Accueil / T Y P E S / Articles / OVNIs : Allen Hynek relance la controverse

OVNIs : Allen Hynek relance la controverse

Joseph Allen Hynek est l’auteur du livre LES O.V.N.I. , mythe ou r?alit?? qui a inspir? le film de Steven Spielberg , Rencontre du troisi?me type.

Dans une entrevue ramen?e ici, peu importe que vous soyez « croyant » ou non du ph?nom?ne, l’important de l’entrevue est de constater la conduite des autorit?s concernant le ph?nom?ne.

***

Le professeur Allen Hynek dirige le d?partement d?Astronomie et d?Astrophysique de l?Universit? North-Western, aux Etats-Unis. Il a ?t? conseiller technique de l?aviation am?ricaine, il est l?auteur du fameux projet ? blue book ?, pendant dix ann?es il a pu avoir acc?s aux documents secrets et officiels de l?U.S. AIR FORCE en mati?re d?objets volants non identifi?s. Il nous r?v?le les r?sultats de quinze ann?es de recherches et de controverses. L?Inconnu publie son t?moignage?

L?Inconnu : Le film de Stephen Spielberg ? Rencontre du troisi?me type ? s?inspire tr?s profond?ment de votre propre travail et il est attendu comme l?un des films les plus importants de l?ann?e. Est-ce que cela pourrait indiquer un ?ventuel changement de l?opinion publique face au ph?nom?ne des OVNIS ?

Hynek : De toute ?vidence, beaucoup. M?me si le film est un film de fiction, il est bas? en grande partie sur des faits reconnus se rapportant au myst?re des OVNIS et touche de pr?s l?essence du ph?nom?ne. Le public sortira probablement du film avec le sentiment d?rangeant que nous ne sommes pas seuls et qu?il y a probablement quelque chose qui se passe quelque part, au-del??

L?Inconnu : Vous avez la conviction que ce film ne sera pas encore un de ces films ? sensation, fait pour attirer les foules ?

Hynek : Ce qui m?a impressionn? apr?s JAWS c?est que Stephen Spielberg ?tait soumis ? une pression ?norme pour produire un autre film ? grand spectacle et qu?il a d?cid? de faire un film sur les OVNIS. Il met sa propre r?putation en jeu. De toute ?vidence, il suppose le public pr?t ? accueillir un traitement s?rieux du sujet ? ? l?oppos? des films de s?rie B des ann?es 50 comme ? L?invasion des soucoupes volantes ?, et que ce public r?agira et r?pondra de fa?on tr?s large.

L?Inconnu : Partagez-vous son optimisme ?

Hynek : Il est clair que l?attitude du public a dramatiquement chang?, par son indiff?rence, ces derni?res ann?es. La raison majeure en est que l?activit? des OVNIS va continuer, elle sans interruption depuis 30 ans.

L?Inconnu : Quel est le rythme moyen de l?activit? des OVNIS ?

Hynek : Chaque jour, au centre, sur la ligne sp?ciale mise ? la disposition des officiels de la police locale, nous recevons 3 ? 4 rapports. A peu pr?s 95 % des rapports se r?v?lent ?tre des OVIS ? c?est-?-dire des objets identifi?s tels que des avions publicitaires, V?nus, des ballons m?t?os et ainsi de suite. Ce pourcentage de ? choses expliqu?es ? est beaucoup plus importait sur la ligne ? sp?ciale?? que ce qu?on rapporte en g?n?ral aux organisations sp?ciales d?OVNIS La raison en est que nous n?utilisons que les sources officielles de la police locale et que la moyenne des individus peut tr?s bien ne pas rapporter des incidents vraiment ?tranges d?OVNIS ? la police par crainte du ridicule , pourtant, cette m?me personne rapportera avoir vu Venus, s?il ne la reconna?t pas , parce qu?il est ? s?curisant? de t?moigner l?existence d?une lumi?re particuli?re dans le ciel. D?un autre c?t?, Un t?moin r?fl?chira ? deux fois avant de raconter sa rencontre physique avec un objet qui a des cr?atures ? l?int?rieur C?est pourquoi les rapports que nous recevons sur la ? ligne rouge ? ne sont habituellement pas si impressionnants que ?a?! Le pourcentage des OVNIS authentiques repr?sente ? peine plus d?un pour cent.

L?Inconnu : Comment cette estimation est-elle compatible avec celles qui proviennent d?autres sources ?

Hynek : Une estimation plus r?aliste des rapports inexpliqu?s serait de dix pour cent ? peu pr?s, ce qui est en gros le pourcentage que j?ai trouv? moi-m?me en travaillant au projet ? Blue Book ? . Je dirais qu?en moyenne, une douzaine de rapports d?OVNIS authentiques parviennent ? l?attention des chercheurs chaque mois. Bien S?r, ce nombre est beaucoup plus important en p?riode ? de pointe ?, quand l?activit? des OVNIS est vraiment intense.

Mais, m?me quand je fais cette estimation, pour chaque OVNIS signal?, au moins une douzaine restent non signal?s et donc incon?nus.

L?Inconnu ; Comment pouvez-vous ainsi faire l?estimation d?une quantit? inconnue ?

Hynek : Un des moyens, c?est le proc?d? informel que j?utilise ? la fin de mes conf?rences.

Apr?s avoir parl?, je demande qui, dans le public, a eu affaire ? des OVNIS ? 10 ? 20 % l?vent la main. Puis, quand je demande combien d?entre eux ont rapport? leur exp?rience, je n?ai droit qu?? deux ou trois mains lev?es.

Je sais aussi que chaque fois que je vais investiguer sur place un des cas, d?autres sortiront invariablement de l??cheveau Comme des termites, apparaissent dans un meuble vermoulu. Des gens viennent me voir et disent?: ?Je n?ai jamais rien dit ? quiconque mais j?ai eu telle et telle exp?rience ?. Et les cas semblent ?tre plus inhabituels que ceux que nous recevons par nos r?seaux ? offi?ciels ? de la police.

Une autre mani?re de faire une estimation du nombre des rapports serait de se reporter ? un sondage de l?Institut Gallup qui r?v?lait que 11 % de la population ? c?est ? dire 15 millions de personnes ? croient avoir vu des OVNIS. Alors si nous disons que si 10 % des 15 millions d?Am?ricains ont r?ellement vu un OVNI, cela revient ? dire que un million cinq cent mille personnes ont probablement vu quelque chose que personne ne pouvait expliquer. Et m?me si nous r?duisons ce nombre ? disons, 800 000 Am?ricains, c?est encore un nombre incroyable de d?couvertes authentiques. Ceci seulement pour les Etats-Unis, Les OVNIS sont un ph?nom?ne global.

L?Inconnu : Est-ce que les rapports sont de qualit?s diff?rentes selon les pays ?

Hynek : M?me en utilisant la traduction la plus parfaite, il est difficile de dire si un rapport particulier vient du Japon, de la France, du Br?sil ou des Etats-Unis. C?est fascinant ? quel point vous pouvez obtenir des rapports similaires, venant de cultures totalement diff?rentes. Pendant un r?cent voyage, j?ai pu entendre une quantit? de t?moignages en Indon?sie. On m?a m?me signal? des d?couvertes ? Born?o et je doute qu?? Born?o les gens ont fait la connaissance des OVNIS en lisant le ? National Enquirer??

