Accueil / T Y P E S / Chroniques / Les grandes loges syndicales

Les grandes loges syndicales

Quand les ma?ons du Moyen ?ge ont compris que le march? de la cath?drale ?tait porteur et qu’ils en savaient, eux, des choses que les carriers et autres culs-terreux ne connaissaient pas, une grande solidarit? est n?e.

Pas une solidarit? entre ma?ons, porteurs d’eau et petits tailleurs de pierre ; non, une « noble » solidarit? entre ma?ons, pour garder ce qu’ils avaient, en avoir plus et exclure les autres. C’est ainsi que se sont cr??s les premiers corps de m?tiers, les premi?res « corporations » dont le but ?tait simple : obtenir plus de privil?ges pour leurs membres.

Avec le temps, les tabliers des ma?ons se sont r?tr?cis, les simagr?es ont augment? et la Ma?onnerie est devenue « sp?culative », politique, ce qui a donn? la R?volution Am?ricaine (regardez les symboles sur un billet de banque U.S.A), a mis les calottes ? leur place… mais a aussi pourri la Troisi?me R?publique. Aujourd’hui, apr?s la grandeur et la chute, les Ma?ons am?ricains portent de dr?les de chapeaux et font dans la bienfaisance. Ils sont devenus inoffensifs… et largement inutiles.

?a ne vous rappelle pas quelque chose ? Je ne souviens encore d’un temps o? les syndicats repr?sentaient les d?favoris?s. Asbestos a ?t? un peu comme Carillon : un moment de gloire de l’histoire des Qu?b?cois. Au d?but des ann?es ’50, j’?tais fier d’aller me bagarrer pour les travailleurs chez Dupuis Fr?res. Aujourd’hui, je ne suis pas fier des cols-bleus de Montr?al qui vandalisent ; je ne suis pas fier des enseignants qui font le gr?ve.

Je ne sais pas si des organisateurs syndicaux font poser des bombes dans les Macdonalds… mais je regrette que ce soit une hypoth?se cr?dible et c’est le comportement des syndicats qui a rendu cr?dible cette hypoth?se. Les corporations syndicales dont devenue des Loges ouvertes… et ferm?es.

Soyons francs : repr?senter les travailleurs qui travaillent, ce n’est plus repr?senter les « damn?s de la terre » ; c’est repr?senter ceux qui sont dans la chaloupe et qui repoussent ? la mer ceux qui veulent y monter. Ce n’est pas n?cessairement b?te, mais ce n’est pas d’un altruisme exemplaire . En fait, c’est d’un parfait ?go?sme… et d’une grande hypocrisie, car aujourd’hui, le d?fi, c’est de repr?senter les travailleurs qui ne travaillent plus.

Le syndicalisme « op?ratoire » d’il y a un si?cle a ?t? r?cup?r? par le Syst?me qui a accept? de soutenir le syndicalisme… en ?change du soutien des syndicats. On a vu se pointer la syndicalisation obligatoire et la convention collective, les d?ductions syndicales ? la source et la formation syndicale pay?e par l’?tat… Mais les syndiqu?s ont d?fil? dans les rues aux U.S.A pour soutenir la Guerre du Vi?t-Nam et, ici m?me, la FTQ est devenue capitaliste pratiquante avec le Fonds de Solidarit, pendant que les trois centrales soutiennent les BQ et PQ contre le NPD ou tout ce qui bouge ? gauche…

Les syndicats ne se sont pas seulement int?gr?s au pouvoir, ils ont ?t? amen?s ? se ranger CONTRE les d?favoris?s. Acceptant le cadeau empoisonn? de la syndicalisation des fonctionnaires, ils ont cess? d’?tre un ?l?ment de la solution pour devenir une partie du probl?me. C’est qu’on les voit faisant gr?ve, dans les services publics, non pas contre un employeur « bourgeois » mais contre la population et en s’attaquant aux plus pauvres et aux plus faibles de la soci?t? : les enfants, les malades… les usagers du transport en commun.

Devenus une ma?onnerie, des corporations qui d?fendent uniquement les int?r?ts de leurs membres, les syndicats ne servent plus la Gauche ; ils s’en servent comme d’un pr?texte pour attirer la sympathie d’une frange d’intellectuels – dont les communicateurs, bien, s?r !- qui se trouvent plus beaux ? gauche… mais qui ont eux-m?mes fait leur nid bien ? droite. Il n’y a plus personne ? gauche.

C’est parce qu’il n’y a plus personne ? gauche qu’il faut encore parler des syndicats ; s’il y avait une solution de rechange, les syndicats ne m?riteraient pas plus d’attention que les CLSC, les tribunaux administratifs ou quelqu’autre rouage du pouvoir. Mais il n’y a pas d’autre structure organis?e dont au moins le discours soit pour la justice et la tradition pour le changement. Il faut donc faire avec…

Comment susciter chez les syndicalistes une prise de conscience qui les am?neraient ? int?grer les ch?meurs et les assist?s sociaux, les immigrants et les retrait?s, les ?tudiants sans avenir et tous les laiss?s-pour-compte ? Comment remettre les syndicats ? gauche ? Est-ce qu’il n’y a pas, dans les Grandes Loges syndicales, quelqu’un qui aurait le courage de dire que, de la m?me fa?on que ce qui est « bon pour GM » n’est pas n?cessairement « bon pour l’Am?rique », l’int?r?t de l’Ordre syndical n’est pas toujours non plus celui de l’humanit? ?

Dommage que les colonnes soient muettes…

A propos de

avatar

Check Also

L’Ultime retour des Barbares

  Je remets en ligne ce texte de Fethi Gharbi qui, comme les quelques uns ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Les syndicats ne devraient pas être la fin de l’organisation de la classe travailleur,. Le mouvement, comme vous avez dit, doit inclure les étudiants, les chômeurs, les ainés, etc. pour lutter contre les intérêts capitalistes. La complaisance qu’on reconnait chez les syndicats d’aujourd’hui n’est pas un raison pour les abandonner, il faut qu’on bâtisse le mouvement pour le futur.

  2. avatar

    Excellent billet ! Ça porte à réflexion… Je me fie sur l’habituelle exactitude de vos propos et ce nouvel angle d’analyse qui me poussent à réviser mes opinions sur les syndicats et le syndicalisme.

    Je suis tout à fait d’accord avec vous quant à cette traditionelle position qu’ont les syndicats de « coucher » avec le PQ et le BQ surtout lorsque le premier se rapproche du pouvoir. Pourtant, le premier leur a botté le cul sans gêne lors du passage de Lucien le Lucide.

    Coincidence, j’ai publié un modeste billet ce matin, dans lequel je partage mes réflexions sur les derniers sondages politiques, et où je mentionne qu’il serait temps que les intellectuels et les syndicats démontrent un peu de sympathie pour Québec solidaire. Au moins pour démontrer qu’ils comprennent l’importance d’assurer la survie du seul parti de « gauche » au Québec…

  3. avatar
    Patricia Turcotte

    Le 1er mai 2008 : fête des Travailleurs !

    Priez le Patron des travailleurs du Québec : Saint Joseph lui même, parce qu’on a tous besoin d’aide !

    Croyez-le ou non, mais je suis une femme de 52 ans, et je travaille plus aujourd’hui, en occupant mes loisirs par l’écriture etc. que je travaillais sur le marché du travail.

    Y a en t-il un syndicat pour les trous-du culs-comme moi, et comme tant d’autres personnes humaines, qui sommes devenus presque des DOSSIERS, et plus des êtres humains dans le système actuel.

    Et pire, je ne suis même pas dans les Chevaliers de Colomb, ni dans les filles d’Isabelles. Je touche $860. par mois avec mes rentes de travailleurs de l’âge de 18 ans jusqu’à l’âge de 36 ans, où hop-là, je suis devenue une cr…..de B.S. qui retire $2.59 sous par mois en plus de ma rente de la Régie des Rentes d’Invalidité.

    Alors, je suis devenue un DOSSIER comme toutes ces personnes devenues des DOSSIERS dans le système, dans la société, dans le Gouvernement et dans l’ÉTât !!!!

    Non, moi je n’entre pas dans ce jeu !

    Je demeure libre de toutes entraves, et je rêve encore de sortir de ce rang de l’aide sociale ; et de ne rester que sur la Régie des Rentes pour l’instant !

    Le Patron des Travailleurs est bien au Québec et au Canada : Saint Joseph.

    Alors Saint Joseph priex pour nos élus, nos Chevaliers de Colombs, etc, car ils en ont bien plus de besoin que moi, et bien des honnêtes gens qui ne sont plus des travailleurs pour une société productive, mais qui ont du coeur au ventre, et capable de nous tendre la main quant on leur demande de l’aide etc.

    Patricia