Accueil / A C T U A L I T É / Menus toxiques: enqu?te sur les subtances chimiques pr?sentes dans notre alimentation

Menus toxiques: enqu?te sur les subtances chimiques pr?sentes dans notre alimentation

G?n?rations Futures. Mars 2011

Aujourd?hui, un homme sur 2 et une femme sur 3 est ou sera touch?s par le cancer en France. Nous sommes donc tous et toutes concern?s par cette terrible maladie. Face ? cette ?pid?mie, nous avons d?cid? de lancer une campagne sur Environnement et Cancer. Le premier volet de cette campagne est donc cette enqu?te sur l?exposition de la population, par l?alimentation, ? des substances chimiques suspect?es d??tre canc?rig?nes.

Notre but est de faire prendre conscience aux citoyens et aux responsables publics de la part importante que repr?sentent les facteurs de risque environnementaux parmi les causes de cancers et ainsi de les inciter ? agir et prendre les mesures qui s?imposent .

C?est parce que nous nous en inqui?tons aussi que nous avons souhait? faire cette enqu?te. Depuis que nous travaillons sur le sujet de l?alimentation et de la contamination des aliments, notamment par les pesticides, nous n?avons de cesse de nous interroger sur l?exposition alimentaire ? r?elle ? ? laquelle une personne, particuli?rement un enfant, est soumise durant une journ?e. A combien de substances chimiques diff?rents sommes nous expos?s dans une journ?e par notre alimentation ? A quel type de substances ? Les seuils fix?s par les agences officielles sont-ils respect?s ? Combien de substances soup?onn?es d??tre canc?rig?nes et/ou perturbant le syst?me endocrinien ing?rons nous de mani?re quotidienne ?

* 80% des fran?ais sont inquiets des r?sidus de pesticides pr?sents dans les fruits, les l?gumes ou les c?r?ales
* 80% sont soucieux des polluants que peuvent contenir le poisson ou la viande.
* Pr?s d’un Fran?ais sur deux estime ? ce sujet que les autorit?s publiques de l’Union europ?enne n’entreprennent pas suffisamment d’actions pour prot?ger les consommateurs de ce risque .

C?est pour tenter de r?pondre ? ces questions que nous avons souhait? mener l?enqu?te. Malheureusement les r?sultats de nos analyses vont bien au-del? de ce que nous craignions. Si dans la quasi-totalit? des cas les seuils l?gaux (normes, limites) sont respect?s pour chaque substance prise individuellement, nous avons ?t? impressionn?s par le nombre important de mol?cules diff?rentes retrouv?es susceptibles d?avoir des propri?t?s canc?rig?nes et/ou pouvant perturber le syst?me endocrinien.

Le message que ce rapport porte est que, au vu des r?sultats de cette enqu?te, il est du devoir de nos repr?sentants de trouver des moyens de r?duire de mani?re substantielle l?exposition, notamment alimentaire, de la population aux substances chimiques suspect?es d??tre canc?rig?nes et/ou pouvant perturber le syst?me endocrinien.

Cet objectif est atteignable. Pour nombre de ces substances des solutions de substitution existent d?j?. Ainsi pour ce qui est des pesticides et des additifs, la production d?aliments sans r?sidus est possible comme le prouve l?agriculture biologique.

Menus toxiques: r?sultats d?taill?s de l’enqu?te

Vous trouverez dans cette partie du site tous les r?sultats indiquant par type d’aliments les subtances chimiques mises en ?vidence. En lien, sous chaque menu, les ?l?ments d?taillants les caract?riques de ces subtances chimiques.

>> Petit d?jeuner
28 r?sidus pour le petit d?jeuner dont 21 canc?rig?nes possibles ou probables, 3 canc?rig?nes certains et/ou 19 perturbateurs endocriniens (PE) suspect?s.
>>> les donn?es compl?tes du petit d?jeuner

>> Encas
6 r?sidus pour l’encas avec 2 canc?rig?nes possibles et / ou 1 PE
>>> les donn?es compl?tes de l’encas

>> D?jeuner
33 r?sidus pour le d?jeuner dont 17canc?rig?nes probables ou possibles, 4 canc?rig?nes certains et/ou 14 perturbateurs endocriniens (PE) suspect?s.
>>> les donn?es compl?tes du d?jeuner

>> Go?ter – Chewing-gum
5 r?sidus pour le gouter avec 3 canc?rig?nes possibles et/ou 1 PE. Et 2 canc?rig?nes possibles et /ou 1 PE pour le chewing-gum pour enfant.
>>> les donn?es compl?tes du go?ter et du Chewing-gum

>> D?ner
>>> les donn?es compl?tes du d?ner

 

Menus toxiques: il faut agir!