L?Inconnu : Peut-on recouper g?ographiquement et ?tablir une carte des d?couvertes d?OVNIS aux Etats Unis ?

Hynek : Une corr?lation dont j?ai connais?sance consiste ? r?partir et reporter les cas de ? rencontres rapproch?es ? avec les OVNIS. Si vous faites une ?tude statistique, vous d?cou?vrirez que ce genre d?incident ? presque tou?jours lieu dans les zones isol?es? Cela n?arrive pas dans les zones urbaines o? beaucoup d?autres d?couvertes, moins spec?taculaires, sont faites. Il semble qu?il y ait toujours une corr?lation avec les lignes ? haute tension, les installations milit?mes et ? aussi curieux que cela puisse para?tre– les petits courants d?eau. En ce qui concerne ce dernier point, je ne peux qu??mettre des sp?culations.

Le Docteur David Saunders, ancienne?ment de l?Universit? de Chicago, a mis sur ordinateur 50 000 cas individuels et pense ?tre arriv? ? une formule qui pourrait pr?dire et pr?voir les arriv?es d?OVNIS II affirme que les p?riodes de pointes ont lieu tous les 61 mois et que ces pointes se d?placent de 30 degr?s de longitude vers l?Est tous les 5 ans.

La prochaine vague majeure de d?cou?vertes d?OVNIS devrait avoir lieu vers No?l cette ann?e, quelque part ? la longitude de la mer d?Aral, en Sib?rie.

Pour parler, en termes g?n?raux, de ? sch?mas ? de la distribution des ph?no?m?nes, je dirais simplement que, en pr??sence du ph?nom?ne des OVNIS, nous avons affaire ? quelque chose qui est manifestement intelligent.

Maintenant, quant ? savoir s?il s?agit l? de quelque chose de beaucoup plus proche de nous ou si c?est un produit de notre propre intelligence, je n?en sais rien. Mais de toute ?vidence, il y a intelligence.

L?Inconnu : On appelait les OVNIS ? sou?coupes volantes ?. Quelle est la diff?rence ?

Hynek : Fort heureusement, le terme de ??soucoupe volante ? ? un malentendu de vocabulaire si on peut dire ? est pass? de mode. D?abord, parce que les OVNIS se pr?sentent sous une ?norme vari?t? de formes. Mais, ce qui est peut-?tre plus important, la ? soucoupe volante ? est un terme restrictif Cela implique que le ph?no?m?ne qu?on d?crit est premi?rement un v?hicule, et, deuxi?mement d?origine extra?terrestre.

L?OVNI, d?autre part, est un terme g?n??rique ? Peut-?tre est-il presque trop large. Alors que le mot ? non identifi? ? est absolu?ment appropri?, le ph?nom?ne non identifi?, lui, ne vole pas toujours et ? la limite, n?est peut-?tre pas un objet. C?est-?-dire une chose ? trois dimensions qui existe dans une r?alit? objective? Mais ? pr?sent, le terme OVNI est reconnu comme faisant partie du langage, et je ne pense pas que nous pour?rions y changer quoi que ce soit, m?me si nous le d?sirions. L?OVNI est r?ellement devenu un terme g?n?rique pour toutes sortes de ph?nom?nes inexpliqu?s.

L?Inconnu : Alors comment vous, utilisez- vous le terme ?

Hynek : Je d?finis l?OVNI comme un ph??nom?ne qui reste non identifi?, apr?s un exa?men serr? de tous les t?moignages recueillis par des personnes qui sont capables d?iden?tifier techniquement tous les ph?nom?nes conventionnels ? avions, corps astronomi?ques, inversions de temp?rature, hallucina?tions ? que l?on rapporte souvent comme ?tant des OVNIS. Et comme je l?ai d?j? dit, on d?couvre en g?n?ral que 10 % des rapports restent inex?pliqu?s.

L?Inconnu : Mais, pourquoi tous ces ph??nom?nes inexpliqu?es ne seraient pas tout simplement les produits d?une imagination fertile ?

Hynek?: Il faut que vous gardiez bien en m?moire que ces rapports proviennent de gens conservateurs, fiables et sains d?esprit, dont le plus grand nombre ?taient scepti?ques, jusqu?au moment o? ils ont fait eux m?me la rencontre d?un OVNI. S?ils avaient tous eu certaines difficult?s psychologiques, ?taient alcooliques ou ?taient le r?sultat de foyers d?chir?s, alors, on serait en droit de rejeter leurs t?moignages. Mais la seule chose qu?ont en commun les observateurs d?OVNI, c?est d??tre des ?tres humains. Vous trouvez presque invariablement parmi eux des gens dont la r?putation personnelle est telle, que personne n?oserait mettre en doute leur parole ? propos de quoi que ce soit d?autre, le genre de personnes en un mot, qui feraient de bons jur?s dans un tribunal. Et, si vous croyez ? ces gens dans l?enceinte d?un tribunal, de quel droit faudrait-il mettre leur parole en doute, dans le cas pr?sent ? Les gens sceptiques qui affirment avec insistance que les OVNIS sont une ?norme absurdit?, ne parlent pas en fait des OVNIS ? Ils remettent en question toute fa proc??dure qui consiste ? d?cider de quelque chose en fonction du t?moignage d?un ?tre humain.

L?Inconnu : Si vous deviez s?lectionner le meilleur de ces t?moignages d??tres humains que vous ayez re?u, lequel serait-ce ?

Hynek : En fait, il y en a eu tellement? J?h?site ? en s?lectionner un seul. Il y a eu r?cemment des cas individuels incroyables comme celui du capitaine Laurence Coyne, qui commandait un h?licopt?re m?dical de l?arm?e, ? l?a?roport d?Hopkins, dans le comt? de Cleveland . Un jour d?octobre 1973, Coyne et ses trois hommes revenaient de Colombus. Au-dessus de Mansfield, un membre de l??quipe remarqua une lumi?re rouge approchant ? toute vitesse, et appa?remment dans une trajectoire de collision. Pour ?viter cette lumi?re, ils firent plonger l?h?licopt?re de 700 m?tres ? 500 m?tres. L?objet non identifi? a ralenti ? leur vitesse, qui ?tait de 170 km/h, et est rest? pendant un instant au-dessus d?eux, et alors ? pour vous montrer ? quel point c??tait incroyable ? Le capitaine Coyne m?affirme avoir regar?d? les cadrans de ses instruments qui indi?quaient que l?h?licopt?re montait au lieu de redescendre. Pourtant, aucun d?entre eux ne ressentait la force de gravitation associ?e ? une ascen?sion si rapide. Les quatre hommes ont tous t?moign? dans ce sens. Alors, si vous avez quatre hommes qui jurent que c?est arriv?, il est plut?t difficile de croire qu?ils mentent tous ou qu?ils se sont tromp?s.

