Récents articles
Accueil / T Y P E S / Articles / Lieberman rejoue le Dictateur

Lieberman rejoue le Dictateur

250turkeyFitusiJe vous avais dit que Lieberman ?tait un Mussolini en puissance?: je me suis tromp? (mais de peu, vous allez voir pourquoi). C?est plut?t Hitler, fa?on Chaplin?: figurez-vous que ce grotesque personnage de la vie politique isra?lienne vient en effet de r??crire une sc?ne compl?te du Dictateur, celle o? Hitler, pour recevoir Mussolini, justement, et pour mieux l?humilier, le re?oit chez un barbier sur une chaise munie d?un m?canisme lui permettant d??tre plus haut que son interlocuteur. Effet grotesque assur?. A la fin de l?entretien, Hadeno?d Hynkel (Hitler, fa?on Chaplin) finit par se casser la figure, ? force de maniveler comme un fou pour surplomber Bonito Napolini, la caricature de Mussolini.

Eh bien cette sc?ne pendable, Lieberman, qui a le QI d?une hu?tre et les gros muscles du videur de bo?te de nuit qu?il a ?t?, vient de la faire rejouer ? son?vice-ministre des Affaires ?trang?res, Danny Ayalon en face de l?ambassadeur de turquie, Ahmet Oguz Celikkol. On cro?t r?ver, mais non?: une photo le prouve, et elle est aussi grotesque que le film de Chaplin. selon Haaretz, pour la prendre, Ayalon avait donn? au photographe des ordres stricts : »que l?on distingue bien les deux chaises et leur diff?rence de hauteur, qu?il n?y a?t qu?un seul drapeau isra?lien de visible sur la table, et que nous ne soyons pas en train de sourire » (*). A ce stade on peut parler de mise en sc?ne v?ritable et ridicule… ? la Chaplin, et enti?rement dict?e par Avigdor Lieberman. S?il y a un bien un terme qui ne lui convient pas, c?est celui de « diplomate ». Or il est en charge de la diplomatie de son pays?!

Pour en arriver ? ses fins, Lieberman n?y est pas all? non plus par quatre chemins. Il a pr?text? la diffusion, en turquie d?un t?l?film pour sermonner son repr?sentant.?Le film, un ?pisode de « La vall?e des loups », une fiction, il est vrai aussi, n?avait pas l?air d?y aller non plus ? la petite cuill?re. La s?rie est tir?e d »un film du m?me r?alisateur,?Serdar Akar, intitul? lui aussi de la m?me fa?on et traitant de la guerre en Irak de fa?on assez… os?e.

Le sc?nario du film est digne d?un Tarantino en effet. C?est celle d?une vengeance, celle?d?un soldat de l?arm?e turque humili? par les soldats am?ricains, le?4 juillet 2003 (une date symbolique). L?homme, membre des services sp?ciaux turcs, alli?s des am?ricains, avait ?t? emmen? par les soldats US avec le fameux sac sur la t?te, les am?ricains d?sirant reprendre seuls la ma?trise du secteur.?Humili?, au point de se suicider, ce qui conduit ses amis ? faire le serment de le venger. Pour y arriver l?un d?entre eux va carr?ment choisir le camp des « insurg?s » irakiens. Comme le film revisite une bonne partie des horreurs de la guerre, on y voit?notamment des sc?nes de tortures dans la?prison d?Abu Ghraib. O? ont s?vit, on vous l?a dit ici, des employ?s de la CIA travaillant au nom d?une soci?t? de mercenaires ayant recrut? des isra?liens. Mais ce n?est pas la raison exacte de la convocation. Ni les sc?nes du film sujet ? controverse comme celles du vol d?organes de prisonniers, un th?me, qui on le sait, fait marcher tout le monde sur des ?ufs. En fait le film est d?une violence inou?e, difficilement supportable m?me ? 16 ans, ?ge en dessous duquel ce film ultra-violent a ?t? interdit en France?: Tarantino, ? c?t?, c?est du Walt Disney. Le film est grotesque et caricatural, pas moins qu?un Tarantino, mais il repose sur la mise en sc?ne d??l?ments disparates v?ritables. Notamment des massacres de civils bien r?els?perp?tr?s en Irak par des am?ricains. Et le film a fait un malheur en Turquie.

