Accueil / A C T U A L I T É / Molle Republique

Molle Republique

LOUIS PR?FONTAINE

J?en ai marre des mous. S?rieux. Pour vrai. Je ne suis plus capable. Ils me sucent mon ?nergie vitale et m?obligent ? leur remettre ? la face toutes leurs contradictions. Un mou, c?est toujours entre deux mondes, entre deux positions. ?a dit blanc quand ?a fait noir, ?a pense noir quand ?a dit blanc. Un mou, ?a ne m?ne ? rien. Du vent, de la distorsion, du bruit de fond, des id?es qui s?envolent et que n?agrippent jamais ceux qui auraient le pouvoir ou le talent d?en faire quelque chose de concret.

Tenez, prenez ce type. Il parle ? qui veut l?entendre, depuis quelques mois, de R?publique. La R?publique ceci, la R?publique cela. Tu manges R?publique, tu baises R?publique, ton ?tron c?est le divin joyau de la transformation du pouvoir citoyen en merde r?publicaine. Nous sommes tous des citoyens, des enfants de la R?publique en attente de LA CONSTITUTION qui saura concr?tiser ce d?sir.

Or, le type, ce grand R?publicain parmi les enfants de R?publicains souhaitant la R?publique, me contait ? quel point il s?empressait de parler anglais ? une de ses amies am?ricaines vivant actuellement au Qu?bec. Pourquoi? Pour pratiquer son anglais, quoi donc. Voyez-vous, le type qui ne peut d?biter trois mots cons?cutifs sans le mot R?publique se d?p?che, au m?me moment, de parler une langue ?trang?re sur le territoire du Qu?bec. Vous y comprenez quelque chose?

Oh, mais n?allez pas lui reprocher. La R?publique, elle est ouverte, la R?publique, elle est grande, la R?publique elle est fine. Et le type de me citer son amour des r?publicains irlandais, ces grands patriotes oeuvrant ? la constitution d?une soci?t? leur permettant d?assurer la survie de leurs id?aux. Sauf que? Les Irlandais ont perdu leur langue. Ils ne sont plus que 3% ??avoir le ga?lique?irlandais comme langue principale. Le fran?ais se porte mieux en Saskatchewan que le ga?lique en Irlande. Oh oui, elle est belle la R?publique, elle r?gle tout la R?publique!

De tout temps, les id?es magiques ont eu bonne presse. L?humain aime r?ver. ?a fait partie de nous. Les id?es complexes, on d?teste ? trop compliqu?! Alors amenez-nous un truc simplet, genre la-R?publique-qui-r?gle-tout et on embarque. On oublie nos r?els objectifs, on s?enterre un peu, et on embarque sur le Titanic d?une id?e en apparence merveilleuse mais qui, dans les faits, ne r?gle absolument rien.

Qu?on me comprenne bien: la R?publique n?est ni bonne ni mauvaise. C?est une id?e, un concept. Mais la vraie r?alit? derri?re ce concept et cette id?e ne doit pas ?tre occult?e: on doit vouloir la R?publique pour assurer notre survie collective et non pas comme un simple apparat pour ourler d?or la jupe de notre disparition. Que vaut une R?publique o? notre langue deviendrait l??quivalent du ga?lique, une langue-morte parl?e seulement dans quelques foyers retard?s?

Ces mous, ces R?publicains pr?ts ? ?crire une CONSTITUTION mais incapables de concevoir l?objectif r?el ? assurer la survie du peuple qu?b?cois ? font-ils r?ellement avancer notre cause? Que vaudrait un pays ind?pendant et une R?publique si elle avait l?anglais comme langue r?elle principale?

? un moment, dans l?histoire d?un peuple, il faut en finir avec les mous, avec les carri?ristes, avec les opportunistes. Tourner le dos aux malotrus qui se proclament patriotes mais qui nous tirent dans les jambes ? grand coup de locutions anglaises. Il faut oser se tenir debout, contre la temp?te, et affirmer que notre combat est celui de l?identit?, de la langue et que rien ? pas m?me la R?publique ? ne saurait nous en distancer.

Les mots veulent dire quelque chose. Et mieux vaut un syst?me imparfait o? nous obtenons des gains concrets pour la survie de notre langue et de notre identit? qu?un syst?me imaginaire rose-bonbon consacrant notre fin et drapant d?un linceul r?publicain notre existence collective en terre d?Am?rique. Mieux vaut une saine dose de radicalisme qu?une mollesse n?ayant de finalit? que la disparition finale.

L?ind?pendance, la R?publique, oui. Mais le fran?ais et l?identit? d?abord. Toujours, et ? jamais.

Louis Pr?fontaine

Cet article qui n?a rien perdu de son actualit? a ?t? publi? d?abord l en juillet 2010

A propos de

avatar

Check Also

Hyman Minsky, mal-aimé clairvoyant

Décédé en 1996, Hyman Minsky fut un économiste quasiment inconnu de son vivant. A l’époque, ...