Accueil / A C T U A L I T É / L’école de la soumission…

L’école de la soumission…

Castex éteint les lumières de Noël …

Pour ceux qui nous gouvernent au nom d’intérêts supérieurs qui nous échappent totalement, l’enfant tout comme le citoyen se bornent à être des consommateurs compulsifs qu’il convient d’encourager à défendre l’économie, la vraie, la seule qui vaille, celle des grands groupes ; les généreux donateurs de la campagne présidentielle. C’est naturellement le corolaire détestable d’un système électoral qui pousse à la corruption tant il suppose de mettre sur et sous la table des sommes considérables pour emporter la mise. Mais ceci est une autre histoire…

Pour enfoncer un peu plus encore le clou qui crucifie l’École Républicaine, notre merveilleux fossoyeur de la culture nationale a donc suggéré que les enfants ne se rendent pas en classe les deux derniers jours de ce trimestre qui s’achève, comme il a commencé du reste, dans la plus totale confusion. Une fois encore, l’excuse affichée est la préservation de la santé, un souci louable et qu’il est difficile de critiquer quand il s’agit de nos chérubins.

Pourtant dans le même temps, nulle mesure restrictive pour leur interdire de suivre leurs parents dans les centres commerciaux, ce lieu béni de la permissivité gouvernementale. Il est vrai que le risque sanitaire y est quasiment inexistant puisque le virus est un complice du capitalisme et un ennemi de l’enseignement, de la culture, de la vie sociale. Une telle convergence idéologique entre les tenants libéraux de nos sociétés et le mal sournois est une formidable opportunité qu’il convient d’encourager sans réserve.

Mais revenons à nos petits enfants. L’ogre Castex veut leur éviter les deux derniers jours d’école pour leur bien. Ce n’est pas innocent. Lors de ces journées si particulières, les enseignants ont l’habitude de changer l’organisation de la classe, de préparer des activités festives, culturelles, ludiques, tout simplement différentes pour préparer leurs élèves à ce rituel de Noël qui peut très bien se penser en dehors du religieux et du mercantilisme. C’est ce que font très bien depuis toujours les maîtres et les maîtresses de France.

Tout ce qui relève de la culture est viscéralement insupportable à ces sinistres personnages de haut vol qui ne voient dans les individus que des possesseurs des cartes bleues. Il faut donc extirper les élèves de ce terrible piège de la pensée contestataire qui prône le rêve, l’imaginaire, le merveilleux. C’est totalement contraire à l’esprit de ce pouvoir qui n’aime que les jeunes pragmatiques, ambitieux et réalistes.

Ne nous y trompons pas, ces maudits avaient agi de la même manière au début du deuxième confinement en privant les centres de vacances, les éducateurs de quartier de la célébration d’Halloween, eux qui avaient travaillé sur ce projet. Là encore, dans des domaines certes différents, le fantastique, le mystérieux, l’étrange étaient à proscrire de la tête de nos rejetons pour qu’ils ne soient que des petits soldats du capitalisme triomphant.

Bien sûr le trait est grossier. Évidemment, nos dirigeants ne sont pas assez fûtés pour penser véritablement leurs décisions à la lecture de cette argumentation. Ils agissent à la petite semaine sans aucune vision éducative et culturelle. Et ça, c’est la seule évidence qui saute aux yeux des observateurs attentifs qui cherchent à comprendre les choix absurdes et contradictoires d’un exécutif qui a pour seule ambition d’exécuter l’héritage des Lumières.

Les seules lumières qui soient seront celles qui brilleront dans nos rues malgré le couvre-feu. Ne cherchez pas une logique dans cette absurdité, c’est l’expression même d’une absence totale de cohérence à tous les échelons des décisions. Ne sortez pas de chez vous mais allez admirer les belles illuminations, le développement durable en prend un coup ! L’essentiel est que vous soyez obéissants, malléables à volonté, passifs et bêlants. Tout ce que l’école vise à ne pas obtenir avec de piètres résultats, il est vrai tant il est difficile de lutter contre le rouleau compresseur de l’abrutissement des masses.

Détestablement leur.

 

C’est Nabum

A propos de C'est Nabum

avatar

Check Also

Le summum de la médiocrité historique

  Quand la politique se mêle de l’histoire, le résultat est toujours le même depuis ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *