Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / MH370 : à la recherche de l’hoax zéro (1)

MH370 : à la recherche de l’hoax zéro (1)

L’étude des propos de Florence de Changy, cet aspirateur à hoaxes pour les remixer et en faire une tambouille conspiratrice finale mal tamisée, m’a replongé dans l’affaire de la catastrophe du MH370, sujet dont j’avais longuement étudié ici-même la partie transport possible d’armements, sans aboutir à quoi que ce soit de tangible. Cette fois, cette remontée du fil du temps m’a fait découvrir une chose fondamentale, qui n’explique en rien la catastrophe pour autant, mais qui révèle toute une démarche de désinformation patente, dans laquelle notre journaliste, pourtant chevronnée, est tombée les deux pieds dedans…

Une foultitude de textes désinformateurs sont en effet apparus très vite, dès l’annonce de la perte de l’avion, émanant notamment d’une extrême droite américaine antisémite, toujours à l’affut d’alimenter le chaos en information pour y insuffler ces thèses fielleuses (1), Un texte, particulièrement, balancé très vite un peu partout sur le net, une dizaine de jours après l’annonce de la disparition de l’avion, peut être considéré comme le tout premier de cette campagne de désinformation qui est apparue comme un virus très invasif.  Il s’est en effet répandu très vite… pour accuser les américains et la CIA d’avoir fomenté un coup d’éclat. Ce « texte zéro », comme l’est le patient zéro infecté dans le cadre du coronavirus, est en effet à l’origine de tous les hoaxes qui ont suivi (et de la thèse de De Changy (2) !).  Je l’ai retrouvé, mais je n’ai pas réussi à déterminer hélas son auteur, à la plume plutôt bien tournée, au contraire de la moyenne des complotistes (3)…

Caractéristique de ce texte fondamental : il a été recopié à chaque fois intégralement, sans aucune modification et sans aucune signature (sauf celles des petits malins qui se le sont attribués, dont un consultant indien assez surprenant, comme on va le voir), et le plus souvent précisé comme ayant été « reçu par mail » par ses disséminateurs. Preuve d’une campagne organisée, sophistiquée, visant nommément un public fort particulier : celui des complotistes les plus acharnés !!! Celui qui a fait ça connaissait très bien le milieu, et à qui s’adresser en particulier ! Les fameux « MHistes » de De Changy, qui a fini par leur ressembler, à disséminer la fausse parole, en fort mauvaise prophète …

Au final, son objectif a été largement atteint, car il a vite essaimé et même fait des petits, des variantes corrigeant parfois les excès qu’il pouvait encore contenir (son auteur ayant pu lui-même effectuer en posts de discrètes corrections sur le tir original, sans toujours laisser de nom). Une désinformation apparue ensuite comme exemple dans des ouvrages réfutant ces thèses, tel celui de Christian Doumergue, qui l’attribue lui à « des chinois », dans son livre « Au cœur des théories du complot » paru en 2017… On note au passage que toutes ces théories évoluant vers un détournement, comme le fait celle-ci, échoppent sur le sort des passagers : si l’avion s’est posé intact quelque part (il faut bien, si l’on veut récupérer sa cargaison !) selon eux, qu’en a-t-on fait ? Etaient-ils déjà morts et que faire alors des corps ? Et là aussi, les solutions proposées varient, comme on va le voir…

Avant de vous faire découvrir ce « texte zéro » de la désinfo, nous allons évoquer deux désinformateurs-clés de cette catastrophe et commencer par un bien déjanté, issu comme on vient de le dire de ce milieu antisémite virulent qui sévit aux USA.  C’est un habitué d’un homme de radio (émis sur satellite) grand admirateur d’Hitler qui, comme Alex Jones, avec qui il a travaillé au départ avant de se fâcher avec lui (4), vit plutôt grassement de sa notoriété de polémiste tous azimuts, agrémentée de vente de sa propre boutique, une sorte de petit artisan de l’antisémitisme (et fan du KKK) ou de Ernst Zundel, le négationniste proche de Faurisson, ou encore de Harry Cooper, de Sharkhunters International et de ses aventures en Argentine, croisé ici lors de l’étude du programme nucléaire de Juan Peron !):  un Rense qui a accumulé des centaines de milliers de dollars en inondant les ondes en vrac de textes sur Roswell, les soucoupes volantes, les francs-maçons, les illuminatis, Bidelberg, Hitler, les chemtrails, les déboires de Fukushima, la médecine alternative (c’est un fan de Royal Raymond Rife (5)), de l’inévitable Tesla également (pas de site complotiste sans ce chercheur controversé, devenu le pape de tous les complotistes avec ses obscurs travaux).  Il s’étend également depuis des décennies sur le livre des Protocoles des Sages de Sion, ce fake qui continue à empester tout l’univers et bien sûr, depuis quelque temps, sur le coronavirus, sujet rêvé pour une comploteur:  une vraie mine d’or.  Pas besoin de s’appeler Donald Trump pour ça… Mais Rense n’est pas seul à entretenir cette flamme délétère. Il se fait aider par d’autres, dont un qui a beaucoup écrit avec lui sur le MH370. Un japonais, celui-là… avec ses théories idiotes et sa propension maladive à attribuer ça aussi aux « juifs » qui ont envahi son univers de pensée dans les moindres recoins.

Chimatsu et sa puce miracle que l’on trouve partout

Pour Yoichi Shimatsu, l‘associé des délires antisémites de Jeff Rense, (ils ont œuvré ensemble dans le délire du Pizzagate !), le détournement serait dû à un matériel détenu par les techniciens de Freescale, une puce présentée par lui comme « extraordinaire » et « convoitée donc par la Chine », ce qui expliquerait pourquoi l’avion qui la contenait aurait été détourné vers Diego Garcia. Il aurait été plus simple de l’abattre, pour éviter qu’elle n’arrive, mais bon, tentons de voir en quoi consiste sa théorie. Selon lui, Freescale (l’ancien Motorola Semiconductor, repris par le Blackstone Group  en 2006) aurait en effet créé une « puce » fort réduite en taille, destinée à l’armement :  « aussi minuscule soit-il, le microcontrôleur est la clé de la guerre de nouvelle génération basée sur l’auto-guidage, la polyvalence tactique et la hiérarchie des commandes, en bref, une arme de pensée adaptative qui peut déjouer les ennemis ». L’idée du comploteur est venue en lisant l’annonce le 26 février 2013 de Freescale de la création du Kinetis KL02 , le plus petit processeur de type ARM jamais créé à cette date : il fait en effet 1,99 sur  1,94 millimètres ! Le genre de bidule présent dans les montres connectées avant tout et non dans des armes pourtant. Chez lui, c’est noyé ici dans son verbiage entre deux Rothschild et un Soros, ou l’inverse….car c’est maladif, chez lui. « Dans la nuit de sa capture en vol, le MH370 transportait l’ensemble technologique complet – fonderie de puces, logiciels et 20 ingénieurs concepteurs – de Freescale Semiconductors, l’inventeur des puces KL-01 et KL-02, le plus petit microprocesseur au monde conçu pour l’IA- pilote de mini-robotique. La désignation KL signifie le laboratoire de Freescale à Kuala Lumpur« .

