Accueil / T Y P E S / Articles / Que vaut la peau d’une femme ?

Que vaut la peau d’une femme ?

Le fr?re de Marie-Christine Hodeau, la joggueuse du bois de Milly enlev?e, viol?e et assassin?e par un r?cidiviste en libert? conditionnelle se bat pour que le meurtre de Marie-Christine ne soit pas inutile.

Le fr?re de Marie-Christine Hodeau va se battre. Il refuse que sa soeur ne soit qu’un fait divers, il intervient, lui restitue une identit?. Il a raison.

Marie-Christine: qui ?tait-elle, que savons-nous de cette jeune quadrag?naire pleine de vie, si ce n’est qu’elle est devenue un objet entre les mains d’un tortionnaire. Elle avait une vie, une existence surtout. Un patrimoine de v?cu, une conscience, des ?motions, des projets. Elle enrichissait la vie de ceux qui partageaient la sienne.

Celui qui est soup?onn? de lui avoir pris sa dignit?, sa vie, bris? celle de ses proches, sortait de prison. Le suspect avait ?t? condamn? en 2002 ? onze ans de prison pour l’enl?vement et le viol d’une adolescente de 13 ans en 2000?vivant dans son voisinage. Elle et sa famille ont assist? ? la c?r?monie. Il est sorti de prison en mars 2007 apr?s avoir b?n?fici? d’une lib?ration conditionnelle. No comment. R?vulsion.

Les tribunaux sont davantage occup?s ? achever de d?truire la vie des femmes victimes de violences, conjugales ou commises par des pr?dateurs, et se montrer indulgents jusqu’? la complaisance voire la complicit? en remettant en libert? bien avant le terme de la peine qu’eux-m?mes ont fix?s : ils renient leurs propres jugements, sans m?me prendre la peine de mettre s?rieusement en place un dispositif de protection, de pr?vention malgr? tout l’arsenal de moyens ?lectroniques, chimiques, accompagnement m?dical, et autres dont la justice dispose aujourd’hui. Dans un tel cas de figure, je ne vois pas comment on ne peux pas d?signer la justice comme directement responsable de cet assassina,t ? plusieurs niveaux des ?tages judiciaires.

Je pense ? la jeune fille, enlev?e et viol?e, par cet homme, oblig?e de supporter sa pr?sence dans son voisinage, son environnement de vie quotidien et permanent, un r?cidiviste en puissance. Traumatis?e ? vie, par l’acte initial, la perspective de r?it?ration, le d?ni et le m?pris de la justice et de l’?tat.

Je pense ? la jeune fille, parce qu’il n’y a de bonne victime que morte.

Marie-Christine Hodeau fera l’objet d’un m?morial, mais la jeune fille verra peu ? peu les portes se fermer, les soup?ons de troubles psychologiques la priver de tout droit ? un travail de confiance, de responsabilit?, elle se verra mise en doute sur ses facult?s ? ?lever ses enfants en cas de difficult?s conjugales, et je vous passe le reste des humiliations, d?nis, exclusion, rejet, et la cruaut? avec laquelle on enferme dans la souffrance et l’isolement les victimes de s?vices graves, qui tentent de vivre et de se reconstruire. Et qu’on ne me raconte d’histoires ? l’eau de rose, surtout pas quand l’?tat lui-m?me accepte, comme on l’a vu r?cemment avec les « voyages » en Tha?lande, les comportement d?viants de cette nature.

Je pense ? la jeune fille, dont personne ne dit le nom, dont on ne connait pas la vie, la richesse, les r?ves, les projets, la tendresse,

Je pense ? la jeune fille, parce que c’est elle qui va devoir faire face tous les jours du temps qui lui restera ? vivre, ? la soci?t? toute enti?re.

Je pense ? la jeune fille, au courage dont elle va avoir besoin, tous les jours, et pas seulement dans un coffre de voiture.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Non aux OGM déguisés !

Grâce à une campagne de longue haleine menée par Greenpeace et d’autres organisations il y ...