Accueil / T Y P E S / Articles / Perception, conscience et intelligence existent avant la naissance !

Perception, conscience et intelligence existent avant la naissance !

 

Foetus de neuf semaines Source : Larousse

Foetus de neuf semaines
Source : Larousse

 

Le 19 avril dernier, une ?quipe de recherche franco-danoise, dirig?e par Sid Kouider, du Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique (ENS Paris, CNRS) publiait dans la prestigieuse revue ??Science??, un article qui a eu un grand retentissement au sein de la communaut? scientifique internationale.

Cette ?tude, intitul?e???D?couverte d?un marqueur neuronal de la perception consciente chez le nouveau-n? (LSCP), a, pour la premi?re fois, ?tabli de mani?re rigoureuse l?existence chez le nourrisson d?une r?ponse c?r?brale ? des stimuli ext?rieurs, identique ? celle des adultes.

Les chercheurs sont parvenus ? cette surprenante conclusion en analysant l?activit? c?r?brale de b?b?s de 5 ? 15 mois. Au cours de ces exp?rimentations, ils ont pu montrer que l?encha?nement des ?v?nements neurologiques entra?n?s par la vision, m?me tr?s br?ve, d?un visage, s?effectue de mani?re identique chez ces nourrissons et chez les adultes.

Ces scientifiques savaient d?j? que, chez l?adulte, ces marqueurs de la conscience montraient l?existence d?un m?canisme ? double d?tente, aboutissant ? la perception d?un ?v?nement ext?rieur.? Dans un premier temps, la r?ponse du cerveau est non-consciente et se traduit par une activit? c?r?brale lin?aire. Mais dans une deuxi?me phase, au bout d?environ 0,3 seconde, cette activit? conna?t une brusque rupture qui correspond, selon les scientifiques, ? l?apparition de la conscience.

Pour conna?tre le niveau de perception et de conscience exacte de ces nourrissons, les chercheurs ont mesur? l?activit? ?lectrique du cerveau de 80 b?b?s, ?g?s de cinq ? 15 mois, expos?s ? des visages qui leur ?taient soumis plus ou moins bri?vement.

Les r?sultats sont ?tonnants puisque l??tude pr?cise que ??Pour tous les groupes d??ge, il a ?t? observ? la m?me r?ponse tardive et non-lin?aire que chez les adultes, confirmant la pr?sence de cette signature neuronale de la conscience chez ces nourrissons??.

Ce m?canisme de la conscience perceptive chez les b?b?s fonctionne juste un peu plus lentement que chez les adultes, se d?clenchant au bout d?une seconde, au lieu d?un tiers de seconde chez l?adulte. Mais il ne s?agit pas d?une diff?rence de nature quant au m?canisme fondamental ? l??uvre dans le cerveau.

Sid Kouider, le jeune et brillant chercheur qui a dirig? ces travaux, pr?cise que la conscience dont il est question dans ces exp?riences est une conscience perceptive, une conscience primaire. Il ne s?agit pas de la conscience r?flexive qui appara?t plus tard et permet au sujet de se concevoir comme s?par? du monde qui l?entoure.

Mais, comme le pr?cise ce scientifique ??Nous pouvons, ? l?issue de ces exp?riences, affirmer que les b?b?s poss?dent des m?canismes d?acc?s ? la conscience?.

Cette d?couverte fondamentale confirme et prolonge de r?centes recherches qui d?montrent les ?tonnantes capacit?s de raisonnement abstrait et probabiliste des nouveau-n?s et m?me des pr?matur?s.

Des chercheurs du CNRS dirig? par Vittorio Girotto ont par exemple montr? (CNRS) dans une ?tude publi?e en mai 2011 dans la revue ??Science??, que les b?b?s sont capables, ? partir d?un an, alors qu?ils ne savent pas encore parler, d?utiliser une facult? cognitive que l?on croyait r?serv?e ? des enfants beaucoup plus ?g?s : la pr?vision rationnelle, dans un environnement complexe et inconnu, d??v?nements possibles, en s?appuyant sur un calcul de probabilit?s.

Pour parvenir ? ce constat qui a beaucoup ?tonn? la communaut? scientifique, ces chercheurs ont montr? de petits films ? 60 b?b?s ?g?s d?environ un an.

