Accueil / T Y P E S / Articles / Les malédictions du “Seigneur” étaient “politiques”

Les malédictions du “Seigneur” étaient “politiques”

Si on s’arrête à la date d’enlèvement d’Hénok par le « Seigneur », en -5655 av J.C. on se rend compte que seul Adam, décédé 1 an auparavant, et Noé qui n’est pas encore né, ne sont pas présent à cet évènement. Lamek est âgé de 10 ans, Mathushela 25 ans, Yered 43 ans, Mahalalel 48 ans, Quenan 53 ans, Enosh 60 ans et Seth 68 ans.

55 ans plus tard, le barrage du Bosphore défonce et c’est le déluge. Noé déjà âgé de 50 ans. a connu le fils d’Adam, Seth, décédé quand il avait 3 ans. Enosh, le plus vieux patriarche qu’il a très bien connu, est décédé lorsqu’il avait 10 ans. Et le dernier à décéder avant l’année du déluge est Yered alors qu’il avait 31 ans.

On n’a aucune information de l’âge des fils de Noé lors du déluge :

Sem (prospérité) Il est l’ancêtre direct d’Abraham. De sa lignée viennent  Arabes, Hébreux, Babyloniens, Syriens, Phéniciens et Assyriens.

Cham (chaud) le plus jeune fils ; il est l’ancêtre des Hamites, et des Cananéens.

Japhet (ouvert) ; d’après la Table des peuples, il est l’ancêtre des Japhétiques, des nations vivant au nord de la mer Méditerranée (Europe).

Si nous prenons une carte de la région les fils de Noé se séparèrent dans différentes directions :

Sem resta sur place, Japhet se dirigea vers le Nord et Cham vers le Sud-Est.

Lors du déluge, la Bible nous dit que de toute la génération de l’époque, le Seigneur ne voyait que Noé et « sa maison » comme étant des « justes » à ses yeux.

On sait que Noé, maintenant âgé de 50 ans, avait trois fils au moment du déluge ; mais on ne connait pas leurs dates de naissance.

Ce ne sera que plus d’un siècle plus tard (à l’époque d’Eber) que les « Puissants » se diviseront la Terre. ENLIL gardera la Mésopotamie et ENKI prendra l’Afrique. Les autres seront établis un peu partout ailleur.

ENKI viendra s’installer dans les marécages du Delta du Nil qu’il rendra habitables en « élevant le sol de la mer » ; autrement dit en irrigant les marais.

Cependant, la malédiction de Canaan, fils de Cham, le suivra et s’effectuera à l’époque d’Abraham : Cinq des villes du pays de Canaan seront détruites par « le feu du ciel » apporté par les « anges » du « Seigneur ».

Il faut comprendre que lorsque le « Seigneur » perd les pédales et projette une malédiction, c’est toujours pour la même raison : l’animal-humain se rebelle et ose se dire « égal aux « Puissants ».

La Bible énonce cette « crise de nerf » lors de la première « malédiction » du Seigneur qui expulse Adam et Ève du paradis terrestre, en étant convaincu qu’ils ne pourront pas rester civilisés avec les difficultés rencontrées hors d’Éden.

Il avait constaté que les foutus « animaux-humains », créés par ENKI le « serpent », avaient osé « devenir comme l’un de nous ». Ce qui menacerait, éventuellement, le pouvoir des « Puissants ».

On se rend compte, ici, que le principal « Seigneur », récalcitrant à l’évolution des hommes, est ENLIL, le chef des « Puissants ». D’ailleurs la Bible indique clairement que ce fut « le serpent », donc ENKI, qui enseigna « la science du Bonheur et du Malheur » à Ève qui, ensuite, l’enseigna à Adam. Autrement dit, le « serpent » avait divulgué le « secret » permettant l’évolution des hommes; ce secret « ouvrait les yeux » des « animaux-humains » et les rendait égaux aux « Puissants ». Ce qui nous indique que la supériorité des « Puissants » ne s’en tenait qu’à leur « connaissances scientifiques et techniques ». Par contre il existe encore, aujourd’hui, beaucoup « d’animaux humains » qui n’ont pas ouvert les yeux.

Sa deuxième malédiction, le déluge, fut proclamée parce que les hommes n’étaient plus des « justes ».

Reste à comprendre ce qu’était un « juste » aux yeux de ce « Seigneur ». Ce n’était certainement pas parce que l’homme s’adonnait au « péché de la chair », puisque selon les traditions anciennes, les « dieux » ne se privaient pas de ce « sport ».

Le « juste » aux yeux divins sera révélé dans la Bible, lorsque le « Seigneur » rend visite à Abraham, juste avant la destruction de Sodome et Gomorrhe, pour vérifier si Abraham est un « juste »; et il le fait parler.

Celui-ci affirme qu’il n’est que « poussière et cendre », ce qui le rend déjà assez « juste » aux yeux du « Seigneur » ; mais pour vraiment assurer sa sécurité, Abraham ajoute reconnaître l’importance des « Puissants » en énonçant leur valeur nominale  : ENLIL = 50, NINLIL (son épouse) = 45, ENKI = 40, Shamash = 30, Ninurta (fils d’ENLIL) = 20 et finalement ADAD = 10.

