Accueil / A C T U A L I T É / Mega-h?pital anglophone. Le sufinancement doit cesser
Publi? aussi sur louispr?fontaine.com Aujourd?hui, premier avril 2010, est un jour triste pour Montr?al et l?ensemble du Qu?bec. Jean Charest, apr?s avoir saign? la classe moyenne et les plus d?munis avec son?dernier budget, va?inaugurer la construction du McGill University Health Centre (MUHC), un super-h?pital qui co?tera pr?s de 1,5 milliards de dollars au contribuable qu?b?cois [...]

Mega-h?pital anglophone. Le sufinancement doit cesser

Publi? aussi sur louispr?fontaine.com

Aujourd?hui, premier avril 2010, est un jour triste pour Montr?al et l?ensemble du Qu?bec. Jean Charest, apr?s avoir saign? la classe moyenne et les plus d?munis avec son?dernier budget, va?inaugurer la construction du McGill University Health Centre (MUHC), un super-h?pital qui co?tera pr?s de 1,5 milliards de dollars au contribuable qu?b?cois pour une minorit? de 8,2% d?anglophones.

En fait, le d?s?quilibre de financement entre le Centre hospitalier de l?universit? de Montr?al (CHUM) et le MUHC est ? ce point critique qu?on ne pourrait qu?en rire si ce n??tait de la survie de notre langue qu?il est question. Pensez-y: 1,5 milliards de dollars pour 575 555 anglophones de langue maternelle et 1,8 milliards pour un CHUM desservant les 5 877 660 francophones.?1L?investissement total pour chaque Qu?b?cois sera donc de 306$ (1,8 milliards / 5 877 660?contre 2606$ pour chaque anglophone vivant sur notre territoire (1,5 milliards / 575 555). En clair, pour le gouvernement lib?ral actuel, la sant? d?un francophone vaut 8,5 fois moins que celle d?un anglophone!

Certains r?torqueront qu?on ne peut pas utiliser ces chiffres car l?h?pital servirait principalement aux anglophones de la r?gion m?tropolitaine. M?me s?il a ?t? d?montr? que pareille structure permettrait le d?veloppement de la recherche et serait au service de l?ensemble du territoire qu?b?cois, le d?s?quilibre est criant m?me si on accepte l?id?e que les m?ga-h?pitaux profiteraient surtout ? la population de la r?gion m?tropolitaine. Selon des?donn?es que j?ai compil?es pour un billet pr?c?dent sur?l?anglicisation des banlieues, j?ai calcul? qu?il y a 2 072 410 Qu?b?cois et 564 010 anglophones ? Montr?al et dans ses banlieues rapproch?es. En faisant le m?me calcul que pour l?ensemble des Qu?b?cois, on arrive ? une valeur de 869$ par Qu?b?cois de la r?gion montr?alaise en soins de sant? donn?s par le futur CHUM contre 2660$ par anglophone pour le MUHC. Encore une fois, et malgr? toutes les modifications possibles pour dorer la pilule des anglophones, on en arrive ? une situation o? le Qu?b?cois de la r?gion montr?alaise vaut trois fois moins que l?anglophone.

Qu?on se comprenne bien: personne ne s?offusque du fait que les anglophones de souche aient le droit de recevoir des soins dans leur langue. Leurs acquis sont prot?g?s ? la fois par la Charte des droits et libert?s et par la loi 101. Il s?agit d?une simple demande de respect. Comment peut-on accepter, dans un Qu?bec o? le fran?ais est si gravement menac?, de financer une institution anglophone ? trois ou huit fois la hauteur de ce qu?on consacre ? son ?quivalent francophone? Comment peut-on tol?rer le fait que les francophones soient des citoyens de seconde classe en leur propre pays?

Le sur-financement des institutions anglophones, que ce soit le MUHC ou?les universit?s anglophones, qui re?oivent 27% du financement pour 8,2% de la population, est ce qui permet non seulement ? la minorit? anglophone de se maintenir, mais de prosp?rer, et de gagner du terrain sur les francophones. Ce sur-financement, en fait, permet ? la minorit? anglophone du Qu?bec de s?arrimer ? la vaste majorit? linguistique du continent et de contribuer ? faire r?gresser le fait fran?ais.

Soyons honn?tes un peu. Nous aimons le fran?ais, nous voulons le prot?ger. Mais comment rivaliser avec des institutions qui, gr?ce ? leur sur-financement, constituent autant de p?les d?attraction pour les nouveaux arrivants? Comment convaincre un Pakistanais ou un Hindou d?apprendre la langue commune si, ? l?ombre de son modeste appartement, se dresse ce gigantesque majeur de 1,5 milliards de dollars?

Le ministre Bachand a parl? d?une r?volution culturelle pour justifier son budget r?trograde. Il serait peut-?tre temps de penser ? une r?volution linguistique et ? financer les institutions anglophones ? la hauteur de la population des anglophones de langue maternelle au Qu?bec. Ceux-ci repr?sentent 8,2%; qu?on finance leur MUHC ? 8,2% de ce que co?tera le CHUM. Et si on obtient une binerie avec cela, c?est peut-?tre que le nombre d?anglophones ne justifie pas autre chose qu?une binerie, apr?s tout. La diff?rence, entre cette binerie et cette grosse verrue de 1,5 milliards de dollars qu?on veut implanter sur le statut francophone de notre m?tropole, porte un nom: assimilation.

Il serait peut-?tre temps d?arr?ter de tergiverser dans le dossier linguistique ? Montr?al et au Qu?bec. Si on ne fait rien, les?reculs majeurs enregistr?s depuis une d?cennie vont s?accentuer et il risque de devenir encore plus difficile d?agir pour renverser la vapeur.

Jacques Parizeau a d?j? dit: ??Toute l?histoire du Qu?bec, avant m?me la bataille des plaines d?Abraham, est une qu?te : celle de la reconnaissance de ce que nous sommes et de l??galit? avec les autres peuples. ? Il serait peut-?tre temps pour nos politiciens, et surtout ceux de son ancien parti, qui se pr?tendent de l?opposition sans jamais s?opposer autrement que pour la forme, de prendre acte de cette qu?te et de r?clamer, pour les Qu?b?cois du pr?sent et du futur, l??galit? du financement des institutions de la sant? ? Montr?al et la fin d?un sur-financement non seulement co?teux au niveau financer, mais peut-?tre encore davantage quant ? notre identit? et ? notre capacit? ? survivre en tant que collectivit? ayant adopt? le fran?ais comme langue commune.

Quand on a une ?pine dans le pied, on l?enl?ve. On n?y rentre pas un cure-dent de 1,5 milliards de dollars en plus.

Louis Pr?fontaine

A propos de

avatar

Check Also

7 pistes de réflexion sur la peine de mort, abolie il y a 40 ans en France

« Notre responsabilité de protéger et de défendre la vie humaine à chaque étape de son ...