Dans ces vid?os, les b?b?s pouvaient voir un ensemble d?objets ayant diff?rentes formes et diff?rentes couleurs rebondir dans un r?cipient transparent dont le fond pouvait s?ouvrir. Ce r?cipient ?tait ensuite masqu?. Quand le fond s?ouvrait, les b?b?s pouvaient voir l?un des objets en sortir.

Les chercheurs ont alors mesur? la dur?e de l?attention des enfants face aux diff?rentes sc?nes, en supposant que ces b?b?s regarderaient plus longtemps un ?v?nement qu?ils consid?raient comme inattendu et improbable.

Et c?est exactement ce qui s?est pass? puisque les diff?rences de niveau d?attention constat?es montraient clairement que ces enfants faisaient des pr?dictions probabilistes correctes et ?taient surpris lorsqu?ils voyaient sortir du r?cipient des objets qui ne correspondaient pas ? leurs pr?visions.

Ces travaux, comme ceux de Sid Kouider, ont fait l?effet d?une petite bombe dans le domaine des sciences cognitives car ils remettent en cause une partie du cadre th?orique de r?f?rence concernant le d?veloppement cognitif de l?enfant, formul?e par Jean Piaget, il y a plus d?un demi-si?cle. Celui-ci, dans sa description des diff?rentes phases de la construction cognitive chez l?enfant, consid?raient en effet qu?une telle facult? n??tait pas en place avant l??ge de sept ans.

En avril 2012, une autre d?couverte ?tonnante, r?alis? par des chercheurs du CNRS, dirig?s par ?douard Gentaz, est venue ?galement bousculer la conception g?n?ralement admise des capacit?s cognitives chez les b?b?s. (NCBI).

Cette ?tude a en effet montr? que les pr?matur?s, d?s la 31e semaine de grossesse, sont capables de reconna?tre avec une main un objet d?j? manipul? par l?autre main. Ces observations exp?rimentales montrent qu?une aire c?r?brale impliqu?e dans le transfert d?informations, le corps calleux, est d?j? op?rationnelle chez ces enfants n?s avant terme.

Il y a trois ans, la m?me ?quipe de recherche avait d?j? montr? pour la premi?re fois que les pr?matur?s ?taient capables de m?moriser la forme des objets ? partir de l?information tactile que ces b?b?s parvenaient ? en extraire?

Il faut ?galement ?voquer une autre ?tude, publi?e en f?vrier 2013 et r?alis?e par une ?quipe associant des chercheurs de l?Inserm, du CEA et du NeuroSpin. Ces recherches, dirig?es par Fabrice Wallois et Ghislaine Dehaene-Lambertz, visaient ? ?valuer les capacit?s de discrimination auditive de nouveaux-n?s pr?matur?s, n?s deux ? trois mois avant le terme. (Voir ??Capacit?s de discrimination syllabique chez les enfants pr?matur?s?? (INSERM)

Certaines ?tudes avaient d?j? montr? que les nouveaux-n?s ?taient capables, ? la naissance, de distinguer des syllabes proches, de reconna?tre la voix de leur m?re et m?me de diff?rencier diverses langues humaines. Mais le d?bat se poursuivait au sein de la communaut? scientifique pour savoir si ces capacit?s chez les b?b?s r?sultaient de m?canismes inn?s d?aptitude au langage, ou ?taient le r?sultat d?un apprentissage des sp?cificit?s de la voix maternelle au cours des derni?res semaines de grossesse

Des exp?riences r?alis?es dans le cadre de cette ?tude ont montr? que ces enfants pr?matur?s poss?daient d?j? une capacit? d?identification d?un changement de syllabe et de rep?rage d?un nouveau son, ce qui montre que les f?tus disposent bien, avant la naissance, de capacit?s intrins?ques d?acquisition du langage.

Pour parvenir ? ces conclusions ?tonnantes, les chercheurs ont stimul? auditivement les nouveau-n?s pr?matur?s, en les exposant ? deux sons de syllabes proches, prononc?es, soit par un homme, soit par une femme. Les r?actions c?r?brales de ces enfants ont ensuite ?t? analys?es ? l?aide d?un syst?me d?imagerie optique utilisant la spectroscopie. C?est cette analyse qui a permis de montrer qu?en d?pit d?un cerveau immature, les pr?matur?s sont ? la fois r?ceptifs aux changements de voix (homme ou femme) et aux changements de phon?mes.

Ces travaux ont ?galement montr? que les r?seaux de neurones mobilis?s par ces aptitudes chez le pr?matur? sont tr?s proches de ceux ? l??uvre chez le sujet adulte.

