattre d’urgence. Ne comptons pas sur les mass médias pour faire le point objectivement sur ce projet de milliardaires altruistes.