Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / analyses / Michel Santi : ?de vrais leaders en Europe pour refonder l?UE??
Michel Santi est un homme en colère. Dans son livre Splendeurs et misères du libéralisme, cet ancien trader et conseiller des banques centrales pousse un coup de gueule magistral contre l’austérité qui s’abat sur l’Europe, l’idéologie néolibérale et la folie des marchés, et l’incapacité de l’Union européenne de trouver des solutions à la crise. INTERVIEW : [...]

Michel Santi : ?de vrais leaders en Europe pour refonder l?UE??

Michel Santi est un homme en col?re. Dans son livre Splendeurs et mis?res du lib?ralisme, cet ancien trader et conseiller des banques centrales pousse un coup de gueule magistral contre l?aust?rit? qui s?abat sur l?Europe, l?id?ologie n?olib?rale et la folie des march?s, et l?incapacit? de l?Union europ?enne de trouver des solutions ? la?crise.

 

? Dans l??tat actuel des choses, l?Europe ne peut que suivre les autres pays qui retrouvent de la croissance. Elle ne parviendra jamais ? ?tre moteur ?, l?che Michel Santi, rencontr? dans une brasserie parisienne. Quelques heures avant ce verdict sans appel, la Banque centrale europ?enne, qui g?re l?euro, venait de d?cider de maintenir ses taux inchang?s. Une erreur pour l??conomiste : ? Il aurait fallu baisser les taux pour stimuler l??conomie ?,?s?insurge-t-il.

L?institution de Francfort ne trouve gr?ce sur aucun point ? ses yeux depuis le d?clenchement de la crise. Qualifi?e de ? statutairement autiste ?, la?BCE?incarne la probl?matique centrale de l??conomie europ?enne pour Michel Santi : les Etats sont pri?s de se plier ? la volont? allemande qui pr?conise, rappelons-le, la lutte contre l?inflation au d?triment des efforts de relance. Le fait de maintenir des taux ?lev?s permet effectivement de freiner les d?penses car il rend le co?t de l?argent plus??lev?.

Or, pour l?ancien trader, cette m?thode est l?exacte inverse de ce qu?il faudrait faire pour que la situation?s?am?liore.

Du bon usage des d?ficits?publics

En bon disciple de l??conomiste anglais John Maynard Keynes, Michel Santi milite pour que la d?pense publique puisse ?tre mise au service de l??conomie. Et tant pis pour les d?ficits ! ? L?intervention de l?Etat pourrait se faire par des prises de participation dans des entreprises pour les aider, par des investissements dans des projets d?avenir? ?, d?taille-t-il. Avant de s?envoler dans son argumentation ? bord du? Concorde : ? Avec l?arr?t du Concorde qui permettait de faire Paris-New York en trois heures, nous avons r?gress? puisqu?il faut maintenant 7 heures pour traverser l?Atlantique.??

Avec ces propositions, Michel Santi sait qu?il va faire bondir les d?fenseurs de l?aust?rit? et du s?rieux budg?taire. En effet, la r?gle d?or du contr?le budg?taire est li? ? un autre dogme : le creusement des d?ficits risque de g?n?rer de l?inflation, qui est donc l?ennemi jur? des lib?raux. ? L?inflation ne revient que lorsque l?activit? red?marre et que le pays conna?t le plein emploi. Pour l?instant nous en sommes loin puisque le ch?mage augmente ?, pointe l??conomiste pour qui l?attention des politiques publiques doit ?tre enti?rement dirig?e vers la lutte contre le?ch?mage.

Que les politiques?s?imposent

Pour l?ancien trader, la situation n?est certes pas rose mais pas totalement d?sesp?r?e : les Etats-Unis sont en train de reprendre les choses en main. ? Les entreprises priv?es prennent le relais de l?Etat pour faire vivre l??conomie. Le dynamisme est plus important qu?en France et en Europe ?, assure Michel?Santi.

Et si l?Europe ne veut pas voir le train lui passer sous le nez, elle aurait plut?t int?r?t ? se remettre en cause rapidement. Plus de f?d?ralisme, plus de solidarit?, plus de contr?le des politiques sur la Banque centrale? autant de pistes ? suivre mais qui demandent un peu de volont? politique. ? Il faudrait de vrais leaders en Europe pour refonder l?Union europ?enne. Pour l?instant, je ne vois personne capable de le faire. Tous les dirigeants sont fascin?s par le syst?me financier et craignent plus que tout qu?il s?effondre ?, tacle-t-il. Voil? les Hollande, Merkel, Cameron et autres Van Rompuy habill?s pour?l?hiver.

Non, le mod?le allemand n?est pas?enviable

Mais alors les Europ?ens montreraient les muscles pour rien avec leurs projets de s?paration des activit?s bancaires ? ? Si la r?gulation bancaire se fait vraiment, ?a serait d?j? un premier pas vers une r?solution de la crise car cela montrerait une volont? des politiques de reprendre les choses en main ?, pr?cise Michel Santi. Un minimum syndical en quelque?sorte.

Sur le fameux mod?le allemand qui fait r?ver les Fran?ais, l?ancien trader bat en br?che les r?ves de rigueur des dirigeants europ?ens. ? Avec leur mod?le bas? sur les exportations et les d?valuations comp?titives, les Allemands ont cr?? les mini-jobs ? 400 euros par mois. Ce mod?le ne peut pas ?tre r?pliqu? dans les autres pays et n?est certainement pas enviable pour les salari?s ?, s?insurge Michel?Santi.

A l?heure o? plusieurs voix se font entendre contre l?aust?rit? qui semble ?tre la seule raison d??tre des politiques europ?ennes, le br?lot de Michel Santi d?crit bien la probl?matique li?e ? la r?solution de la crise et les d?fauts originels de la construction europ?enne. Le ton g?n?ral est plut?t sombre m?me si des pistes sont ouvertes pour arranger les choses. Reste ? savoir si les dirigeants europ?ens vont se saisir de ces propositions ou si elles sont condamn?es ? rester de douces?utopies.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

J’avais trouvé Charlie… il y a 50 ans

Oh, voilà qui est délicat à rédiger comme éloge funèbre. Charlie Daniels qui vient de ...