Accueil / A C T U A L I T É / Pas de tr?ve estivale pour la crise de la dette

Pas de tr?ve estivale pour la crise de la dette

Par Mecanopolis

Dans le sillage des bourses europ?ennes et sur fond de crise de la dette, Wall Street a cl?tur? une journ?e noire, ses indices phares chutant jusqu?? 5%. Tous les indices sont en de?? de leurs niveaux du 1er janvier.

Le rebond observ? la veille ? New York n?aura donc gu?re dur?. ? la diff?rence de leurs cousines nord-am?ricaines, et avant de rebondir ? leur tour ce jeudi matin, les bourses europ?ennes ont de nouveau touch? des plus bas annuels, min?es par les dettes souveraines am?ricaines et europ?ennes, d?prim?es chaque jour davantage par les statistiques d?activit? r?v?latrices d?une croissance toujours plus molle.

En attendant de revenir, dimanche, sur une analyse globale de cette restructuration de l??conomie mondiale et ses cons?quences, nous vous proposons un article tr?s instructif de nos amis de Horizons & D?bats.

Mecanopolis

Et si l?Islande montrait la voie ?

Par Horizons & D?bats

Il n?y a pas une seule mani?re pour les gouvernements et les peuples d?Europe de r?agir ? la crise financi?re. Un pays de l?UE, l?Irlande, a, sans consulter le peuple, repris les dettes dues aux sp?culations hasardeuses de ses grandes banques et a plong? dans la crise des dettes souveraines. Elle a ensuite ?t? enferm?e par l?UE dans une cage politique, ?conomique et financi?re appel?e ?plan de sauvetage?. L?Islande, quant ? elle, qui n?est pas membre de l?UE, a choisi une autre voie.

A la suite de la crise ?conomique et financi?re de 2008, les trois banques islandaises Kaupthing, Glitnir et Landsbanki avaient ?t? emport?es dans le tourbillon de la d?b?cle financi?re am?ricaine. Pendant des ann?es, lou?es vivement par les analystes et les politiques responsables de l??conomie, elles avaient particip? ? d?incroyables sp?culations financi?res qui avaient atteint un volume ?norme. Et cela, comme c??tait l?habitude jusque-l?, avec tr?s peu de fonds propres. En quelques jours, ces trois banques ?taient devenues insolvables. Leurs faillites figuraient parmi les 10 plus importantes du monde. En tout, elles avaient accumul? 100 milliards de dettes, une somme repr?sentant trois fois le PIB de l?Islande qui compte quelque 311?000 habitants. Le gouvernement n?eut pas d?autre solution que de nationaliser les trois banques afin de maintenir au moins les transactions financi?res. De nombreuses PME firent ?galement faillite et le ch?mage quadrupla pour atteindre 8%. Les Islandais pensaient qu?un changement de gouvernement et une adh?sion prochaine ? l?UE allaient les sortir de leur situation catastrophique. Par bonheur, la Norv?ge et la Su?de, pays voisins, leur accord?rent des cr?dits ? long terme. Et il fallut demander l?aide du FMI. Tout d?abord, le nouveau gouvernement social-d?mocrate fut dans l?incapacit? de se porter garant des dettes des trois banques surdimensionn?es et les sp?culateurs europ?ens, avant tout de Grande-Bretagne et des Pays-Bas, exerc?rent des pressions sur lui. Pendant des ann?es, ils avaient, avant tout gr?ce ? l?Icesave, banque en ligne filiale de la Landsbanki, empoch? de juteux int?r?ts et ne voulaient pas admettre qu?ils devaient supporter les cons?quences de leurs sp?culations. Ils avaient une telle influence en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas que ces deux pays leur rembours?rent leurs mises et r?clam?rent cet argent ? l?Islande. Ils voulaient emp?cher l?adh?sion de l?Islande ? l?UE si elle ne remboursait pas les 3,8 milliards des sp?culateurs. La Grande-Bretagne est m?me all?e jusqu?? se servir de la loi antiterroriste pour menacer de bloquer les transactions financi?res internationales de l?Islande et de saisir les avoirs islandais. Le gouvernement et le Parlement islandais ont c?d?, pr?ts ? rembourser l?argent.

Cela signifie que chaque Islandais se serait endett? de 18?000 euros plus les int?r?ts courus. Ces 3,8 milliards d?euros correspondaient ? environ 40% du PIB et d?passaient le budget total du pays. 90?000 Islandais adress?rent une p?tition au gouvernement et r?clam?rent, avec succ?s, un r?f?rendum sur la question. En mars 2010, 93% des citoyens refus?rent de cautionner les dettes occasionn?es par les sp?culations ?trang?res.

La Grande-Bretagne et les Pays-Bas l?ch?rent alors un peu de lest, baiss?rent le taux d?int?r?t ? 3,2% et prolong?rent les ?ch?ances jusqu?en 2046. Malgr? le r?sultat du r?f?rendum, le gouvernement et le Parlement islandais c?d?rent une nouvelle fois et accept?rent cette offre, toujours dans l?intention d?adh?rer ? l?UE.

Le peuple islandais ?tait en ?bullition, des personnalit?s en vue s?opposaient ? cette solution malgr? les menaces du gouvernement social-d?mocrate qui agitait la menace du chaos ?conomique et social. L??crivain Einar M?r Gudmundsson, notamment, protesta contre la d?cision du gouvernement pr?tendument in?vitable: ?Nous ne pouvons pas nous permettre de jeter dans la gueule du capital international nos ressources telles que les p?cheries et l??nergie thermale. Le 5 janvier 2010, de mani?re tout ? fait inattendue, le Pr?sident Olafur Ragnar Grimmsson surprit le gouvernement en refusant de ratifier la nouvelle loi sur le remboursement des clients ?trangers de la banque Icesave adopt?e par le gouvernement et le Parlement. Il exigea la tenue d?un nouveau r?f?rendum qui eut lieu en avril 2011. La perspective de devoir, sous le diktat de l?UE, vendre les p?cheries et les ressources ?nerg?tiques trouva, malgr? les promesses et les menaces, peu d??cho dans la population et 60% des Islandais r?it?r?rent leur ?non?.

La Grande-Bretagne et les Pays-Bas continu?rent de soutenir les sp?culateurs et menac?rent alors de porter plainte contre l?Islande devant la Cour de justice de l?AELE. L?affaire est en cours. Jusqu?ici, aucun document n?a pu ?tre produit qui prouverait que l?Etat a offert des garanties aux sp?culateurs.

La situation ?conomique de l?Islande s?am?liore peu ? peu, le ch?mage baisse, les p?cheries et le tourisme sont en plein boom. La chute du taux de croissance qui avait atteint, en 2010, son point le plus bas, -7%, a pu ?tre frein?e. Le taux d?inflation, qui ?tait mont? ? 19% en 2001, est redescendu ? 1,9% en f?vrier dernier. La production industrielle ?galement a augment? de 19% en 2009 l?ann?e derni?re. Les ?conomistes parlent d?j? du ?miracle de l?apr?s-crise?. Une des raisons en est que l?Islande a sa propre monnaie.

Horizons & D?bats

 

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (3)

Il y a des gens comme ça qui sont tellement peu doués de charisme que ...