L?Inconnu : En vous accordant, ? la rigueur, tous ces t?moignages humains impressionnants, quels sont les t?moignages mat?riels qui prouvent l?existence des OVNIS ?

Hynek : Nous avons tout d?abord des rep??rages par radar et je ne pense pas que les radars aient des hallucinations. De temps ? autres ils fonctionnent mal ou ils per?oivent des effets m?t?os anormaux mais il y a en g?n?ral trop de r?ponses de radar inex?pliqu?es ? d?une sorte qui stup?fie m?me les experts en radars ? pour que nous puis?sions m?me les d?nombrer. Il y a m?me des cas o? deux radars ou plus ont pu suivre et enregistrer des OVNIS sur leurs ?crans.

Parmi tous ces cas, (es cas plus valides et substantiels sont ceux que nous appelions les ? rencontres du deuxi?me type?? : dans ce genre de rencontre, l?OVNI, agit sur un ?tre anim? ou un objet inanim? On peut retrouver ces facteurs pour presque un sur dix des cas d?objets vraiment non identifi?s. Par exemple, j?ai men?, tr?s souvent des en?qu?tes sur les nombreux incidents o? les t?moins rapportent qu?au moment o? l?OVNI se rapprochait de la voiture qui les transpor?tait, le moteur, la radio et les lumi?res de la voiture tombaient brusquement en panne pour ne se remettre en marche que lorsque l?OVNI les avait d?pass?s. Une autre sorte de ? rencontre rapproch?e ? implique presque toujours des traces sur le sol : cercles de terre br?l?e, branches d?arbres bris?es, v?g?tation calcin?e ou pollu?e, trous dans le sol, de forme triangulaire ou quadrangulaire, toutes traces que l?on suppose ?tre la marque d?un OVNI qui aurait atterri.

L?Inconnu : Qu?en est-il des morceaux d?OVNI que vous avez en votre possession ?

Hynek : Eh bien, nous n?en avons pas et je d?sirerais bien en avoir..

L?inconnu : Cela semble bien ?trange ?tant donn? le nombre d?OVNIS signal?s et v?rifi?s.

Hynek : Vous ?tes tout ? fait en droit d?avoir ce point de vue. On pourrait m?me commencer ? se demander si les OVNIS, bien qu?ils se manifestent de fa?on physique, ont une existence compl?tement,?essentiellement?physique. Nous ne savons m?me pas, si, quand on ? voit ? un OVNI, il y-a vraiment une image d?OVNI imprim?e dans la r?tine. Je pense qu?il y en a une, mais tout ce que nous savons ? ce stade, c?est que seule la perception dans l?esprit d?une personne est r?elle. Par contre, je n?arrive pas ? trouver de preuves substantielles d?montrant que les personnes qui rapportent des passages d?OVNIS mentent, toutes, ou ont toutes des hallucinations.

L?Inconnu : Vous voulez dire qu?on peut percevoir quelque chose comme ?tant physi?que alors que cette chose n?est pas vraiment physique ?

Hynek : Oui. Je ne cherche pas ? rappro?cher forc?ment ces deux ph?nom?nes, bien que l?on puisse d?couvrir l? une relation de cause ? effet. Mais, prenez le cas des reve?nants, par exemple ; nous nous trouvons devant un ph?nom?ne qui a des effets-physi?ques, sans ?tre physique par lui-m?me. Je ne sais pas si le m?me principe s?applique aux OVNIS. Le sujet est sans doute beaucoup plus complexe que nous nous l?imaginions quand nous avons commenc? ? y travailler. Ce serait na?f d?attendre une solution toute simple.

L?Inconnu : Jusqu?? quel point prenez- vous au s?rieux, les t?moignages sur des ?tres occupant tes OVNIS ?

Hynek : Au d?but en tout cas, je ne les prenais pas du tout au s?rieux, on pouvait me faire avaler l?id?e de disques tournant en plein jour, de lumi?res nocturnes, et ainsi de suite.. Mais j??prouvais la plus grande r?pul?sion ? admettre que des ?tres puissent occu?per un OVNI. Dans le domaine de la science, pourtant, on ne doit repousser aucune don?n?e simplement parce qu?on ne l?aime pas, et quoi que vous pensiez des t?moignages sur des ? occupants ?. ? les ? proches rencon?tres de la troisi?me sorte ? ? c?est un fait que ces t?moignages EXISTENT. Au stade actuel, les rapports de ce genre continuent ? affluer ; ils ne disparaissent pas, et je les prends tr?s au s?rieux. En fait, on d?couvrira peut-?tre un jour que les ? proches rencontres de la troisi?me sorte ? renferment la solution de tout le myst?re des OVNIS.

L?Inconnu : A quoi ressemblent les ?tres que les gens d?crivent ces jours-ci ?

Hynek : A vrai dire, je dirais que l?occupant moyen ? si on peut parler de moyenne dans ces choses l? ? est haut de un m?tre dix ? un m?tre trente, avec une grosse t?te, de grands yeux et un corps fusel?. Mais on en d?crit d?autres genres de toutes sortes, d?une part d??normes monstres, d?autre part des individus qui ressemblent ? des ?tres hu?mains normaux. La plupart des occupants qu?on me signale sont d?un type petit et humano?de. Un peu comme des elfes ou des lutins un peu d?velopp?s, en fait.

L?Inconnu : Est-ce que vous recueillez avec autant de s?rieux les d?clarations des gens qui affirment avoir ?t? kidnapp?s et entrain?s ? bord d?OVNIS ?

Hynek : Je suis tout ? fait convaincu de la sinc?rit? des gens qui rapportent de telles exp?riences. Leurs exp?riences prennent une certaine r?alit? pour eux-m?mes. Ce qui m?a convaincu de cela, c?est la conversation que j?ai eue avec deux?p?cheurs?de Pascagoula dans le Mississipi, qui s?appellent Charlie Hickson et Calvin Parker et qui furent appa?remment, t?t dans la soir?e, en octobre 1973 , attir?s et entra?n?s ? l?int??rieur d?un OVNI. Dans le m?me genre, il y a d?autres cas exemplaires comme celui de Betty et Barney Hill du New Hampshire dont l?histoire fut racont?e l?ann?e derni?re dans le film pour la t?l?vision The Interrupted Journey (? Le voyage interrompu ?) . Il n?y a aucune raison de croire que des cas comme ceux-l? furent des blagues.

L?Inconnu : Sinc?res ou pas, ces gens ne furent-ils pas victimes en quelque sorte d?une tricherie mentale de quelque esp?ce que ce soit ?

Hynek : J?en doute profond?ment, car ces rapports ont tous un d?nominateur commun. Par exemple dans le cas classique, les ? Kid?napp?s ? ont en commun la conscience plus ou moins lucide que quelque chose d??trange s??tait pass?, mais l?essentiel de l?exp??rience a disparu compl?tement de leur m??moire. Dans un cas tr?s particulier au Kansas nous examinons actuellement l?histoire d?un jeune couple qui vit trois globes lumineux s?approcher d eux. Et puis soudain il n?y eut plus rien Le seul ?v?nement dont ils se sou?viennent, c?est qu?ils se retrouv?rent 130 Kilom?tres plus loin sur la route sans aucun souvenir de la fa?on dont ils avaient pu parvenir ? cet endroit.

Le second d?nominateur commun est que le reste de l?information, la partie la plus fondamentale, vient apr?s, gr?ce ? l?hypnose r?gressive. Dans cette perspective, toutes les histoires qui sont mises ? jour sont toutes plus ou moins semblables. En g?n?ral, elles contiennent toutes la version d?un examen m?dical accompli par des ?tres humano?des. Apr?s cet examen, les personnes kidnapp?es sont lib?r?es.

Des incidents comme ceux que j??voque am?nent ? se poser un certain nombre de questions d?concertantes et inqui?tantes du genre de ? pourquoi est-ce que l?hypnose r?gressive est n?cessaire ??? Est-ce parce que l?exp?rience fut si traumatisante que l?esprit du kidnapp? l?a bloqu?e spontan?ment ou est-ce parce que les kidnappeurs l?ont volon?tairement?bloqu?e et effac?e de leur m?moire?? C?est comme si on arrachait leurs dents aux gens et qu?on les interroge pour avoir des d?tails. Cela prend des heures et des heures et chaque fois vous arrachez un morceau, l?un apr?s l?autre et finalement toutes les pi?ces du puzzle s?assemblent C?est comme s?il y avait un blocage complet, m?me au niveau du subconscient.

L?Inconnu : Si nous supposons que les rapports sur le kidnapping sont exacts que pouvons-nous en d?duire sur l?attitude des kidnappeurs vis-?-vis des ?tres humains ? Sont-ils hostiles, bienveillants ou indiff??rents ?

Hynek : S?ils sont quelque chose, je dois dire qu?ils sont surtout indiff?rents Les kid?napp?s t?moignent qu?ils furent trait?s plus ou moins comme le serait un animal de labo?ratoire ? ni avec amiti?, ni avec hostilit? mais plut?t comme des gens dont l?existence est un fait, un point c?est tout.

L?Inconnu ; Comment proc?dez-vous pour analyser tes donn?es et les rapports du Centre et pour tenter de r?soudre le probl??me des OVNIS ?

Hynek : Mon approche consiste tout d?abord ? ?tablir une hypoth?se de travail que l?explication devra expliquer. Ainsi proc?dait un astronome de l?Universit? de Princeton qui a ?crit un livre qui s?appelait ??L?origine du syst?me solaire ?. Il n?a pas r?ussi ? r?soudre le probl?me initial mais dans les deux premiers chapitres, il a ?tabli de fa?on fort agr?able ce que toute hypoth?se sur l?origine du syst?me solaire peut expliquer.

Le fait que toutes les plan?tes sont plac?es sur un m?me plan, qu?elles tournent toutes dans la m?me direction et ainsi de suite.

Voil? une des choses valables que le Centre pour l?Etude des OVNIS peut arriver ? Faire : amener en pleine lumi?re ce qui ressort des faits. On se dit voil? des faits qui ont ?t? dument ?tablis, comme les cas de d?collage et de ? planning?? ? une vitesse ?norme et puis on consid?re ce que ces faits impliquent. Est-ce que cela indique les travaux d?une technologie avanc?e ? Ou est-ce que cela sugg?re que ces soi-disant objets sont en fait des images, quelque chose comme des ? holographes ? (image tridimensionnelle donn?e par un rayon laser)

L?Inconnu : Est-ce que les holographes font partie des th?ories possibles pour les OVNIS que vous investirez actuellement ?

Hynek : Depuis des ann?es j?ai ?t? impres?sionn? par le fait que les ??machines volan?tes? des OVNIs se comportent plus ou moins comme le feraient des images. Ils font des tournants ? angle droit, ils peuvent dispa?ra?tre et brusquement r?appara?tre devant vos yeux, ils peuvent voyager ? des vitesses ?normes et ils peuvent changer de forme, toutes ces choses, c?est inutile de le dire, seraient fort difficiles ? r?aliser en tant que machines volantes telles qu?on pourrait les concevoir en des termes normaux d?arme?ment a?rien.

L?Inconnu : Est-ce qu?on ne pourrait pas en d?duire aussi facilement que les OVNIS ne sont rien de plus que des hallucinations ?

Hynek?: Alors comment expliquez-vous que des hallucinations puissent appara?tre sur des radars, briser des branches d?arbre et effrayer des animaux ? Comment pour?raient-elles laisser des traces physiques ? Ou arr?ter des voitures ? Non, nous avons ? faire ? quelque chose qui est beaucoup plus complexe que de simples hallucinations ou de simples apparitions. Les OVNIS, bien qu?ils puissent ne pas avoir de r?alit? physi?que, peuvent et ils le font ? modifier la mati?re.

L?Inconnu : La science traditionnelle dirait, bien entendu que ceci est impossi?ble.

Hynek : Oui, dans notre physique actuelle rien ne permet de dire ?a. Pour un physicien, la mati?re c?est la mati?re. Mais aujourd?hui, ? mesure que nous apprenons de plus en plus sur la nature de l?Univers et sur la nature de la r?alit? elle-m?me, nous pouvons arriver ? comprendre qu?apr?s tout l?Univers n?est pas si simple. Les mystiques, par exemple, ont toujours parl? de la fa?on dont la mati?re vibre ? de diff?rentes vitesses, mais l?homme de science veut ignorer ce dont parle le mystique. Qui doit parler le premier ?

Peut-?tre voil? un des enseignements que l?on peut tirer de nos recherches.

L?Inconnu : Comment un homme de science tel que vous, en est-il arriv? ? s?occuper des OVNIS ?

Hynek : Un certain jour fort int?ressant de 1948, j?eus la visite de trois personnes de l?Air Force. Ils venaient de la base a?rienne de Wright Patterson qui n??tait pas tr?s loin de l?Universit? d?Etat d?Ohio o? j?enseignais ? l??poque.

Ils m?ont demand? ce que je pensais des rapports sur les soucoupes volantes et j?ai discouru sur les faits que c??tait probablement une vaste blague, que les gens voyaient toujours des choses folles, et que l?histoire?; ?tait un non-sens. Apparemment j?ai d? dire?plus ou moins ce qu?il fallait, parce qu?une heure plus tard, ils m?ont demand? si je d?sirais devenir conseiller astronomique dans les recherches de l?Air Force sur les OVNIS, ? savoir le projet Sign . Plus tard, le nom a chang? et le projet, s?est appel? le projet Grudge puis le projet Blue Book.

L?Inconnu : Quelle fut votre r?action imm?diate lorsque vous avez commenc? ? examiner leurs donn?es ?

Hynek : A cette ?poque, l?Air Force ne pos?s?dait que 243 rapports qu?elle avait re?u par ses fili?res militaires. Je devais examiner avec attention chacun de ces rapports et d?nombrer ceux qui pouvaient avoir une explication en astronomie, L?Air Force avait aussi engag? un psychologue pour savoir combien de ces rapports ?taient des mystifi?cations. Je n?ai jamais su combien il en a class? dans les rubriques mystifications ou histoires de cingl?s, mais j?ai d?couvert qu?un tiers de ces rapports pouvait ?tre expliqu?s par l?astronomie.

