Accueil / A C T U A L I T É / Les grands enjeux du Pipelineistan arabe

Les grands enjeux du Pipelineistan arabe

Asia Times, Pepe Escobar, 30 avril 2011

Via Alter Info

Cette semaine, une fois encore, le gazoduc arabe a d? ?tre ferm??: Le gaz n?arrive plus en Isra?l et en Jordanie. Un ??gang arm? inconnu?? a dynamit? le terminal gazier d?al-Sabil, pr?s de la ville c?ti?re d’el-Arish, ? moins de 350 kilom?tres au nord du Caire, dans la p?ninsule du Sina?.

 

Le 27 mars 27, un ??gang arm? inconnu?? avait essay? de faire sauter le terminal, mais avait rat? son coup. Le 5 f?vrier, ils ont r?ussi?; le flux de gaz vers Isra?l et la Jordanie a ?t? coup?.

 

De facto, la p?ninsule du Sina? est une zone rouge. Les B?douins du coin font la loi. La s?curit? est hasardeuse. Des armes, fait passer en fraude vers Gaza et d’autres parties du Moyen-Orient, circulent dans le Sina?, c?est-?-dire, ? distance de frappe du gazoduc arabe.

 

Ce gazoduc est la star du Pipelineistan arabe. Il relie l??gype au nord d’Isra?l et au sud, vers le golfe d’Aqaba, et, de l?, traverse la Jordanie vers la Syrie et le Liban via Damas.

 

Le gazoduc arabe a la possibilit? de s?agrandir vers l?Est et l’Ouest, en fonction des turbulences politiques et ?conomiques. De Damas, il a la possibilit? de rejoindre le sud de la Turquie, et de se raccorder ensuite ? Nabucco, le projet d?exportation gazi?re vers l’Europe, embourb? avec assiduit? et toujours en gestation. L’autre possibilit? est une extension vers l’Italie et l’Espagne en incluant le gaz libyen et alg?rien.

 

Dans la ville strat?gique d?el-Arish, le gazoduc arabe se s?pare en deux, l’un des bras allant au nord-est, vers la ville isra?lienne d’Ashkelon. Le gazoduc el-Arish-Ashkelon alimente Isra?l depuis 2008. Pour le moment, Isra?l re?oit 1,7 milliard de m?tres cubes de gaz par an?; avant les ?v?nements de la place Tahrir, la fourniture ?tait pr?vue de passer ? 2,1 milliards de m?tres cubes. ? l’heure actuelle, l’?gypte fournit environ 10% du bouquet ?nerg?tique d’Isra?l, et est responsable de plus de 30% de son ?lectricit?. Plus de la moiti? de tout le gaz naturel consomm? en Isra?l vient d’?gypte.

 

Peu de gens peuvent savoir qu?avec 63 milliards de m?tres cubes par an, l’?gypte est l’un des plus grands producteurs de gaz naturel du Maghreb. En Afrique, il est seulement derri?re l’Alg?rie (80 milliards). Alors que l’?gypte accro?t sa production, l’Alg?rie la diminue. Dans le march? du gaz naturel, le Caire et Alger sont de f?roces concurrents. L’?gypte investit aussi beaucoup en m?me temps dans le gaz naturel liqu?fi?, transportable par voie maritime, de mani?re ? compenser les risques de sa d?pendance au Pipelineistan du Moyen-Orient.

 

Sur le plan r?gional, l?exportation gazi?re ?gyptienne est strat?gique, en particulier pour Isra?l. Le sabotage peut nuire ? l’?conomie d?Isra?l et ? sa s?curit? militaro-?nerg?tique. L?attentat nuit aussi ? la cr?dibilit? r?gionale et internationale de l’?gypte comme plaque tournante gazi?re, une image que le r?gime de Hosni Moubarak a ?t? tr?s d?sireux de cultiver.

 

Le pr?sident Anouar el-Sadate et ensuite Moubarak ayant ?touff? toute tentative de diversification de l’?conomie ?gyptienne, le pays d?pend du tourisme, des envois de fonds des travailleurs ?gyptiens ? l’?tranger, du droit de passage dans le canal de Suez, du paiement de privatisations douteuses, et, en particulier, de ses exportations p?troli?res et gazi?res. Une formidable part de toutes ces rentr?es a atterri dans les comptes bancaires suisses de Moubarak.

