Accueil / A C T U A L I T É / Le mythe de Prom?th?e: Perc?e pour la science ou suicide collectif ?

Le mythe de Prom?th?e: Perc?e pour la science ou suicide collectif ?

Chems Eddine Chitour Au plus fort du r?ve am?ricain et du goulag en Urss, on rapporte l’anecdote suivante: on pose la m?me question ? un Am?ricain et ? un Russe: ?Quand vous voulez acheter un steak chez vous, est-ce que vous faites la cha?ne?? L’Am?ricain r?pond: ?Qu’est-ce que la cha?ne??, le Russe r?pond: ?Qu’est-ce qu’un steak?? Justement, l’actualit? nous rattrape. Nous allons parler de steak et de la fa?on de le produire. Dans le droit fil des avanc?es de la science, d’une fa?on spectaculaire dans le domaine de la biologie et du g?nie g?n?tique, apr?s avoir trait? de l’homme r?par? et du trans-humanisme qui donne ? l’homme de nouveaux outils pour vaincre ? terme la mort, je veux dans cette contribution comm?morer un souvenir. Il y a tout juste un an l’amerrissage de Curiosity sur Mars, en douceur, nous a gav? tout au long de l’ann?e d’informations qui tournent toutes autour de la question lancinante – d’une certaine fa?on pour la destin?e humaine -: ?Y a t-il eu une vie sur mars?- Curiosity a d?couvert que des ?l?ments n?cessaires ? la vie ont bien ?t? pr?sents, mais aussi et surtout que les conditions physiques ont ?t? similaires (temp?rature, pression, pH, eau liquide, min?raux, etc.) ? celles qui ont r?gn? sur Terre ? l’?poque de l’apparition de la vie. Elle a donc ?t? possible sur Mars, tr?s t?t dans son histoire (1) Nous avons eu droit cette semaine ? un scoop, en tout cas pr?sent? comme tel: la production au laboratoire de la cr?ation d’un steak sans passer par Dame nature et le cheminement classique, engraisser un veau…De simples cellules souches font l’affaire! Partons de la d?finition: Un steak ou beefsteak est le r?sultat d’un mode de tranchage particulier de certains morceaux de viande ? griller, typiquement de viande bovine, de viande de cheval mais aussi de venaison (cerf, mouflon, chevreuil, etc…). Cette d?finition est apparemment incompl?te, comme montr? dans cette contribution. L’abus de viande nuit ? la plan?te On accuse la consommation de viande responsable de tous les maux de la plan?te dont notamment le r?chauffement climatique et la souffrance des animaux: ?La consommation mondiale en viande a doubl? en 20 ans et continue de cro?tre. Afin de satisfaire la demande, l’?levage intensif et l’?levage extensif se sont largement d?mocratis?s. Cette tendance a des cons?quences ?cologiques n?fastes: l’?levage est aujourd’hui responsable de 18% des ?missions de gaz ? effet de serre et repr?sente une cause de d?forestation et de pollution. Par ailleurs, l’?levage industriel, qu’il se destine ? l’alimentation ou ? l’exploitation de fourrure, pose toujours le probl?me de la souffrance des animaux. Entre 1990 et 2010, la consommation mondiale de viande est pass?e de 143 ? 286 millions de tonnes. Elle a donc pratiquement doubl? en 20 ans??.(2) ??Elle pourrait doubler encore d’ici ? 2050. La consommation cro?t plus particuli?rement dans les pays en d?veloppement parce que leur population augmente et parce que leur r?gime alimentaire ?volue – des populations parfois sous ou mal nourries acc?dent ? une alimentation plus riche. Elle atteint aujourd’hui environ 30 kg de viande par an et par habitant, contre 80 kilos dans les pays industrialis?s.?(2) L’?levage extensif est la principale cause de d?forestation en Am?rique. (…)La production de viande exige des quantit?s importantes de ressources. Ainsi, pour produire un kilo de viande de boeuf, il faut environ sept kilos de c?r?ales – deux kilos seulement pour du poulet. Et comme il faut entre 1000 et 2000 litres d’eau pour produire un kilo de bl?, cela signifie qu’il faut plus de 10.000 litres d’eau pour un kilo de boeuf. En termes d’?missions de gaz ? effet de serre, un kilo de boeuf issu de l’?levage intensif ?quivaudrait ? une trentaine de kilos d’?quivalent CO2; presque dix fois moins pour un kilo de volaille. Enfin, l’?levage intensif cr?e de la souffrance animale. Entass?s dans des b?timents ferm?s, mutil?s parfois, ils connaissent des conditions de vie effroyable.?