Accueil / A C T U A L I T É / Les impostures ?cologistes – Chapitre 1 : le nom

Les impostures ?cologistes – Chapitre 1 : le nom

Image Flickr par Vinicius Azevedo

Inlassablement, je r?p?te dans chacun de mes articles, sous des formes diff?rentes, avec des ?clairages vari?s et en suivant les d?veloppements ponctuels de l?actualit? que les ?cologistes, en parlant ? peu pr?s de tout sauf naturellement d??cologie, trahissent et d?tournent la science ?cologique au profit d?un positionnement politique opportuniste autant qu?incomp?tent. Cette position tr?s inconfortable m?attire la r?probation de nombreux lecteurs impr?gn?s du ??penser correct?? et qui jugent qu?un tel point de vue ne peut ?maner que d?un repr?sentant de l?imp?rialisme capitaliste le plus acharn?.

Or il est pourtant incontestable que l??cologisme, initialement parti pris de pens?e et de comportement inspir? plus ou moins fortement par certaines analyses de la science ?cologique, est devenu aujourd?hui un fourre-tout politique, un capharna?m id?ologique, surtout une machine ? fabriquer des confusions, amalgames, id?es fausses, paradoxes et ambig?it?s, voire une arnaque intellectuelle ? vis?es lucratives et, au final, un courant polymorphe multipliant les impostures, que j?entreprends ici de signaler dans une s?rie d?articles, ? mon modeste niveau et ? contre courant de la pens?e unique verte devenue le v?ritable terrorisme intellectuel de notre ?poque contemporaine.

La toute premi?re de ces impostures se situe naturellement dans l?appellation, ??cologisme?, encore que la falsification serait moins r?pr?hensible si elle se limitait ? cette extension s?mantique et ne conduisait pas ? un accaparement radical et d?finitif du terme g?n?rique ???cologie??, d?signant la science ?tudiant les conditions d?existence des ?tres vivants et les rapports avec leur environnement. En effet, imagine t?on un parti politique, un courant de pens?e o? m?me un paradigme se d?nommer ?physique? ou ?chimie??, ou m?me ??m?decine??, ou pourquoi pas ??thermodynamique??, ou encore ??entropie??, bien que ce dernier terme puisse correspondre mieux ? l?esprit d?velopp? par la mouvance ?cologiste?

Nous pourrions ainsi ?tre sollicit?s par les th?ses de physicistes (? ne pas confondre avec les physiciens), de chimicistes (? ne pas confondre avec les chimistes), de m?decinistes (? ne pas confondre avec les m?decins), qui risqueraient de rivaliser utilement avec celles de nos ?cologistes (? ne pas confondre avec les ?cologues)

Lorsque nous faisons remarquer ? nos amis ?cologistes que le nom de leur courant est particuli?rement mal adapt? puisque s?identifiant ? une science qui, par d?finition, est neutre d?un point de vue politique ou id?ologique et que l?histoire nous enseigne que seuls des mouvement extr?mistes, autoritaires, despotiques et tyranniques se sont permis par le pass? de s?auto-attribuer une caution scientifique (nazisme, fascisme, etc?), ceux ci ?ludent prudemment la question ou se d?fendent en pr?cisant qu?ils consid?rent la science ?cologique comme ?tant essentiellement occup?e ? l??tude de l?impact des activit?s anthropiques (c?est ? dire la transformation d’espaces, de paysages ou de milieux naturels sous l’action de l’homme).

Cette derni?re gesticulation intellectuelle n?est en fait qu?une aimable tautologie dans la mesure o? il est d?une ?vidence aveuglante que toutes les esp?ces vivantes un tant soit peu actives ont un impact sur leur environnement; qu?un troupeau d??l?phants lanc? ? toute allure dans une innocente for?t laisse une trou?e b?ante et chaotique derri?re lui; qu?une colonie de fourmis d?place sans effort apparent un m?le de terre, et pourrait m?me d?placer des montagnes si ces insectes venaient ? pulluler, ce qui pourrait bien arriver un jour ou l?autre; que les dinosaures, qui ont r?gn? vingt fois plus longtemps que nous sur terre, ont massacr? toute la v?g?tation ? plus de deux m?tres du sol, etc?., etc?., etc?.

Rien ? voir bien entendu avec nous autres ?tres humains, g?nies vivants de l?univers, pourtant minuscules grains de poussi?re compos? de 75% d?eau, d?un peu de suif, plus quelque microns d??l?ments min?raux, c?est-?-dire pas grand-chose, mais dont l?ego surdimensionn? vient de cr?er son plus beau fleuron nombriliste : l??cologisme.