Par « Fonderie de puces », il fait entendre des fours à wafers, ces galettes (ici à droite) contenant chacune des centaines de puces.  Et chaque four est encombrant et pesant. fort peu démontable… et, en tout cas, pas transportable dans la soute à bagages d’un avion. Il a déjà tout faux sur le sujet !!!

A noter que l’idée d’un processeur de type ARM n’est pas neuve : en 2009, la version 2 de l’OLPC – One Laptop Per Child devait avoir à bord un Freescale ARMv7-A à la place du Geode signé AMD. Il a été abandonné l’année suivante.  Qualcomm, avec son Snapdragon pour téléphones ou tablettes, fait dans l’ARM lui aussi depuis 2008.  La technologie ARM (RISC) ayant été créée par des anglais en… 1983, avec les premiers Acorn Arhimedes en 1987 (ici le modèle 3000 de 1989, au look très Amiga-Atari).  Apple, en y revenant fin 2020, a déjoué tous les pronostics et s’est libéré de sa contrainte Intel, en plus avec des engins très, très prometteurs, car ils sont puissants, en multipliant les cœurs. Ils consomment peu et ne chauffent pas, ou très peu : ce sont les Graal des portables !!!

Le problème étant pour Shimatsu que la puce est fabriquée…en Chine, à la Tianjin Final Manufacturing NO. 15 Xing Hua Avenue…  après le site de Chengdu, ouvert en 2007 déjà et après Shanghai en 2005.  Freescale étant aussi installé à Kuala Lumpur, en Malaisie même, à la Final Manufacturing N°2, sur la Free industrie zone de Sungay Way Pateling Jaya, Selangor. Lui même l’a avoué. Il me semble plus facile de soudoyer un employé, de faire dans l’espionnage interne ou de s’introduire informatiquement dans l’usine sur place que de monter tout ce mic-mac aboutissant à plus de deux cents morts en raison d’un produit vendu partout déjà… En prime, si les usines chinoises ne savent pas créer elles-mêmes des puces minuscules, à force d’en faire pour les autres, ça se saurait il me semble… Elles font ça très bien, déjà toutes seules… Voilà notre auteur qui a encore tout faux, une deuxième fois ! Alors, c’est vrai, pourquoi vouloir voler ça ? Aucun intérêt !!  Oh, là-dessus, Shimatsu a sa réponse de prête (et vous devinez laquelle) : « d’autre part, Freescale est contrôlé financièrement par le groupe de capital-investissement Blackstone, avec de grands investisseurs, dont la famille de banques Rothschild (Bingo !) et plusieurs de ses partenaires commerciaux. Les principaux financiers derrière le mouvement sioniste, l’intérêt pro-israélien est d’empêcher les armes robotisées miniaturisées de tomber entre les mains de l’Iran et de ses alliés, le Hezbollah et le Hamas. Des micro-véhicules, autoguidés et dotés d’une flexibilité tactique, envahir les villes, les ports et les aérodromes israéliens seraient un cauchemar pour les Forces de défense israéliennes. »

Toute la « démonstration » de Shimatsu n’en est pas une,  Elle conduit à une conclusion pré-établie, à laquelle d’ailleurs elle colle mal (on va appeler ça « le principe de Florence », car notre journaliste fait de même dans ses deux ouvrages….  On y revient, invariablement, chez lui et c’est pénible. Je pense que Shimatsu, avec sa rhétorique bien à lui, pourrait commencer un texte avec la vente d’une botte de poireaux sur un marché d’Auxerre pour finir à Tel-Aviv avec Soros, à ce stade ! Ça va donc devenir obligatoirement chez lui une opération israélienne, avec les USA comme simples « associés » et « alliés »… chez Shimatsu, ça donne ça en vidéo (écoutez bien sa version des minis-robots pour attaquer l’Iran, avec sa mini-puce collée à une balle de golf… c’est à se rouler par terre de bêtise !!!). Il n’empêche, malgré toutes ces critiques, il y en aura un en France pour relayer cela dans un livre…  C’est celui de François Renault, un industriel « passionné d’aviation« . « Au fil de quatre années d’enquête, il a acquis la conviction que la disparition du MH370 est « une opération secrète américaine » pour empêcher le transfert technologique en Chine de microcontroleur. La présence d’une vingtaine d’employés de la société Freescale Semiconductors qui travaillaient pour le compte de la Défense américaine étaye sa théorie » peut-on lire ici. Une théorie qui fait des Maldives la piste d’accueil, bien entendu…. le complot qui reprend un complot précédent : on tourne en rond à nouveau !!

Du Shimatsu toujours… et encore

Chez Rense, Yoichi Shimatsu, ce japonais hâbleur et fabulateur installé à Hong-Kong, ancien éditorialiste du journal Japan Times Weekly, de même qu’il a écrit pour le South China Morning Post (un quotidien pour lequel Florence de Changy a aussi écrit), comploteur en chef antisémite lui aussi (1) (pour qui « le Dalaï-lama est un criminel nazi et devrait être exécuté« ), y est donc allé de sa thèse, comme on vient de le voir, en faisant un aparté plus qu’approximatif sur une possibilité d’avoir vu le MH370 abattu par des navires US…  en réalité du flan complet comme on l’a déjà dit ici.  « L’avion de ligne malais était ensuite récupéré par les nombreux navires de l’USN patrouillant dans la mer de Chine méridionale, dans et autour des îles Spratley. Outre les navires radar AEGIS, la Marine a dépêché une nouvelle classe de navires de combat littoral, y compris l’USS Freedom, vers le pivot. Éclairé par l’un de ces navires, un puissant type de radar appelé radar à bande X ou à ouverture étroite aurait facilement pu désactiver tous les avions. Le système radar avancé, maintenant utilisé dans la guerre électromagnétique pour assommer les missiles et les avions, a conduit à la panne de courant involontaire de l’aéroport de Los Angeles (LAX) en avril 2004″. « Comme me l’a dit un ancien officier des communications de la Marine, « le nouveau type de radar a été commandé par l’amiral Jeremy Boorda, qui était un passionné de tout ce qui était de haute technologie. Lorsque notre destroyer est arrivé au port de Los Angeles, quelqu’un a allumé le radar et le courant électrique est tombé à LAX et dans toute la région environnante. LAX a été fermé pendant des heures, mais l’incident a été étouffé par le Pentagone. « Boorda a été victime d’un suicide apparent en 1996 après avoir exaspéré le corps des officiers en exposant le problème répandu du viol dans les rangs navals ». Le délirant Shimatsu, pour vous préciser l’oiseau, est aussi l’auteur d’un texte infamant intitulé « MKULTRA Links To The Sandy Hook Assault »… Bref, il fait aussi dans l’Alex Jones… (il a rédigé « Rothschild TNK-BP Intriguers Drafted The Trump-Russia Report »… dans la bonne tradition -illuminatis-francs-maçons-juifs responsables de tous les maux de la terre). En somme, il fait dans le classique, côté complot !!!