(2) Quelle serait la solution? De la viande in vitro pour r?duire nos ?missions? Comment alors optimiser cela et minimiser les contraintes tout en ayant ? l’esprit que dans trente ans nous allons ? ce rythme consommer 500 millions de tonnes de viande? L’id?e est de changer de paradigme: ?Produire de la viande non plus en ?levant des animaux mais en cultivant des cellules musculaires de poulet, de boeuf ou de porc en laboratoire, comme on le fait d?j? pour fabriquer de la bi?re ou des yaourts. Voil? une dizaine d’ann?es que les scientifiques planchent sur des exp?riences de viande artificielle. Selon le rapport, que cite le Guardian, la viande in vitro r?duirait de 96% les ?missions de gaz ? effet de serre entra?n?es par l’?levage. Sa production exigerait par ailleurs entre 7 et 45% moins d’?nergie que celle de la viande produite de mani?re conventionnelle. Enfin, la viande en bo?te n’aurait besoin que d’1% des terres et de 4% de l’eau actuellement d?volues au b?tail, soit une mani?re efficace de lutter contre la d?forestation et la hausse rapide du prix des c?r?ales.?(3) Le premier steak artificiel co?te… 250.000 euros Nourrir 9 milliards d’hommes avec de la viande artificielle? Le pari n’est pas nouveau, Mark Post, un m?decin n?erlandais patron du d?partement de physiologie de l’Universit? de Maastricht (Pays-Bas), a d?clar? lors d’une conf?rence scientifique ? Vancouver (Canada) qu’il pr?voyait de d?voiler ce hamburger en octobre, et de le voir produit ? grande ?chelle dans les dix ? vingt prochaines ann?es. (…) ?Les tissus produits ont exactement la m?me structure que les originaux, assure Mark Post. La viande produite ? partir des cellules souches doit ressembler exactement ? celle que nous avons l’habitude de consommer, autrement il sera impossible de convaincre les gens de renoncer ? ce qu’ils connaissent?. (…) L’Acad?mie de la viande, qui s’est fermement oppos?e au clonage de viande en mai 2011, pr?cisait dans son communiqu?: ?Une difficult? majeure (mais loin d’?tre la seule) est de reproduire la finesse de l’irrigation sanguine qui apporterait les nutriments et les facteurs de croissance n?cessaires aux cellules en mimant l’irr?gularit? des pulsations cardiaques?. (4) Balayant tout cela, le concept annonce le steak nouveau: ?Il p?se 142 grammes et co?te 250.000 euros: le premier burger cr?? in vitro et fabriqu? ? partir de cellules souches de vache va ?tre cuisin?, servi et d?gust? aujourd’hui ? Londres. Il pesait 142 grammes et a co?t? 250.000 euros: le premier burger cr?? in vitro ? partir de cellules souches de vache a ?t? cuisin? et d?gust? lundi ? Londres (…)Verdict en substance: ?go?t assez intense?, ?m?me texture? et un profil g?n?ral ?proche de la viande? malgr? un ?manque de gras?(…) (5) Vers la fabrication d’organes sur mesure: o? est l’?thique? Plus largement, nous assistons ? une course poursuite sans arbitre?: La biologie nous permet de tout reproduire en reprogrammant g?n?tiquement les cellules souches dans la direction voulue. Paul Benkimoun nous en parle: ?La recette para?t tr?s simple ? r?aliser: prenez des cellules humaines reprogramm?es pour retrouver des capacit?s ?quivalentes ? celles des cellules souches embryonnaires, poussez une partie d’entre elles vers un destin de cellule de foie, mettez le tout dans un milieu de culture pendant quelques jours, laissez reposer et vous obtenez un bourgeon de foie pr?t ? ?tre transplant?, pour l’instant ? titre exp?rimental chez la souris. Bien ?videmment, obtenir des organes ? volont? n’est pas chose aussi ais?e que ce r?sum? du travail de l’?quipe de Takanori Takebe et Hideki Taniguchi publi? jeudi 4 juillet par Nature, mais le savoir-faire des bio-ing?nieurs ne cesse de progresser, comme l’ont illustr? les reconstructions de trach?e ou de vessie r?alis?es ces derni?res ann?es, ainsi que des travaux plus exp?rimentaux.? (6) ??Comment poursuit Paul Benkimoun, alors s?parer ce qui est du domaine de l’humain et qui ne doit pas ?tre brevetable de ce qui rel?ve de l’ing?niosit?. Le feuilleton de Myriad G?ntics qui avait cette pr?tention est ?difiant. Tout est parti dans cette gigantesque bataille pour le brevetage du vivant de la bact?rie de ?Chakrabarty?. ?A la fin des ann?es 1990 lit-on sur le journal Le Monde, la soci?t? de biotechnologie Myriad Genetics, a obtenu aux Etats-Unis plusieurs brevets sur les g?nes BRCA1 et BRCA2, g?nes dont les mutations sont associ?es ? un risque ?lev? de cancers du sein et de l’ovaire. (..) La Cour a rappel? son jugement de 1980 sur la brevetabilit? de la bact?rie ?Chakrabarty?, obtenue en laboratoire par croisement entre deux bact?ries. Ce nouveau micro-organisme capable de dig?rer les pollutions p?troli?res ?tait brevetable, car absent de la nature et n? de l’ing?niosit? de l’homme. La Cour a oppos? l’invention de cette bact?rie ? la d?couverte des s?quences g?n?tiques par Myriad Genetics, arguant que, ?dans ce cas, Myriad n’a rien cr???. La Cour a retenu toutefois la brevetabilit? des ADN compl?mentaires (ADNc), mol?cules d’ADN synth?tiques copi?es in vitro ? partir des ARN messagers transcrits des g?nes et ? partir desquels des prot?ines sp?cifiques peuvent ?tre synth?tis?es. (…) Le droit europ?en pourra-t-il longtemps encore conserver son article 5.2 de la directive sur la protection juridique des inventions biotechnologiques qui stipule qu’?un ?l?ment isol? du corps humain ou autrement produit par un proc?d? technique, y compris la s?quence ou la s?quence partielle d’un g?ne, peut constituer une invention brevetable, m?me si la structure de cet ?l?ment est identique ? celle d’un ?l?ment naturel???(7) Science-fiction dans le domaine du r?el Dans vingt ans, on pourra avoir dans nos supermarch?s deux produits ayant exactement le m?me go?t et la m?me apparence. L’un provenant de la vache qui comportera une ?cotaxe et impliquera que des animaux aient ?t? tu?s- on d?couvre depuis quelque temps la souffrance des animaux comme argument?!-. L’autre venant du labo sans que personne n’ait eu ? souffrir et potentiellement moins cher? L’exp?rience de ce steak a ?t? pr?vu. Il suffit de lire les livres d’anticipation d’ Isaac Asimov. Dans ses histoires de robots, les habitants (qui vivent sous terre) se doivent de visiter la fameuse fabrique de viande, dont le morceau ?m?re? baigne dans un liquide nourricier. Le vrai steak – au prix du caviar – ne sera plus r?serv? qu’aux classes tr?s riches. Le bas peuple aura son ?Soylent Green? (soleil vert) comme quoi ce film ?tait proph?tique. Soylent Green est un film d’anticipation r?alis? par Richard Fleischer, sorti en 1973 et inspir? du roman de Harry Harrison. L’action du film se d?roule en l’an 2022. New York baigne alors dans une ?trange lumi?re jaune, qui a d?truit la faune et la flore. Tr?s peu de terres sont encore cultivables et les habitants qui n’ont pas les moyens d’acheter des aliments naturels, ? cause de prix exorbitants, mangent un aliment de synth?se, produit par la multinationale ?Soylent? On se rappelle la sc?ne m?morable o? l’acteur Edward G. Robinson est en train de manger une denr?e rare: un steak. Et Charlton Heston, qui n’en a jamais vu, de lui demander:? C’est quoi?? et l’autre de lui r?pondre: ?Un steak, un vrai, comme dans l’ancien temps..?(8) Revenir ? la Nature, revenir au Lien ? la place du bien Bard? de tous les avantages, ce steak ambitionne de r?gler la faim dans le monde. Selon ses concepteurs, qui tablent sur une commercialisation dans un d?lai de dix ? vingt ans et cela sans les inconv?nients de l’?levage industriel qui pollue, demande de grosses quantit?s d’eau, ?met des gaz ? effet de serre et mobilise 70% des terres agricoles mondiales. Mais est-ce la finalit? que d’aller vers la civilisation du toujours plus, de la boulimie et de la fuite en avant qui fait que si Dame nature ne r?pond pas (Overshoot Day d?pass?), on s’en passe et on commence ? bricoler le vivant avec le risque prom?th?en de fabriquer une inhumanit?? Carolle Anne Dessureault nous d?crit une autre voie, celle qui pr?ne le vivre- ensemble la sobri?t? et l’autonomie.. Nous