Accueil / T Y P E S / Articles / PS : Martine Aubry ? la t?te d’une coalition illisible et contest?e…

PS : Martine Aubry ? la t?te d’une coalition illisible et contest?e…

Ce spectacle mis?rable n’est pas fait pour lever le doute, loin s’en faut, sur la capacit? future du PS ? s’opposer ? la droite et d?finir ce que pourrait ?tre un socialisme du XXI?me si?cle.

Depuis des ann?es en effet, les haines accumul?es et les plans de carri?re des uns et des autres ont remplac? tout d?bat sur une alternative cr?dible ? la politique de la majorit? pr?sidentielle UMP-Nouveau Centre et ? la r?paration des m?faits de la mondialisation lib?rale…

Au plan des id?es il n’existait pas de r?els clivages entre Martine Aubry, Bertrand Delano?, S?gol?ne Royal. Et il n’a jamais exist?, comme ils l’ont pr?tendu, une diff?rence strat?gique dont le Modem serait la pomme d’achoppement.

Cette divergence sur les alliances mise en avant par le maire de Paris et celui de Lille ainsi que par Beno?t Hamon relevait plus du pr?texte que de la r?alit?. On a d’ailleurs pu constater, lors des derni?res municipales, qu’aussi bien des partisans de Bertrand Delano? que des partisans de Martine Aubry n’ont pas h?sit? ? s’allier avec le Modem pour conqu?rir des municipalit?s !

Ce qui est serait valable dans les municipalit?s dont Lille, ne serait donc pas valable au plan national ! Dr?le de raisonnement politique tout de m?me et Fran?ois Bayrou, sur ce point, a parfaitement raison quand il dit que si les socialistes avaient tous le nez de Pinocchio, ils ne pourraient m?me plus rentrer dans une pi?ce tant leur nez toucherait les quatre c?t?s de la pi?ce en question !

Car ? la v?rit?, tous les socialistes sont d’accord et r?p?tent qu’il faut un parti fort puis une gauche rassembl?e et que c’est seulement si ses conditions sont r?alis?es que pourra ?tre envisag?e, notamment ? l’occasion du deuxi?me tour d’une pr?sidentielle, une ouverture aux ?lecteurs du Modem qui seuls pourraient assurer une majorit? au candidat de la gauche en 2012.

Concernant l’Europe, Martine Aubry et S?gol?ne Royal, tout comme Bertrand Delano? et Fran?ois Bayrou, ont vot? OUI au TCE en mai 2005 mais semblent d?couvrir aujourd’hui seulement, ? la faveur de la crise financi?re la plus grave depuis 1929, les m?faits du lib?ralisme en Europe et dans le monde…

Pour mieux obscurcir le tableau, Martine Aubry compte dans ses rangs Laurent Fabius et ses amis, tous partisans du NON au TCE et S?gol?ne Royal veut faire de Vincent Peillon, jadis partisan ?galement du Non au TCE, son 1er secr?taire national d?l?gu? !

Quant ? Beno?t Hamon et l’aile gauche du PS, ils sont capables de se situer socialement d’une mani?re plus radicale et ont une vraie vision du capitalisme financier et de ses m?faits. Mais ils sont souvent r?duits ? se vendre au plus offrant pour quelques postes de d?put?s ou s?nateurs. Certains observateurs trouvent m?me curieux que la gauche du PS soit men?e par un « jeune » qui a d?but? rocardien, a fait toute sa carri?re dans les cabinets minist?riels, chez Lionel Jospin ou Martine Aubry…Et cette gauche nous expliquera demain que Martine Aubry, pur produit d’un certain patronat et du social-catholicisme est un moindre mal face ? S?gol?ne et la Droite.

Ne pouvant plus continuer ? entendre ces « salades », Jean Luc M?lenchon, s?nateur et Marc Dolez, d?put?, viennent de quitter le PS en appelant ? la construction d’un nouveau parti et ? la constitution d’un front de forces de gauche pour les prochaines ?lections europ?ennes notamment.