Afin de lever d?finitivement cette imposture terminologique qui pr?sente objectivement l?inconv?nient d?avoir ?t? d?masqu?e par de nombreux observateurs (dont la plupart se taisent prudemment par crainte de repr?sailles m?diatiques ou interprofessionnelles), je conseillerais aux ?cologistes de se renommer entropistes, l?entropie ayant l?avantage d??tre la fonction d?une science et non pas une science elle-m?me ce qui r?gle d?j? un probl?me, d?une part, et de mesurer le degr? de d?sordre d’un syst?me ce qui correspond assez exactement au souci des ?cologistes, d?autre part. Plus l’entropie du syst?me est ?lev?e, moins ses ?l?ments sont ordonn?s, plus l?entropie est basse plus le syst?me est stable. Afin de se familiariser avec ce terme et de pouvoir d?cliner son utilisation avec pertinence dans leur vie militante quotidienne, j?invite ainsi les ?cologistes futurs entropistes ? la lecture assidue de Nicholas Georgescu-Roegen. Ils pourront ainsi se r?f?rer enfin ? une base id?ologique claire et incontestable, un peu de la m?me fa?on que les vrais socialistes se r?f?rent ? Karl Marx.

A suivre ?? autres impostures : la pr?servation de la plan?te, le r?chauffement climatique, le nucl?aire, la biog?n?tique, la pollution, les ?nergies renouvelables, le projet Europe Ecologie les Verts, la charte des Verts mondiaux, le green business, et bien d?autres encore ???

A propos de

avatar

Check Also

L’Ekranoplan d’Alexeïev, une formule d’avenir ? (5)

Ces hydrofoils aperçus dans notre épisode précédent vont avoir le vent en poupe dans les ...

One comment

  1. avatar

    Le mouvement écologiste fut lancé, il ne faudrait pas l’oublié, par l’establishment anglo-américaine à la suite de la deuxième guerre mondiale (ie IUCN, International Union for Conservation of Nature du Prince Phillip et sera suivi de la fomation du World Wide Life Fund, encore du Prince Phillip et de l’ancien nazi, le défunt prince Bernard d’Holllande. Le WWF, le fameux Penda, est financé par le Club 1001, qui contient tout ce qu’il de plus oligarchique et ‘capitaliste’, depuis Conrad Black, Peter Mund de Barrick Gold, Mellon, McGeore Bundy de la Ford Foundation, des dirigeants de Shell, etc. voir une partie de la liste ici: http://www.bibliotecapleyades.net/sociopolitica/sociopol_1001club02.htm ). La plupart de ces gens, comme Julian Huxley (le frère d’Aldoux) étaient des eugénistes et malthusiens radicaux, mais ‘malheureusement’ de leur point de vue, le nazisme avait rendu impopulaire l’eugénisme et le darwinisme social si présent parmi les élites, incluant le très libéral Irving Fisher, qui en plus de défendre le libre-échange et le laissez-faire aux USA, était un leader du mouvement eugéniste aux USA.

    Liste surprenante? Ce qu’il faut comprendre, c’est l’idéologie qui unie tous ces gens: ils sont malthusiens, c’est-à-dire qu’ils croient foncièrement que les ressources ‘naturelles’ sont limités sur terre et que le développement des nations, surtout dans les pays où les gens on la peau plus foncée que le blanc saxon, est une menace pour eux et la terre: ie si les nations se développent, il n’y aura pas suffisamment de ressources pour nous. Voir les écrits d’un Bertrand Russel par exemple…

    Ce qu’ils oublient et que Malthus n’avait non plus n’avait pas compris, c’est que l’humain, à la différence de toutes les espèces animales connues jusqu’à maintenant, à une capacité de faire des découvertes scientifiques qui puissent modifier sa relation avec la nature, lui permettant de transformer volontairement son environnement pour permettre plus de vivants de vivre et mieux vivres (bien sûr, c’est pas toujours une progression parfaite! Il des erreurs et des folies impériales…). Pour l’humanité, il n’existe pas de ‘ressource naturelle’: les ressources furent, sont et seront fonction de la connaissance humaine.