L?Inconnu : Comment se fait-il que ce fiasco que fut l?incident des ?gaz de marais? au Michigan en 1966 vous fit en fin de compte abandonner votre scepticisme de longue date au sujet des OVNIS ?

Hynek : Eh bien, ? l??poque j??tais encore en quelque sorte loyal avec l?Air Force, qui m?employait, bien en d?pit du fait que je savais d?j? que leur position sur la question des OVNIS avait cess? depuis longtemps d??tre objective. Mais mon travail consistait ? trouver des explications logiques, normales et naturelles aux d?couvertes d?OVNIS et je faisais de mon mieux dans ce sens. Mais en fin de compte, je passais mon temps ? me dire ? Je ne peux continuer comme ?a. Il faut?que je r?-envisage tout le probl?me sous un autre angle ?.

L?inconnu : Est-ce que cela fut si facile que ?a ? Il n?y avait pas de preuves nouvelles.

Hynek : C?est ?tonnant, mais si vous reconsid?rez des cas anciens avec un point de vue neuf et diff?rent, vous d?couvrez des choses que vous ne pouviez pas voir auparavant. Pour la premi?re fois, chaque chose commen?a ? avoir un sens pour moi sous cette nouvelle lumi?re.

– Mais, en gros, ce fut surtout la persistance du ph?nom?ne qui brisa ma r?sistance. Quand je commen?ais ? travailler avec l?Air Force, j??tais persuad? que les OVNIS ?taient une marotte qui dispara?trait comme toute autre marotte. Mais, ?videmment, ?a ne disparut pas, les rapports continu?rent d?arriver, malgr?, toute l??nergie d?sesp?r?e que nous mettions ? les repousser, les br?ler ou ? les diminuer.

L?inconnu : Il y a eu toute une controverse parmi les chercheurs d?OVNIS suivant laquelle l?Air Force fait tout ou faisait tout pour recouvrir les cas les plus significatifs d?OVNIS. Sous une esp?ce de conspiration du silence. Avez-vous des raisons de penser que c?est effectivement le cas ?

Hynek : Il y a deux fa?ons de couvrir ou recouvrir un ?v?nement. Vous pouvez cou?vrir le savoir ou vous pouvez recouvrir l?igno?rance. Je pense que dans le cas pr?sent, il y a beaucoup plus d?ignorance que de savoir. L?Air Force fut embarrass?e par les OVNIS et quand les militaires sont embarrass?s, leur tactique est de tout classifier. Au moins tant que l??v?nement para?t avoir des fonde?ments. Mon attention n?a jamais ?t? attir?e par aucune esp?ce de couverture explicite, ni de couverture malhonn?te, ou que l?Air Force conna?trait d?avance la r?ponse et ne vou?drait pas la livrer. Je ne pense pas que l?Air Force sache quoi que ce soit ou ait des r?pon?ses ? fournir.

D?un autre c?t?, il y a des histoires qui courent sur des pilotes militaires qui se sont vu confisquer leurs cam?ras automatiques par leurs sup?rieurs. Mais personne n?a ?t? capable de fournir la preuve formelle d?un tel cas. Je donnerais ma main ? couper, pourtant, si un de ces pilotes sort un jour du rang, signe une d?position et d?clare : ??C?est vrai, j?ai pris des photos J?ai vrai?ment vu les choses en question, mais les photos ont ?t? confisqu?es et on m?a bien recommand? de garder le silence ? ce sujet ?. Si un jour, ?a se passe comme ?a nous pour?rions tous sortir de notre r?serve et commen?cer ? d?voiler la v?rit?. Mais nous n?avons pas encore eu un tel pr?texte.

L?Inconnu : Ou en ?taient vos relations avec l?Air Force quand vous les avez quitt?s apr?s une si longue collaboration ?

Hynek : Ce n??tait pas tr?s amical, Bien s?r je les voyais venir bien avant la fin du projet Blue Book et c?est pourquoi, en 1969, je suis parti. Je savais bien quel ?tait le pro?bl?me : l?Air Force voulait enlever de son dos cet esp?ce de singe qu??taient les OVNIS, le projet Blue Book ?tait devenu un probl?me de ??mauvaises?? relations publiques.

L?Inconnu : Mais vous ?tes pourtant rest? avec !e projet Blue Book jusqu?? sa toute fin ?

Hynek : Oui, officiellement, jusqu?? sa fin En fait, nos relations avaient cess? virtuel?lement six mois auparavant J?en ?tais arriv? au point o? entre les officiers de l?Arm?e de l?Air et moi-m?me, nous ne nous adressions plus la parole.

L?Inconnu : Etait-ce uniquement en raison de vos points de vue divergeant sur les OVNIS ?

Hynek : C??tait aussi une question d?atti?tudes divergentes. Vous savez, les mili?taires aiment les r?ponses nettes et d?fini?tives. Les hommes du Pentagone adoraient quand quelqu?un leur disait que tel ou tel OVNI ?tait en fait V?nus ou un Ballon Sonde. Ce qu?ils ne pouvaient supporter c??tait les r?ponses du genre ? nous ne savons pas : c?est tr?s troublant ?.

En outre c??tait tr?s mauvais pour l?image de l?Arm?e de l?Air d?admettre qu?il avait des choses qui flottaient dans l?atmosph?re que personne ne pouvait expliquer ou modi?fier. Aussi, c??tait plus facile pour l?Air Force de dire que les OVNIS ?taient en fait une vaste fumisterie. Pour ?tre tout ? fait hon?n?te avec l?Air Force, il faut dire qu?il s?agit l? d?un organisme de d?fense et non d?un or?ganisme scientifique. La principale erreur de l?Air Force date du d?but des ann?es 50 quand ils sont arriv?s ? la conclusion que les OVNIS pouvaient ne pas ?tre ou n??taient pas une menace pour la s?curit? de la Nation. Quand ils sont arriv?s ? ce stade, ils auraient d? transmettre le dossier ? une Universit? ou un groupe scientifique.

L?Inconnu : En fait, ils ont effectivement transmis le dossier ? l?Universit? du Colorado qui a conclu dans son rapport de 1969 qu? ? une ?tude plus pouss?e des OVNIS n??tait probablement pas justifi?e par l?es?poir que la Science en serait avanc?e pour autant ?.

Hynek : Le dossier ne fut transmis ? l?Uni?versit? de Colorado qu?en 1966, bien des ann?es apr?s que les questions sur la S?curit? Nationale avaient trouv? une r?ponse. Pour comprendre ce que cela veut dire vous devez remonter et suivre ? la trace une s?rie d??v?nements en commen?ant par la lettre que j??crivis au G?n?ral .B. le Bailly, Directeur de l?Information de l?Arm?e de l?Air en 1965.

