Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Mathilde de Toscane: femme au pouvoir

Mathilde de Toscane: femme au pouvoir

Mathilde de Toscane naît en 1045. Elle est la fille du marquis Boniface III assassiné d’un coup de lance empoisonnée quand elle n’a que six ans. Sa mère, Béatrice de Lorraine, se remarie sans l’autorisation de l’empereur Henri III dont elle est la vassale. Lors de sa descente en Italie en 1055, Henri III entre en Toscane et emmène Béatrice et ses enfants avec lui en Allemagne. Mathilde et sa mère sont retenues à la cour impériale de Spire. Les deux princesses ne sont libérées qu’après la mort de l’empereur en 1056.

 

Après les morts mystérieuses de sa sœur aînée et de son frère, Mathilde devient l’héritière du château de Canossa, du marquisat due Toscane et d’une partie de la Lombardie et la Lorraine.

 

Elle étudie le latin, le français, l’allemand, mais aussi l’équitation, le maniement de la lance, de l’épée et de la hache. Sans parler de l’art de la guerre en général. Elle mène ra sa première campagne en 1067 en repoussant les Normands hors du Latium.

 

En 1057, Béatrice retourne enToscane, accompagnant le pape Victor II. Accompagnée de Godefroid II (le Barbu), le second mari de sa mère, ils font élire comme pape Étienne, le frère de Godefroid. Mais où est donc Jésus dans tout cela ? En 1069, Mathilde épouse le fils de son beau-père, né du premier mariage de ce dernier, connu sous le nom de Godefroid III le Bossu.

 

En 1073, le moine Hildebrand est élu pape sous le nom de Grégoire VII. Il entend purifier l’Église selon des normes grégoriennes : affirmer l’indépendance du clergé, imposer (mais oui !) le célibat des prêtres, créer un collège de cardinaux et interdire la simonie. Grégoire veut mettre fin au pouvoir de nomination des évêques par les princes. Dans cette querelle des Investitures, Mathilde le soutient totalement. L’empereur est excommunié. Mathilde lui propose de rencontrer le pape qui s’est réfugié dans son château de Canossa.

 

Bismarck inventa donc l’expression « aller à Canossa » (s’agenouiller devant son ennemi) en hommage à Mathilde de Toscane et à son château de Canossa. Bismarck se référait à l’épisode de la pénitence de Canossa par l’Empereur du Saint-Empire romain germanique Henri IV en 1077 qui vint s’agenouiller – après trois jours en tunique de pénitent – devant le pape Grégoire VII pour que celui-ci lève l’excommunication qui le frappait. Après la mort de Grégoire VII, Mathilde soutient son successeur Victor III, réfugié au Mont Cassin, contre l’antipape impérial Clément III (mais où donc est Jésus dans tout cela ?). Après la mort du pape, une quarantaine d’évêques et d’abbés, réunis sous la protection des milices de Mathilde, élisent l’évêque d’Ostie sous le nom d’Urbain II (un Français du nom de Eudes de Châtillon, à l’origine de la première croisade et instaurateur de la prière de l’angélus pour la conversion des musulmans).

 

En 1089, Mathilde se remarie à 43 ans avec Welf II de Bavière (dit “ Welf le gros ”), un ado de 17 ans. Le couple se séparera six ans plus tard, Welf ayant choisi le parti de l’empereur.

 

En 1077, Mathilde avait cédé, pour après sa mort, l’ensemble de ses États à la papauté. Cette donation sera à l’origine d’un conflit de 100 ans entre les papes et les empereurs (la “ lutte des Guelfes et des Gibelins ”).

 

Mathilde meurt en 1115. Elle est enterrée dans l’église de Saint-benoît de Polirone. En 1632, le pape Urbain VIII fait transférer sa dépouille dans la basilique Saint-Pierre où Bernini lui consacre un monument funéraire grandiose.

 

Bernard Gensane

A propos de Bernard Gensane

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (3)

Il y a des gens comme ça qui sont tellement peu doués de charisme que ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *