Accueil / T Y P E S / Billets / Obama en visite officielle au Canada

Obama en visite officielle au Canada

Une escale de 400 minutes ? Ottawa

Le pr?sident Obama arrivera d’ailleurs au Canada entour? de trois poids lourds de son administration: son conseiller ?conomique, Lawrence Summers, son conseiller ? la s?curit? nationale, James Jones, et la responsable de l’Agence de la protection de l’environnement, Carol Browner.

Une certaine inqui?tude est n?anmoins palpable au nord du 49e parall?le: 62 % des 1000 r?pondants au m?me sondage disaient craindre les contrecoups d’?ventuelles modifications ? l’Accord de libre-?change nord-am?ricain (Alena) et 86 % croyaient que le co?t des politiques du pr?sident Obama cr?era de graves probl?mes pour les ?tats-Unis.

En choisissant le Canada pour effectuer sa premi?re visite officielle ? l’?tranger, le pr?sident am?ricain Barack Obama renoue avec une tradition amorc?e par le pr?sident Warren Harding en 1923. George W. Bush y avait fait un accroc en 2001, en optant plut?t pour une rencontre avec son homologue mexicain, Vicente Fox.

Obama va pouvoir regarder en face le responsable des fuites canadiennes dans l’affaire de l’Alenagate (*), j’ai nomm? Harper Junior. J’avais discut? de cette affaire louche mais ils vont probablement parler d’?conomie, d’environement et de l’Afghanistan. Ignatieff aurrait pu renverser ce 1er ministre dangereux et incomp?tent mais non il le laisse rencontrer l’actuel pr?sident am?ricain. D??u et amer d’avoir ? offrir ce clown maladroit au nouveau pr?sident am?ricain.

PS:? Et la gouverneur du Canada a une tres lourde responsabilit? en acceptant de suspendre l’assembl?e des d?put?s canadiens. Le cours de l’histoire politique en a ?t? d?vi? avec sa d?cision douteuse et qui fera malheureusement jurisprudence dans ce contexte.

(*) L’ing?rence du gouvernement Harper dans les primaires am?ricaines: De quoi je me m?le ?!

source

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCCXLIV) : Au Honduras, « ça se pose comme des mouches »

C’est le président lui-même, Juan Orlando Hernández, qui a utilisé récemment l’expression : dans son ...