 

Qu?Isra?l ait d?fendu Moubarak jusqu’au dernier instant n??tonnera gu?re. Gamal et Alaa, les fils de Moubarak, ont empoch? des ??commissions?? de centaines millions de roupieus sur la vente ? Isra?l de gaz ?gyptien. Pendant que Tel-Aviv payait ces ??commissions?? pour obtenir du gaz ? un prix ridiculement bas, l??gyptien moyen ne pouvait m?me pas r?ver de profiter au moins de quelques avantages financiers en travaillant sur les gisements de gaz. Pas ?tonnant qu?? la mi-avril le nouveau premier ministre ?gyptien, Essam Sharaf, a ordonn? une r?vision s?rieuse de la fixation du prix des march?s avec Isra?l.

Nouvelle ru?e vers le gaz

 

Une autre formidable partie doit d?sormais se jouer dans le Pipelineistan arabe. La compagnie texane Noble Energy a d?couvert en M?diterran?e orientale d??normes gisements de gaz naturel, des milliards de m?tres cubes. Ces eaux englobent toutes sortes d?acteurs clefs r?gionaux?: Isra?l, Liban, Chypre, Gaza, ?gypte et Turquie. Aucun trait? ne d?limite les eaux territoriales. Ce que chacun peut ?ventuellement esp?rer n?est rien moins que plus de 300 ans d’?nergie assur?e?; cela signifierait la fin de la guerre de l’?nergie r?gionale, du moins en th?orie.

 

La Turquie est impliqu?e en ce moment dans une tentative d?licate visant ? d?velopper le Pipelineistan, non seulement le long de l?axe est-ouest, mais aussi nord-sud, ce qui signifie qu’il faut cr?er un r?seau de relations complexes entre pas moins de neuf pays?: Russie, Azerba?djan, G?orgie, Arm?nie, Iran, Irak, Syrie, Liban et ?gypte. Avant les ?v?nements de la place Tahrir, des n?gociations s?rieuses ?taient d?j? en cours au sujet d?une extension du Pipelineistan arabe reliant le Caire, Amman, Damas, Beyrouth et Bagdad. Cela r?aliserait certainement mieux que tout ??processus de paix?? l?unification et le d?veloppement du Moyen-Orient.

 

Cela concerne aussi le gaz trouv? derni?rement en M?diterran?e orientale. Un monde id?al donnerait la responsabilit? du d?marrage de l?exploitation de ce gaz nouvellement d?couvert ? une compagnie multinationale qui pourrait ?tre situ?e ? Chypre, un pays neutre et membre de l’Union europ?enne. Cela simplifierait la vente d’une grande partie de ce gaz ? une Europe avide d??nergie, all?geant ainsi sa d?pendance envers le gaz russe.

 

Gazprom, le g?ant de l’?nergie russe, ne manquera pas de toute fa?on de s?impliquer dans l’action. Il a d?j? propos? ses services de prospection au Liban. D?j? sur place, la Chine est pr?te ? acheter ? n’importe qui. Pour l’instant, dans cette nouvelle ru?e vers le gaz, le c?ur de l’action se trouve ? l’a?roport de Chypre. Delek corporation, qui, apr?s Noble Energy, contr?le la deuxi?me plus grande quote-part des droits d’extraction en Isra?l, veut installer une raffinerie de gaz naturel liqu?fi? ? Chypre, sur un site strat?gique situ? entre deux bases navales zuniennes.

 

Finalement, la r?alit? pourrait s?av?rer confuse. En particulier avec les int?r?ts isra?lo-zuniens essayant de prendre le dessus, tandis que les gouvernements arabes penseront pouvoir utiliser cette nouvelle manne gazi?re comme un moyen d?entamer l’h?g?monie ?conomique et militaire d’Isra?l.

 

Il se pourrait qu?au moins l?un des dehors de la grande r?volte arabe de 2011 signifie pour eux un bel avenir, comme pour le ??gaz naturel,?? les marchandises, capitaux et infrastructures entra?nant le d?veloppement chacun. ? moins, au contraire, qu?il s?av?re que ce soit un autre chapitre meurtrier des actuelles guerres de l’?nergie.

Original?: www.atimes.com/atimes/Middle_East/MD30Ak03.html
Traduction copyleft de P?trus Lombard

A propos de

avatar

Check Also

La haine, mal incurable

Effets secondaires irréversibles. De cette crise qui risque fort de s’éterniser tant tous les ingrédients ...