Accueil / A C T U A L I T É / Prolongation de la domination de l’Afrique

Prolongation de la domination de l’Afrique

S’il doit y avoir un peuple sur terre qui dorme le moins et pour qui le rassemblement agissant devrait ?tre la priorit? des priorit?s, c’est bien nous, Africains. Au moment m?me o? la conqu?te se renforce, au moment m?me o? de nouveaux envahisseurs, par des alliances de toute sorte ou par confrontation directe dont les africains sont les seuls victimes, travaillent leurs outils, peaufinent leurs?plans et agissent aussi bien par ruse que par violence, nous continuons par nous complaire dans les divisions les plus improductives fond?es sur nos identit?s coloniales que nous ch?rissons tant. Africain de C?te d’Ivoire dit que ce qui se passe dans ce territoire ne regarde que lui, africain du Togo estime qu’un africain d’Ouganda ne connaissant pas les r?alit?s de ce territoire n’a rien ? y voir, africain de Centrafrique consid?re qu’un compatriote du Mali ne doit pas se m?ler des affaires de ce territoire car il n’est pas le sien. Un nationalisme colonial, un souverainisme vaniteux, creux et suicidaire dont l’unique m?rite consiste ? prolonger notre domination collective. Fiert? coloniale!Orgueil de l’ignorant!
En plus de tout ceci, nous refusons toujours, ou ? tout le moins, nous h?sitons ? int?grer des structures organis?es et ? y travailler sinc?rement.
Un peuple dispers?, d?sorganis? et travaillant contre lui-m?me n’excelle en rien si ce n’est en mati?re d’usurpation d’identit?. Usurpateurs d’identit?! Apr?s s’?tre attribu?s le titre de « peuple de Dieu » dont la souffrance serait le signe m?me de l’Amour divin, ?contestant voire retirant ce titre ainsi aux H?breux, nous voici « citoyens du monde ». Incapables de nous former autrement, incapables de nous organiser, incapables de reconqu?rir notre espace pour le reconstruire ? l’aune de notre histoire et de nos besoins, voici donc que nous nous disons fran?ais; nous nous d?clarons suisses. Nous nous proclamons, toute honte bue, britanniques. Nous commen?ons d?j? par nous proclamer Chinois ou tout au moins leurs « amis » et nous implorons ?la tutelle d’une Chine appel?e, selon beaucoup d’africains, ? construire l’Afrique pour nous contre les insupportables Occidentaux. Voici que l’africain se prend en photos dans les rues parisiennes, bruxelloises ou new-yorkaises en proclamant qu’il est chez lui.? »Chez nous en France », « chez nous en Suisse », « chez nous ? Washington », « chez nous ? P?kin », voil? quelques-unes des incantations que le noir s’administre et professe et qui suscitent un rire que, par souci d’image, l’autochtone ?vite d’exprimer publiquement.
A cette allure, nul doute que nos douleurs vont durer encore plus longtemps et nous nous contenterons toujours de briller dans l’usurpation d’identit?s ou de nous plaindre en rangs dispers?s voire dans la solitude. Il n’y a pas plus grand danger pour nous.
Quand les loups chassent en meutes, avancer en rangs dispers?s ou en agneau solitaire signifie la mort.
Komla KPOGLI

A propos de

avatar

Check Also

Le choix de Poutine ?

C’est à reculons que l’Ouest s’embarque dans des mesures visant à punir la Biélorussie de ...