dicta1-1

On pardonne ? Tarantino, mais on vole davantage dans les plumes de?Serdar Akar, aussi mauvais r?alisateur que peut l??tre Tarantino (son film est un pur navet), qui fait dans le m?me domaine exactement?:?la r??criture de faits historiques. Avec de surcro?t le?plus grand budget de tous les temps de Turquie?!?« Outranci?rement propagandiste, grandiosement caricatural comme seules savent l??tre les superproductions am?ricaines dont on nous gave r?guli?rement » dit un blog?: c?est exactement ?a. Bien entendu, dans le film, il y a aussi de belles caricatures de juifs?: automatiquement, voil? le bouclier habituel qui se l?ve. Un site catholique lyonnais aura pourtant cette phrase ? son ?gard?: « Compar?s ? eux (nota?; les am?ricains et les insurg?s irakiens), les deux personnages de Juifs sont si minces qu?on peut difficilement reprocher ? ce film son antis?mitisme. Mais, en sortant de la projection, on a bien compris que l?extr?misme religieux est un fl?au et que l?interpr?tation des textes, quelque soit la religion de d?part, est un exercice difficile. » Si les catholiques eux-m?mes ne le jugent pas antis?mite…

C?est Guillaume Perrier, dans son blog du Monde, qui en aura le mieux parl? en d?finitive, en le reliant ? la s?rie TV et ? l?extr?me droite turque?: « Les fans de la s?rie t?l?vis?e La Vall?e des Loups (Kurtlar Vadisi) s?y retrouvent aussi. Cette s?rie ? la gloire des milieux mafieux d?extr?me droite, rappelle un peu l?histoire?d?Ali Agca. Le film est d?j? un immense succ?s et gr?ce ? une campagne de communication agressive, un marketing tr?s visible, les salles sont prises d?assaut (au sens figur? bien s?r).?Il rappelle un bouquin qui avait fait un carton l?an dernier.?Temp?te de M?tal?racontait une guerre mondiale entre la Turquie et les USA, d?clench?e par un accrochage… en Irak. Il s??tait vendu ? 400.000 exemplaires, soit deux fois plus que Da Vinci Code ? titre de comparaison ».?Dans l??pisode incrimin?, c?est directement le mossad qui ?tait vis?. Une sc?ne montrait ses agents en train d?enlever un b?b? turc. Sur le net, les isra?liens et leurs correspondants par pays font donner aussit?t l?artillerie lourde. Les sites sociaux ?voquant l?affaire sont bombard?s de posts. Il n?avaient pas plus appr?ci? la s?rie « S?paration » (Ayrilik) o? Tsahal est pr?sent?e sous son plus mauvais jour. A chacun son « Obsession » serait-on tent? de dire?!

La r?union a peine pass?e, Lieberman se fend d?un communiqu? ?non?ant « qu?Isra?l ne s?aplatira plus »… et affirmant par la-m?me que le but vis? ?tait bien d?humilier. Ce qui ? l?art de mettre en furie Shimon P?r?s, qui t?l?phone illico ? son premier ministre pour qu?il fasse des excuses officielles ? la Turquie. P?r?s lui aussi est all? trop loin, en janvier 2009?? Davos, devant justement?Recep Tayyip Erdogan,?il sait ce que cela signifie et sait qu?il ne faut pas trop le chatouiller. Rappelons que si un jour Isra?l veut bombarder l?Iran, il faudra qu?il empi?te avec ses avions sur le territoire turc, notamment ? l?aller, ou pour rejoindre, au retour, la Georgie. Ce n?est pas le moment de rompre les relations diplomatiques?! Et encore moins quand on est en train de vendre 18 drones Heron pour?185 millions de dollars ? d? se rappeler P?r?s…En prime, il n?y aura pas toujours un David Ignatus, du Washington Post, pour emp?cher Erdogan de r?pliquer?!