C’est l’occasion de refonder un projet de transformation et d’?mancipation qui tire les le?ons des ?checs historiques, notamment de la social-d?mocratie europ?enne et qui prenne ? bras le corps les nouveaux d?fis de la mondialisation capitaliste ? la menace environnementale.

Jean-Luc M?lenchon et Marc Dolez ne partent pas de rien et s’inscrivent dans une longue tradition : l’h?ritage des Lumi?res et de la R?volution fran?aise, les combats r?publicains, les luttes du mouvement ouvrier et du socialisme historique, le programme du Conseil National de la R?sistance…

C’est ? un projet de R?publique sociale et d?mocratique et de nouveau type de d?veloppement ?conomique, social, environnemental qu’ils vont travailler.

Les ?lections europ?ennes du printemps 2009 offriront l’occasion de bousculer le consensus lib?ral dominant et seront ainsi les premiers travaux pratiques pour le nouveau parti de gauche et sa politique unitaire.

Le r?f?rendum du 29 mai 2005 ? propos du TCE l’a bien montr? : il y a une majorit? ? gauche et dans le pays pour refuser les politiques lib?rales et des forces politiques et sociales sont disponibles aujourd’hui pour s’engager dans une telle alternative…

Appel pour la cr?ation d’un parti de gauche

Nous soutenons l’appel ? la construction d’un nouveau parti de gauche lanc? par Jean-Luc M?lenchon et Marc Dolez. En effet nous ne trouvons pas notre compte avec la gauche telle qu’elle est aujourd’hui. La crise du capitalisme ?clate sous nos yeux. Mais la gauche n’appara?t pas comme une alternative. Elle ?choue ? s’opposer efficacement ? la droite. Elle y renonce m?me parfois ! Dans plusieurs pays europ?ens, les partis majoritaires ? gauche gouvernent avec la droite. Nous ne voulons pas perdre notre temps et notre ?nergie ? attendre qu’ils se ressaisissent. C’est maintenant qu’il faut agir pour un nouvel horizon pour le futur de l’Humanit?. Rien de moins.

C’est pourquoi la construction de ce nouveau parti de gauche est une bonne nouvelle. Tourner la page du capitalisme quand il nous replonge dans les d?b?cles qui ont d?j? fait les d?sastres du pass?, c’est si difficile. Mais c’est l’urgence ! Transformer le syst?me et le contenu de la production pour ?viter la catastrophe ?cologique qui s’avance, cela parait une t?che tellement hors de port?e. Mais c’est vital ! Changer la r?partition des richesses pour que le plus grand nombre vive enfin dignement, cela semble ardu. Mais pouvons-nous accepter l’enrichissement colossal d’une petite minorit? pendant que la mis?re s’?tend ? Refonder la R?publique et redonner le pouvoir aux citoyens en toutes choses, c’est devenu presque utopique. Mais sinon quel moyen pour changer le monde ? Faire vivre une la?cit? intransigeante, c’est d?sormais un engagement souvent vilipend?. Mais sans cela, quelle soci?t? laisserait-on s’imposer ? Construire une Europe enfin d?mocratique et sociale, cela heurte de front le Trait? de Lisbonne ? Mais la solidarit? des peuples vaut mieux que leur concurrence !

Tout cela il faut oser le vouloir, ici et maintenant, en faire un programme de gouvernement, un projet de rassemblement majoritaire de notre peuple. Pour cela il faut bousculer les conformismes, les opportunismes, les sectarismes, la r?signation. Die Linke en Allemagne a montr? que cette ambition pouvait faire son chemin. En France, nous le pouvons aussi. Nous savons de quelle magnifique et longue histoire nous pouvons ?tre les h?ritiers. Nous pouvons reconstruire une gauche digne de ce nom, sans complexe face ? la droite et au capitalisme. C’est pour cela que nous soutenons la cr?ation du nouveau parti de gauche.

http://www.lepartidegauche.fr/

A propos de

avatar

Check Also

L’entropie

  Je pense avoir déjà mentionné que l’entropie n’est pas une « chute » vers le désordre, ...