Le « Seigneur » est convaincu; il assure une longue postérité à son « servile » Abraham et repart pendant que ses anges vont provoquer la destruction des villes. Abraham, reprend son calme et retourne voir sa femme Sara.

Le lendemain matin, portant son regard vers Sodome, il voit un grand nuage sombre s’élever dans le ciel. Ce nuage sera poussé par les vents vers la Mésopotamie. Par la suite Abraham sera beaucoup moins « servile » et criera partout que les « dieux » supérieurs aux hommes n’existent pas.

Donc, être « juste » était simplement de se « reconnaître inférieur aux Puissants ». Ce qui signifie qu’au moment du déluge, les hommes ne se considéraient plus comme des « inférieurs ». Ce qui me semble assez normal puisque des « fils des dieux » (Nephilim) prenaient les « femmes des hommes » comme épouses. Leurs enfants devaient avoir assez de difficultés à se dire inférieurs à leur pères.

Le vrai problème était que les hommes devenaient trop nombreux en regard du nombre de « Puissants » et ceux-ci risquaient de perdre leur pouvoir. Une seule solution possible : faire disparaitre le plus grand nombre « d’animaux-humains » possible. C’était une décision tout à fait « politique ». C’est pourquoi je m’inquiète un peu quand je lis que certaines autorités considèrent que la Terre est « surpeuplée ».

La troisième malédiction, celle de Canaan, est celle que je viens de raconter avec la discussion entre ENLIL et Abraham. Encore une fois, toujours pour la même raison, l’homme faisait perdre les pédales au Seigneur.

Identifions cette malédiction de Canaan qui date du déluge :

Noé, heureux d’avoir échappé au déluge, célèbre l’occasion en prenant une fameuse « cuite » avec le vin qui lui reste de la « rumba » organisée lors de l’inauguration de son « Arche ». Bourré comme un tonneau, il git dans sa tente la jupe par-dessus tête. À ce moment-là, Cham entre dans la tente et aperçois son père inconscient.  La Bible dit qu’il vit la « nudité » de son père ; mais on sait que la tente de Noé cachait quelque chose de beaucoup plus important qu’un vieux pénis de 50 ans. Quelque part dans la tente, était caché le « secret des dieux », remis à Noé par »ENKI, qui garantissait l’évolution des humains et permettait d’installer une « civilisation » comme celle qu’ENLIL établira en Mésopotamie.

Je pense donc qu’au lieu de rire de la nudité de son père, Cham profita de l’occasion pour trouver le fameux secret. Et comme c’est Canaan, son fils, qui reçut la malédiction, Cham lui a probablement remit le « secret » en lui donnant l’ordre de prendre la fuite en apportant le secret. Sinon, puisque c’est Cham qui avait « péché », pourquoi le Seigneur » maudirait-il Canaan ?

Pour confirmer le tout, transportons-nous au moment où Loth et Abraham se séparent. On découvre que Loth choisit de se rendre au pays de Canaan, parce que la région (ainsi que l’Egypte créée par le « serpent » ENKI) était « comme le jardin du Seigneur », c’est-à-dire comme « le paradis terrestre » qui, on le sait, était structuré selon cette « science » avec, au centre, son arbre laissant tombé quatre bras dans quatre directions différentes (pour plus de détails lire : Les hommes d’avant le déluge. Tome I : La science secrète (Par Élie l’Artiste) (manuscritdepot.com) .

Encore une fois, Canaan et les Cananéens menaçaient le « pouvoir » d’ENLIL grâce au « secret défendu ». Cette troisième « crise de nerfs » d’ENLIL sera fatale à Sumer qui disparaîtra complètement moins d’un siècle plus tard.

Et puisque l’écrit de la Bible et les écrits sumériens ne sont pas pris au sérieux par l’archéologie, celle-ci déclare que les raisons exactes de la fin de Sumer sont « obscures ». On mentionne l’invasions des Amorites, ou une sécheresse épouvantable ; mais les lamentations des villes sumériennes et le nuage vu par Abraham au-dessus de Sodome lors de sa destruction, ne sont pas pris en compte. Cependant on se rapproche graduellement de la version biblique c’est-à-dire d’une explosion provoquant le « feu du ciel » :

« L’explosion dans l’atmosphère d’un corps céleste produisant une onde de choc thermique et soufflant une partie de l’eau de la mer Morte reste à ce jour l’explication la plus pertinente de ce passage de la Bible, selon les scientifiques ».

Mais ces scientifiques ne sont pas encore prêt à attribuer cette explosion à la décision du « Puissant » ENLIL.

Quant à la dernière décision politique d’ENLIL, elle lui a « pété au visage ». Il est malheureux que nos autorités ne le savent pas encore.

Amicalement

André Lefebvre

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Agribashing : à qui profite cette mode ?

L’agribashing – ou le dénigrement des activités agricoles – est passé dans le langage courant, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *