Accueil / T Y P E S / Chroniques / Les dessous de l’affaire Spitzer

Les dessous de l’affaire Spitzer

Non je ne parle pas des dessous f?minins de la bimbo de luxe qui a men? Eliot « Ness » Spitzer ? sa perte. Le moindre scribouilleur et commentateur y est all? de son pablum journalistique, l’un sur l‘hypocrisie sexuelle am?ricaine, l’autre sur les al?as de la plus vielle profession mais pas un tra?tre reporter ne semblait en mesure de nous informer ? propos du v?ritable narratif derri?re le « scandale » Spitzer.

Aucun de nos valeureux repr?sentants m?diatique n’a ?t? capable de nous donner l’heure juste, autant au Canada, qu’aux states que dans le monde entier !!!???

« This is not the Mounties who get their man, this is the Mounties who get the political targets for their man !  » – Greg Palast

Et voil? que se pointe l’intr?pide Greg Palast (celui m?me qui m’a originalement oblig? ? produire mes clips activistes tellement il me semblait absurde de le voir pr?cher dans le d?sert (and obviously still seems to be 😉 donc Palast nous donne, une fois de plus, la v?ritable histoire, le r?el narratif que sous entend tout le hoopla des derniers jours.

Je r?sume… Spitzer avait l’accord et repr?sentait les 50 atorney general des 50 ?tats am?ricains (autant r?publicains que d?mocrates) et allait poursuivre l’administration Bush et la Federal Reserve Bank pour avoir donn? 2 milliards aux banques pour renflouer les pr?ts usuraires que des gros joueus de Wall Street avaient accord?s tout en s’approppriant les maisons des 2 millions de familles qui, eux, vont compl?tement perdre leur mise.

?A C’EST DU JOURNALISME !

C’est du cronie capitalisme abjecte tel que brillament d?montr? par Naomi Klein dans son br?lot « The Shock Doctrine ».

SVP LIRE L’ARTICLE ET ?COUTEZ SON INTERVENTION SUR AIR AMERICA

Eliot’s Mess
Published March 14th, 2008

The $200 billion bail-out for predator banks and Spitzer charges are intimately linked
http://www.gregpalast.com/elliot-spitzer-gets-nailed/#more-1979

L’assassinat politique a ?t? gracieusement ex?cut? gr?ce ? la privatisation des bases de donn?es du FBI, de la NSA et CIA via les retors r?publicains de chez CHOICE POINT. Le processus est expliqu? dans mon clip : Be Careful What You Say 2

La pratique est business as usual pour nos ma?tres…

ASSASSINAT POLITIQUE 101

Bonjour chez vous 😉

PS : TENDRES MORCEAUX D’INFO ? PROPOS DE L’ARNAQUE

(D?sol?, je n’ai ni le temps ni l’expertise pour traduire sans trahir l’esprit de la lettre)

Here’s how it worked : The Grinning Family, with US average household income, gets a $200,000 mortgage at 4% for two years. Their $955 monthly payment is 25% of their income. No problem. Their banker promises them a new mortgage, again at the cheap rate, in two years. But in two years, the promise ain’t worth a can of spam and the Grinnings are told to scram – because their house is now worth less than the mortgage. Now, the mortgage hits 9% or $1,609 plus fees to recover the “discount” they had for two years. Suddenly, payments equal 42% to 50% of pre-tax income. The Grinnings move into their Toyota.

Now, what kind of American is ‘sub-prime.’ Guess. No peeking. Here’s a hint : 73% of HIGH INCOME Black and Hispanic borrowers were given sub-prime loans versus 17% of similar-income Whites. Dark-skinned borrowers aren’t stupid – they had no choice. They were ‘steered’ as it’s called in the mortgage sharking business.

Headlines in the financial press – one was “Wall Street Declares War on Spitzer” – made clear to Bush’s enforcers at Justice who their number one target should be. And it wasn’t Bin Laden.
It was the night of February 13 when Spitzer made the bone-headed choice to order take-out in his Washington Hotel room. He had just finished signing these words for the Washington Post about predatory loans :“Not only did the Bush administration do nothing to protect consumers, it embarked on an aggressive and unprecedented campaign to prevent states from protecting their residents from the very problems to which the federal government was turning a blind eye.”

Bush, Spitzer said right in the headline, was the “Predator Lenders’ Partner in Crime.” The President, said Spitzer, was a fugitive from justice. And Spitzer was in Washington to launch a campaign to take on the Bush regime and the biggest financial powers on the planet.

RESUM? EX?CUTIF

NOTE : L’argent du bail-out de 2 milliards est celui des citoyens, la pute ? $4300. ?tait sur le bill personel de Spitzer 😉

A propos de

avatar

Check Also

Crépuscule d’un monde

  Coupé de sa nature, ignorant Gaïa sa mère nourricière, l’individu s’est terré dans les ...

8 Commentaire

  1. avatar

    Deux commentaires concernant l’affaire Spitzer.

    D’abord, son attitude de justicier a quelque chose de caricatural que le cinéma américain a toujours traité avec allégresse dans ses films. La morale d’un seul homme qui triomphe contre toutes les crapules (ici Wall street) du monde, lesquels doivent s’incliner devant l’invincible victoire du bien et du mal, est proprement risible et relève d’une naïveté toute américaine.

    Ce pays, le plus violent et le plus infantilisé (lire Culture code, de Clotaire Rapaille) de la planète, pense que cet homme doit se retirer parce qu’il a baisé avec une pute, alors que l’industrie de la porno aux States est la plus lucrative (et légale) du monde.

    Ensuite, la naïveté du justicier lui-même de croire que les crapules laisseront un hurluberlu solitaire les détruire sans répliquer, sans fouiller dans sa merde pour le neutraliser en l’attaquant publiquement. Pauvre con. Les médias institutionnels sont tous républicains, le monde des affaires est aussi – sinon davantage – à droite que les républicains, et lui se promène impunément chez les escortes de Washington. Hello ! Is there anyone home ?

    Pour bien comprendre comment fonctionne la politique étasunienne, lire Confessions of a politicial hit man de Stephen Marks, un homme dont la carrière s’est faite sur la recherche – et l’exploitation – de comportements moraux jugés honteux au royaume du puritanisme et de l’hypocrisie.

    Comme William l’explique, il a été politiquement assassiné le jour même où des poursuites judiciaires devaient être entamées par la justice américaine contre les crapules de Wall street. Il n’y a pas de hasard dans ce monde-là, seulement des intentions, de la planification et de la protection d’intérêts.

    Tout le reste est ergotage pour médias en mal de manipulation primaire et de cotes d’écoute. Ce qu’ils font magnifiquement bien et avec beaucoup de talent.

    J’ai aussi bien hâte de lire la chronique d’humeur de l’insignifiant Patrick Lagaçé sur la question. Il va sûrement nous éclairer en nous traitant de conspirationnistes, encore une fois.

    Pauvre enfant.

    Alea jacta est

  2. avatar

    On devait lire, au milieu du premier paragraphe : du bien CONTRE le mal, bien évidemment. Je commence à écrire comme mon idole, Patrick Lagaçé.

    C’est désolant !

  3. avatar

    A BLAST FROM THE PAST : THOSE WERE THE DAYS MY FRIEND 😉

    DC Madam scandal widens : Cheney, Giuliani, Abramoff by Gustav Wynn

    The media black-out on the scandal involving DC Madam Deborah Jeane Palfrey is surprising in light of the lack of lawsuits being leveled at the Wayne Madsen Report website. Instead of Dick Cheney and the recently resigned Randall Tobias filing libel and slander lawsuits against the site, we see only their silence. Moreover, the Wayne Madsen site has been continually expanding on this story – making this either the scoop of the century, or the biggest fairy tale in DC history.

    Consider this : WMR is now reporting specifically who at ABC News’ 20/20 became fully aware of not only Cheney’s use of the escort service, but dozens more « high profile » names – culled from the phone records only since 2002 (the escort services full records go back to 1994). ABC’s crack team was reportedly gagged by their bosses after concerned calls from the White House. This would be amazing if true, yet no White House denial has been forthcoming as of this writing…

    WMR also reports that the DC Madam first came under DOJ scrutiny after US Attorney Thomas DiBiagio got a crooked cop Ed Norris (a pal of NYC Police Commish Bernard Kerik) to squeal on the escort service in May 2004, admitting the service had received illicit payouts from official police funds. Less then a year after Norris was hired as State Superintendent by Maryland Governor Robert Ehrlich, another US Attorney, Johnathan Luna, who had also investigated Norris and Kerik back in NY turned up murdered in December of 2003. Luna at the time was working under DiBagio on the DC Madam case, finding Ehrlich and lobbyist Jack Abramoff were DC Madam clients. Then, DiBiagio became the first U.S. Attorney fired by the Justice Department after Bush’s re-election in 2004. Vastly underreported, DiBagio’s probe had linked Republican governor Ehrlich to Bob Ney, Tom DeLay, Duke Cunningham and others but the investigation died when he was fired.

    It wasn’t until Palfrey attempted to leave the country and sell her house that interest in the DC Madam was revived. A warrant eventually seized her assets. WMR reports that one DC law firm representing Saudi clients turned up on the phone list and that another patron on the list was a client of the law firm of Bracewell & Giuliani. Though Madsen can be a little quick to speculate, he stands by his claim, purportedly confirmed by three different sources, that Cheney’s beltway phone number appeared in the records numerous time when he was CEO of Halliburton.

    No major media has picked up the story, though David Letterman mentioned it in a recent monologue, quipping that Cheney paid the hooker $2 billion dollars. Washington Post did cover an aspect of the story but omitted any mention of Cheney.

    UNITED STATES OF AMNESIA : DICK’S D.C. MADAM PROBLEM

    EXTRA * EXTRA * READ ALL ABOUT IT !

    Too Big to Bail
    The Fed’s Wall Street Dilemma
    By Pam Martens

    Americans learned two new truths last week from the Bush Administration’s version of Life’s Little Instruction Book : if you’re a Wall Street miscreant you’re thrown a lifeline ; if you’re a Wall Street crime fighter you’re thrown a land mine.

    “La politique, c’est l’art de consulter les gens sur ce à quoi ils n’entendent rien, et de les empêcher de s’occuper de ce qui les regarde.” – Paul Valéry

  4. avatar
    François Marginean

    Hey JF,

    Je pense qu’il s’est glissé une erreur dans ton texte, à moins que je ne me trompe, juste ici :

    « Je résume… Spitzer avait l’accord et représentait les 50 atorney general des 50 états américains (autant républicains que démocrates) et allait poursuivre l’administration Bush et la Federal Reserve Bank pour avoir donné 2 milliards aux banques pour renflouer les prêts usuraires que des gros joueus de Wall Street avaient accordés… »

     N’est-ce pas 200 milliards et non 2 seulement ??

    Merci pour ce texte, bien que j’ai peur que beaucoup de ne saississent toute l’ampleur et la signification de ce qui s’est passé dans cette affaire.

    Les banques privées ont joué au grand casino mondial et ont perdu leur mise. Ils ont tout fait pour faire dérèglementer le secteur bancaire. Maintenant qu’ils ont ruiné des Américains qui eux ont perdu leur maisons, et que l’économie est à terre à cause d’eux, la FED, qui est aussi une banque privée, prend l’argent du peuple et rembourse les pauvres banques qui font tellement pitié. Ils sauvent les banques et laissent les Américains perdre leur maison, leur dollar et le reste de l’économie.

    Spitzer était sur le point de nommer et tenir responsables les vrais coupables, mais c’était sous-estimer ce gouvernement parallèle qui n’allait pas le regarder aller sans rien faire.

    Vous vous rappelez de Kennedy ? Il avait commencé à introduire 200 000 000 de vrais Greenback, de l’argent imprimé sans intérêts par le gouvernement, hors contrôle de la FED. Il fut assassiné en plein jour, et ces 200 millions furent retiré du marché dans les semaines suivantes.

    Ils ne vont jamais laisser aller leur pouvoir immense de créer de l’argent du vide. Ils possèdent l’économie américaine entre leurs mains.

    Pendant ce temps, des Américains sont contraints de perdre leurs maisons, et se voient obligés de vivre dans des tentes, comme en Californie. C’est la tier-mondialisation de l’Amérique.

    Mais il faut sauver les banquiers….

  5. avatar

    Spitzer n’avait pas le droit d’ignorer le pouvoir économique et financier lorsqu’il se faisait tailler une pipe par une escorte. Ignorance ou naïveté, peu importe. Ce qui compte pour lui était l’égo démesusé du justicier aveugle qu’il était et l’ambition abyssale qui devait le mener au sommet. Impardonnable de la part d’un homme dont on dit qu’il est intelligent.

    Il est malheureusement une nouvelle victime de la duplicité du langage aux É-U. Il n’avait pas le droit d’ignorer la réalité du terrain. Pour les millions d’Américains qui ont tout perdu, et pour ceux et celles qui paient de leur poche pour rembourser les pauvres et cupides banques . L’adage qui dit que les dettes sont publiques alors que les profits sont privés demeure, à ce jour, une vérité facilement vérifiable et très difficile à avaler.

    Je ne sais pas ce que le peuple américain attend pour faire la révolution, mais les preuves s’accumulent (sauf pour les Patrick Lagaçé de ce monde) à un rythme tel que même les historiens de la trempe de Howard Zinn sont excédés par une apathie qui frôle, dit-il, le masochisme et l’autodestruction.

  6. avatar

    JF…
    100% pour les chiffres 😉
    Le principe, par contre, demeure et semble même se généraliser … On « socialise les coûts a et privatise les profits »

    MORE

    Too Big to Bail * The Fed’s Wall Street Dilemma By Pam Martens

    Americans learned two new truths last week from the Bush Administration’s version of Life’s Little Instruction Book : if you’re a Wall Street miscreant you’re thrown a lifeline ; if you’re a Wall Street crime fighter you’re thrown a land mine.[

    KRISTIAN…

    En psycho on appelle ça un « deathwish » 😉

    Par l’obéissance on assure l‘ordre et par la résistance, la liberté.

    “Being honest is out of fashion. Nobody wants to do that anymore because it is easier lo lie, you’ll go farther, faster if you’re a fake person.” – Frank Zappa

    « On ne peut pas dire la vérité à la télévision : il y a trop de gens qui regardent » – Coluche

  7. avatar

    À vous lire on pourrait croire qu’on a crucifié le christ !

    Jesus Camp bande annonce trailer
    http://www.dailymotion.com/bookmarks/charitybernhard/video/x1nl7r_jesus-camp-bande-annonce-trailer_shortfilms

  8. avatar

    EN FRANÇAIS PLEASE !

    Merci à L’aut’ Journal pour la prompte traduction du texte original de Palast !

    Sexe, prêts hypothécaires et Eliot Spitzer

    Still the plot thickens…

    THE TECHNOLOGY THAT TOPPLED SPITZER—SOMEBODY’S WATCHING YOU TOO

    Why Eliot Spitzer was assassinated / The predatory lending industry has a partner in the White House

    If the combined forces of ABC, CBS, CNN,NBC, Fox, the New York Times and the Washington Post can’t do basis reporting like this, it’s up to you the reader to spread the word. – Brasscheck

    Le journalisme citoyen comme 5ième pouvoir vu la faillite totale du 4ième ?

    Pas besoin de crucifiction, sortez le pilori et les tomates 😉