Tout ce qu’il raconte est complètement faux, y compris les raisons du suicide de l’amiral Boorda : il s’est supprimé après que l’on ait découvert qu’il avait triché. Sur lui, il arborait deux rubans de service avec un insigne de bronze en forme de « V  » au-dessus, ceux de la Navy Achievement Medal et de la Navy Commendation Medal, des insignes « V » plutôt rares, car octroyés seulement pour des actes de valeur, en combat réel.  Or Boorda n’aurait jamais connu le combat véritable  – le sujet est resté disputé depuis !!! (ici, il est devenu l’objet d’une « expérience mentale de type MK Ultra« , chez les complotistes, qui ont toujours les mêmes réponses à des problèmes différents !!!). Ces gens-là mentent sur tout, à propos de tout !!! L’aéroport de Los Angeles quant à lui, en subit régulièrement, hélas, des coupures de courant (ici une récente)… et pour ça, pas besoin de radar secret à proximité !

Shimatsu se trompe en tout en effet, et sans vergogne : le navire qu’il décrit est en réalité un dérivé du système AEGIS.  C’est un bateau plus petit de la classe des unités littorales !!! Les 4 premiers LCS ont eux tellement été calamiteux qu’on les a retirés du service depuis (voir ici leurs déboires). L’USS Freedom, le premier justement de la série, avec sa turbine Rolls-Royce MT30 problématique, avait été effectivement envoyé en mission à Singapour au début 2013, sous la direction du Commander Naval Surface Forces Pacific, 7th Fleet. Ça avait été un échec total, sur place : « la Marine a pu collecter des données pendant le déploiement sur des éléments tels que l’utilisation et la fiabilité des systèmes et les heures de sommeil de l’équipage (comme il employait fort peu de marins, on scrutait leur rythme de vie). Cependant, plusieurs facteurs, tels que les pannes mécaniques pendant le déploiement, ont limité les leçons opérationnelles apprises et la mesure dans laquelle elles peuvent être projetées dans la classe LCS » avait écrit poliment le rapport sur sa prestation… « L’USS Freedom est rentré au port tous les 25 jours pour subir une maintenance préventive de 5 jours et tous les 120 jours pour une maintenance intermédiaire plus intensive de 2 semaines – a abouti à un calendrier de déploiement rigide avec plus de temps au port que les autres navires de la Marine déployés. » Le rapport concluait par le verdict comme quoi l’engin « n’était pas censé pouvoir survivre» au combat !!! Il était resté 6 mois à quai en tout à Singapour, en réparations !!! La série accumule les impairs en plus des malfaçons : les hélicoptères à bord (des MH-60 Seahawk) sont trop petits pour remorquer les lourds capteurs de mines, leurs canons Mk44 Bushmaster II de 30 mm (1,2 pouces) « présentaient des problèmes de fiabilité »... bref, il serait temps de couler aujourd’hui toute la gamme pour les spécialistes !! Le mensonge est en tout cas patent et à tous les étages chez Shimatsu !!

Pour ce qui est des missiles anti-avions à bord, ce sont des dérivés « marins »  de l’AIM-9 Sidewinder, (RAM pour Rolling Airframes Missiles, montés en tourelle.  On est loin des RIM-161 Standard Missile 3 des Aegis montés en silos. Ce n’est qu’une proposition de 2019 de mise à jour de Lockheed Martin qui proposait de disposer ainsi des modules à 8 cellules MK41 VLS… On le voit mal dans ce cas avoir descendu le MH370, ayant du mal déjà à flotter tout seul ou à se déplacer correctement : mauvaise pioche complète, encore une, pour Shimatsu !!!

Une heure dans le vide avec Chang et son supporter texan

Shimatsu out, hors-sujet, on va se rabattre sur un de ses mentors:  Matthias Chang, champion de la littérature complotiste lui aussi, auteur de « Future Fastforward: The Zionist Anglo-American Empire Meltdown », qui nous donne son  orientation (antisémite, un de plus). Il est interviewé chez lui, ici à Kuala Lumpur, en 2015, par Shimatsu, justement. Un long entretien confus, diffus, qui part dans tous les sens, et qui ne repose sur rien de tangible, encore une fois. Il indique pour commencer, comme De Changy, qu’il y avait ce soir-là un vaste exercice militaire, double (il cite les deux noms connus, Cope Tiger et Cobra Gold).  On faisait « un exercice de recherches » cette année-là, selon lui (c’est faux, et on était en pleine nuit), exercice  dans lequel « il y avait des Awacs » (sans autres précisions) « avant que l’avion parte vers l’ouest« , et que « les médias n’avaient montré alors que le côté est du trajet« , pour lui « une direction qui implique un suicide » (« vers Perth« ), une vision aidée par « les français et les australiens pour attirer les regards vers cette zone« .  On nage déjà en pleine confusion entre les faits et l’interprétation qu’il en décrit de leur récit médiatique.

Puis il parle de Singapour, qui lui permet d’amener son idée principale, celle d’une obscure responsabilité « anglaise » (???), avec « l’ancienne colonie anglaise » jusque 1965, pour Singapour en effet, (il parle ensuite de « mother England », « land of the free, des rich lords, etc…. comme source de tous les maux ) un des « alliés des américains » (Shimatsu intervenant pour parler « d’un gouvernement juif à la création de Singapour », il reviendra après sur « Israël » à deux reprises, montrant son obsession maladive), Singapour qui « participait aussi aux manœuvres« , donc, pour rebondir ensuite sur les avions « pilotables à distance« , « depuis 2002″ selon lui, avec des « Awacs » qui pourraient piloter l’avion de cette façon, selon lui encore (?)  car « les anglais ont des tentacules partout » dit-il (on a du mal à suivre alors son raisonnement ???). Puis vient l’histoire du microchip, cette « technologie » des « techniciens de Freescale« . Le dada de son interviewer, justement… ça tombe bien ! L’un a les juifs en tête, l’autre les anglais, ça tourne au dialogue de sourds !!

Chang, il faut le préciser, a de bien drôles d’amis, lui aussi. Il est ici en photo à gauche, avec le pasteur luthérien antisémite du Texas Mark Dankof, venu lui rendre visite jusque chez lui, cet abonné aux sites iraniens (Press TV) ou russes (VK) de désinformation. Il est résumé ici. La photo de droite le montre avec un gars beaucoup plus connu que lui : il s’agit de David Duke, l’ex responsable du KKK !!! Dankof sévit à San Antonio sur une radio, cité ici par un site … iranien (Taghribnews) ! Il y passe pour un « spécialiste » international … Déjà, en 2012, ce bon pasteur résumait Israel à des false-flags à répétition.. Ici il intervient dans une autre radio où l’on trouve… la fameuse mère Agnès Miriam de Syrie, la grande supportrice de Bachar el Assad. Ce monde est bien petit, parfois… au sein de l’extrême droite, surtout !!!

Revenons à l’interview confus. Ensuite Matthias Chang part sur un délire (en disant en exergue « maybe ») reposant sur l’idée comme quoi « le logiciel qui permet de diriger l’avion » peut aussi « endormir les gens avec un gaz » (???) et que comme « ce logiciel tient sur un floppy disc » (il n’a pas l’air d’être très à jour côté informatique  : Apple l’a supprimé sur son premier Imac cathodique de 1998 :  ce mec a 20 ans de retard – quoique l’ordinateur de bord du Boeing, conçu il y a plus de 20 ans, possède un lecteur de disquettes- !!!), via « un satellite, ou un Awacs », quelqu’un « dans l’avion a pu le pirater pour aller vers Diego Garcia ». « Subséquemment, il fallait refaire voler l’avion pour le balancer ensuite en mer, plusieurs jours après » ajoute-il (l’autre en face l’emmenant « vers Israel » via la Mer Rouge, en se montrant toujours aussi obsessionnel !!!). Selon Chang, Diego Garcia étant un endroit où on a torturé des jihadistes lors des « renditions » et c’est pour ça (?) que l’on a choisi de le faire atterrir là (???). Une fois encore, on a du mal à comprendre la raison, et les deux de discuter ensuite du sort fait aux « prisonniers », les deux espérant « qu’il soient encore en vie quelque part  » (l’interview se voulant consensuel et grand public, il ne faut pas trop choquer la populace). Il conclut par la réalisation d’un nouveau « false flag », comme celui du « 11 Septembre ».  « Here, is real », « enough is enough » sermonne-t-il en terme de conclusion. La discussion se terminant sur le sort de Gaza, idée glissée par notre antisémite de service (?) et… Jeff Rense, site pour lequel Chang intervenait….  Bref encore une fois, on a entendu du vide, beaucoup de vide ! On était ce jour-là en présence de deux beaux affabulateurs, se faisant mutuellement des courbettes. Et on n’a absolument rien appris de neuf ou de renversant sur le sujet !

L’avion détourné, que faire des passagers ?

Tous les sites complotistes butent en fait sur le sort des passagers « prisonniers », en cas de détournement: morts asphyxiés, ou bien débarqués vivants quelque part ?  Shimatsu, sur le sujet, a en fait pas mal varié. Voici ce qu’il en avait dit le 2à leur arrivée, les passagers seraient rassemblés dans des zones d’attente séparées, les captifs de Freespace étant envoyés dans un centre de débriefing, où leurs disques durs, ordinateurs portables et smartphones seraient confisqués et les données téléchargées, tandis que les ressources du renseignement humain étaient interrogées. Les interrogateurs avaient une tâche assez facile en disant aux programmeurs sans défense: « rejoignez-nous ou mourez avec les autres »  (parlez d’un comité d’accueil !!). Shimatsu ayant trop lu de livres d’espionnage a aussi sa solution : « les coopérants recevraient une nouvelle identité et seraient réintroduits dans la vie civile dans une communauté nord-américaine éloignée après avoir reçu des médicaments effaçant la mémoire, similaires à ceux développés pour la première fois dans le cadre du programme MK-ULTRA. Après avoir examiné tous les passagers, les suspects peu coopératifs et à haut risque seraient noyés et leurs cadavres jetés près d’un faux «site de crash», au large des côtes de l’Australie occidentale, tandis que les sous-marins américains déversaient d’autres éléments de «preuves» dans les eaux froides ». Imaginez la complexité du bidule : gérer plus de 200 personnes pendant des années en vérifiant qu’elles ne révèlent jamais ce qui leur est arrivé. Ou alors d’avoir à en supprimer plus de 180 pour n’en garder qu’une vingtaine de « fiables » à surveiller toute leur vie, tout ça pour une puce électronique en vente partout… autant les supprimer en lot complet ! C’est un délire total (et je ne vous raconte pas les frais de chirurgie esthétique pour refaire les visages, pour ne pas qu’ils soient reconnus !) !!

Et que faire des pilotes, qui dans cette théorie sont donc complices ? Là aussi il l’a prévu, à sa façon : « l’équipage de l’avion a probablement été récompensé par une courte promenade de planche dans les mâchoires des requins en attente. Quiconque met sa confiance dans le pouvoir impérial ne mérite rien de moins. »  Voilà qui va susciter des vocations, se dit-on !!! Pas vraiment une explication d’un gars sain d’esprit ça… le coup de MK-ULTRA, une autre obsession chez lui, revenant pour la énième fois dans sa bouche !!! A se demander pourquoi il ne nous propose pas comme version de transformer le B777 ainsi « récupéré » en avion épandeur de « chemtrails » !!! Suffit d’attendre je pense, il devrait nous sortir ça un jour, logiquement !!

Les prisonniers, version 2.0:  souvent Yoichi varie !

Pouvait-il faire pire encore comme version imaginaire ? Oui, il est plein de ressources dans ce domaine !!! Suivez bien, ce que ça donne ça, rédigé cette fois le 9 août 2015, avec sa deuxième version du sort des passagers, comprenant l’inclusion dans sa version changeante d’un personnage isolé, venu d’un autre complot :  « le «personnel militaire étranger», comme l’agent de sécurité américain a décrit les pirates de l’air, a emmené les passagers aux yeux bandés dans des bus vers une station de relais satellite NSA-NASA abandonnée dans le coin isolé de l’île en forme d’anneau en face de la base militaire. L’Américain a été repéré en train de tenter d’organiser la résistance et a été enfermé à l’intérieur du hangar de maintenance de l’antenne parabolique à proximité, d’où il a envoyé son dernier SMS et une photo à sa fiancée, une femme d’affaires liée au bureau du département américain du Commerce à Pékin (nota c’est l’histoire de Phil Wood, déjà décrite ici, avec sa compagne Sarah Bajc, une histoire totalement inventée par Jim Stone). La preuve de la porosité des théories complotistes, qui se nourrissent l’une de l’autre, le pompage d’idées faisant partie du jeu depuis toujours, chez eux. Pas un ne respecte l’autre (6)  !!!