Analyses des r?sultats

Les r?sultats de cette enqu?te vont au-del? de ce que nous imaginions. Une telle ?tude m?riterait surement d’?tre approfondie mais elle vise avant tout ? apporter un ?clairage sur les substances chimiques auxquels nous pouvons ?tre expos?es par notre alimentation.

M?me si, dans la quasi-totalit? des cas, les limites l?gales pour chaque substance chimique prise individuellement ne sont pas d?pass?es, on voit bien dans notre enqu?te que la r?alit? de l’exposition des consommateurs aux contaminants possiblement canc?rig?nes et/ou PE est pr?occupante car elle r?sulte de l’ingestion de cocktails de tr?s nombreuses substances.
Les effets de synergie possible induits par l’ingestion de tels cocktails de contaminants ne sont pas pris en compte dans l’?valuation des risques pos?s par ces diff?rentes substances et le risque final pour le consommateur est donc probablement sous estim?. Ce questionnement est repris par des instances europ?ennes, des organismes charg?s de l’?valuation et de nombreux scientifiques comme en t?moigne les ?l?ments pr?sent?s dans la partie sur les donn?es des effets cocktails.

Demandes

Les ?l?ments supra montrent la r?alit? de l?impact des cocktails des substances chimiques ? faible dose et les demandes du conseil europ?en pour que ces impacts soient mieux pris en compte. Actuellement, l?impact des cocktails chimiques ing?r?s par voie alimentaire n?est pas ?valu?. A fortiori, l?impact de ces r?sidus alimentaires conjugu? avec ceux des autres substances chimiques auxquels nous sommes expos?s tous les jours (par l?air int?rieur ou ext?rieur, par les cosm?tiques, par les biocides?) n?est pas ?valu? non plus. Cette situation est inacceptable.

C?est pourquoi au vu de l’actuelle ?pid?mie de cancers (358 000 nouveaux cas en 2010, un homme sur deux et une femme sur trois sera touch? par cette terrible maladie au cour de sa vie),? nous demandons l’application du principe de pr?caution dans l’objectif de diminuer au maximum l’exposition environnementale, et notamment alimentaire, de la population ? des substances soup?onn?es d’?tre canc?rig?nes ou PE.

Cela signifie pour les aliments :

  • interdire l?usage de pesticides au champ et lors du stockage des CMR 1 ? 3 et des PE 1 ou 2
  • interdire l?usage des additifs possiblement canc?rig?nes ou PE tel que le BHA
    interdire l?usage ? des fins alimentaires de tous les plastiques pouvant contenir des phtalates et/ou du BPA
  • Pour ce qui est des autres substances pr?occupantes, il faut tout faire pour r?duire au maximum les sources d??mission de ces substances soup?onn?es d’?tre canc?rig?nes ou PE dans l?environnement.

Au niveau institutionnel, nous demandons dans le cadre de notre campagne environnement et cancer :

  • la mise en place un v?ritable volet environnement dans le 2? Plan? Cancer.
  • de mettre le principe de pr?caution au c?ur du PNSE2, notamment en agissant sur les canc?rig?nes possibles (CMR3) et les perturbateurs endocriniens.
  • De mettre en place des actions fermes de substitution imm?diate pour les substances canc?rig?nes, certaines ou probables, et non une simple r?duction de leurs ?missions.

Voir : www.environnement-et-cancer.com

 

SOURCE: le lot en action

A propos de

avatar

Check Also

Hyman Minsky, mal-aimé clairvoyant

Décédé en 1996, Hyman Minsky fut un économiste quasiment inconnu de son vivant. A l’époque, ...