Dans cette lettre je recommandais vive?ment l??tablissement d?un s?minaire scientifique pour examiner sous toutes ses formes le sujet tout entier. Mais que ce s?minaire devait ?tre totalement diff?rent des petites r?unions sporadiques que nous avions eues dans le pass?. Je disais que ce s?minaire devait fonctionner de fa?on continue et que les personnes concern?es devaient ?tre pr?tes ? emporter leur travail ? la maison et ne pas se borner ? survoler quelques cas et se livrer ensuite ? quelques remarques pontifiantes.

Alors, le G?n?ral le Bailly ?crivit une lettre personnelle ou Bureau du Conseil Scienti?fique de l?Arm?e de l?Air, qui r?pondit par la convocation du Comit? O?Brien , Le groupe se r?unit avec plusieurs universit?s qui m?neraient une investigation de fa?on con?tinue sur un nombre choisi et limit? de cas d?OVNIs ? peut ?tre ? raison de 100 par an.

Puis, le mois suivant, l?affaire des gaz de marais du Michigan ?clata et tout l?enfer se d?cha?na. G?rald Ford et Weston Vivian, qui ? l??poque se pr?sentaient pour ouvrir une enqu?te sur le projet Blue Book. Le 6 avril, la commission s?natoriale aux Arm?es, sous la pr?sidence de L. Mandel Rivers r?pon?dirent ? l?interpellation et demanda ? ce que Harold Brown le secr?taire d?Etat ? l?Arm?e de l?Air (aujourd?hui secr?taire ? la D?fense), le Major Hector Quintanilla et moi-m?me nous fassions une d?position devant le Congr?s.

Je me rappelle bien, comment ? un moment crucial, Mandel Rivers a regard? droit dans les yeux le secr?taire d?Etat Brown et lui a demand?? Et bien. Monsieur le Secr??taire d?Etat qu?allez-vous faire ? ce sujet ? ?

Le secr?taire d?Etat comprit alors de quel c?t? le vent soufflait, que Rivers ?tait vrai?ment int?ress? par le sujet des OVNIS et que le Congr?s avait le pouvoir de d?terminer si l?Air Force avait bien le droit de s?approprier le ph?nom?ne des OVNIS. Brown promit alors de faire quelque chose dans le sens de l?enqu?te gouvernementale sur les OVNIs.

A pr?sent Brown a d?j? sur son bureau les recommandations de la Commission O?Brien mais il s?est d?jug? en remettant tout le projet des OVNIS dans les mains d?une seule personne, Edward U. Condon et d?une seule Universit?, celle du Colorado. Si Brown avait suivi ? La lettre le projet initial, qui ?tait d?inviter Plusieurs Universit?s ? participer ? l?enqu?te, je pense qu?aujourd?hui, les r?sultats seraient tout ? lait diff?rents.

L?Inconnu : Mais ceci est une pens?e ? ? posteriori ?. Comment, ? l??poque. Quel?qu?un aurait pu se douter que Condon allait aboutir ? de telles conclusions ?

Hynek : Condon ?tait un physicien qui n?avait Pas ? metre son nez dans une enqu?te ? surtout en la dirigeant ? qui ?tait publi?quement reconnue comme devant ?tre par?faitement ? objective ?. D?s le d?part, Condon tourna en ridicule le sujet des OVNiS et ne cachait en aucune mani?re son total m?pris ? ce sujet. Je me rappelle avoir eu une con?versation avec quelqu?un du Pentagone qui me disait?: ?De toute fa?on, nous nous d?bar?rasserons de tout cela d?s que nous aurons re?u le rapport du Comit? Condon.

En d?autres termes, l?Air Force s?attendait tout ? fait ? la r?ponse qu?elle a eue. Comme on pouvait le pr?voir, l??tude de Condon fut un d?sastre scientifique et est ? pr?sent compl?tement discr?dit?e. Son seul r?sultat fut de fournir ? l?Air Force un pr?texte pour laisser tomber le projet Blue Book, qui pour tant au d?part ?tait une d?marche positive pour tout le monde.

L?Inconnu : La C.I.A. f?t-elle impliqu?e dans les enqu?tes sur les OVNIS ?

Hynek : Certainement ? mais plus d?un point de vue de S?curit? Nationale que pour toute autre raison. En juillet 1952, voyez- vous ? les lignes militaires ?taient litt?ra?lement obstru?es par les rapports d?OVNIS. Cela gla?a jusqu?au sang toute la commu?naut? du contre-espionnage, qui s?imaginait, que si une nation quelconque voulait provo?quer un nouveau Pearl Harbour, ses agents s?arrangeraient pour imaginer des s?ries d?histoires d?OVNIS et au cas o? un v?ritable missile se pr?sentait de rendre impossible la commu?nication des messages par les canaux normaux du contre-espionnage.

Ainsi, la C.I.A. a convoqu? un groupe qui se r?unit entre le 14 et 18 janvier 1963 ? Was?hington pour ?tudier la situation. La rencon?tre ?tait pr?sid?e par le Docteur H P. Ro?bertson, un sp?cialiste des armes et un em?ploy? r?gulier de la C.I.A. et r?unissait plu?sieurs scientifiques ?minents. Ce s?minaire passa douze heures au total rien que pour examiner le ph?nom?ne des Ovnis et d?posa la conclusion que les Rapports sur les OVNIS, non les Ovnis eux-m?mes, consti?tuaient une menace pour la S?curit? Natio?nale. Ses membres invit?rent alors le Gou?vernement ? se livrer ? une campagne de ? d?mystification ? pour ?liminer totale?ment l?int?r?t et l?inqui?tude du public au sujet des d?couvertes d?OVNIs.

Les recommandations au s?minaire furent Scrupuleusement suivies ? Mais ce fut la seule fois, ? ma connaissance, o? la C.I.A. fut impliqu?e dans la controverse sur les Ovnis.-

L?Inconnu : Pensez-vous que le Gouverne?ment manipule encore l?Information sur les OVNIS, m?me dans un sens passif ?

Hynek : Non, pour autant que je puisse dire quelque chose ? ce sujet. De temps en temps, le Pentagone appelle le Centre et transmet un rapport sur un OVNIS, mais cela arrive si rarement que je suis s?r qu?il s?agit d?un ph?nom?ne accidentel.

L?Inconnu : Cela semble incroyable que les officiels au Gouvernement puissent avoir vis-?-vis des OVNIS un int?r?t ?gal ? z?ro.

Hynek : C?est difficile de croire que notre Gouvernement soit stupide ? ce point, et sur?tout alors qu?il accorde tant d?importance au contre-espionnage, il d?pense des monceaux d?argent ? suivre la piste de chaque petite inno?vation dans l?armement Russe et il investit des millions de dollars dans les activit?s du F.B.I et de la C.I.A.. Mais il s?arrange pourtant pour m?priser le flot stable ininterrompu de l?afflux des rapports sur les OVNIS? Et pourtant je crois que c?est bien qui se passe actuellement.

L?Inconnu : Que pensez-vous de ce qu?ont rapport? des t?moins d?OVNIS? contactant des officiels de l?Arm?e qui les ont ensuite pers?cut?s et persuad?s sous la menace de ne r?v?ler leur d?couvertes ? personne d?autre ?

Hynek : Je sais qu?il existe des t?moi?gnages dans ce sens. Il est difficile de savoir s?ils sont r?els ou pas mais ce qu?on raconte habituellement c?est qu?apr?s chaque ren?contre avec un OVNI, des personnes vien?nent voir les t?moins Quelque fois en leur sortant sous le nez une carte officielle ? et les aborde de fa?on mena?ante. Vous savez aussi bien que moi combien les gens sont bizarres. Chaque fois que quoiqu?un exhibe une carte qui ? l?air plus ou moins officielle, ils sont terriblement impressionn?s ils n?ont pas assez de bon sens pour dire ? Atten?dez, vous permettez que je regarde votre carte ??? et d?examiner r?ellement quel cr??dit ils peuvent donner ? cette carte. Nous avons entendu parier de cas o? des gens qui se font passer pour des officiers de l?Arm?e de l?Air arrivent et prennent des photos, confisquant les pellicules et ainsi de suite. Le Pentagone c?est tellement ?mu ? ce sujet, qu?en F?vrier 1967, le commandant adjoint-chef du personnel de l?Arm?e de l?Air, le lieutenant g?n?ral Hewit Wheless a d? envoyer une circulaire ? tous les comman?dements, leur demandant de lui faire parvenir toutes les informations qu?ils pouvaient avoir sur des individus qui se faisaient passer pour des officiers de l?Arm?e et qui mena??aient les t?moins ou leur confisquaient leur, mat?riel. Mais il s?agit l? d?un domaine o? je ne m?aventure pas trop car les donn?es sont difficiles ? v?rifier : Je suis trop pr?occup? par l??tude du ph?nom?ne lui-m?me pour traiter de ses aspects annexes.

L?Inconnu : Vos propos pr?c?dents sem?blaient impliquer un certain d?senchante?ment vis-?-vis de l?id?e commun?ment admise que les OVNIS sont des vaisseaux spatiaux venant d?autres plan?tes. Quelles sont vos objections ? ce sujet ?

Hynek : En effet, il y a beaucoup de choses que le concept de vaisseau spatial n?explique pas dans le cas du ph?nom?ne des OVNIS. On se trouve dans l?obligation de refuser, ou de n?gliger, ou de rejeter des tas de choses ? partir du moment o? on accepte l?id?e que des vaisseaux compos?s d??crous et de vis viennent d?un autre espace jusqu?ici ? c?est la soit disant hypoth?se extraterrestre. Tout d?abord, en tant qu?astrono?me, je sais bien quelles distances cela impli?que et je pense que peu de gens se doutent de l?immensit? de l?Univers. Assez souvent pour le d?montrer j?utilise un exemple comme celui qui va suivre. Si vous donnez ? la distance de la terre au soleil la dimension d?un pouce, alors ? cette ?chelle une ann?e Lumi?re devient presque exactement une distance d?un mile (1 km 700), et l??toile la plus proche serait alors ? distance de 4 miles (6 km 800) de la terre ; jusqu?? pr?sent l?homme n?a ?t? capable de parcourir que le quatre centi?me d?un pouce, c?est-?-dire la distance de la terre ? la Lune. Il ne semble pas qu?il puisse exister quelque part une technologie suffisamment avanc?e, pour ce que nous en savons, nous, pour faire un tel parcours.

L?Inconnu : Mais vous dites-bien : ? pour ce que nous en savons ?. N?est-il pas conce?vable qu?une race extraterrestre plus ? avan?c?e ? puisse surmonter les difficult?s ?

Hynek?: Bien s?r, que c?est concevable. Le physicien Stanton Friedman, qui est du style ? T?les et Boulons?, fait volontiers remar?quer que pour quelqu?un d?il y a 100 ans qui parcourait les plaines ? bord d?un chariot couvert, pour combler la distance entre met?tons, Saint Louis et San Francisco, le seul moyen qu?il pouvait imaginer ?tait d?utiliser des chevaux plus rapides ; il ne pouvait m?me pas commencer ? imaginer ce que peut faire un Boeing 747. Aussi, peut-?tre qu?avec nos cervelles de provinciaux nous ne pou?vons envisager ce qu?une civilisation plus avanc?e est capable de faire. Mais je suis encore tr?s sceptique. Dans les marges de r?f?rence o? en tant que physicien et homme de science, je suis oblig? de travailler, cela me semble tout ? fait impossible.

L?Inconnu : Est-ce que les rapports sur les occupants d?OVNIS n?entra?nent pas implicitement l?id?e de visites d?extra-terrestres ?

Hynek : Je n?en suis pas tout ? fait s?r. On signale que ces ?tres ont des appendices ou des mains, si vous pr?f?rez qui sont d?pour?vus de doigts flexibles que nous poss?dons. Il est difficile d?imaginer une technologie aussi avanc?s de la part d?une race qui pos?s?de des mains en forme de pinces. Com?ment pourraient-ils manipuler des transis?tors, par exemple, ou arriver ? faire des r?glages extr?mement pr?cis, ou r?ussir un travail aussi d?licat que de faire marcher ces machines ? Un autre probl?me est que ces occupants d?OVNIS semblent parfai?tement ? l?aise dans notre atmosph?re et avec notre gravit? spatiale. S?ils ?taient vraiment des entit?s physiques venus d?autres plan?tes, on pourrait s?attendre ? ce qu?ils aient certaines difficult?s ? cet ?gard.

L?Inconnu : Cette objection pourrait ?tre repouss?e comme ?tant du pur pinaillage anthropomorphique. Car dans ce cas on pourrait avoir ? faire ? une forme d?intelligence qui d?passe totalement notre com?pr?hension.

Hynek : Dans ce cas, oubliez le probl?me des occupants et consid?rez les rapports sur les OVNIS en g?n?ral. Nous nous heurtons alors ? une autre difficult? r?elle pour ac?cepter l?hypoth?se des extra-terrestres : Il a beaucoup trop de d?couvertes d?ovnis. Nous qui ne sommes qu?un grain de pous?si?re dans la totalit? de l?Univers, pourquoi serions-nous favoris?s ? ce point par des visites intensives qu?elles nous aveuglent l?esprit ?

C?est un peu comme si chaque apr?s-midi nous nous amusions ? lancer un satellite Apollo(Sic). S?il y avait vraiment des visites d?extraterrestres, nous pourrions ?tre con?tents si nous recevions une telle visite une fois tous les 100 ans ? peu pr?s ? et non pas ? raison de 100 par ann?e.

Les statistiques ne concordent pas, de m?me que les distances ne concordent pas Jusqu?aux aspects du vaisseau qui ne con?cordent pas ; les vaisseaux qu?on d?crit ne me semblent pas capables de traverser l?Espace. Et puis il y a ces ballons lumineux faits de lumi?re, ces globes de lumi?res rouge orang?. Comment pourrait-il s?agir de visi?teurs venus d?un syst?me solaire lointain ? Je pense qu?il s?agit l? de quelque chose de plus m?ta terrestre qu?extraterrestre.

L?Inconnu ; Que voulez-vous dire par m?ta terrestre ?