Et Shimatsu y revient, dans sa vidéo déjà citée ici). « Lorsque les troupes d’opérations spéciales du Shaldag (des commandos d’élites israéliens, dont on se demande ce qu’ils font là !) ont conclu que l’Américain résistant était un expert en sécurité de la US Defense Intelligence Agency (DIA), qui avait utilisé IBM Malaysia comme couverture pour sa mission de protection du groupe Freescale, il l’a apparemment tué. Lors du débriefing des deux Iraniens, la garnison américaine donne l’autorisation aux Israéliens de faire voler l’avion malaisien vers l’ouest de l’Australie (dans le scénario, un agent US a été tué, mais qu’importe), où les passagers et les membres d’équipage pourraient être débriefés par des officiers de l’ASIS et de la CIA pour maintenir la continuité dans la couverture ou le scénario officiel ». « Les passagers restants ont été réembarqués et les pilotes de l’armée de l’air israélienne ont ensuite fait voler l’avion malaisien ravitaillé vers la destination convenue par l’allié à Perth, dans l’ouest de l’Australie. Ensuite, l’ambassade des États-Unis, le département d’État et le Pentagone ont appris la détention de l’agent de la DIA par sa fiancée basée à Pékin » (???). « Le Pentagone a émis un ordre d’urgence empêchant quiconque se trouvant à Diego Garcia, personnel militaire ou civil, de quitter l’île. Pendant le verrouillage, les équipages de la DIA ont passé au peigne fin la zone à la recherche du corps de leur collègue, qui n’a jamais été retrouvé probablement parce qu’il avait été enlevé à l’intérieur d’un sous-marin israélien Dolphin et largué en mer. » Ah, j’ai cru qu’ils auraient plutôt employé ça (une « Air Mule »), mais bon... Franchement, Ian Fleming  ou Tom Clancy auraient fait beaucoup mieux. Et cité moins souvent le Mossad et Israël !!

Le second racoleur de désinformations s’appelle Ken St-Aubin et lui aussi a beaucoup écrit à propos de la chute de l’avion. A en créer un blog isolé intitulé Veritas MH370. Il nous permet de faire une mise au point d’ailleurs, à propos d’un morceau retrouvé en Australie, sur l’île Kangourou, nom qui ne s’invente pas (lire ici).  Il y avait eu d’emblée un doute sur ce morceau, aucun élément du MH370 n’étant parvenu sur le continent. Je vous avais dit que ça pouvait appartenir à un F-15, en raison d’un logo évoquant un nid d’abeille, les plus récents modèles de cet avion ayant reçu des éléments en composites. Autant pour moi : après avoir réexaminé l’élément et surtout être allé compulser tout ce que l’Australie pouvait bien avoir comme drones cibles ou comme missile, je suis tombé sur une image d’AGM 142 Popeye, ce gros missile air-surface en fait un Maverick amélioré, embarqué sur leurs imposants F-111. Et il portait bien les mêmes signes distinctifs. Résultat une confirmation : aucun débris de MH370 n’a filé vers l’Australie !!! L’engin est tombé dans l’Océan Indien, ce que prouve les dérives des morceaux ramassés sur la côte Est de l’Afrique !!!

Un Clancy du pauvre, aux idées et aux pistes courtes

St Aubin se présente sur le net comme un « inventor, printed circuit board designer, electrical systems specialist on flight simulators » mais aussi, il le précise, un « free energy enthusiast » ce qui est plus inquiétant car c’est plutôt proche des fêlés soucoupistes, l’énergie dont il parle, celle de fusion (froide) étant le fait d’escrocs notoires comme Andra Rossi et ses adeptes  butés ou l’ineffable Keshe et son « Magrav » (un sommet de désinformation, celui-là !!). Il a fait également toute une série de suppositions, notamment sur les deux gros bras (Kennedy et Reynolds) retrouvés overdosés sur le cargo Maersk et, le 4 avril 2018, il a pondu sa version fort romancée du détournement de l’avion façon Shumatsi. Laissons-le reprendre donc le récit de ses prédécesseurs là où ils étaient arrivés, celui du sort à accorder aux malheureux passagers une fois l’avion amené à Diego Garcia (lui aussi étant un adepte de la théorie du détournement).

Il fait alors entrer en scène  l’avion « israélien », ce B777 envoyé à Tel-Aviv chez IAI pour modification en cargo, chez lui devenu toute autre chose bien sûr : « le plan était d’utiliser un autre avion qui avait l’air identique au MH370 et il serait utilisé comme leurre au cas où les Malais (sic) enverraient des avions de combat pour rechercher le MH370. L’avion leurre reviendrait vers la péninsule malaisienne et servirait à détourner leur attention du MH370″ (compliqué, non, comme scénario ?). « À 17 h 07 UTC, l’unité AES du MH370 a été arrêtée et le transpondeur a ensuite été désactivé à 17 h 20 UTC. Après avoir éteint le transpondeur, le MH370 a fait une descente rapide tombant complètement du radar civil et primaire. »  Notre homme a l’imagination fertile, il s’y croit vraiment :  « je crois que les Forces de défense nationale des Maldives (MNDF) ont aidé la CIA et l’armée américaine à atterrir d’abord le MH370 à l’aéroport de Malé, puis à l’aéroport de Thimarafushi. La CIA a d’abord atterri le MH370 à l’aéroport de Malé vers 22h40 UTC (3h40 heure locale), a déchargé les passagers, les bagages et la cargaison indésirable à l’aéroport de Malé en premier et les a transportés à Diego Garcia via un avion de transport militaire » (on aura noté le coup de l’heure pour faire plus vrai . On rappelle qu’un camion ravitailleur ça n’est pas petit : ici à droite un SkyMark Jet Refueler de 15 000 gallons, soit 57 ooo litres: comment amener ça là-bas où surtout il aurait dû lui rester visible ?) . « Une fois que l’avion a été ravitaillé et déchargé, il a décollé pour l’aéroport de Thimarafushi, avec une cargaison secrète à bord, un avion beaucoup plus léger, et y atterrit vers 6h33 UTC et a été vu par des témoins à Kudavadhoo à 6h15 local. heure locale et Gaadhiffushi vers 6h30, heure locale également.  C’est pourquoi l’Autorité de l’aviation civile des Maldives (CAA) a publié cette fausse déclaration et le MDN a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter cette question parce que c’était une question de sécurité nationale ».  Avec toujours, vous le remarquerez, des bribes d’éléments véritables mais mélangés à un récit totalement imaginaire. C’est une technique pour rendre les mensonges crédibles, on l’a vu.

