Accueil / T Y P E S / Billets / Que penser de Rachida Dati?
Cessons de condamner les Rachida et compagnie : ce qu'il faut condamner, c'est l'absence de respect ? l'?gard de la maternit? dans les postes de pouvoir.

Que penser de Rachida Dati?

Depuis quelques jours, cette ministre fran?aise fait couler beaucoup d’encre : ? peine a-t-elle accouch? de son b?b? par c?sarienne planifi?e, qu’elle retourne au boulot, haut perch?e sur ses talons.

Dans certains milieux f?ministes, on lui lance des pierres et on se scandalise : en agissant de la sorte, la ministre Dati donne le mauvais exemple, dit-on. On consid?re son retour au travail comme un affront au cong? de maternit? si ch?rement acquis au d?but du si?cle dernier en France. Certes, des esprits malhonn?tes pourraient profiter de cet exemple pour minimiser l’importance de se reposer et de prendre du temps avec b?b? apr?s un accouchement. C’est s?r. D’autres, comme S?gol?ne Royal, prennent sa d?fense : ?? fonction exceptionnelle, comportement exceptionnel?, dit-elle.

Je n’approuve pas ce retour h?tif au travail, mais je trouve d?licat et improductif de lui faire un proc?s : critiquer son choix nous emp?che de se poser les bonnes questions, comme, maternit? et postes de pouvoir sont-ils incompatibles? N’oublions pas que la dame est quand m?me ministre…un poste de haute responsabilit? pour lequel la personne choisie est difficilement rempla?able. Si elle occupe ce poste, c’est qu’on l’a choisie, elle, et pas une autre. Dans un tel poste, les enjeux de pouvoir sont si importants et si omnipr?sents qu’il est difficile d’imaginer s’?clipser pendant plusieurs semaines, sans mettre son poste ou m?me son minist?re en p?ril. Ce type de fonction est strat?gique et s’absenter signifie prendre le risque de perdre sa place.

C’est un peu le m?me ph?nom?ne pour celles qui gravitent dans les postes de pouvoir des grandes entreprises. Ce sont des postes hautement politiques et on ne trouve pas de rempla?ant en criant « ciseau »! Ces femmes qui acc?dent ? des postes de prestige en politique ou dans le monde corporatif ont eu ? franchir de nombreux obstacles pour se hisser au sommet et je peux tr?s bien comprendre qu’une fois les objectifs atteints, qu’elles n’aient pas tellement envie de mettre leur position en p?ril, m?me apr?s la naissance d’un enfant.

Cela dit, on ne peut que constater que maternit? et postes de pouvoir se conjuguent difficilement encore de nos jours. Que Rachida Dati, Sarah Palin et quelques autres femmes de pouvoir retournent au boulot quelques jours apr?s l’accouchement d?montre que la r?flexion sur la maternit? et les postes de pouvoir n’a pas encore tellement ?volu?e. Pourquoi une ministre ou une haute dirigeante n’aurait-elle pas droit ? une sorte de tr?ve « maternelle » qui lui accorderait une forme d’immunit? pendant une absence de quelques semaines? Ici au Qu?bec, si un ministre s’absente de ses fonctions de longs mois en raison d’une maladie grave, on lui accorde bien son cong? sans qu’il n’en soit forc?ment p?nalis?, non? On r?ussira m?me ? le remplacer… La maternit? n’est pas une maladie, on s’entend, mais ce ne sont pas toutes les femmes qui sont physiquement « top shape » apr?s un accouchement et aucune ne devrait ?tre jug?e sur sa performance physique ou psychologique post-accouchement!

Le plus troublant dans cette histoire, c’est que ces femmes cherchent ? d?montrer que la maternit? ne nuira pas ? l’exercice de leurs fonctions. La pression qui est exer??e sur elles est si forte qu’elles doivent presque s’excuser d’avoir eu un b?b?, alors que ce moment devrait ?tre c?l?br?. J’en suis constern?e. Combien d’ann?es encore faudra-t-il pour que la maternit? soit accept?e, m?me en situation de pouvoir? Combien d’ann?e pour qu’on cesse de s’excuser d’enfanter? Combien d’ann?es faudra-t-il pour qu’on reconnaisse qu’enfanter, c’est ?puisant? Combien d’ann?es pour qu’une femme ne soit pas p?nalis?e d’accoucher? Si ces femmes cherchent ? banaliser leur accouchement, c’est la d?monstration m?me que la pr?sence des femmes dans les instances de pouvoir est encore trop r?cente dans l’histoire pour qu’on leur reconnaisse la n?cessit? de faire une pause apr?s un accouchement. Leur position est encore trop pr?caire face au pouvoir masculin.

Autrement, le message qui ressort est clair : si on a envie de se lancer en politique ou de faire une carri?re de haut-dirigeant, il vaut mieux le faire avant d’avoir des enfants ou y renoncer ou attendre qu’ils soient plus grands. Avoir un b?b? alors qu’on est dans un poste semblable nous oblige ? banaliser l’accouchement ou ? se retirer et prendre la « voie de garage ». Je n’ai pas ?t? t?moin d’exemple semblable ici au Qu?bec, par ailleurs. Je serais ?tonn?e qu’une ministre revienne ainsi si t?t apr?s son accouchement…Sommes-nous plus « ?clair?s » sur ce sujet au Qu?bec?

Alors, cessons de condamner les Rachida et compagnie : ce qu’il faut condamner, c’est l’absence de respect ? l’?gard de la maternit? dans les postes de pouvoir.

A propos de

avatar

Check Also

« Maudits anglais ! »

                        Elle s’appelle Évangéline, ...

One comment

  1. avatar

    Mais laissons-la donc tranquille…