Accueil / A C T U A L I T É / Primaire à droite – « Je suis de gauche et j’irai voter Juppé »

Primaire à droite – « Je suis de gauche et j’irai voter Juppé »

o-SARKOZY-JUPPE-facebook

Chez les sympathisants de la gauche une idée fait son chemin pour éviter un duel entre Marine Le Pen et Nicolas Sarkozy au deuxième tour de la présidentielle 2017. Voter pour Alain Juppé ! Ne nous attardons pas trop sur ce sondage d’Ipsos commandé par Cévipof / Le Monde paru le 6 juillet, sur un échantillon de 19 100 personnes. Mais plutôt sur la réalité de ce détournement d’une primaire qui appartient à la droite et au centre. L’étude prétend qu’ils seront 270 000 électeurs de gauche à « Squatter » les urnes de l’opposition. Ce chiffre n’est probablement pas très fiable, car combien changeront encore d’avis et combien se déplaceront réellement pour barrer la route à l’insupportable Sarkozy.

D’ailleurs, qui peut dire combien de sympathisants de droite, sans honte, ont déposé un bulletin de vote pour François Hollande pour éviter Martine Aubry lors des primaires socialistes de 2011. Oui, dans une moindre mesure des gens de droite sont probablement aussi responsables de l’élection de notre Président de la République, aujourd’hui à un piteux 15%. Ont-ils le rouge au front, faudrait leur poser la question, si jamais vous en trouvez un pour avouer son honteux méfait.

Certes, voter est un acte citoyen, mais voter dans une primaire serait plutôt une affaire de famille. Moralement n’est-ce pas répréhensible ? Encore que, la morale en politique…Surtout que voter le plus discrètement possible dans le camp de l’ennemi peut devenir une opération stratégique. Combien de socialistes donneront leur voix à Sarkozy, simplement parce qu’il est le seul que Hollande pourrait battre lors d’un improbable deuxième tour. Selon le sondage et un article sur Slate, ils seraient très peu nombreux à choisir cette option. Le « chouchou » des électeurs de gauche est incontestablement Juppé.

Le tout sauf Sarkozy va encore frapper à l’occasion de la primaire des Républicains, à gauche comme à droite d’ailleurs, car ils sont nombreux à vouloir l’achever définitivement. Pourtant, il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette entre les projets des principaux deux prétendants à la fonction suprême. Le rejet de l’ancien président est surtout une question de personnalité, mais n’oublions pas ses casseroles judiciaires, même si Juppé n’est pas irréprochable dans ce domaine. De plus, le maire de Bordeaux ne fera qu’un mandat et après cinq ans d’un régime droitier, le bon peuple de France dépouillé d’une grande partie de ses acquis sociaux, de ses chers fonctionnaires, de ses années en moins de retraite et de ses RTT, se précipitera dans les isoloirs pour réclamer le pouvoir pour la gauche. Ce n’est bien sûr qu’une hypothèse qu’il faudra vérifier, le peuple est si changeant.

Eviter à tout prix un 21 avril bis

C’est l’angoisse qui tétanise l’électorat de gauche qui ne veut pas avoir à choisir entre Le Pen et Sarkozy. Essayez un instant d’imaginer ce que pourrait promettre Sarkozy s’il se retrouvait face à la présidente du Front National dans la dernière ligne droite. Avec Sarkozy impossible n’est pas français, et si les électeurs préféraient l’original à la copie.

Le vote de la gauche à la primaire de droite, peut-il être décisif ?

Qui peut le dire sans risquer de se tromper lourdement, c’est bien là toute la vulnérabilité de ce genre de sondage. Le 20 et 27 novembre, combien d’électeurs masqués des gauches se déplaceront finalement pour éviter ce qu’ils considèrent comme le pire. Et si en définitif l’électorat providentiel d’Alain Juppé décidait de ne pas fausser la primaire de la droite et se disait… « Ce n’est pas mon problème, qu’ils se débrouillent entre eux ! « .

C’est oublier un peu vite que le gagnant de la primaire de droite sera presque sûrement le prochain chef d’Etat. C’est donc l’affaire de tout le monde.

 

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Le summum de la médiocrité historique

  Quand la politique se mêle de l’histoire, le résultat est toujours le même depuis ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Justin Trudeau, le premier ministre du Canada, a été élu de cette façon. Le système d’élections diffère entre la France et le Canada car il n’y a pas de préliminaires. Par contre peu avant la fin de la campagne électorale, les sondages étant favorables à ce que l’ancien gouvernement soit réélu (gouvernement conservateur de Stephen Harper), il y a eu un appel à voter pour le seul candidat susceptible d’empêcher sa réélection, soit celui qui occupait la deuxième position dans les sondages. C’est ainsi que Justin Trudeau a remporté. Une élection anti-Harper et c’est tout.

    Devoir user de stratégies pour élire un candidat plutôt qu’un autre fonctionne, sauf que cela défie toute logique. On devrait pouvoir exercer un choix qui ne soit pas dicté par la peur. Si peur il y a c’est que malgré les quelques candidats, aucun ne répond vraiment aux attentes de la majorité de la population. Ils sont ancrés au processus d’élection sur lequel ils font carrière au fil des ans et comme pour le 49-3, les seuls concernés n’ont pas leur mot à dire, à part voir défiler des guignoles dont ils tremblent à l’idée qu’ils soient élus.

    La France par contre a tant de défis devant elle, que les décisions à prendre sont très importantes… Courage français!

    • avatar

      « On devrait pouvoir exercer un choix qui ne soit pas dicté par la peur », voilà une réflexion tout à fait exact. Mais Sarkozy à laissé une image tellement désastreuse que beaucoup de Français ne peuvent pas supporter qu’il reprenne le pouvoir. La France à « tant de défis », c’est vrai, mais la classe politique de ce pays a été tellement lamentable dans la surenchère lors de l’attentat de Nice, et encore aujourd’hui avec le Prêtre égorgé près de Rouen qu’on peut se poser des questions sur la suite.

      Merci pour le courage

    • avatar

      Sarkozy n’aurait pas dû être autorisé à se représenter. Et puisque les élus présents (au pouvoir et dans l’opposition) n’ont pas véritablement cherché à l’en empêcher (réformes des lois, décrets etc), ça en dit long sur l’importance qu’ils accordent tous à se savoir à l’abri eux-mêmes en cas de faux pas de leur part.

      Il semble qu’ils attachent de l’importance à l’honnêteté et la rigueur que lorsqu’elles sont absolument nécessaires.

      Quel beau message de la part de politiciens… occupés à sauver leur place sur la scène politique plutôt que de répondre aux besoins de la population et surtout à mériter sa confiance.

      J’ai écouté récemment une intervention de J.-L. Mélenchon. Difficile de me faire une idée plus juste du personnage, mais il m’est apparu posé et sérieux.

      Suite au crime que vous mentionnez (le prêtre assassiné), je ne répéterai pas les façons de tuer que Daesch invitait à utiliser, mais que l’on se rappelle qu’elles impliquent qu’il faille être toujours extrêmement prudent partout.

      C’est extrêmement pénible à vivre tout ceci. Les victimes… un drame incroyable. C’est révoltant.