« Une force d’élite de l’US Navy a pu accéder à l’aéroport de Thimarafushi, avec l’aide du MNDF,  (nota : la Maldives National Defence Force, qui ne possède qu’un Dornier 328 et un hélcico indien HAL Dhruv) par bateau, sous le couvert de l’obscurité avec tout leur équipement au sol et un camion-citerne rempli de carburéacteur » (il lui faut au moins 41 000 litres, soit un camion ravitailleur de bonne taille au complet, on le rappelle). « Ils s’installent derrière la petite île, près du tarmac de piste, qui bloque la vue de leurs bateaux depuis le village. Personne du village ne pouvait les voir. Une fois qu’ils ont fait rouler l’avion jusqu’à l’aire de trafic derrière l’île, je pense qu’ils ont juste fait un arrêt rapide ici et ont déchargé la cargaison secrète qui se trouvait à bord sur un bateau » (sans précision sur ce que c’est vraiment ni quel poids ça fait). « À ce stade, le MH370 aurait été proche du poids de base B777, c’est pourquoi il a pu atterrir sur cette courte piste (4 000 pieds). C’était un avion beaucoup plus léger à ce moment-là car il a d’abord été déchargé à l’aéroport de Malé, et à 7h00 (2h00 UTC), cet avion a décollé vers le nord / est et a volé vers le détroit de Malacca pour être abandonné, finalement dans la mer d’Andaman. Le MH370 est resté à basse altitude sur la piste lors du décollage vers le Nord / Est, donc personne ne l’a vu à 1 km de distance dans le village à cause des palmiers le long du périmètre du village ce qui réduit la visibilité de l’aéroport  (???). Les gens de l’intérieur du village, au niveau du sol, n’auraient pas pu voir l’avion car il est resté en-dessous de la limite des arbres qui bloquent la vue (???). Le décollage et l’atterrissage vers le nord / est (côté piste le plus éloigné du village) garderaient l’avion hors de vue du village. Avec l’aide du MDN, les villageois ont été tenus à l’écart de l’aéroport et n’ont pas été autorisés à y accéder pendant cette période. La plupart des gens ont peut-être été à l’intérieur à cette heure aussi tôt le matin, ce qui peut également expliquer pourquoi PERSONNE N’A VU QUELQUE CHOSE! »  Ah s’il le dit (qui plus est en majuscules!).... on remarquera d’emblée la complexité qui se dégage de cette théorie… et le rôle fondamental qu’y jouent les palmiers !!!

Trop court en tout 

Chez lui, c’est la CIA qui est maître-d’œuvre et les israéliens les tâcherons à l’inverse de son modèle japonais : « La CIA a sollicité l’aide des services de renseignement israéliens pour obtenir cet avion N105GT qui sera utilisé comme leurre avion qui se trouvait dans un hangar à Tel Aviv qui devait être démantelé. C’était l’avion leurre parfait car il appartenait autrefois aux compagnies aériennes malaisiennes et il s’accorde parfaitement avec le MH370. Cet avion appartient essentiellement à la même flotte d’avions (777-200) que le MH370 et son numéro de queue était 9M-MRI avant d’être vendu à GA Telesis » (le voici ci-dessous).- en mai 2016

« Personne ne semble savoir où se trouve cet avion et la compagnie qui le possède n’a fait aucun commentaire à ce sujet » (il semble qu’il soit toujours à Tel-Aviv, à l’extérieur, ses réacteurs enlevés selon Google Earth : à un moment – en mai 2016- on en distinguait même trois de B777, à cet endroit, sur Google Earth, celui de IAI étant celui sur la droite ici !).

« Lisez ce blog de Chris Bollyn (ah la voilà sa référence : un autre antisémite de service appelé à la rescousse !!). « Cet avion a été équipé d’un pilote automatique sans interruption Boeing (BUAP) et a été piloté comme un drone via le contrôle par satellite de la CIA »  (et ça revient le coup du pilotage à distance : avec lui ce n’est pas par Awacs ni de l’intérieur de l’avion mais via un satellite, indéterminé, « de la CIA » précise-t-il, ce qui est plutôt vague, tant elle en possède en orbite). » Sa station terrienne aéroportée (AES) a été reprogrammée de sorte qu’elle émettrait le même identifiant d’adresse octale AES que le MH370 de cette façon, la société de satellites Inmarsat ne serait pas en mesure de faire la différence entre les signaux des satellites des deux avions et tous les paquets de données reçus par la terre au sol d’Inmarsat. la station (GES) contiendrait le code d’identification unique du MH370. Ainsi, l’avion suivi par satellite après 18: 25UTC était l’avion leurre et non le MH370. »

Ouh là, ça devient de plus en plus complexe… et de plus en plus incohérent : l’avion selon lui, si on lit bien, a « pu se poser » car il était « allégé » sur la courte piste de Thimarafushi mais il en a décollé facilement, lesté de 41 tonnes de carburant (et alors que le décollage dévore toujours plus de piste que l’atterrissage !!!). S’il avait pu se poser à Diego Garcia (d’où décollent des B-52, elle fait 3 659 mètres ), il n’aurait en aucun cas pu utiliser l’aérodrome de Thimarafushin, qui fait en longueur 3 937 pieds, soit 1200 m, car c’est bien trop court ! Il lui faut le double au minimum pour pouvoir décoller !!! Je vais finir par croire que les complotistes ne savent pas mesurer… (à part Wise, qui arrive à faire coïncider pile-poil un B777 avec une structure de chantier à Baïkonour…: comme si on allait enterrer un tel engin dans son entier, à croire que les kazakhs ne savent pas se servir d’une pelleteuse à broyer !!!).

La thèse la plus farfelue, une dernière couche antisémite

Difficile de ne pas vous proposer la lecture de ce qui va suivre, avec ce « tri » obsessionnel des passagers « prisonniers », dont les fameux ingénieurs de Freescale.  Sur Agoravox, Ariane Walter, entre autres, avait repris telle quelle la news de sites complotistes, reprise aussi par le site de l’effarant Chroniques de Rorschach, autre site complotiste, (constaté et vérifié ici), qui en avait rajouté une (épaisse) couche :  «concernant le mystère de ce vol, deux informations n’ont pas été diffusées » (ah mais lui le sait !) : « à l’aide de l’armement électronique d’aujourd’hui, un avion peut sembler disparaître, les vingt passagers de Freescale sont liés à des contractants US de la Défense dans le domaine de l’armement électronique high tech. Les capacités de la guerre électronique comprennent des armes qui permettent de cacher des avions, de brouiller, d’aveugler, d’assourdir et plus encore, de sorte qu’un avion pourrait disparaître des radars de détection tandis que les systèmes de sécurité ne seraient pas activés. Tout cela est déjà disponible et en cours de déploiement. A-t-on utilisé ces armes pour masquer ou camoufler cet avion», a-t-on à faire à un détournement pour éliminer ou capturer ces cerveaux ? » Faire disparaître des avions avec à la base une puce destinée à gérer des montres portables, on le rappelle, ou des objets domestiques connectés : la disparité des actions et des résultats n’a pas l’air de les choquer… L’idée de faire « disparaître » l’avion étant aussi présente dans le livre de De Changy, via le fameux « sandwich » d’Awacs décrit, rappelez-vous.

La théorie surajoutée la voici: elle est bâtie en fait à partir de sa conclusion antisémite… Tout chez eux fonctionne comme ça :  on se trouve un nom juif à accuser et on remonte à l’envers n’importe quel lien, même le plus tenu, pour aboutir à l’avion et son détournement. C’est ici flagrant, suivez-bien la manœuvre : « autres questions : «a-t-on sacrifié 219 passagers pour éliminer 20 savants ? Où a-t-on enlevé 20 cerveaux pour utiliser leurs compétences ? Où sont passés les autres passagers ? Qui est à la manœuvre» ? Selon WordPress et Elishean (mai 2014) : «Quatre jours après la disparition de cet avion un brevet est approuvé par le bureau des brevets. Quatre des cinq personnes titulaires du brevet sont des employés de Freescale Semiconductor à Austin au Texas. Le brevet a été partagé en cinq parties de 20% pour chaque titulaire dont la répartition est la suivante : Peidong WANG 20% (Suzhou- Chine), Zhijun Chen 20% (Suzhou-Chine), Zhihong Chen 20% (Suzhou-Chine), Li Ying 20% (Suzhou-Chine), Freescale Semicon-ductor 20% (Etats-Unis). Voici les conditions d’attribution : si un titulaire du brevet meurt, alors les titulaires qui restent se partagent équitablement les dividendes d’une augmentation. Si quatre titulaires du brevet sur cinq meurent, alors le titulaire restant possède 100% des profits accumulés par le brevet. Or, les quatre titulaires chinois ont disparu. Le dernier titulaire vivant du brevet est Jacob Rothschild via Blackstone qui possède Freescale ». Le même personnage qui a proposé aux familles des victimes son aide dans leurs recherches ! Cherchez l’erreur« . Vous avez vu ? L’invention du « partage de savoir » purement inventé n’a qu’un but en fait : accuser une seule personne en bout de raisonnement, et pas n’importe laquelle !!! On note que le dénommé Elishean cité est en fait « Elishean 777 ». Le spécialiste des « secrets révélés ».  Sa dernière proposition alléchante en ligne : « Atelier gratuit en ligne, de soin christique et passage d’âme. Inscrivez-vous ! »...

L’origine de la fake news « Freescale » est obscure, on la retrouvera ici sous la signature de « Felli Bernard » avec le titre odieux surajouté « Rothschild s’est débarrassé du vol mh370 de malaysia airlines pour obtenir les droits d’un brevet de semi-conducteurs ». L’extrême droite insidieuse et obsédée, toujours la même. Un post inquiétant, Felli, alias « Ombre43« , qui cite Riposte Laïque ou FdeSouche comme sources, se targuant d’être passé par l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (I.H.E.D.N.)… Felli avouant benoîtement l’avoir trouvé chez… BeforeItNews bien sûr (déjà cité ici comme agrégateur de fakes news à majorité antisémites) !! Le même site, trois ans après, affichera en ligne l’idée de passagers « en parfaite santé« , un choc pour les parents de victimes. Ceci via un énième « psychic », nommé Jesse Blenn, un de ces illuminés au pendule ... affirmant être « en contact psychique avec Hadrien Wattrelos » l’une des jeunes victimes françaises !! Imaginez la douleur reçue chez le père de la victime à la lecture de ça !!! Une honte, tout simplement ! Le pauvre Ghyslain Wattrelos se rend-t-il compte qu’il a ainsi été manipulé par des gens sans foi ni loi qui n’ont en rien respecté la mémoire de ses proches  ?

On trouvera cette théorie largement disséminée un peu partout, comme en post sur Agoravox (venu de Nouvelle-Calédonie !), sur un forum de la Dépêche, chez les Indignés du Québec, un fait repris du complotiste Michel Duchaine et sur le forum Blah Blah de Jeuxvidéos.com, envahi comme on le sait par l’extrême droite, avec le nom de Rothschild de souligné et ce commentaire joint, pas enlevé par une modération fantômatique sinon totalement absente : « ils sont dans tous les coups fourrés ceux là »… Duchaine ayant repris du Mike Adams, autre givré notoire, alias The Health Ranger (qui détient 50 sites à lui tout seul !), qui lui avait conclu : « si jamais nous trouvons les débris, cela signifie qu’une force entièrement nouvelle et mystérieuse est à l’œuvre sur notre planète et peut cueillir des avions dans le ciel sans laisser la moindre preuve derrière elle. S’il existe réellement une arme avec de telles capacités, qui que ce soit qui la contrôle détient la capacité de dominer toutes les nations de la Terre avec une arme militaire redoutable d’une puissance inimaginable. Cette pensée est bien plus effrayante que l’idée d’un avion souffrant d’une défaillance mécanique fatale. » Lui vient d’inventer l’arme fatale, en surenchère totale !!! Ci-dessous, les nombreux sites de désinformation d’Adams ;

Ridicule me direz-vous ? Attendez : si on lit bien, on n’est pas si loin que ça de De Changy avec son « arme laser« … remise au placard depuis des années en raison de son inefficacité !!! Bienvenue dans le club du grand n’importe quoi !

Mais nous n’avons pas encore assez remonté le fil du temps, pour découvrir quel est ce mystérieux texte, fondateur de toutes les thèses qui ont suivi. Pour cela, nous devons nous approcher de la date même de la catastrophe, puisque c’est à peine une dizaine de jours après qu’est apparue cette théorie, bâtie et structurée, de façon à emporter l’assentiment du public. L’hoax zéro, en quelque sorte… que l’on décrira ici demain, si vous le voulez bien.

