Accueil / T Y P E S / Articles / Le partage ill?gal de contenu qu?b?cois et la motivation de ses acteurs

Le partage ill?gal de contenu qu?b?cois et la motivation de ses acteurs

La popularit? du r?seau de partage de fichiers Bittorrent, imagin? par Bram Cohen, ne fait depuis une ann?e ou deux, aucun doute. En octobre 2006, 312,713 fichiers furent rendus disponibles sur ce r?seau qui cr?e un « cercle vertueux » en rendant disponible aux autres utilisateurs des parties de fichiers aussit?t qu’elles sont t?l?charg?es. ? ce moment, le nombre de fichiers disponibles avait plus que doubl? en trois mois. Les statistiques du r?seau montrent que ce sont les t?l?s?ries qui font l’objet du plus de t?l?chargements. D’ailleurs, toujours en octobre dernier, 71,13% de ce qui ?tait partag? ?tait constitu? de fichiers vid?o.

Devant cette prolif?ration des utilisateurs du r?seau Bittorrent et en regard de l’augmentation des transferts ill?gaux de fichiers, il convient traditionnellement de se demander quelles sont les cons?quences du ph?nom?ne sur la gestion des droits d’auteur. Nonobstant cet enjeu majeur, il est int?ressant de constater quelle place se taille la t?l?vision qu?b?coise au sein de ce r?seau, et quelles sont les motivations des participants de chez nous.

Si certains films et quelques ?pisodes qu?b?cois font r?guli?rement leur apparition sur des sites « g?n?ralistes » du r?seau Bittorrent, il existe aussi quelques sites sp?cialis?s dans le contenu de la Belle Province. Un des plus populaires et populeux de ces sites (dont nous tairons le nom) agr?ge un nombre impressionnant de fichiers (9300 environ) extraits de mat?riel tir? de la t?l?vision qu?b?coise (sans exclure quelques produits ?trangers traduits), depuis un peu plus d’un an. On y trouve entre autres des s?ries t?l?vis?es, documentaires, ?v?nements sportifs, talk-show, et autres ?pisodes de t?l?-r?alit?. S’y c?toient donc, et ce, quelques heures ? peine apr?s leur t?l?diffusion, les derniers ?pisodes de « Minuit le soir », « Les ?toiles filantes », « Tout le monde en parle », « Loft Story », les matchs du Canadien, et m?me de bons vieux ?pisodes de « Symphorien » ou de « Chop Suey ».


Sur ce site, les membres s’engagent, par l’entremise d’un forum de discussion, ? t?l?verser chaque ?pisode d’une s?rie particuli?re, de fa?on ? pr?venir les d?doublements ou ? ?viter qu’une s?rie ne soit jamais offerte au partage. ? l’analyse dudit forum, l’on constate que la population des 6,800 membres semble surtout compos?e d’adolescents ou de jeunes adultes. N?anmoins, on y trouve aussi certains individus plus ?g?s et quelques retrait?s ( !). Plusieurs des membres sont aussi des expatri?s qu?b?cois qui s’ennuient de notre t?l?vision ou qui d?sirent garder un oeil sur leur ?quipe de hockey favorite.

Une bonne partie des 1,100 t?raoctets (1 t?raoctet = 1,000 gigaoctets) de fichiers que recense ledit site provient de ses plus prolifiques « t?l?verseurs ». Le plus g?n?reux de ceux-ci a d?j? partag? plus de quatre t?raoctets au sein de la communaut? des membres du site. Il est difficile de s’imaginer le temps qu’a pu prendre l’envoi de cette quantit? d’information, mais le temps investi ? enregistrer et encoder toutes ces heures de t?l?vision doit ?tre tout ? fait extravagant. Bien s?r, tous ne donnent pas dans ce genre de distribution effr?n?e, mais plusieurs membres d?passent all?grement le t?raoctet envoy?. Il reste que malgr? l’efficacit? nouvelle des logiciels de capture et d’encodage vid?o, planifier la distribution de ces fichiers ne peut pas ?tre une mince t?che. En plus de contribuer en offrant des enregistrements vid?o ? leurs pairs, certains membres participent au financement de l’h?bergement du site par l’entremise de dons.

? l’analyse de ce dispositif de partage de mat?riel pirat?, on peut s’interroger sur les motivations des plus actifs participants. Dans quel but un individu sera-t-il motiv? ? investir son temps dans une aventure qui ne lui rapportera en d?finitive aucun revenu financier (et ? la limite d’hypoth?tiques probl?mes judiciaires) ? Une piste d’explication r?side sans doute dans les modalit?s qu’introduit l’?conomie de l’information en r?seau telle que d?crite par Yochai Benkler dans « The Wealth of Networks ». Internet permet ? certaines activit?s de se coordonner selon des m?canismes hors march? :

« Selon plusieurs param?tres diff?rents, des chercheurs ont d?couvert que dans certaines circonstances, offrir de l’argent pour des activit?s qui pr?c?demment se d?roulaient sans compensation financi?re peut r?duire plut?t qu’augmenter le niveau de participation » (p.94).

« Pour toute culture, il y a certains gestes que les individus pr?f?reront r?aliser non pas pour l’argent, mais pour un statut social, la reconnaissance, et probablement, ultimement, des valeurs instrumentales qu’on ne peut obtenir que par l’entremise de transactions sociales » (p.96).

Dans le cas du site faisant l’objet de cet article, les m?canismes qui en assurent le fonctionnement et qui poussent certains des membres ? donner de leur temps sont ? la fois planifi?s par les administrateurs et inh?rents ? l’esprit communautaire qui ?mane du site. Le syst?me pr?voit d’offrir aux plus prolifiques membres un acc?s V.I.P. qui facilitera leur navigation, ainsi que la permission d’inviter de nouveaux membres (il s’agit d’un site relativement ferm?). De plus, le syst?me calcule le ratio des t?l?chargements en aval et en amont et permet de pr?senter les statistiques des membres ainsi qu’un palmar?s des champions du partage… ainsi que de ses cancres. Sinon, les membres du site peuvent entretenir leur r?putation en participant au forum de discussion et en faisant valoir leurs connaissances de la t?l?vision qu?b?coise, ou leurs privil?ges de supermembres. C’est ce qui est le moteur de l’industrie du partage de contenu qu?b?cois, et c’est sans doute ce qui fait le succ?s de sites comme celui dont il est ici question.

Si 2006 a vu l’?mergence de services comme YouTube et de succ?s comme les T?tes ? claques, c’est entre autres parce que l’internaute veut avoir le choix, tel que le rappelle le dernier rapport (PDF) sur les tendances d’Internet de la firme VDL2 (voir aussi des entrevues avec un des r?dacteurs, Philippe Le Roux sur Branchez-vous et Yulbuzz) :

« La multiplication des mod?les de diffusion permettant au spectateur de regarder les ?missions de son choix ? l’heure de son choix (TiVo, t?l? ? la carte, GoogleVideo, iPod vid?o, etc.) sur l’?cran de son choix (t?l?viseur, ordinateur, t?l?phone cellulaire…), remet en cause le r?le des cha?nes et les contraintes de leur grille de programmation. »

Le simple fait d’ouvrir un peu plus leurs contenus permettrait sans doute aux t?l?diffuseurs de prendre de court les pirates. D’ailleurs, les entreprises m?diatiques du Qu?bec auraient sans doute int?r?t ? s’inspirer de ce qui fait le succ?s de ces derniers…

A propos de admin

avatar

Check Also

Coke en stock (CCCLXII) : de Carlos Ghosn à 1,3 tonne de coke (c)

L’avion posé cet été au Brésil avec ses 1300 kilos de coke a mis le ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Afin de contrer le piratage des séries américaines les producteurs ont commencé à distribuer les épisodes au fur et à mesure de leur sortie à la télévision sur des plateformes de téléchargement comme iTunes.

    Cette option est très attirante pour une personne qui ne désire pas être dans l’illégalité. Quand les diffuseurs québécois vont-ils utiliser cette méthode de diffusion ?

    Le prix est d’environ de 2$ par épisode, ce qui est un bon prix car si tu attends à la fin de la saison et bien le coffret (d’une vingtaine d’épisode) revient plus chère que 40$, mais évidemment tu as un peu plus de contenu.

    À l’époque, je croyais que les diffuseurs allaient s’empresser de rendre disponible leurs épisodes sur internet en prennant soins d’y inclure les publicités comme celles à la télévision. Car pour le commun des internautes, il aurait été plus facile de se tourner vers le téléchargement légal que plutôt aller vers la version pirater sans les publicités.

    Pour ce qui est de la motivation à télécharger le contenu sur internet :
    Comme vous l’avez souligné : tu peux l’écouter quand tu veux et surtout tu n’as pas à l’écouter complètement, tu l’écoutes sporadiquement aux moments que tu désires.

    Pour ma part je crois que les personnes qui participent arduement en contribuant aux sites sont des personnes addictif aux téléchargements, qui se crée un sentiment d’apartenance au site et qui par le fait même parvienne à vouloir participer au contenu.

    En tout cas, bravo Olivier, c’étais une bonne enquête.

  2. avatar

    Sauf que le partage de fichiers n’est pas illégal ni même considéré comme du piratage, du moins au Canada.
    Donc le titre est un peu trompeur…
    Quant à ne pas nommer le nom du site québécois si populaire, c’est un peu faire le travail des « grands réseaux » qui combattent le partage, un peu comme leur police en fait. Pourquoi alors nommer Youtube ou Branchez-vous ?
    La conclusion est en effet logique : en ouvrant les vannes, on se fait connaitre de plus de monde et en adoptant un modèle de fonctionnement ouvert, on y gagne beaucoup plus. Il y a tellement d’exemples…