Et effectivement?: ? peine le propos de Lieberman connu, la Turquie r?pond par une convocation de l?ambassadeur isra?lien et exige des excuses officielles?: on est au bord de l?incident diplomatique. P?r?s est furieux et c?est Netanyahou qui trinque. Comme ce dernier n?est pas chaud pour en faire des excuses, c?est le lampiste qui se retrouve oblig? de les faire.?Le lendemain, Ayalon est oblig? de?manger son chapeau en direct. Son attitude avilissante et pu?rile, dict?e par Lieberman, ravale la diplomatie au rang de Charlie Chaplin. Des excuses, il sera m?me contraint ? en faire deux fois ! Dans ce petit jeu mesquin et malsain, et d?plorable, certains ont aussi vu une m?thode pour affaiblir Ehoud Barack, grand rival (travailliste) de Lieberman (qui r?vait de son poste?!) qui doit se rendre bient?t en Turquie (le 17 janvier) ou pour saper l?entr?e de membres de Kadima au sein d?un gouvernement en difficult?s. Toujours est-il que c?est vil, c?est bas… et c?est bien du Lieberman, ce sous-Mussolini lui-m?me plus proche en r?alit? d?sormais de?Bonito Napolini.

dicta4Avigdor Lieberman, ce fort en gueule, a gagn? encore une fois haut la main l?occasion de se taire. D?tester?Tayyip Erdogan?n?est pas un tout, et ne fait pas en tout cas une politique pour un pays. Pendant qu?il faisait dans le grotesque, ce dernier, justement prenait l?avion et fon?ait au Liban. Rencontrant?Saad Hariri and President Michel Suleiman pour leur annoncer qu?Isra?l ?tait en train de pr?parer une attaque majeure sur leur territoire, faute de pouvoir le faire sur l?Iran. Ses services secrets l?ont appris et l?ancien alli? d?isra?l contre le terrorisme islamiste n?a pas du tout appr?ci?. Officiellement, c??tait pour « signer des accords« . Comme il n?a pas appr?ci? la farce jou?e par Lieberman, d?cid?ment en dessous de tout. En fait Erdogan avait de s?rieuses raisons d??tre furieux?: le 11 d?cembre,?juste avant que Lieberman ne fasse l?imb?cile, on apprenait que son gouvernement avait averti Isra?l d?une possible attaque du Hezbollah sur son territoire, une information apprise un mois auparavant par des agents turcs infiltr?s ? Ankara chez des iraniens en cheville avec le Hezbollah. Avouez que dans ce sens, Isra?l a de dr?les de fa?ons de remercier?: on lui ?vite un bain de sang, l??tat h?breu en fomente un autre. Des repr?sailles sans action premi?re. Comme le souligne Erdogan, Isra?l n?est v?ritablement pas tourn? vers la paix.

Au passage, Erdogan a rappel? aussi qu?il conviendrait de faire pression ? l?ONU sur Isra?l pour lui rappeler qu?elle poss?de la bombe atomique sans jamais l?avoir reconnu, mais apr?s l?avoir dit ? plusieurs reprises, de fa?on voil?e. Erdogan demandant ? Isra?l de se « mettre en ordre », l?occasion pour lui de rappeler la cacophonie qu?apporte r?guli?rement notre Bonito Napoloni Lieberman sur la sc?ne internationale?avec de pareilles initiatives.

La prochaine fois, je vous expliquerai ce qu?il faisait r?cemment encore sur un quai, en Isra?l,?ce clone de Mussolini, avec un pinceau et un pot de peinture. Non, ce n??tait pas pour jouer « La Grande Vadrouille » avec Bourvil en peintre en b?timent. Mais ?a pourrait?: c?est du grand spectacle, mais du bien mauvais film, chez lui. N?est pas?Augustin Bouvet qui veut, et les erreurs politiques se voient davantage que la chute d?un pot de peinture mal raccord?e au montage. Comme le sont aussi les documents vid?os de l?arm?e isra?lienne quand elle filme des containers.

(*) « Pay attention that he is sitting in a?lower chair and we are in the higher ones, that there is only an Israeli flag on the table and that we are not smiling.« 

A propos de

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (3)

Le père des ekranoplanes subsistants actuellement est allemand.  Il s’appelle Hanno Fischer, il est aujourd’hui ...

One comment

  1. avatar

    « Avigdor Lieberman, ce fort en gueule, a gagné encore une fois haut la main l’occasion de se taire. Détester Tayyip Erdogan n’est pas un tout, et ne fait pas en tout cas une politique pour un pays. »

    Entièrement d’accord avec vous Momo (j’ai l’impression de parler à mon meilleur ami : mêmes idées et même surnom 🙂 ).

    La politique de Lieberman est d’une cruauté sans nom. On se demande pourquoi les Etats Unis ne réagissent pas plus aux propos intolérables de cet individu.

    Merci pour cet article