Accueil / L O C A L I S A T I O N / AFRIQUE / Le saccage imp?rialiste des richesses de l’Afrique

Le saccage imp?rialiste des richesses de l’Afrique

Afrique

L?agression de l?OTAN contre la Libye (productrice de p?trole), l?intervention de la France au Mali (or et uranium), laconstruction d?une base militaire ?tasunienne au Niger?(uranium) et l?encerclement de l?Alg?rie (p?trole et gaz) sont des cha?nons de la strat?gie qui vise, devant la crise du capitalisme mondial, ? intensifier l?exploitation des travailleurs et le pillage des ressources naturelles de l?Afrique.

 

Le journaliste Dan Glazebrook, qui ?crit dans des journaux comme The Guardian, The Independent et The Morning Star, a publi??un article dans l?hebdomadaire cairote Al-Ahram Weekly?dans lequel il d?nonce cette conspiration.

 

Dan Glazebrook?commence par rappeler que l?Occident draine chaque ann?e des milliers de millions de dollars provenant du?service de la dette, des b?n?fices provenant des investissements et des pr?ts li?s au r?gime de la corruption des secteurs des bourgeoisies compradores.

 

Une autre fa?on de dominer l?Afrique consiste ? mettre ? sac ses richesses naturelles. On peut citer le cas connu du Congo, o? des bandes arm?es contr?l?es par ses voisins ougandais, rwandais et burundais pratiquent ? l?est du pays?le vol de min?raux?pour revendre ces derniers ? des entreprises ?trang?res? qui sont elles-m?mes complices du forfait.

 

L?Afrique finance ?galement les classes dominantes occidentales en fixant le prix de ses mati?res premi?res ? des tarifs d?fiant toute concurrence, mais aussi en versant des salaires mis?rables aux travailleurs qui s??chinent dans les mines ou aux champs.

 

En somme, le capitalisme impose au continent africain le r?le de fournisseur de mati?res premi?res et de main d??uvre ? bas co?ts. Mais, afin que cette situation se perp?tue, il fait en sorte que l?Afrique continue d??tre pauvre et divis?e, les coups d??tat et des guerres contribuant largement ? cette situation.

 

Selon Dan Glazebrook, la cr?ation en 2002 de l?Union africaine, anim?e par Mouammar Kadhafi, a soulev? les pr?occupations des strat?ges occidentaux. Pour Washington, Londres et Paris, le plan de l?Union de cr?er une banque centrale africaine et une monnaie unique ?tait tout bonnement inacceptable. Pis, il ?tait inconcevable de voir cette m?me Union d?velopper une charte de d?fense et de s?curit? communes pouvant d?boucher sur une force militaire unifi?e.

 

En outre, les ?tats-Unis, face ? la r?cession ?conomique et ? la ??menace?? que constituait d?j? ? l??poque la Chine, avaient ?chafaud? les plans pour recoloniser l?Afrique. La cr?ation en 2008 de l?Africom, le commandement militaire que le pr?sident Bush voulait installer sur le territoire africain, s?inscrit naturellement dans cette d?marche. Mais l?Union africaine s?est fermement oppos?e ? ce projet et l?Africom a d? finalement ?tablir son ?tat-major en Allemagne.

 

La plus grande humiliation pour les ?tats-Unis ?tait de voir Kadhafi ?lu pr?sident de l?Union africaine en 2009 et la Libye devenir le principal soutien de l?organisation panafricaine.

 

L?Empire ne tol?rait bien ?videmment pas les propos de l?Union qui vont dans le sens d?un processus d?int?gration africaine. Apr?s avoir justifi? l?agression contre la Libye avec ??un paquet de mensonges encore plus grands que ceux qui ont servi de pr?texte ? l?invasion de l?Irak??, comme l??crit Glazebrook, l?OTAN a d?truit le pays, l?a plac? dans les conditions d?autres ?tats africains en faillite, se lib?rant au passage de son adversaire bien trop fier ? son go?t en l?assassinant. La guerre contre le colonel Kadhafi a d?truit son r?gime. Mais la paix et la s?curit? se trouvent depuis menac?es dans toute l?Afrique du nord.

 

Le dirigeant libyen avait organis? depuis 1998 la?communaut? des ?tats sah?lo-sahariens, centr?e sur la s?curit? r?gionale, en bloquant l?influence des milices salafistes et en essayant de pacifier les chefs de tribus touaregs. Avec la chute de Kadhafi, les islamistes radicaux de la r?gion ont fait main basse sur les arsenaux d?armes – avec l?aimable autorisation de l?OTAN – et les fronti?res m?ridionales de la Libye se sont disloqu?es. La premi?re victime de la d?stabilisation r?gionale a ?t? le Mali. L?avanc?e islamiste, concomitante de l?agression de la Libye, a servi de pr?texte ? l?intervention militaire fran?aise.

 

L?Alg?rie se trouve d?sormais dans le collimateur de l?imp?rialisme. Elle est aujourd?hui entour?e par les islamistes radicaux ? l?est (fronti?re libyenne) et au sud (fronti?re malienne), o? se sont ?galement install?es les troupes fran?aises.

 

L?imp?rialisme a des raisons de ne pas pactiser avec l?Alg?rie, le seul pays d?Afrique du nord encore gouvern? par le parti qui a lutt? pour l?ind?pendance (FLN). Alger soutient l?Union africaine, a assum? des positions internationales dignes et, comme l?Iran et le Venezuela, vend son p?trole et son gaz ? des tarifs ??normaux??.

 

Ce ??nationalisme des ressources?? pousse les g?ants p?troliers occidentaux ? ne plus cacher le fait qu?ils ??en ont marre de l?Alg?rie??, comme l??crit le Financial Times. Ce m?me journal avait, un an avant l?agression de l?OTAN,?accus? la Libye du ??crime?? de prot?ger ses ressources naturelles.


Capitaine Martin

A propos de

avatar

Check Also

Le coup d’état de Trump du 6 janvier : les preuves s’accumulent (6)

C’est à croire que Donald ne s’entourait que de demi-pointures, sinon se contentait plutôt de ...

One comment

  1. avatar

    En 1811, pour pallier à la pénurie de sucre, l’industriel philanthrope Benjamin Delessert finance le chimiste Jean-Baptiste Quéruel afin d’extraire du sucre de la betterave !… Aussitôt, « ces Messieurs de la Martinique », qui comptaient bien faire des fortunes grâce au blocus continental, se sont « révoltés » devant ce « monstre » qui risque de les ruiner !… Ils vont envoyer des émissaires … et même des incendiaires à l’usine !… La tragédie sera évitée, Quéruel évitant de peu de finir brûlé vif, grâce à la promptitude de son domestique ( et garde du corps) véritable colosse !…