Accueil / T Y P E S / Articles / L’Oreille : du Murmure au Mur du Son

L’Oreille : du Murmure au Mur du Son

Saviez-vous que c’est par l’oreille que le fœtus conna?t son premier contact avec le monde ext?rieur ? Un m?decin sp?cialis? en oto-rhino-laryngologie, chercheur et inventeur, l’a prouv?. Le docteur Alfred A. Tomatis a consacr? plus de vingt-cinq ann?es de recherche scientifique ? d?montrer l’importance du sens de l’?coute chez l’humain ? partir m?me de la phase intra-ut?rine. Dans son livre intitul? Les secrets de la musique de l’?me, il arrive ? la conclusion que l’ou?e pr?c?de toute l’organisation cellulaire comme si le processus entier de cr?ation d?pendait d’elle.

Nous avons deux oreilles mais chacune remplit une fonction diff?rente. En effet, l’oreille droite prend la direction des op?rations parce qu’elle re?oit plus rapidement l’information. Elle focalise sur un son pr?cis, alors que l’oreille gauche se contente de fournir un panorama de l’environnement sonore. Les fr?quences les plus hautes sont davantage capt?es par l’oreille droite alors que la gauche prend le relais pour les fr?quences plus graves. Il est int?ressant d’apprendre que tous les grands musiciens et chanteurs sont droitiers d’oreille. C’est un absolu. Bien que plus rares, il existe des cas de « gauchers d’oreille ». Ces personnes n’?prouvent pas de difficult? ? bien percevoir les sons mais le processus de r?ception est invers?.

Le monde des fr?quences, pour la plupart d’entre nous, demeure un territoire peu explor?. Pour nous situer, retenons quelques points rep?res : dans une conversation normale, un interlocuteur fran?ais utilise des fr?quences de 800 ? 1 800 Hz alors qu’un Anglais s’exprime dans un registre de 2 000 ? 12 000 Hz. Le niveau de fr?quences est encore plus ?lev? pour les langues orientales. Lorsqu’il est question d’une tonalit? dite « grave », on se situe autour de 250 Hz ? 1 000 Hz. Beaucoup plus grave ? Le 2 Hz d’un tremblement de terre. Quant ? une fr?quence dite aigu?, elle commence vers les 1 000 Hz.

Le registre des d?cibels, quant ? lui, se comprend facilement ? partir de points de r?f?rence. Par exemple, une conversation ? voix forte correspond ? environ 70 d?cibels ; un marteau-piqueur ? un m?tre de distance de vous correspond ? 100 Dbs ; le bruit du tonnerre atteint parfois 110 Dbs et un moteur ? r?action, 145 Dbs. Les milieux de recherche scientifique soutiennent que le seuil de la douleur commence ? 120 Dbs. Que penser de certains concerts g?n?rant jusqu’? 140 d?cibels ?

Un professeur de piano recommandait ? ses ?l?ves des exercices tr?s b?n?fiques pour augmenter la qualit? de l’audition. « Cependant, pr?cisait-il, vous devrez faire preuve de beaucoup de pers?v?rance. » En voici un exemple : vous choisissez une pi?ce de musique qui vous pla?t et dont l’enregistrement est de bonne qualit?. Vous r?pertoriez ensuite les divers instruments qui interviennent dans cette pi?ce. Il s’agit, ? l’?tape suivante, de les identifier…un ? la fois. Lorsque ce but est atteint, vous refaites cette m?me exp?rience puis vous baissez un peu le volume. Ainsi de suite, en diminuant le volume un peu plus chaque fois. Un long apprentissage mais qui en vaut la peine.

Une note d’espoir

Antoine est accordeur de piano depuis plus de quarante ans. Lorsqu’on lui parle de son m?tier, l’œil brillant, il claironne : « Chez nous, l’oreille fine on vient au monde avec. Et je vous assure qu’avec le temps ?a s’est d?velopp? encore plus ! Le secret : autant que possible, je n’expose pas mes oreilles ? des sons traumatisants. Je respecte l’instrument, la musique, et ils me le rendent bien. ? 70 ans, j’ai une meilleure ou?e que jamais ! »

Donc, tous les espoirs sont permis…

A propos de

avatar

Check Also

EDF: Non au projet Hercule !

Une défense du projet de restructuration d’EDF au Parlement, une mobilisation syndicale qui ne faiblit ...