Accueil / T Y P E S / Articles / Les dernières données du satellite Planck

Les dernières données du satellite Planck

Capturea1

Analysons ces différentes densités de l’univers à ces différentes époques:

400 000 ans après Big bang où, à l’époque de la libération de la lumière (photons).

Inflaton = inexistant

Rayonnement = existant pour 13,9% de la densité de l’univers (On parle évidemment du rayonnement « lumineux » libéré  380 000 ans après le big bang)

Neutrino = 9,6% de la densité universelle. Évidemment il est question, ici, de proportion de la densité versus les autres « choses »; autrement dit : la quantité « proportionnelle » et non de la quantité existante en soi.

Matière ordinaire = 11,9% de la densité totale. Notez que l’annihilation matière /antimatière est terminée; mais que la topologie de l’antimatière disparue est toujours imprimée dans la géométrie de l’espace. Ne pas oublier que cette « quantité » de matière ordinaire est une proportion et que même si cette proportion diminuait, cela ne signifierait pas que la quantité en soi (réelle), diminue.

Matière noire (sombre) = 64,6% de la densité totale. Notez que la nucléosynthèse stellaire n’est pas commencée; mais les résidus « topologiques » de l’antimatière disparue, qui eux sont restés imprimés dans le « tissu » de l’espace, explique l’importance « proportionnelle » de la matière noire de cette époque.

Énergie sombre = inexistante. Notez que la « dimension » de l’univers n’est pas celle de 13,7 milliards d’années plus tard où les mégaparsecs seront la norme.

———————————————————————

2 milliards d’années après Big bang :

Inflaton = inexistant

Rayonnement  et neutrino = 0,1% de la densité totale. On se rend compte que l’expansion de l’univers, durant ces 2 milliards d’années, a changé énormément les proportions des différents composants. Par exemple, la quantité réelle des neutrinos n’a pas changé mais sa quantité « proportionnelle » a beaucoup diminué.

Matière ordinaire = 15,1%. Augmentation « réelle » de la matière ordinaire attribuable à la nucléosynthèse stellaire.

Matière noire (sombre) = 81,9%. Augmentation « proportionnelle » attribuable à l’expansion de l’univers puisque la quantité initiale du départ était plus grande que tout le reste.

Énergie sombre = 2,9%. Son apparition correspond à une époque où l’expansion de certains volume d’espace vides sont assez grand (mégaparsec) pour expliquer une « apparence » d’accélération de cette expansion. Donc une impression de la présence d’énergie sombre.

————————————————————————–

Aujourd’hui

Inflaton = inexistant.

Rayonnement = inexistant (lumineux et non pas du fond diffus).

Neutrino = inexistant (ou plutôt non quantifié puisqu’il se présente sous la forme de rayonnement cosmologique).

Matière ordinaire = 4,9% Ce qui est conforme aux calculs précédents de 5%.

Matière noire (sombre) = 26,6%. Diminution qui indique que l’expansion de la partie « énergie sombre » (bulles d’espace vides) s’est déroulée plus rapidement que celle de la matière noire (volume des filaments à grande échelle).

Énergie sombre = 68,6%. Ce qui confirme la plus grande rapidité de l’expansion de cette partie de l’univers (bulles vides entre les filaments à grande échelle).

————————————————————————-

Dans 10 milliards d’années

Inflaton = inexistant depuis le début

Rayonnement = inexistant sur le graphique

Neutrino = inexistant sur le graphique

Matière ordinaire = 1%. Ce qui ne veut pas du tout dire qu’elle diminue en quantité mais plutôt en proportion. C’est le résultat obtenu à cause de l’expansion  « d’espace vide » entre les filaments de matière.

Matière noire (sombre) = 5,6% diminution « proportionnelle » toujours causée par l’expansion des « bulles d’espace vides » entre les filaments à grande échelle.

Énergie sombre = 93,4% Augmentation proportionnelle produite par l’expansion de l’univers (des « bulles d’espace vides » à grande échelle). En fait c’est simplement une augmentation du volume d’espace-temps qui présente une courbure « nulle ». Déterminant ainsi un univers « plat » que nous observons.

—————————————————————————

Toute cette analyse des données du satellite Planck appuient complètement et parfaitement la proposition faite dans mon livre « L’histoire de l’univers » qui sera bientôt disponible « gratuitement » sur le site de la Fondation littéraire Fleur de lys. C’est tout de même étonnant!

André Lefebvre

Auteur de L’Histoire… de l’univers

A propos de Andre lefebvre

avatar

Check Also

Le summum de la médiocrité historique

  Quand la politique se mêle de l’histoire, le résultat est toujours le même depuis ...