Accueil / A C T U A L I T É / Manifeste anti-?cologiste

Manifeste anti-?cologiste

La pens?e ?cologiste s?est abattue comme une chape de plomb sur notre soci?t? industrielle et ne souffre pas la contradiction, ni au plus haut niveau des administrations centrales, ni dans les diverses sph?res de la population d?en bas. Contester les all?gations p?remptoires des ?cologistes constitue d?s lors un v?ritable crime (c?est le terme exact employ? par les ?cologistes envers leurs d?tracteurs) et bien peu de gens se risquent ? cet exercice p?rilleux en ces temps de terrorisme intellectuel sur le sujet. Beaucoup d?entre eux par contre doutent ou se d?marquent, en secret ou comit? restreint, de cette pens?e unique devenue un examen incontournable pour l?obtention du certificat de bon citoyen du monde

Mais la libert? de pens?e et d?expression finit toujours par prendre le dessus et c?est la raison de ce Manifeste, dans lequel se retrouveront tous ceux qui ne font pas leur la maxime de Saint Just ??pas de libert? pour les ennemis de la libert??. En effet, persuad?s qu?ils sont de d?tenir la V?rit? pour la Plan?te et tels les despotes du Comit? de Salut Public, les ?cologistes ne r?vent que de faire tomber sur le b?ti horizontal de la machine de Monsieur Guillotin la t?te de tous les z?lateurs de la civilisation industrielle.

En r?alit? ces nouveaux imp?rialistes de la pens?e ne sont que des imposteurs et pas les d?tenteurs de l?unique paradigme habilit? ? appr?hender notre soci?t? actuelle. Leur imposture r?side tout simplement dans la confiscation, au profit d?une action politicienne, de l??cologie, science non exacte ?tudiant les conditions d?existence des ?tres vivants et les rapports avec leur environnement. Les v?ritables praticiens de cette science, les ?cologues, se retrouvent ainsi d?poss?d?s de leur expertise par ces charlatans m?diatiques dont l?influence aupr?s des masses est malheureusement proportionnelle ? leur niveau d?incomp?tence. Ainsi, ce Manifeste anti-?cologique prendra soin, dans ses propos, de toujours bien distinguer l??cologie, en tant que science objective neutre, de l??cologie en tant que doctrine politique souvent f?cheuse, comme on s?pare le bon grain de l?ivraie.

La liste et l?analyse des nombreuses impostures des ?cologistes fera l?objet d?un recueil s?par? intitul? ??Les impostures ?cologistes??, nous nous contenterons ici de d?affirmer et de d?cliner les droits et principes des anti-?cologistes qui ne tarderont pas ? se doter d?une d?nomination plus positive car nous sommes bien conscient que nous ne pouvons ind?finiment nous d?terminer par rapport ? une contre-pens?e, d?autant que la pens?e ?cologiste est condamn?e ? ?tre emport?e ? court terme avec l?eau du bain de la civilisation industrielle d?clinante.

Ainsi, nous anti-?cologistes actuellement opprim?s dans notre libre pens?e par la tyrannie intellectuelle des ?cologistes mondiaux, affirmons solennellement les principes suivants :

 

1. La Civilisation Industrielle dans laquelle nous vivons depuis 150 ans constitue une parenth?se dans la vie de l?esp?ce humaine, autant extraordinaire dans ses manifestations que minuscule dans sa dur?e.

 

2. La croissance exponentielle ? laquelle nous avons ?t? soumis pendant cette courte p?riode est due ? l?extraction et l?utilisation massive des ?nergies fossiles (p?trole, gaz ,charbon) et des ressources min?rales non renouvelables.

 

3. Cette dot terrestre ?tant bient?t ?puis?e, rien ne pourra freiner la d?croissance de nos soci?t?s, ni le d?clin de l?industrie et de la m?tallurgie car aucune autre ressource ?nerg?tique et min?rale ne viendra suppl?er le stock consomm?

 

4. Pour l?heure, nous ne partageons pas la conviction des ?cologistes d?assurer un d?veloppement dit ??durable?? par un syst?me autoritaire d??conomie de l??nergie et des minerais. Nous jugeons ce syst?me in?galitaire, injuste, pervers, inutile et de toutes fa?ons vou? ? l??chec ? tr?s court terme.