    Ainsi, une rivière pour les égyptiens permettait le transport, permettait l’irrigation (l’agriculture fut belle invention qui permet à plus d’humain de vivre: une société de chasse et cueillette ne pourrait faire vivre qu’environ 10 millions d’humains sur la planète) et peut-être d’autres utilisations comme la pêche. Mais elle ne permettait pas de produire de l’électricité: on ne connaissait ni contrôlait cette dernière. Aujourd’hui, c’est toujours la même rivière, mais son potentiel à changer, elle permet de générer de l’électricité: qu’est-ce donc qui a changé si la rivière est la même? C’est la connaissance humaine, permise par la faculté créatrice du cerveau humain. De même, le pétrole n’est devenu une ressource énergétique de mouvement que lorsque Diesel et compagnie inventèrent le moteur. Certains pensent qu’une fois usé le pétrole, il n’y aura plus de ressource… c’est stupide et encore une fois négligé la réelle source de richesse pour toute société, les neurones humaines… D’abord, on sait généré du pétrole du charbon (lequel plus présent que le pétrole, ce qui nous rajoute un 100, 200 ans) et on sait, en fait, créer du pétrole synthétique si on en a absolument besoin. Mais cela nécessite de l’énergie et c’est ici que nous avons déjà des solutions que Marie Curie et Einstein ouvrirent à l’humanité: la fascinante énergie contenue dans les atomes. Il ne faut pas oublier que la fission nucléaire (nos réacteurs actuels) n’est qu’une étape de transition vers la fusion nucléaire, laquelle est encore plus dense et sans les problèmes de la fission (mais qui ne sont pas des problèmes insolubles, bien au contraire! on peut quasiment réutiliser tous les soi-disant ‘déchets’ des centrales et on peut maintenant construire des centrales de 4e génération
    intrinsèquement, physiquement, sécuritaire). L’énergie nucléaire permet le dessalement de l’eau salée de manière massive, la création d’hydrogène en masse, etc. Le nucléaire lui-même permet tout plein d’application dans la santé, le contrôle des matériaux, etc. C’est-dire que souvent d’une découverte initiale on anticipe une utilisation, mais elle en cache des milliers d’autres que nous n’imaginons pas au départ. Ainsi, les premiers hommes qui maitrisèrent le feu, à l’évidence savait que servait pour ce chauffer ou s’éclairer de nuit (et rapidement se protéger des animaux sauvages), mais étaient loin de se douter qu’avec le feu ils pourraient travailler le fer ou encore la vitre!

    Dans les années 70, il y a eu le Club de Rome qui en grande pompe médiatique affirmait que tous les ressources comme le cuivre ne serait plus disponible en 2000… sur toutes leurs prédictions, ils ont eut tords!!! Ainsi, le cuivre ne s’acheva pas, car on inventa la fibre optique par exemple (sans compter les ondes!!!).
    Évidemment, les pessimistes, les catastrophistes écolo de tout acabit d’affirmer que ce n’est qu’une question de temps… Leur erreur vient toujours qu’ils pensent que chaque nouveau bébé n’est qu’une nouvelle bouche à nourrir…

    Combien d’écolo de gauche aujourd’hui s’inquiète que la Chine et d’autres pays pauvres se développent et affirment que s’ils attaignaient le niveau occidentale, la planète ne le supporterait pas? ce qui est faux. Et par conséquent… ben, il devrait pas se développer, il faut décroître… Ne se rendre-t-il pas compte que c’est exactement les mêmes conclusions que le colonialisme européen, de l’impérialisme barbare anglais? Restez donc des nobles sauvages (sic) pour qu’on puissent aller vous voir dans des ‘réserves’ écologiques en Afrique…

    Les ressources ne sont pas un donné fixé pour l’éternité, elles sont une palette de possible pour une société donnée en fonction des connaissances du moment.

    Vous vous inquiétez de la pollution? moi aussi (de la vrai, pas de l’élément essentiel pour les plantes qu’est le CO2), mais ce n’est pas en revenant à l’homme des cavernes que vous réglerez le problème: c’est par plus de science qu’on peut améliorer nos procédés (et les pays les plus propres, sont les pays les plus développés, car ils peuvent nettoyer leurs eaux, avoir des mesures anti-pollutions dans les usines, ne pas dépendre du bois pour se chauffer et cuisiner avec la surprenante réalité que plus une société se développe, moins elle besoin de couper sa forêt (il y a plus de forêt en Europe qu’il y a 400 ans)).

    Et puis si on pas terminer comme les dinosaures et les 98% d’espèces vivantes qui ont disparu, il faudra, comme l’a dit récemment un astronaute, porter notre ADN au-delà de notre petite planète: l’espèce humaine n’est pas terrienne: elle est système solairienne!!! et plus encore!!!