Il semble donc, ? la lumi?re de ces r?centes exp?riences, qu?avant m?me qu?un apprentissage quelconque ait pu produire ses effets, le cerveau du f?tus est d?j? ?quip? pour pouvoir ??d?coder?? et traiter le type d?information correspondant ? la parole humaine.

Ces travaux passionnants et ces avanc?es majeures dans la connaissance de la construction cognitive chez le jeune enfant tendent ? confirmer la th?orie d?une grammaire g?n?rative, inn?e et universelle formul?e par le philosophe et linguiste am?ricain Noam Chomsky, il y a plus de 50 ans.

Dans cette hypoth?se, que Chomsky n?a cess? d?enrichir et de compl?ter au fil des d?cennies, la grammaire g?n?rative est con?ue comme un syst?me de r?gles grammaticales permettant de g?n?rer toutes les phrases de la langue.

Les travaux de Chomsky ont non seulement boulevers? la linguistique mais ?galement l?ensemble des sciences cognitives et partent d?un constat empirique?: comment se fait-il qu?un tr?s jeune enfant puisse produire et comprendre instantan?ment de nouvelles phrases qui sont diff?rentes de toutes celles qu?il a d?j? entendues, ? la fois en termes de prononciation et d?intonation et sur le plan de la structure et de l?organisation.

L?id?e ma?tresse de Chomsky est que cette remarquable capacit? d?acquisition linguistique repose sur l?utilisation par l?enfant d?une???grammaire g?n?rative?? inn?e et g?n?tiquement programm?e qui va permettre ? l?enfant de d?velopper tr?s pr?cocement et m?me in utero des capacit?s linguistiques inexplicables dans le seul cadre de l?apprentissage et de l?environnement.

Pour autant, cette approche ??nativiste??, qui semble confort?e par les r?centes d?couvertes des sciences cognitives, rend-elle caduque et inop?rante l?approche constructiviste ch?re ? Jean Piaget.

La r?ponse est non car un nombre croissant de chercheurs consid?rent aujourd?hui que cette opposition scientifique, ?pist?mologique et philosophique entre ??constructivistes?? et ??nativistes?? doit ?tre d?pass?e.

Il n?est en effet pas contradictoire, ni incoh?rent d?admettre que le nouveau-n? dispose d?j? d?un extraordinaire outil d?analyse cognitive, sans doute g?n?tiquement programm?, qui lui permet d?j? de r?aliser des op?rations de calcul et d??valuation abstraite et d?acc?der tr?s t?t au sens du langage ?et qu?il va ensuite d?velopper et modifier tout au long de sa vie, son propre syst?me d?appr?hension mental, cognitif et symbolique du monde, en fonction de son histoire affective, corporelle, sociale et culturelle singuli?re.

C?est bien pourquoi, en d?pit de l?extraordinaire viatique c?r?bral et cognitif dont nous disposons, avant m?me notre naissance, nous ne cessons de commettre au cours de notre vie des erreurs de raisonnement, de prendre des d?cisions illogiques et de faire des choix non pr?visibles.

En effet, comme l?avait bien vu Piaget et comme l?ont d?velopp? depuis de grands scientifiques comme Antonio Damasio, qui refusent une vision neurobiologique r?ductrice de l?homme, notre esprit s?inscrit dans un corps et son fonctionnement, m?me dans les domaines les plus abstraits et les plus logiques, n?est jamais s?parable du monde infini de perception, d??motions et de sensations qui nous entoure et des liens affectifs que nous ne cessons de tisser avec les autres.

Loin de nous r?duire ? des ?tres qui seraient essentiellement d?termin?s par leurs g?nes, ou au contraire de faire de l?homme, une entit? d?sincarn?e, dont la dimension biologique serait effac?e, ces d?couvertes majeures et convergentes dans le domaine des sciences cognitives montrent que notre extraordinaire capacit? ? penser et ? construire notre repr?sentation du monde est ins?parable de cette unit? retrouv?e entre corps et esprit et de cette spirale ascendante qui va de la vie ? la conscience et par laquelle nous construisons notre irr?ductible libert?.

Source 😕Ren? Tr?gouet?

http://neoconscienceblog.wordpress.com/2013/10/20/perception-conscience-et-intelligence-existent-avant-la-naissance/

A propos de

avatar

Check Also

De Gaulle : le discours de Bayeux

De Gaulle : le discours de Bayeux, 75 ans plus tard « Soyons assez lucides et ...