Accueil / L O C A L I S A T I O N / AFRIQUE / Libye : de Kadhafi ? Al-Qa?da. En remerciant la Cia…

Libye : de Kadhafi ? Al-Qa?da. En remerciant la Cia…

Par Marc Vandepitte

Les ?tats-Unis sont-ils s?rieusement en guerre contre le terrorisme en Afrique ou le suscitent-ils au contraire pour servir leurs int?r?ts?? Enqu?te de Marc Vandepitte.

21 octobre 2013

?tat d?faillant

Le 11 octobre, le Premier ministre libyen a ?t? brutalement enlev? avant d’?tre lib?r? quelques heures plus tard. Ce kidnapping est symptomatique de la situation dans le pays. Le 12 octobre, une voiture pi?g?e a explos? pr?s des ambassades de Su?de et de Finlande. Une semaine auparavant, l’ambassade russe fut ?vacu?e apr?s avoir ?t? envahie par des hommes arm?s. Il y a un an, la m?me chose s’?tait produite ? l’ambassade am?ricaine. L’ambassadeur et trois collaborateurs y avaient trouv? la mort. D’autres ambassades avaient ?t? par le pass? ?galement prises pour cibles.

L’intervention occidentale en Libye, comme en Irak et en Afghanistan, a instaur? un ?tat d?faillant. Depuis l’?viction et le meurtre de Kadhafi, la situation s?curitaire du pays est hors de contr?le. Attentats sur politiciens, activistes, juges et services de s?curit? sont monnaie courante.

Le gouvernement central exerce ? peine le contr?le sur le pays. Des milices rivales imposent leur loi. En f?vrier, le gouvernement de transition a ?t? forc? de se r?unir sous des tentes apr?s avoir ?t? expuls?s du parlement par des rebelles en col?re. Le bateau qui a coul? pr?s de Lampedusa, noyant 300 r?fugi?s, provenait de Libye. Etc.

La Libye d?tient les plus importantes r?serves de p?trole d’Afrique. Mais suite au chaos qui r?gne dans le pays, l’extraction du p?trole est quasiment ? l’arr?t. D?sormais, le pays doit importer du p?trole pour assurer ses besoins en ?lectricit?. D?but septembre, l’approvisionnement en eau vers Tripoli a ?t? sabot?, mena?ant la capitale de p?nurie.

Bases pour terroristes islamistes

Mais le plus inqui?tant est la jihadisation du pays. Les islamistes contr?lent des territoires entiers et placent des hommes arm?s aux checkpoints des villes de Benghazi et Derna. Le personnage de Belhadj en est une parfaite illustration. Cet ancien (pour ainsi dire) membre ?minent d’Al-Qa?da ?tait impliqu? dans les attentats de Madrid en 2004. Apr?s la chute de Kadhafi, il devint gouverneur de Tripoli et envoya des centaines de jihadistes libyens en Syrie pour combattre Assad. Il travaille d?sormais ? l’instauration d’un parti conservateur islamiste.

L’influence de la jihadisation s’?tend bien au-del? des fronti?res du pays. Le Ministre tunisien de l’Int?rieur d?crit la Libye comme???un refuge pour les membres nord-africains d’Al-Qa?da.??

Suite ? l’effondrement du pouvoir central libyen, des armes lourdes sont tomb?es dans les mains de toutes sortes de milices. L’une d’entre elles, le?Libyan Islamic Fighting Group?(LIFG), dont Belhadj ?tait le dirigeant, a conclu une alliance avec les rebelles islamistes du Mali. Ces derniers sont parvenus, avec les Touaregs, ? s’emparer du Nord du Mali pendant quelques mois. La prise d’otage de grande ampleur sur un site gazier alg?rien en janvier a ?t? r?alis?e au d?part de la Libye. Aujourd’hui, la r?bellion syrienne est contr?l?e depuis la Libye et la t?che d’huile jiadhiste s’?tend vers le Niger et la Mauritanie.

En remerciant la CIA

? premi?re vue, les ?tats-Unis et l’Occident semblent se faire du souci ? propos de cette recrudescence d’activit? jihadiste en Afrique du Nord. Ajoutons-y aussi le Nig?ria, la Somalie et plus r?cemment, le Kenya. Mais ? y regarder de plus pr?s, la situation est plus compliqu?e.

La chute de Kadhafi fut rendue possible par une alliance entre d’une part des forces sp?ciales fran?aises, britanniques, jordaniennes et qataries, et d’autre part des groupes rebelles libyens. Le plus important de ceux-ci ?tait bel et bien le Libyan Islamic Fighting Group (LIFG), qui figurait sur la liste des organisations terroristes interdites. Son leader, le susmentionn? Belhadj, avait deux ? trois milles hommes sous ses ordres. Sa milice eut droit ? des entra?nements am?ricains juste avant que ne commence la r?bellion en Libye.

Les ?tats-Unis n’en sont pas ? leur coup d’essai en la mati?re. Dans les ann?es 80, ils s’occup?rent de la formation et de l’encadrement des combattants islamistes extr?mistes en Afghanistan. Dans les ann?es 90 ils remirent le couvert en Bosnie et dix ans plus tard au Kosovo. Il n’est pas ? exclure que les services de renseignements occidentaux soient directement ou indirectement impliqu?s dans les activit?s terroristes des Tch?tch?nes en Russie et des Ou?gours en Chine.

Les ?tats-Unis et le France ont feint la surprise lorsque les Touaregs et les islamistes ont occup? le Nord du Mali. Mais ce n’?tait qu’une fa?ade. L’on peut m?me se demander s’ils ne l’ont pas provoqu?e, comme ce fut le cas en 1990 avec l’Irak vis-?-vis du Kowe?t.

Vu l’activit? d’Al-Qa?da dans la r?gion, n’importe quel sp?cialiste en g?ostrat?gie savait que l’?limination de Kadhafi provoquerait une recrudescence de la menace terroriste au Maghreb et au Sahel. Comme la chute de Kadhafi a ?t? provoqu?e en grande partie par les milices jihadistes, que les ?tats-Unis ont form?es et encadr?es, l’on peut commencer ? se poser de s?rieuses questions. Pour plus de d?tails ? ce propos je vous renvoie vers?un article pr?c?dent.

Agenda g?opolitique

Quoi qu’il en soit, la menace terroriste islamiste dans la r?gion et ailleurs sur le continent arrange bien les ?tats-Unis. Cela constitue l’excuse parfaite pour ?tre pr?sent militairement et intervenir sur le continent africain. Il n’a pas ?chapp? ? Washington que la Chine et d’autres pays ?mergents sont de plus en plus actifs sur le continent et constituent de ce fait une menace envers leur h?g?monie.

La Chine est aujourd’hui le plus important partenaire commercial de l’Afrique. D’apr?s leFinancial Times,???la militarisation de la politique am?ricaine apr?s le 11 septembre est controvers?e depuis longtemps puisque elle est consid?r?e dans la r?gion comme une tentative des ?tats-Unis de renforcer leur contr?le sur les mati?res premi?res et de contrecarrer le r?le commercial exponentiel de la Chine.??

En novembre 2006, la Chine a organis? un sommet extraordinaire sur la coop?ration ?conomique o? ?taient pr?sents au moins 45 chefs d’?tat africains. Pr?cis?ment un mois plus tard, Bush approuvait la mise sur pied d’Africom. Africom est le contingent militaire am?ricain (avions, navires, troupes, etc.) consacr? au continent africain. Nous l’avons vu ? l’?uvre pour la premi?re fois en Libye et au Mali.

Africom est d?sormais en activit? dans 49 des 54 pays africains et les ?tats-Unis ont dans au moins dix pays des bases ou installations militaires permanentes. La militarisation des ?tats-Unis sur le continent ne fait que s’?tendre. Ci-dessous vous trouverez une carte de leur pr?sence sur le continent ces deux derni?res ann?es. Elle est assez ?loquente.

Sur le terrain ?conomique, les pays du Nord perdent du terrain face aux pays ?mergents du Sud, et c’est certainement aussi le cas en Afrique, un continent riche en mati?res premi?res. Il semble de plus en plus ?vident que les pays du Nord combattront ce r??quilibrage par des moyens militaires. ?a promet pour le continent noir.

Marc Vandepitte
dewereldmorgen.be, 12 octobre 2013.

Traduit du n?erlandais par Thomas Halter pour?Investig’Action?(21.10.2013)?:
michelcollon.info

Texte original en n?erlandais (12.10.2013)?:
dewereldmorgen.be

A propos de

avatar

Check Also

« Maudits anglais ! »

                        Elle s’appelle Évangéline, ...