Hynek : Je veux parler d?une esp?ce de ? R?alit? parall?le ?. Vous et moi savons que des images de t?l?vision traversent cette pi?ce en ce moment Mais vous passerez pas mal de temps ? en convaincre un aborig?ne d?Australie.

Ou encore imaginez que vous d?barquiez sur une ?le o? depuis des g?n?rations, tout le monde est n? aveugle de fa?on cong?ni?tale ? Il n?existe au monde aucun moyen pour leur d?crire un coucher de soleil rouge. C?est pourquoi cela serait une r?alit? parall?le en ce qui les concerne. Vous pourriez parler de soleil couchant mais cela ne voudrait rien dire pour ces gens.

Quand on rentre dans les domaines aussi dangereux que celui-l?, on peut prendre en consid?ration ce que les mystiques et les grands chefs religieux nous disent depuis si longtemps : que le monde physique qui nous entoure ne renferme pas totalement notre environnement, qu?il existe d?autres plans d?existence. Pour un homme de science et un physicien, cela ne veut rien dire. Mais il y a un tas d?autres choses, qui ne veulent rien dire, pour un physicien et un homme de science, les exp?riences hors du corps (OOBE : Out of Body Experience) L?E.S.P, la psychokin?sie, la t?l?pathie. Toutes ces choses diff?rentes semblent faire leur chemin dans notre conscience, en d?pit du fait qu?ils ne rentrent pas dans l?infrastructure scientifique classique.

Je pense que les OVNIs ne sont qu?un signal parmi d?autres des changements qui interviennent dans notre royaume scientifique. Nous allons ?tre oblig?s d??largir notre champ de vision et d?admettre d?autres choses dans le domaine vivant de la science.

L?Inconnu : Voulez-vous dire que les OVNIS seraient reli?s ? un ph?nom?ne psychique ?

Hynek : Oui j?ai bien peur que ce soit vrai. J?en ai peur parce qu?ici au Centre nous ne voulons traiter le sujet que du point de vue de la science physique, de faire tout, de sorte ? ?tudier le ph?nom?ne selon la science physique pure. C?est pourquoi nous pensons que les ? rencontres rapproch?es de second type??, les cas qui laissent des traces physiques ? sont si importants, car cette sorte de t?moignage mat?riel des OVNIS peut-?tre introduite dans un labora?toire. Mais ce serait une erreur de continuer dans ce chemin en excluant toute autre voie si de toute ?vidence, ce ph?nom?ne a une dimension paranormale, nous serons bien oblig?s de nous attacher ? cela.

L?Inconnu : Craignez-vous de vous couvrir de ridicule professionnellement lorsque vous sp?culez sur de tels plans ?

Hynek : Evidemment, cela ne facilite pas les ?changes que je pourrais avoir ? ce sujet, surtout quand je dialogue avec un astro?nome, un physicien ou d?autres sp?cialistes des sciences physiques. Cela est tr?s ?trange qu?un homme de la science physique, puisse, travailler sur des normes d?un ph?nom?ne qui n?est pas physique mais peut ?tre existe- t-j| un lieu entre Je monde psychique et le monde physique et le monde physique qui est plus fort que ce qu?on a pu imaginer jusqu?? pr?sent.

L?Inconnu : Pourquoi les autres scienti?fiques sont-ils si r?calcitrants ? s?engager dans l?enqu?te sur les OVNIS ?

Hynek : En fait c?est en train de changer, bien qu?il existe encore pas mal de r?sistance ? ce sujet. Beaucoup de scientifique se sera?ient concern?s mais m?nent leur recherche sur les OVNIS dans le secret et s?assurent que leurs coll?gues ne !es soup?onnent m?me pas de le faire, il y en a suffisam?ment dans ce cas pour que nous ayons pu former il y a quelques ann?es un groupe informel, le Coll?ge invisible, pour coordon?ner nos efforts. Mais ? le Beau Monde?? scientifique dans son ensemble joue la politique de l?autru?che et pr?tend que le probl?me des OVNIS n?existe pas.

L?Inconnu : Mais les scientifiques ne changeront-ils pas d?attitude Lorsqu?on leur aura fourni une preuve formelle ?

Hynek : l?Ether ?tait consi?d?r? comme partie int?grante du dogme des croyances officielles en 1880. Si un scientifique ce permettait d??mettre un doute sur l?existence de l?Ether, on le renvoyait imm?diatement de toutes les soci?t?s scientifiques. Et pourtant, aujour?d?hui, ? l??ge de la relativit?, nous savons bien que l?Ether n?existe pas. Au 19e si?cle, les scientifiques consid?raient aussi l?id?e de transmutation des ?l?ments comme un non-sens absolu ; pourtant aujourd?hui, la transmutation des ?l?ments existe bel et bien.

L?Inconnu : Vous parler de changements majeurs dans les connaissances et la pens?e occidentals. Pensez-vous que les OVNIS pourraient contribuer de fa?on dramati?que ? un changement d?cisif??

Hynek : Les OVNIS pourraient tr?s bien marquer la fin du monde ? normal ? et l?av?nement d?une autre sorte de monde. C?est d?j? arriv?e ; par exemple, lorsque la physique classique c?est ?croul?e et que la ? m?canique des Quantums ? est arriv?e. En remontant encore plus loin, on peut faire la remarque que l?homme pendant 90 % de son existence, pensait que la terre ?tait au centre de l?Univers. Cette croyance ?tait bien implant?e et les gens qui s?insurgeaient contre cette croyance, ?taient imm??diatement clou?s au poteau et brul?s.

Qu?est-ce qui nous fait croire notre struc?ture de croyance pr?sente est plus sacro-sainte que les anciennes structures ? Elle doit bien changer un jour. Notre derni?re r?volution scientifique n??tait pas notre ultime r?volution scientifique.

L?Inconnu ; Quelle-est selon vous la prochaine ?tape de l?enqu?te sur les OVNIS ?

Hynek : Cela d?pend tellement du ph?nom?ne des OVNIS lui-m?me. En d?au?tres termes, pour parler de fa?on plus pro?sa?que est-ce que ces objets vont atterrir un jour ? Est-ce qu?un jour ils se r?v?leront de fa?on plus manifeste?? Jusqu?? ce moment-l?, si ce moment arrive un jour ? notre travail consistera simplement ? s?parer les faits de la fiction, ? ?tablir en termes clairs la r?alit? du ph?nom?ne de fa?on ? ce que nous puissions comprendre qu?il existe l? r?elle?ment quelque chose. Nous n?aurons peut-?tre pas la r?ponse avant longtemps. Alors, nous devons nous armer de patience. Les ann?es qui viennent seront tout ? fait pas?sionnantes. Les OVNIS peuvent tr?s bien marquer le d?but d?une r?volution dans la Science et dans la compr?hension humai?ne. En attendant nous avons notre propre chemin ? parcourir et notre travail ? accom?plir.

Revue L?Inconnu,??OVNIs : Allen Hynek relance la controverse?? septembre 1977, pages 29-42

A propos de

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (5)

Ces hydrofoils aperçus dans notre épisode précédent vont avoir le vent en poupe dans les ...