Accueil / A C T U A L I T É / Pierre Rabhi : ? L’humanit? enti?re est invit?e ? imaginer l’avenir ?

Pierre Rabhi : ? L’humanit? enti?re est invit?e ? imaginer l’avenir ?


La crise nous oblige-t-elle ? penser l’avenir autrement ?

Pierre Rabhi. Plus que jamais. Nous sommes dans une v?ritable impasse. Ce n’est pas la premi?re fois que l’homme se trouve face ? des impasses. Mais, du fait de la mondialisation, c’est la premi?re fois que cette impasse est g?n?ralis?e. C’est l’humanit? tout enti?re qui est invit?e ? se concerter pour imaginer l’avenir.

Ce qui se passe est sans pr?c?dent dans l’Histoire. Tout est parti de l’id?e que l’homme pouvait modifier le cours de l’Histoire. Plut?t que de rester ? sa place, il a voulu s’?lever au rang d’un d?miurge. Nous sommes en train de constater que le choix n’a pas ?t? le bon. Je ne pense pas que nous puissions continuer sur cette voie.

En admettant que nous soyons bien dans une impasse, pensez-vous qu’il soit encore possible d’en sortir ?

Malheureusement, la conscience collective n’a pas atteint le niveau de lucidit? suffisant pour voir l’ensemble des ph?nom?nes et se d?finir de nouveaux objectifs. Nous vivons encore dans l’illusion selon laquelle l’?tre humain va redresser la situation. Politiquement, nous faisons de l’acharnement th?rapeutique sur un mod?le moribond. Il est dans cet ?tat parce qu’il est en dissonance et en contradiction avec les lois fondamentales de la vie. Nous esp?rons toujours remettre sur les rails le syst?me que nous avons ?labor?, mais ce n’est pas possible.

Quelle est cette loi fondamentale ?

Nous sommes dans un malentendu. Les religions ont une grande responsabilit? pour avoir instaur? l’homme prince de la cr?ation. Les Peaux-Rouges ne disent pas : ? La Terre nous appartient. ? Ils disent : ? Nous appartenons ? la Terre. ? Toutes les balivernes qu’on a invent?es ont donn? un ?tre humain arrogant. Les religions ont proclam? le caract?re sacr? de la cr?ation. Je ne comprends pas qu’elles ne puissent pas ?tre les premi?res ?cologistes. Tous ces malentendus nous font croire qu’il y a la nature et nous. Mais nous sommes nature. Le fait d’?tre dot? d’une pens?e – pour le meilleur et pour le pire, d’ailleurs – nous donne une sp?cificit?, source d’angoisse ou de lib?ration. Nous avons laiss? l’angoisse prendre le dessus parce que nous avons peur de la vie et de la mort, et, d’une plan?te paradis, nous avons fait un enfer.

N’avez-vous pas parfois l’impression de pr?cher dans le d?sert ?

Souvent. Mais, aujourd’hui, il y a une ?coute plus profonde. Parce que nous sortons de cette griserie. Le mod?le que l’on disait triomphant est en train de se d?liter lamentablement. La peur du lendemain ne cesse de grandir. Nous nous rendons compte que nous sommes tr?s, tr?s faibles.
Nous bombons le torse avec nos innovations, nos machines et nos trucs. Nous sommes sur une pyramide de milliards, mais ce n’est pas cela qui nous rend plus heureux.

Comment d?finir le bonheur ?

Il n’y a rien de plus difficile ? d?crire. Ce que je dirai en tout premier, c’est que le bonheur, ou la joie, cela ne s’ach?te pas. Heureusement. Je voyage beaucoup pour faire conna?tre l’?cologie ou l’agro?cologie. Quand je suis en Afrique, dans des villages recul?s, je vois des gens qui n’arr?tent pas de danser. Ils se retrouvent le soir autour du feu pour bavarder au milieu des ?clats de rire. On a l’impression qu’ils go?tent chaque instant de la vie comme s’il ?tait pr?cieux.

Quand je voyage dans le monde prosp?re, je vois des gens pr?occup?s d’avaler des cachets pour lutter contre le stress, l’angoisse, etc. Bien s?r, chaque ?tre humain doit pouvoir se nourrir, s’habiller, s’abriter et se soigner ou ?tre soign?. C’est un imp?ratif absolu, et tous ces probl?mes sont loin d’?tre r?solus.

Le drame du monde moderne, c’est que l’indispensable n’est pas garanti et le superflu n’a pas de limite. Qu’est-ce qui ruine la plan?te ? Ce n’est certainement pas la n?cessit?. Je ne comprends pas pourquoi l’on donne tant de valeur aux diamants, ? l’or et ? toutes ces choses. C’est infantile. Tant que l’on continuera ? donner ? l’argent plus d’importance qu’au destin collectif et ? la nature, nous resterons dans ces niaiseries-l?.

Quelles sont, ? vos yeux, les raisons d’esp?rer ?

La gouvernance du monde n’est pas en phase avec les r?alit?s de l’Histoire. Nous avons l’impression que l’on entretient co?te que co?te un mod?le en train de mourir. ? c?t? de cela, heureusement, il y a une r?action de la vie.

La vie r?agit de diff?rentes mani?res. Dans la nature, que j’adore au plus profond de moi-m?me, je me rends compte de tous les stratag?mes qu’elle peut mettre en place pour assurer le maintien de la vie. Souvent je dis aux gens : prenez simplement une graine de tomate, regardez-la bien, r?fl?chissez, m?ditez. Dans cette simple graine, il y a des tonnes de tomates. C’est prodigieux. Comment peut-on justifier l’existence de la faim dans le monde ?

La situation actuelle a provoqu? une cr?ativit? humaine incroyable. Je me r?jouis de rencontrer des tas de gens qui me disent : ? Je veux construire ma maison pour qu’elle soit saine et ?cologique ?, ? Moi, je veux ?duquer mes enfants autrement que dans cette stupidit? de la comp?titivit? qui les angoisse au lieu de les ?panouir. ? La soci?t? civile est un vaste laboratoire d’exp?rimentation.

Le monde de demain est en gestation. Au lieu de dire : ce sont des marginaux, il faut que ceux qui d?tiennent l’autorit? consid?rent enfin que ce sont eux les cr?ateurs, et pas les mod?les asservis ? l’argent.

SOURCE

Lire ?galement :
Pierre Rabhi lance son autre campagne pour 2012
Pierre Rabhi : Si proche du pr?cipice?
Pierre Rabhi : J?ai un ?norme contentieux avec la modernit?
Un seul Souffle

Marc Lafontan, Au bout de la route

A propos de

avatar

Check Also

Le choix de Poutine ?

C’est à reculons que l’Ouest s’embarque dans des mesures visant à punir la Biélorussie de ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Marc

    Heureux de constater que vous consacrez un article sur Pierre Rabhi. Toutefois, je m’interroge à savoir si le lecteur connaît cet agriculteur et philosophe. Puis-je suggérer deux liens qui permettront aux personnes curieuses de mieux connaître ce penseur algérien :

    Rencontre avec Pierre Rabhi: Devenir intelligent ou disparaître. Entrevue réalisée lors de la dernière visite de monsieur Rabhi à Montréal

    Charte internationale pour la terre et l’humanisme (Format PDF)

    Il faut faire le détour et consulter le blogue de Pierre Rabhi pour approfondir sa pensée humaniste.

    Excellent article au demeurant.

    Pierre R. Chantelois

  2. avatar

    Bonjour Marc et bonne année. Très bon article.

    Depuis que je cultive des tomates, de l’ail et d’autres trucs, je n’en reviens pas. Comme tu dis, une courge contient une centaine de graines qui produiront 1 000 courges l’an prochain. C’est phénoménal, et n’importe qui peut faire la même chose. Il n’y aucune raison logique pour expliquer la faim dans le monde, telle qu’on la connait, en 2012.

    Les Amérindiens n’ont effectivement aucun mot qui correspond à ce que nous appelons la propriété. Ils sont les gardiens de la Terre pour les générations futures.

    Le problème de notre société est non seulement l’avarice mais également les corporations, des fictions juridiques qui n’existent que dans l’esprit.

    Nous avons laissé les corporations (fiction) concentrer les pouvoirs et nous devons maintenant décentraliser (reprendre nos pouvoirs), simplement pour survivre.

    Mais comme plusieurs sont hypnotisés et accros au gouvernemaman, c’est très difficile de changer les choses.

    Il ne suffit plus de simplement critiquer le gouvernment ou les ministres, il faut regarder ce qui se passe au niveau des corporations, pas seulement les multinationales, mais aussi les corporations professionnelles (qui sont très influentes), les syndicats, les diverses régies, commissions, comités, etc…

    Toutes ces fictions juridiques ont des mandats, des membres, des fonds, des pouvoirs règlementaires ou autres qui leur permettent de concentrer les pouvoirs et de parler pour un grand nombre de personnes, et d’exercer beaucoup d’influence, alors que les décisions sont véritablement prises par leurs dirigeants, souvent quelques individus.

    Ce modèle est repris partout dans la société. C’est le modèle pyramidal qui permet de tout contrôler en contrôlant quelques personnes en haut de la pyramide de n’importe quelle organisation.

    Mais on n’est pas sorti de l’auberge, parce que beaucoup de gens sont encore hypnotysés par l’illusion du système.