l’?coutons: ?En 1516, Thomas More, humaniste et chancelier d’Angleterre, fin observateur des injustices sociales de son temps, publie ?L’Utopie ou le Trait? de la meilleure forme de gouvernement?, une oeuvre qui offre le mod?le d’une soci?t? ?galitaire au sein de laquelle les hommes vivent en communaut?, heureux et ?panouis. M?me si Thomas More consid?rait la r?alisation d’une telle soci?t? ?galitaire comme souhaitable, il ne l’esp?rait gu?re… Pourtant, les semences de sa vision sont peut-?tre en train de germer. Dans un grand jardin potager. En effet, une communaut? dans le nord de l’Angleterre d?montre qu’il est possible de prosp?rer par l’entraide et de se lib?rer de la servitude du pouvoir??. (9) ??Le potager de l’avenir construit ? Todmorden avec ses ?incroyables comestibles? est en train de devenir un mod?le pour d’autres pays. (…) Trois femmes ont l’id?e de cr?er un ?r?seau de jardinage?, Incredible Edible, pour que leurs concitoyens puissent planter et r?colter localement une nourriture fra?che et de saison. Une ?lue locale, propose d’utiliser les espaces verts publics. Chaque citoyen est invit? ? participer aux plantations et ? l’entretien des potagers qui vont rapidement se multiplier ? travers la ville car chaque habitant est invit? ? entretenir un ?bed?, un espace de plantation. Au d?but, une soixantaine de personnes se joignent au mouvement. Il n’y a pas que des adultes comme volontaires, des enfants aussi! Avec le temps, le mouvement prend une ampleur insoup?onn?e.?(9) ?Lorsque vient le moment de r?colter les fruits du travail collectif, chacun peut cueillir tout ce dont il a besoin. Puis, l’exp?rience du partage ?volue. Des t?ches sont confi?es ? des sp?cialistes. (…) Le principe de base toutefois reste inchang?: tous les citoyens peuvent b?n?ficier des productions de miel. Aujourd’hui, la ville s’est transform?e en verger et potager ? la disposition de tous. Le mot qu’on lit en y entrant, et inscrit devant les plantations est: share, partager. ?Servez-vous, c’est gratuit.? Plus de 70 sites de plantation urbains fournissent fraises, petits pois, pommes, cerises, aromates, fenouil, carottes et oignons…Le tissu social s’est reform?, la criminalit? diminue d’ann?e en ann?e! La solidarit? existe, un mot qu’ils exp?rimentent. Selon les statistiques, la criminalit? diminue d’ann?e en ann?e. Sans doute faut-il voir dans cette exp?rience un nouveau sens ? la vie et aux relations que les gens d?couvrent? Peu ? peu les gens retrouvent leur autonomie. L’?ducation, l’?conomie et la collectivit? semblent ici indissociables. Il reste encore beaucoup ? faire. Le changement d’attitude des gens, leur vision ?largie, voil? le grand gain humain.?(9) Rien ? ajouter ? cet apprentissage du bonheur?! Est-ce une utopie?? Mythe de Prom?th?e ou respect des fondamentaux de la vie -aller vers le Grand humain comme l’?crit Carolle Anne Dessureault pour pouvoir vivre au lieu de survivre- il nous faut choisir. Il n’est pas trop tard Notes (1)?maxisciences.com (2)?http://www.goodplanet.info/Alimentation-agriculture/Elevage/Elevage/(theme)/1652 22/08/2008 (3) Audrey Garric?ecologie.blog.?lemonde.fr/2011/06/28/de-la-viande-artificielle-pour-reduire-nos-emissions/ (4)Morgane Bertrand?tempsreel.nouvelobs.com (5)http://www.challenges.fr/entreprise/20130805.CHA2864/le-premier-steak-artificiel-coute-250-000-dollars.html (6) Paul Benkimoun?www.lemonde.fr?/sciences/article/2013/07/08/vers-la-fabrication-d-organes-sur-mesure_3444271_1650684.html 09.07.2013 (7)http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/07/03/la-cour-supreme-libere-les-genes_3439918_1650684.html (8) Soleil vert?fr.wikipedia.org?wiki/Soleil_vert_(film) (9)Carolle Anne Dessureault?www.?les7duquebec.com/7-au-front/les-incroyables-comestibles-de-todmorden-gratuit-et-elevant/ 13 juin 2013 Professeur Chems Eddine Chitour Ecole Polytechnique enp-edu.dz mondialisation.ca

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Une nation alerte en voit de toutes les couleurs

Jadis, il y avait un adjectif pour exprimer la bonhommie, la joie de vivre et ...