 

5. A contrario, nous ne sommes, bien entendu, pas les partisans d?un gaspillage des ressources naturelles. Nous pensons d?ailleurs que les ?conomies d??nergie sont et seront automatiquement guid?es, au niveau individuel comme au niveau collectif, par un souci financier au fur et ? mesure que le prix de l??nergie augmentera par le jeu m?canique du march?.

 

6. Le d?clin de notre soci?t? industrielle est donc tout simplement in?luctable pour cause de rar?faction de l??nergie et des minerais et il n?y a pas lieu de chercher ? le ralentir, ni ? l?acc?l?rer par des mesures technocratiques autoritaires et despotiques prises au niveau national ou mondial. Ces tentatives regrettables ne sont que l?expression la plus achev?e de la suffisance sans limite de l?esprit humain dans sa d?rive m?galomaniaque et scientificod?pendante

 

7. Cette certitude de d?clin ? court terme ne constitue pas pour nous un motif imp?ratif de suicide collectif, ni de d?prime plan?taire, mais tout simplement un ?tat de fait d?passant le peu de chose que nous sommes et auquel nous aurons ? nous adapter en temps voulu

 

8. En attendant, nous d?clarons que la Civilisation Industrielle nous convient telle qu?elle est, que nous pouvons nous y exprimer ? peu pr?s librement malgr? le noyautage m?diatique des ?cologistes, que nous pouvons y mener une vie au grand air ou rester confin? au 32?me ?tage d?un building si cela nous chante, que nous pouvons consommer des produits agro-industriels ou des l?gumes bio selon nos envies, rouler en 4×4 surpuissant ou en v?locip?de ? notre gr?, passer l?hiver en slip dans un loft surchauff? de 200 m? dans le 18?me arrondissement de Paris ou en veste polaire dans une maison de village au fin fond de la Loz?re, passer notre temps scotch?s sur des jeux videos d?biles les ?couteurs du portable riv?s dans notre pavillon auditif ou relire inlassablement les ?uvres compl?tes de Pierre-Joseph Proudhon et Piotr Kropotkine.

 

9. Nous contestons l?utilisation faite par les ?cologistes du concept de r?chauffement climatique. Nous nous rangeons au c?t? des 31.000 signataires de l?Oregon Petition, dont la plupart sont Prix Nobel, Ph.D., laur?ats de nombreux prix, auteurs d’articles majeurs, d?clarant notamment qu????il n’y a pas de preuve scientifique convaincante que l’?mission de dioxyde de carbone, de m?thane ou de gaz ? effet de serre cause ou causera, dans un futur proche, un r?chauffement catastrophique de l’atmosph?re de la terre et une perturbation du climat terrestre. En outre, il y a des preuves scientifiques cons?quentes qui montrent que l’augmentation de la concentration en dioxyde de carbone entraine de nombreux effets positifs sur l’environnement des v?g?taux et des animaux terrestres?. Nous rappelons ainsi dans le m?me temps, afin que notre position ne soit pas caricatur?e, qu?il n?est pas question pour nous de nier l?existence d?un l?ger r?chauffement climatique depuis 100 ans, mais que nous sommes agnostiques sur le sujet de l?attribuer indubitablement ? l?activit? humaine, d?une part, et de consid?rer que ce l?ger r?chauffement aurait des cons?quences catastrophiques sur la survie de l?esp?ce humaine au point d?en faire un enjeu crucial pour le 21?me si?cle, d?autre part. Bien plus, nous consid?rons que ce th?me du r?chauffement climatique est orchestr? au niveau mondial par le lobby du green business, dont le leader est Mr. Al Gore et le bras arm? l?organisme onusien le GIEC, avec des vis?es clairement mercantiles et lucratives.

 

10. Nous nous d?sint?ressons carr?ment de la pol?mique sur le nucl?aire (pour lequel nous n?avons pourtant aucune sympathie) nous d?marquant ainsi de la position ambig?e des ?cologistes qui naviguent au gr? des al?as accidentels entre une acceptation tacitement hypocrite et une interdiction faussement d?termin?e. Comme pour d?autres th?mes, notre inclinaison antiautoritaire nous oppose r?solument aux ?cologistes fermes partisans de l?application coercitive de mesures prises pour le bien de tous par une machine ?tatique forte et suppos?e vertueuse. D?autant que, pour le nucl?aire comme pour d?autres th?mes, la nature et l?ordre des choses se chargeront ? moyen terme de rectifier le tir et de faire ?merger la r?alit? : celle d?une ?nergie non rentable sans le subventionnement de l??tat, d?un combustible vou? lui aussi ? la rar?faction, du mirage technique de la surr?g?n?ration, et, peut ?tre le plus d?terminant de tout, de l?impossibilit? de construire, entretenir et d?manteler des centrales sans le socle du fossile et de la min?ralogie, c?est-?-dire sans engins de chantier ? moteur diesel, sans fer pour le b?ton arm?, sans cuivre pour les canalisations, sans aluminium pour les raccordement, sans caoutchouc pour les joints, et sans graphite pour les barres de refroidissement. Alors, laissons faire?? et les centrales s?arr?teront toutes seules, faute de tout. Restera le probl?me des d?mant?lements, ce qui constituera notre pain noir. Mais on a rien sans rien!?..

 

11. Concernant les ?nergies renouvelables, nous consid?rons les objectifs des ?cologistes comme un tissu de chim?res ? vis?e mercantile, leur ??business model?? consistant ? op?rer un transfert des profits capitalistiques de la fili?re p?trole vers des profits d?entrepreneur verts et technocratiques subventionn?s par des fonds publics. Ces fameuses ?nergies renouvelables, piteusement nomm?es ???nergies de l?avenir?? ne sont en fait que les ?nergies utilis?es basiquement par l?homme depuis des mill?naires (l?eau, le vent, le soleil) et si ces ?nergies sont tellement prometteuses, nous sommes en droit de nous demander pourquoi elles n?ont pas concr?tis?es leurs promesses bien avant et pourquoi il a fallu attendre de d?couvrir le charbon et le p?trole pour cr?er la soci?t? d?velopp?e que nous connaissons.

 

12. Nous consid?rons la pollution comme ?tant un point de d?tail du processus ?conomique avanc? et non pas une catastrophe pour l??cosyst?me comme le pr?tendent les ?cologistes. Les images choc d?vers?es par les medias proc?dent d?une exag?ration manifeste de ce ph?nom?ne avec une vis?e encore une fois mercantile au service du business antipollution. La pollution industrielle ou m?nag?re ne menace en rien la plan?te dont la survie est largement ind?pendante de nos mis?rables expectorations, il s?agit tout au plus d?un probl?me d?hygi?ne collective et de simple propret? comme l?homme en a connu ? toutes les ?poques mais qu?il ma?trise encore plut?t mieux aujourd?hui que durant certaines ann?es sombres o? la peste bubonique emportait des villes enti?res ou, plus pr?s de nous, les ?pid?mies de chol?ra ravageaient New York et Londres. Malgr? cette pollution r?elle, visible ou invisible, l?esp?rance de vie des humains n?a cess? d?augmenter ces derni?res d?cennies, et, comme pour le r?chauffement climatique, nous pouvons affirmer qu?il n?existe aucune preuve scientifique convaincante que la pollution a d?grad? la sant? de l?esp?ce, car pour ce qui est de celle de la Plan?te, nous l?avons d?j? affirm? : elle s?en fiche!

 

13. Nous consid?rons que les th?mes relatifs ? la science ?cologique doivent ?tre trait?s par des praticiens reconnus de cette science et que certaines conclusions de leurs travaux ne peuvent ?tre traduites au plan politique que par des personnes ayant, en addition de leur d?termination id?ologique, une connaissance minimale effective de la probl?matique de l?environnement, notamment dans le domaine de l?agriculture et de l??nergie, acquise par une pratique professionnelle r?elle. Or nous constatons une incomp?tence flagrante de la quasi-totalit? des leaders ?cologistes et nous d?non?ons par l? m?me une utilisation artificielle des th?mes et du discours environnemental par des professionnels de la politique politicienne ou des arrivistes saisissant au vol l??cologisme ? des fins de marketing d?opinion. C?est ainsi nous ne reconnaissons pas la l?gitimit? de MMmes. Daniel Cohn Bendit, Nicolas Hulot, C?cile Duflot, Eva Joly, Laurence Wichniewski, Dominique Voynet, pour s?exprimer sur des th?mes li?s ? l??cologie car ils ne poss?dent strictement aucune connaissance ni exp?rience dans ce domaine. Seuls MM. Yves Cochet pour les probl?mes d??nergie, Jos? Bov? pour ceux de l?agriculture et Mich?le Rivasi pour les questions nucl?aires nous paraissent habilit?s ? repr?senter un courant politique prenant en compte certaines interpr?tations de la science ?cologique.

 

14. Nous pensons que l??cologisme est appel? ? disparaitre rapidement pour au moins trois raisons :

 

1?. D?s que la demande mondiale de p?trole deviendra sup?rieure ? l?offre tous robinets ouverts, les carburants amorceront une hausse continue et d?finitive qui deviendra le souci majeur des populations et ?clipsera du m?me coup la crainte d?un hypoth?tique r?chauffement climatique privant ainsi les ?cologistes de leur meilleur fonds ce commerce.

2?. La rar?faction, puis la disparition des produits fossiles remettra en question le machinisme agricole, ainsi que la fertilisation et les traitements phytosanitaires repla?ant du m?me coup la probl?matique alimentaire au premier plan des besoins humains et jetant aux oubliettes les pr?occupations des ?cologistes trop bien nourris.

3?. Le secteur nucl?aire se dirigera tout seul au fond de son impasse annonc?e pour les raisons d?j? d?crites dans le point 10, sans que les ?cologistes, d?ailleurs ralli?s ? cette ?nergie apr?s que le fossile aura amorc? son d?clin et que les ?nergies renouvelables auront montr? leurs limites, ne puissent le moins du monde en ?tre tenus pour responsables.

 

15. En conclusion, nous affirmons vivre dans la plus fabuleuse civilisation que l?homme ait jamais ?rig?e, la plus libre et la plus opulente. Cette civilisation relativement tol?rante permet m?me ? tout un chacun de vivre selon les principes ?colos, c?est ? dire manger bio, se d?placer en v?lo, se chauffer au bois et s??clairer ? la bougie. Nous ne nions pas les quelques d?g?ts collat?raux cr?es par cette civilisation, mais estimons qu?ils sont peu de chose par rapport aux d?sastres engendr?s par les inutiles boucheries napol?oniennes ou les massacres des invasions barbares. L?Histoire nous a appris que l?homme n?avance jamais sans casser du petit bois. Nous contestons fermement la l?gitimit? des ?cologistes ? d?tenir la v?rit? sur la plan?te et les rangeons r?solument dans la cat?gorie, bien connue dans tous les ?ges, des individus nantis (ou fils de nantis) crachant dans la soupe familiale par incons?quence ou d?s?uvrement. La preuve en est que les ?cologistes sont plut?t rares dans les pays pauvres, alors qu?ils pullulent dans les pays riches. Les temps qui arrivent seront ceux de l?action adaptative ? la d?croissance subie et non pas de l?application autoritaire de lois et de taxes pour imposer un quelconque d?veloppement durable. Les ?cologistes se trompent de combat!

A propos de

avatar

Check Also

EDF: Non au projet Hercule !

Une défense du projet de restructuration d’EDF au Parlement, une mobilisation syndicale qui ne faiblit ...

2 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    C’est vraiment un appel au «je m’enfoutisme», bien que je sois d’accord sur les accusations faites à l’endroit des lobbys de Gore et des autres clowns de cet acabit.

    De tout laisser tomber, et d’en accuser de suite, le «méchant État», alors qu’on sait que cet État, depuis plus de 200 ans, n’est pas le nôtre, mais le leur, aux bourgeois, c’en est pathétique.

    L’État peut être celui des salariés, et non celui des employeurs. Il peut servir la cause humaine et cesser de servir les intérêts mercantiles d’une minorité parasitaire.

    Alors sur le fond, je suis d’accord, mais les choses ne sont pas remises en perspectives. C’est que certains oublient vite qu’il y a ici un rapport de classes, ne leur en déplaise. Il y a une conciliation de classes, contre le gré d’une de celles-là.

    Alors de dire que les centrales nucléaires cesseront toutes seules d’exister, c’est affirmer que nous sommes mieux de laisser nos États bourgeois, contrôler l’affaire et nous vider les poches par conséquent, pour entretenir ces boîtes à gaspillage de fric et à danger potentiel.

    On dirait de l’anarchisme… Ça va quasiment dans le sens des libertariens.