Accueil / T H E M E S / CULTURE / Arts / Luchini : chapeau l’?artruiste?!

Luchini : chapeau l’?artruiste?!

Photo : ekult.fr
Photo : ekult.fr

Le ph?nom?ne Luchini ne laisse pas indiff?rent, surtout quand cet artiste d?brid? donne la r?plique ? sa doublure intime.

Il en pince pour Nietzsche, autopsie le style de La Fontaine avec une pr?cision presque n?vros?e, et prescrit de la bonne humeur sur des ordonnances o? les mots gu?rissent les maux. Fabrice Luchini est un m?decin malgr? lui. Je l’ai constat? dans une salle de spectacle montr?alaise, transform?e en plateau de t?l?vision pour les besoins d’une ?mission toute en confidences… Je n’avais jamais vu le trublion en vrai. Je n’ai pas ?t? d??u. Deux heures durant, l’interpr?te de Beaumarchais l’insolent est pass? par tous les stades, accoud? ? sa verve habituelle et distribuant du bonheur ? un public conquis d’avance. Exalt? comme ? son habitude, Luchini peut aussi se faire tendre et ?mouvant en ?voquant sa m?re disparue, laquelle, selon ses propres mots, ? vit en lui ?. Mais quand l’?motion menace de faire couler le maquillage, l’acteur vient sauver sa doublure au prix d’une pirouette ? la fois dr?le et touchante.

Sur les planches du Monument national, ? deux pas du quartier chinois, Luchini a pass? en revue quelques s?quences de son ADN : son enfance ? Montmartre, ses parents, ses d?buts au cin?ma, sa passion pour le th??tre, et m?me son apprentissage sexuel… Et que dire de l’?vocation de son passage dans un salon de coiffure, qui fut son premier m?tier, o? il voyait d?filer des femmes venant se faire ?piler le maillot ? l’ancienne, ? grands coups de cire, dont l’actrice Marl?ne Jobert. Cette parenth?se libidoneuse fut un pur moment de bonheur. Imaginez : un ado de 57 balais imitant la sc?ne dans l’hilarit? g?n?rale.

Dans le monde de Luchini, les grands auteurs r?dent comme des sensations douces. Le com?dien les ressuscite en usant de citations qui semblent enfouis en lui. La Fontaine, qu’il v?n?re (? un g?nie de la langue fran?aise ?), C?line, Rimbaud, Baudelaire et Beaumarchais… se succ?dent dans une ?locution d?brid?e. C?t? cin?ma, Michel Bousquet, Bernard Blier ou encore les cin?aste et metteur en sc?ne Eric Rohmer et Louis Jouvet ont aussi droit ? une place au chaud dans sa syntaxe. Sur sc?ne, trois d?cors font un clin d’?il ? la vie luchinienne, lequel chavire devant la ? fra?cheur qu?b?coise ?. Et pour cause, puisque l’?mission d?bute sur des chevaux de carrousel dans une ambiance m?di?vale faisant ?cho ? son r?le dans Perceval le Gallois. Puis, plus tard, ce sont deux fauteuils d’un salon de coiffure, Luchini confessant au passage garder quelques beaux restes en mati?re de brushing ou de mises en pli. Quant au d?cor central, il baigne dans des livres empil?s.

D?conneur, passionn?, terriblement consistant, Luchini ?gratigne aussi un peu la France, trop coinc?e ? son go?t, mais vante les m?rites du Qu?bec, plus ouvert et plus respectueux selon lui de l’initiative personnelle. La question – sensible – de la langue donne aussi droit ? une envol?e voguant entre l’amour et le lyrisme. Il louange ce peuple qui lutte contre l’invasion angliciste, mais refuse l’analogie du village qu?b?cois, qu’il n’aime pas. ? Si j’?tais qu?b?cois, je serais pour la d?fense de la langue fran?aise ?, lance-t-il, en se doutant bien que cette banderille plant?e sur le territoire canadien produira son effet. Il r?p?te aussi quelques expressions locales qui ont ses faveurs, comme ? ?a fait mon affaire ?, ou l’incontournable ? c’est correct ?. Il fredonne m?me Le petit bonheur de F?lix Leclerc, avant de laisser le public, touch? par cette invitation spontan?e, entonner les paroles de cet illustre chanteur du cru.

L’unit? est alors totale, et il ne manque plus qu’une chor?graphie endiabl?e sur un tube de James Brown pour contaminer tous les si?ges rouges de son terrain de jeu. Au final, l’effet Luchini est une toux joyeuse qui d?cape le for int?rieur et vous lib?re les tronches. Reste une incertitude, et de taille : qui de l’acteur ou de l’homme campe le plus beau r?le ?
De toute ?vidence, Docteur Fabrice et Mister Luchini n’ont pas fini de se donner la r?plique. Et c’est cette dualit? qui fait l’artruiste, quand l’artiste et l’altruiste enfilent le m?me costume…

A propos de

avatar

Check Also

L’origine de Dieu et des religions.

Les « dieux » ont-ils existé ? Tout dépend de ce que vous entendez par le mot « dieux ». ...

One comment

  1. avatar

    Bravo à monsieur Luchini !
    Très bon texte !