(1) du genre délirant relevé ici par Slate : « moins drôle, mais tout aussi fantaisiste, en 2003 il exprime ses doutes sur l’accident de la navette spatiale Columbia. Un des membres de l’équipage, Ilan Ramon, est Israélien, et il n’en faut pas plus pour mettre la puce à l’oreille de ce vaillant investigateur. Dans un long et encombrant article, il explique que ce pilote avait en fait pour mission d’observer le sol irakien à la recherche d’armes de destruction massive, à l’aide d’une caméra multi-spectrale fonctionnant à l’énergie nucléaire. C’est cette caméra qui aurait explosé et provoqué l’accident selon lui. En 2010, filmé par un étudiant américain, il explique que le Dalaï-lama est un criminel nazi et qu’il devrait être exécuté. »  Il me semble plus proche de l’hôpital psychiatrique que du journalisme, celui-là.  Son autre théorie phare développée chez Rense est celle d’une bombe nucléaire développée secrètement dans le réacteur 4 de Fukushima, qui avait on le sait été mis à l’arrêt avant la catastrophe. C’est complètement débile, mais il l’a écrite, pourtant….  L’histoire qui ne tient pas debout a été pourtant reprise en France par un chercheur égaré du CNRS appelé Christophe Sabouret. C’était ça ou les soucoupes volantes « aperçues » au-dessus de la centrale… selon Conspiracy Watch, « apparue sur le site du journal d’extrême droite American Free Press avant d’être reprise sur celui de l’Islamic Republic of Iran Broadcasting (IRIB), la rumeur a été relayée en français dans toute une partie de la “complosphère” antisioniste. Medialibre.eu » Marc George, un ancien frontiste proche de Dieudonné et Alain Soral) en a assuré l’adaptation en français sous le titre : « Fukujima : un journaliste japonais de premier plan accuse Israël ». Bref, on retombe sur la même engeance, invariablement…

(2) elle-même conspirationniste car répondant à ce critère flagrant : « le théoricien du complot refuse d’envisager des explications alternatives, rejetant toute preuve non confirmative et ne recherchant ouvertement que des preuves confirmatives pour étayer ce qu’il ou elle a a priori déterminé comme étant la vérité. »

(3) à part Jeff Wise, ce bonimenteur patenté, qui aurait bien été capable de rédiger cette première version de l’explication de la catastrophe, en une sorte de galop d’essai, pour voir si ça mordait, quitte à se raviser après (ou relancer l’attention vers lui), et pondre l’incroyable histoire de l’avion enterré au Kazaksthan…. à Baïkonour, centre historique des premiers lancements de fusée soviétiques ! Le seul qui aurait pu faire de même étant un vétéran (66 ans) du complotisme (aussi ringard que son logo « mystique », ici à droite): Sorcha Fall, (en fait David Booth) de whatdoesitmean.com (mais il est parti sur une autre piste que nous étudierons demain !). C’est un connaisseur, à sa façon  : il a été jadis lui-même le plus jeune preneur d’otage en avion (à 14 ans, en 1969) !!

(4) lors de sa fâcherie, il avait ainsi décrit son propre travail (on est très loin des propos négationnistes !)  : « Honoré et privilégié de faire ce que je fais, ce qui facilite un peu les journées de 14 à 16 heures. Essayer d’encourager les gens à considérer de nouveaux matériaux et points de vue pour élargir la vision et construire la sagesse. Rester ferme sur un journalisme honnête au milieu d’une mer de bavardages messianiques radio, de fous du contrôle de l’esprit, d’agents secrets infiltrés, de promoteurs d’agenda dupliqués, d’egomaniaques Internet, de cyber-crétins, d’opportunistes, de plagiaires, de fraudeurs et de preneurs. Suivre les faits où qu’ils mènent. Parmi les aspects les plus lamentables de cette nation en déconstruction, il y a la non-responsabilité personnelle généralisée (notre société «victime») et la pandémie sociale de masse du mensonge, directement ou par omission (mensonge furtif). Être trompé, en fait, est maintenant une attente virtuelle et une composante à peine remarquée de notre époque. Il se désensibilise insidieusement alors qu’il imprègne l’épave de cette «  culture  » des célébrités du People Magazine / tabloïd / paparazzi du sport, de la décadence, de la drogue, du sexe, de la célébrité et de l’auto-indulgence massive à chaque tournant … alimentée et encouragée par les plus impitoyables, arme séduisante et puissante jamais déchaînée sur le genre humain – la télévision. La «morale contextuelle» règne désormais. Les principes décents, les valeurs, le vrai caractère et le comportement doux et gentil sont trop souvent moqués et ridiculisés … en particulier parmi les jeunes, comme programmé par les médias. Évitez les modes, donnez sans rien attendre en retour, efforcez-vous d’exceller dans ce que vous aimez et efforcez-vous de laisser un peu mieux ce que vous rencontrez dans la vie ». Tout venant du gars qui dit à propos de l’holocauste que «C’est une histoire très, très triste de lavage de cerveau massif qui dure depuis plus de 60 ans, et cela ne va pas changer. Ils enseignent l’histoire de l’Holocauste dans les écoles primaires aux États-Unis et en Europe et cela ne fera qu’empirer. Personne ne défend l’Holocauste, quoi qu’il en soit réellement. Personne ne défend le fait de ramasser des centaines de milliers de personnes, peut-être quelques millions, de les mettre dans des camps de travail, sinon de les déplacer, de prendre leurs biens, ce n’est pas normal. Cela ne fonctionne pas pour moi, mais mentir sur quelque chose, puis en tirer profit et en tirer des milliards de dollars en fin de compte, ne fonctionne pas non plus pour moi. Maintenant, quelque part entre les deux, il y a la vérité et c’est à vous d’essayer de la comprendre ».  Un avis « doux et gentil », on suppose, chez cet incroyable et lamentable hypocrite négationniste !!

(5) un incroyable personnage qui a fabriqué un hoax complet durant toute sa vie, avec son « supermicroscope » notamment, que certains continuent à perpétuer en vendant des machines censées guérir les gogos du cancer, ou à tuer les virus : étonnamment, Rense n’a pas osé le ressortir à propos du Covid19  ! Ci-contre à droite, une surprenant publicité française pour ce genre d’escroquerie médicinale manifeste.

Ces gens-là sont aussi présents sur Facebook.. hélas encore.

Ils vendent aussi ceci.  Ou ceci.  Un Ray Gun VUV, un « pistolet à luminothérapie » (???), dont le « tube de remplacement » est facturé 98 dollars.

(6) on a retrouvé les mêmes lors de la catastrophe du MH17 , ils avaient nié l’existence d’un tir de missiles jusqu’au dernier moment, celui  ou l’enquête hyper-précise menée par Belllingcat les a placés au pied du mur. Je conseille à tous ceux intéressés par la disparition du vol MH370 de lire toute cette enquête, je pense à Ghyslain Wattrelos, embarqué malgré lui dans des théories du complot qui ne tiennent pas debout, afin qu’ils s’aperçoivent de comment on peut désinformer d’un côté et informer de l’autre. A la limite, on peut dire que les résultats de l’enquête sur le MH17, et la découverte et la mise en procès de ses responsables (les Russes Sergueï Doubinski, Igor Girkine, Oleg Poulatov et l’Ukrainien Leonid Karchenko), sont la preuve, en miroir, que le MH370 lui, n’a donc sûrement pas été abattu !!!

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

EDF: Non au projet Hercule !

Une défense du projet de restructuration d’EDF au Parlement, une mobilisation syndicale qui ne faiblit ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *